En visite en Italie, Kais Saïed s'entretient avec Sergio Mattarella    Décès de Mohamed Naceur Trabelsi, frère de Leïla Trabelsi    Badreddine Gammoudi : Une corruption évidente dans la vente du Palais de la Baie des Anges    Afek Tounes : Le maire de Hammamet reçoit de très sérieuses menaces terroristes !    Tunisie- Daily brief du 16 juin 2021: Tentative d'assassinat contre le président de la République, Mort suspecte du frère de Leila Trabelsi, La mère du mineur agressé à Sidi Hassine victime de harcèlement….    Météo : Températures toujours en hausse    Covid-19 : 65 décès et 2091 contaminations recensés le 15 juin 2021    Tunisie-ISSHST : La perturbation des examens continue pour la deuxième semaine consécutive    Bourse de Tunis : Le marché continue de perdre du terrain    Partenariat Next Step - Inetum : Pour des solutions Cloud pérennes et sécurisées    L'Italie accorde un prêt de 200 millions d'euros à la Tunisie    Tunisie – AUDIO – IMAGES : Le scandale du comportement exemplaire de la SONEDE en matière de rationalisation de la consommation de l'eau    Lancement du programme d'aide aux micro-entrepreneurs ''SOUTIEN TPE COVID-19''    Hand – CAN Dames : La Tunisie éliminée en demi-finale    Ce qui s'est passé en Algérie est-il un signe de la fin de l'ère des islamistes du Monde ?    Rencontres d'affaires virtuelles France-Tunisie, le 24 juin 2021 : Les entrepreneurs au cœur de la relance    Conférence internationale du travail : Le plaidoyer de Majoul pour un plan international de soutien aux PME    Tunisie: Une solution à l'éternelle question du dialogue salvateur    Ons Jabeur et l'australienne Ellen Perezen en quarts de finale du tournoi de Birmingham    Monde- Daily brief du 16 juin 2021: Sommet Poutine-Biden à Genève    Journée mondiale contre le travail des enfants: Mettre fin au travail des enfants, agir Maintenant!    Mazarine Energy toujours bloquée à cause d'un seul ex-employé    Liste des compagnies intéressées par la rachat des actifs de l'ENI en Tunisie    Covid-19 | Jendouba : 8 décès et 79 nouvelles contaminations    Programme TV du mercredi 16 juin    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 16 Juin 2021 à 11H00    Football : Programme TV de ce mercredi 16 juin 2021    DECES : Khadija Farah    La STB et l'AICTO signent un mémorandum d'entente et de coopération    L'EST poursuit sa préparation à Tabarka pour le match d'Al Ahly : Loin des yeux, près du cœur !    Arrivée du président Kaïs Saïed à Rome    Hichem Mechichi : J'étais un élève plutôt studieux !    «Solocoreografico» et «Children Smiles» au Studio el Houma : La danse sous toutes ses formes    Exposition | Yasmine Ben Khelil au B7L9 : «Chrysanthème forever... Je ne sais plus comment»    On nous écrit | Hommage à l'artiste et galeriste feu Mohamed Ali Essaadi : «Les souvenirs du passé sont les rides de l'âme»    JSK : report des assemblées générales et électives à une date ultérieure    Euro: les matches de ce mercredi    Exposition « Le Piazze [In]visibili », quand la magie des photos rencontre la poésie des mots    Monde: Daily brief du 15 juin 2021    "Les Chrétiens de Sicca Veneria" : l'Argentin Silvio Morano explore l'archéologie des fouilles militaires sous protectorat    Patrimoine : Attention, le site de Carthage se meurt !    Festival Carthage 2021: Avant-goût des spectacles exceptionnels qui attendent le public!    La 35ème édition du festival international de musique symphonique d'El Jem du 10 juillet au 14 août 2021    Un soldat blessé lors de l'explosion d'une mine à Mghilla    Emmanuel Macron se prend une gifle - La vidéo devient virale    La Tunisie accueille une partie de l'exercice militaire "African Lion 21" (Défense)    Après la 4e guerre israélienne contre Gaza, saura-t-on éviter la 5e ?    Israël, cette démocratie islamiste ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Loques dictatoriales
Publié dans La Presse de Tunisie le 21 - 08 - 2011


Par Hmida BEN ROMDHANE
Depuis des mois, les dictatures libyenne et syrienne, probablement les pires au monde actuellement, sont engagées dans des batailles existentielles contre leurs peuples qu'elles maltraitent sans relâche durant plus de 40 ans. Instituées l'une après l'autre, la première à la suite du coup d'Etat de Moammar Kadhafi en 1969 et la seconde à la suite du coup d'Etat de Hafedh Al Assad, père de Bashar, en 1970, les deux dictatures ont survécu pendant tout ce temps grâce au règne de la terreur, à l'étouffement de toute forme de liberté et à la persécution de toute voix discordante.
Après avoir sévi pendant si longtemps, le sort des deux dictatures est finalement scellé. La dictature libyenne est encerclée de partout par des opposants en armes qui, apparemment, sont en train de préparer l'assaut final contre ce qui reste de cette dictature en lambeaux. Kadhafi, de plus en plus abandonné par ses amis, le dernier étant son compagnon d'armes Abdessalem Jalloud, doit se demander s'il va encore avoir une ultime occasion de célébrer dans 10 jours la fête de "la grande révolution du 1er Septembre" dans sa 42e version. Mais qu'il ait cette ultime occasion ou non, Kadhafi est fini. Il n'est plus qu'une loque dictatoriale délirante, convaincue que "les millions" finiront par renverser la tendance et par écraser l'Otan et "les rats" avec.
Le sort de la dictature syrienne est plus problématique. Certes, Bashar Al Assad n'est pas encore au stade de décomposition avancée atteint par Kadhafi, mais il est, lui aussi, une loque dictatoriale dans le sens où il a perdu le peu de respect et d'honneur qu'il avait aux yeux de son peuple, en particulier, et de la communauté internationale, en général.
Bashar Al Assad ne peut plus regarder son peuple dans les yeux après tant de massacres et tant d'abus, après avoir bombardé tant de civils à coups d'obus tirés par des chars, après avoir pilonné tant de villes, dont Lattaquié sur la côte méditerranéenne, bombardée à partir de la mer par des vedettes de la marine syrienne.
Comme tous les dictateurs qui vont trop loin dans la répression de leurs peuples, Bashar Al Assad s'est mis au pied du mur. Il est dans l'impasse. Il ne peut ni rester ni partir. Il ne peut plus rester car son peuple l'a vomi et une large partie de la communauté internationale l'abhorre. Il ne peut pas partir non plus car sa vie et celle des siens, ses biens et ceux des siens ne sont plus désormais protégés que par le pouvoir. Le perdrait-il que lui et les siens seraient perdus.
Pour comprendre le drame sanglant qui se déroule en Syrie, il faut avoir une idée claire de la structure des pouvoirs politique et militaire dans ce pays. Le pouvoir civil et la hiérarchie militaire sont dominés par la minorité alaouite qui ne représente pas plus de 10% de la population. Si cette minorité s'accroche aujourd'hui de toutes ses forces au pouvoir, c'est parce qu'elle a eu largement le temps de se laisser convaincre que la disparition du régime se solderait par un massacre. En d'autres termes, pour Bashar et les siens, les deux termes de l'alternative sont : massacrer ou être massacrés.
Cela ne veut pas dire pour autant que la contestation en Syrie est d'ordre confessionnel. Certes, la majorité des contestataires sont des sunnites et c'est normal puisqu'ils sont largement majoritaires. Mais il y a aussi des contestataires alaouites et chrétiens qui sont réprimés plus sauvagement encore, surtout les opposants alaouites considérés par le régime comme des "traîtres".
N'ayant aucune base confessionnelle, la révolte en Syrie, tout comme les révoltes tunisienne, égyptienne et libyenne, est provoquée par les excès et les abus de toutes sortes dont sont capables les dictatures. N'ayant aucune revendication confessionnelle, la contestation qui se poursuit en Syrie ne vise qu'un seul objectif: instaurer un régime politique qui assurerait aux Syriens une vie digne et romprait définitivement avec les pratiques d'étouffement des libertés fondamentales, avec la corruption, avec l'injustice.
Il est du domaine de l'impossible que le régime baâthiste syrien se débarrasse de ses attributs dictatoriaux et se reconvertisse en une démocratie respectueuse des droits et des libertés des citoyens. Sans parler du fait que ce régime, qui sait si bien se déchaîner contre son peuple, n'a pas tiré une seule cartouche contre l'ennemi israélien qui occupe le Golan depuis 1967. Pour toutes ces raisons, le régime syrien n'a plus aucun avenir. Son auto-dissolution serait la solution idéale qui limiterait le flot de sang versé quotidiennement. Mais, a-t-on jamais vu une dictature s'auto-dissoudre?
En attendant que Bashar Al Assad et les siens prennent le chemin inéluctable de l'exil ( il y a encore sûrement de la place à Jedda), les manifestants continuent de conspuer nuit et jour le président syrien et son régime.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.