Le ministre de l'Intérieur effectue une visite d'inspection aux unités sécuritaires déployées à Tunis    Kaïs Saïed, Ons Jabeur, Najla Bouden… Les 5 infos de la journée    Kaïs Saïed ratifie la nouvelle Constitution    Bourse de Tunis : Le Tunindex confirme son trend haussier    Tunisie – Reprise des négociations sociales pour d'éventuelles majorations salariales    Tabarka : Un centre d'accueil pour les victimes de l'incendie    WTA Cincinnati 2022 : une journée couronnée de succès pour Ons Jabeur    Ons Jabeur qualifiée aux huitièmes de finale du Tournoi de Cincinnati    Saïda Garrach : des magistrats convoqués par téléphone pour les poursuites judiciaires    Steg : la vague de chaleur cause des coupures d'électricité    Monde-Daily brief du 17 août 2022: Ukraine : Erdogan et Guterres rencontrent Zelensky demain    Samir Saïed : l'économie tunisienne traverse une situation très critique    Nomination d'un nouveau Chef de cabinet du conseil de l'ISIE    Championnat arabe E-Sports (Valorant) : la Tunisie termine 1ère de sa poule    Tunisie: Une maladie hémorragique détectée chez les bovins    Coronavirus-Bilan du 15 août 2022: 2 décès et 199 nouvelles contaminations    Tunisie : 6 décès et 353 blessés en 24h    Construction de l'hôpital du Roi Salmane à Kairouan : le ministère de la Santé explique    Tunisie: Vers le lancement du Startup Act 2.0    Lotfi Abdelli : je ferme ma gueule, je vends mes affaires et je pars !    Agence de notation japonaise «Rating and Investment» : La note souveraine tunisienne passe à «B» avec perspectives négatives    Une députée a été interdite de renouveler son passeport selon le Courant démocrate    Le braconnage : Un crime organisé ?    Express    «Club de chant» de Cyrine Gannoun au Festival International de Hammamet : Une œuvre attachante    Programme TV du mercredi 17 août    DECES : Salem BEN KHALIFA    Le tout dernier téléphone de Huawei marqué par la plus longue durée de vie de la batterie – HUAWEI nova Y70 maintenant disponible en Tunisie    MEMOIRE : Feu Slim Mehdoui    Amical international : ce sera Algérie-Brésil en septembre !    Voici les 10 chansons les plus "likées" sur TikTok    Météo en Tunisie : Forte vague de chaleur, l'INM lance un appel à vigilance    L'USBG se prépare pour la demi-finale : La grande mobilisation    ESS | Annoncé sur le départ ces derniers jours : Zied Boughattas reste à Sousse !    Tourisme en Tunisie : Le nombre des touriste visitant Nabeul augmente de 60% en juillet    Néjib Belhedi se prépare pour une traversée dans l'océan parmi les requins    Tentative de meurtre Salman Rushdie: La lecture de Gilles Kepel    Lotfi Abdelli annonce l'annulation de tous ses spectacles    Monde-daily brief du 16 août 2022: Vladimir Poutine accuse les Etats-Unis de faire traîner le conflit en Ukraine    La Tunisie, championne d'Afrique en termes d'espérance de vie    La Fondation Arts & Culture by UIB rend hommage à M. Mohamed Ennaceur    Média Canadien : ''Le Québec doit boycotter le Sommet de la Francophonie en Tunisie''    Chiffre du jour : 657 migrants clandestins secourus en un seul week-end    Goethe-Institut Tunis & Central Tunis accueilleront l'exposition The Event of a Thread    Festival de Siliana "Zama Nights" revient pour une 45ème édition (programme)    Le ministère de l'Intérieur annonce des sanctions contre des syndicalistes sécuritaires    Sfax: 42 migrants égyptiens évacués par l'armée de mer    Gaza : Une guerre politique qui arrache des larmes au musicien Roger Waters    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ce jeudi où les armes ont tout dit
Evénements sanglants du 26 janvier 1978
Publié dans La Presse de Tunisie le 26 - 01 - 2012


• Crimes restés jusqu'à ce jour impunis
Le sang tunisien a coulé à flots ce jour-là, par des armes tunisiennes. Des jeunes entre 18 et 23 ans ont ce jour-là perdu la vie... sans rien gagner même pas les honneurs dus aux martyrs. Dans leurs corps des balles... réelles tirées par la Sûreté nationale... par des soldats de l'Armée nationale.
Ce jeudi-là, un 26 janvier 1978, le peuple en colère rugissait...Il souffrira les jours suivants en silence, enterrera ses morts en silence, vivra son deuil en silence.
Ce jeudi-là, la Tunisie a annoncé sa descente dans l'une des plus ténébreuses salles du temple de son histoire récente. Ce jeudi noir, appelé ainsi au cours duquel le sang tunisien a coulé, annonçait la couleur.
Ce jour-là le pouvoir du «Combattant suprême» a commencé à... couler. «Jeudi noir», journée sanglante, vague violente d'une actualité sociale, politique et économique houleuse. Choc des titans. Le PSD (Parti socialiste destourien) et le gouvernement qui le représente d'un côté et l'UGTT (Union générale tunisienne du travail) et une bonne frange de mécontents, d'opposants bâillonnés, de militants harcelés de l'autre et surtout un peuple méprisé humilié, castré.
D'un côté un Premier ministre froid et cassant, Hédi Nouira, aux prises avec une première dame, Wassila, qui veut gouverner à sa place ; de l'autre, un leader syndicaliste, bourguibiste pur et dur, non dépourvu d'ambitions, Habib Achour. D'un côté, un parti unique et stalinien qui voulait tout contrôler, de l'autre un syndicat fort, jaloux de son indépendance…
Ce jour-là, le 26 janvier 1978, décrété par la centrale syndicale journée de grève générale dans l'ensemble du pays suite à une série d'événements tumultueux a vu la capitale et ses quartiers et banlieues misérables s'enflammer, et la mort descendre dans les rues.
Des morts…à la fleur de l'âge
51 Tunisiens y ont péri et 400 s'en sont tirés avec des blessures, selon le bilan officiel (40 morts le 26 et 11 dans les jours qui ont suivi — Voir : La politique contractuelle et les événements de janvier 1978 - PSD; éd. Dar Al Amal - mars 1978 - p.94). Bilan qui cite comme première victime morte un agent de la Protection civile poignardé alors qu'il était au volant du véhicule utilisé pour lutter contre un incendie
«1.200 morts et un nombre considérable de blessés» selon un bilan publié récemment par Béchir Turki, un ancien officier supérieur de l'Armée nationale (Ben Ali, le ripoux… Tunis 2011 - p.37).
«200 morts, au moins et 1.000 blessés», selon le Pr Mohsen Toumi (La Tunisie de Bourguiba à Ben Ali ) - PUF - Paris 1989 - p.155). «Dans une enquête effectuée par téléphone, depuis Paris, dans la nuit du 26 au 27 janvier et dans les nuits suivantes dans un grand nombre d'hôpitaux et de dispensaires de Tunisie, nous avions pu mesurer, à l'époque, le désarroi et l'effarement du personnel hospitalier devant le nombre des victimes et la nature de leurs blessures, par balles, des coups tirés à bout portant», explique l'auteur. Et de préciser que les chiffres qu'il a avancés étaient en deçà de la réalité.
Quant aux victimes, elles n'appartenaient pas pour la plupart «au monde syndical. Il s'agissait plutôt de jeunes chômeurs, de ruraux marginalisés et parfois de simples passants ou des commerçants qui n'avaient pas eu le temps de fermer boutique» (La Tunisie…op. cité. p.156).
Mais pour le gouvernement et le PSD, les événements étaient le fruit d'un complot fomenté par les syndicalistes, planifié et conduit par eux. Une version qui n'a pu résister que trois ou quatre ans.
«Soudain je vois la tête de mon copain gonfler et devenir toute rouge et ses yeux en train de s'exorbiter. Quelques secondes après, il s'écroule par terre la poitrine couverte de sang». Ainsi nous avait confié Férid, un élève de 18 ans qui ce jeudi-là se trouvait à Bab Jedid à Tunis et qui avait assisté à ce spectacle macabre. Il en restera marqué à vie. Et de poursuivre:
«Nous nous amusions, mon copain et moi, à lancer des cailloux sur des voitures blindées et nous prenions à chaque fois la fuite en nous engouffrant dans la rue «Tourbet El Bey». Tout juste avant l'événement fatal, mon copain avait continué à lancer ce qu'il lui restait comme cailloux et moi je me repliaits pour en chercher d'autres».
Témoignage parmi tant d'autres qui ne manqueront pas de fleurir, le régime et son appendice novembriste s'étant écroulés. Ecoutons Mustapha, salarié, 42 ans à l'époque raconter ce qu'il a vu :
«Je rentrais à pied à Ezzahra (banlieue Sud de Tunis - Ndlr), ce jour-là car le trafic ferroviaire a été interrompu. J'ai pourtant pu rejoindre mon bureau par train le matin à 8h00. Constatant la tournure prise par les événements j'ai donc décidé de rentrer et j'ai suivi les rails pour éviter les émeutes. J'étais vers midi à hauteur de Djebel Jelloud. Là j'ai pu voir quelques jeunes, presque des adolescents, caillasser un char. Je n'ai pas pu distinguer la scène dans le détail, donc je ne sais pas s'il y a eu des avertissements de la part des soldats. Tout ce que j'ai pu voir est que l'un des jeunes a été tué par une rafale».
Carnage depuis Carthage
Oui Tunis a failli devenir un tas de cendres et à Carthage, le vieux président laissait faire, car n'ayant rien compris ou presque à ce qui se passait. Tout ce qu'il savait c'est qu'il avait signé le décret imposant à l'armée d'intervenir puis vers la fin de l'après-midi celui qui imposait un couvre-feu de 18h00 à 5h00.
Ce qu'il n'a sans doute pas su et l'écrasante majorité des Tunisiens non plus c'est que ce jour-là, le colonel Zine El Abidine Ben Ali qui le destituera le 7 novembre 1987, et qu'il venait il y a quelques jours de nommer à la tête de la Sûreté nationale (le 23 décembre 1977) a joué un rôle des plus vils, des plus inhumains, des plus criminels.
Selon des témoignages publiés après le 14 janvier 2011, Ben Ali a été vu au cours des événements du 26 janvier 1978 en train de mitrailler les émeutiers à partir d'un hélicoptère. Il avait ainsi saisi l'occasion de plonger ses racines dans la sphère de la décision, proposé à ce poste par son mentor Abdallah Farhat, ministre de la Défense nationale, alors ministre de l'Intérieur par intérim.
«Qui est donc responsable de l'affreux carnage ? Qui a donné l'ordre de tirer ? Et qui a exécuté l'ordre ?» écrit Béchir Turki (Ben Ali, le ripoux. -op.cit p. 37). Et de répondre : «Ils sont deux : le directeur général de la Sûreté nationale, le colonel Ben Ali dans l'acte I puis le général Abdelhamid Cheikh dans l'acte II».
Quant à l'auteur de l'ordre, il est pour notre même source, le ministre de la Défense de l'époque Abdallah Farhat qui «a consulté le chef de l'Etat. Bourguiba très diminué, a laissé faire. «Réglez la situation au mieux !» s'était-il contenté de lui répondre» (op. cit p.38). Des crimes restés à ce jour impunis.
Bourguiba, président à vie depuis le 8 avril 1976 en vertu de l'amendement de la Constitution datant du 15 mars 1975, dont le gouvernement, dirigé par Hédi Nouira depuis le 6 novembre 1970 est miné par les combines et les luttes pour la succession, a ainsi laissé faire, s'est laissé faire.
Les syndicalistes ont dû payer cher la facture. Houcine El Kouki, lui, mourut sous la torture à la… Sûreté nationale, Habib Achour a été condamné à 10 ans de travaux forcés. Le reste à des peines variables.
De 1956 à 1978, les Tunisiens ont ainsi été victimes d'au moins trois carnages dont leur président endosse plus au moins la responsabilité. L'élimination sans pitié des nationalistes yousséfistes (1956), les civils tombés comme des mouches lors de la bataille de Bizerte (1961) et ce Jeudi noir.
Il y aura l'attaque de Gafsa le 27 janvier 1980, les émeutes du pain décembre 1983-janvier 1984, les troubles de l'été 1987 puis les deux décennies de braise sous la dictature novembriste.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.