CAN 2022 : Programme des huitièmes de finale et Live TV et streaming pour regarder les Matchs    Entretien téléphonique Saïed-Macron: « Les réformes aspirent à préserver la liberté et à établir la justice »    Syrie : 4e jour de combat entre Daech et les Kurdes, plus de 120 morts    Justice transitionnelle — Abdallah Kallel et d'anciens cadres sécuritaires interdits de voyage: La lenteur de la justice bafoue les droits des victimes et ceux des accusés    Foot-Europe: le programme du jour    CAN 2021 : L'historique des matches en CAN opposant les Aigles aux Super Eagles    CAN 2021 — Huitièmes de finale — Tunisie-Nigeria (Ce soir à 20h00) : Sauver la face    Coronavirus : 10 décès de plus et 10031 contaminations en 24h    Tunisie-coronavirus : Plus de 14 mille vaccinés en 24H    Mes odyssées en Méditerranée | Michel Giliberti: «Tunisie. L'inhérence d'une errance»    On a vu pour vous : « Are you Lonesome Tonight ? », de Shipei Wen : Thriller chinois    CAN 2021 — Huitièmes de finale — Tunisie-Nigeria (Ce soir à 20h00): Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir !    Médecins, dentistes et pharmaciens de la santé publique en grève, le 25 janvier    Tunisie: Ali Abdi testé positif au Covid19    Récupération politique    Urbanisme et planification urbaine    La Presse Magazine du Dimanche 23 janvier 2022 consultable sur notre site    Des astuces pour protéger les plantes du froid    Les perroquets    Migraine : la covid-19, un facteur déclencheur    Ali Graja, ancien attaquant international du CSS: «Dans la vie, il n' y a pas que l'argent ! »    La Fédération Nationale des Urbanistes Tunisiens (Fnut) lève le voile sur les défis de l'urbanisme en Tunisie: Un chantier en cache un autre...    Loi de finances : Bouden corrige le tir avec la Conect après l'avoir zappée    Rapport – BCT : Les risques des crédits de l'Office des céréales pèsent lourdement sur le secteur bancaire    Nigeria – Tunisie : Sur quelle chaîne et à quelle heure regarder le match en direct – 23 janvier 2022    Etude – Le changement climatique diminuera la production céréalière de 30 à 50% par an    Saïed a parlé à Macron, a donné des gages mais droit dans ses bottes    Steg : plusieurs quartiers à Sousse, Monastir et Sfax sans électricité dimanche    Meurtre du commandant Houimli : 3 condamnations dont une peine de mort    STEG : Des coupures à Sousse, Monastir et Sfax ce dimanche    Les membres du CSM pleurent-ils pour leurs privilèges ou pour l'atteinte au pouvoir judiciaire ?    Semaine boursière : Le Tunindex en mauvaise posture    Antonio Guterres espère un rétablissement des institutions démocratiques en Tunisie    Mouhiba Chaker, romancière : «Ecrire en français n'est pas pour moi un choix réfléchi !»    Industrie : Les obstacles n'ont pas freiné le développement du secteur aéronautique en Tunisie    BNA Bank réalise un PNB en hausse de 20% en 2021    Evènement "Les Nuits de la lecture" en ligne: 6ème édition sous le thème de l'AMOUR    11 Tunisiens meurent noyés dans le naufrage de leur embarcation    Le chanteur hip-hop Balti et Elyanna réunis dans une chanson tuniso-palestinienne (vidéo)    Syrie: Daech attaque une grande prison et libère plusieurs terroristes    Sculpture sur un minéral ancestral, le lapis specularis    Gabès Cinéma Fen 2022: les inscriptions pour les films sont ouvertes    Tunisie-La Marsa : Kobbet Lahoua classé monument historique national    Les crises en Tunisie se sont aggravées depuis que Saïd a limogé Mechichi, selon la Confédération Syndicale Internationale    Coronavirus :Fin des mesures sanitaires en Grande-Bretagne    L'histoire de détermination de la nouvelle conseillère de Kais Saied    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une ville, un charme discret
Reportage : Menzel Témime

La situation est désolante, choquante même:«Menzel Témime est devenue une ville sans âme», se plaint un habitant dela ville. Située à 50 km de Nabeul et à 90 km de Tunis, elle est considérée comme l'une des plus importantes agglomérations du Cap Bon. Pourtant, en se promenant à travers ses rues, poussiéreuses et sales, on a du mal à estimer sa valeur. Cette ville, aux mille et une «crevasses» et nids de poule, comme ont dit certains, semble revenir à un état « rural ». Le revêtement routier s'effrite visiblement et les matériaux de remblais se dispersent, presque à chaque rue. La circulation est insupportable, quasi impossible à la proximité des deux grands marchés de la ville. « C'est un nouveau phénomène qui a, tout de suite, marqué la ville après la révolution », s'indigne encore un marchand.
En face du marché principal, les vendeurs ambulants de légumes , sans autorisations municipales, et qui n'ont pas été chassés, comme toujours, dès leur installation, ont transformé, rapidement, leurs espaces en étals improvisés, dominant toutes les chaussées...
Une situation qui a fini par agacer plusieurs marchands , en règle, et qui se sont installés depuis longtemps dans un marché à la proximité de la ville, aménagé depuis une dizaine d'années.
D'ailleurs, ces mêmes marchands se sont trouvés dans l'obligation, concurrence oblige, de se mettre, avec les « intrus », aux alentours des marchés, pour écouler leurs produits (il est impossible de confirmer cette version des faits, surtout que le maire de la ville, après avoir promis de répondre aux questions, s'est inscrit aux abonnés absents).
Résultat : encombrement suffocant...justement, sur une artère principale (l'avenue Mahmoud Zhioua) qui débouche sur la zone industrielle et agricole de la ville. Les conducteurs ont du mal à se faufiler à travers les acheteurs distraits, beaucoup plus occupés à remplir leurs couffins qu'à céder le passage aux véhicules.
Il faut reconnaître que le trafic routier est d'ailleurs très important puisque dans cet espace anarchique, est aménagée une station de taxi. Un peu plus loin, un espace est réservé au transport rural alors qu' au coin de la rue, ou retrouve une station de bus et de « louages »....
Pis encore, au cœur de cet endroit, tout près de l'oued qui traverse la ville, un « espace de loisir pour familles », sous forme d'un petit carré de sol dallé, conçu au départ pour être un jardin !
Il est vrai justement que dans cette localité, aucun jardin n'est estimé à sa juste valeur. Bien au contraire, la verdure se réduit de plus en plus, cédant la place au béton. Et pourtant, Menzel Témime se veut une ville verte. «On a confié les espaces verts aux patrons des cafés pour assurer la maintenance. Une erreur lamentable. Les chaises ont, à la longue, abîmé le sol», regrette un habitant de la ville.
Belle, malgré tout
Pourtant, la beauté de cette ville est certaine. Placée entre deux collines, merveilleusement tapissées d'eucalyptus et d'autres faunes et flores très variées, elle paraît toujours majestueuse. Sidi Salem abrite les vestiges de la nécropole punique portant son nom. « Un site curieux et mythique », selon l'historien Jalloul Azouna.
Au pied de cette colline, s'ouvre la grotte El Htak (Gar El Htak), aujourd'hui fermée au public. Il s'agit d'une réserve naturelle pour une espèce de chauve-souris en voie de disparition et qui a longtemps alimenté l'imaginaire populaire de légendes incroyables.
En face d'elle, se dresse sa jumelle, la colline de Sidi Ben Salmène, qui sert aujourd'hui de cimetière. Au sommet de ces hauteurs, le paysage reste magnifique. On admire d'un côté la ville dont le périmètre municipal couvre une superficie de 25.000 hectares, et de l'autre, la plage blanche avec ses étendues de sable fin, éblouissantes au lever du soleil ... Entre les collines et la plage, s'étendent les terres agricoles, aux parfums chatouillants.
Malheureusement, après la révolution, les briques de construction ont fini par « submerger » ces terrains. De nouveaux bâtiments ont pris justement des dimensions imposantes. Les lots, face à la mer, n'ont pas même été épargnés. Les nouvelles villas de plusieurs étages défigurent déjà une architecture caractérisée par les toits en coupoles. Un réel gâchis !
Une vocation culturelle...
Une situation préoccupante surtout que malgré l'élargissement de ce tissu urbain, la ville attend toujours le gaz naturel et les service de l'Onas. « J'ai réellement peur pour notre plage. Non seulement, elle est défigurée, mais, sans une étude sérieuse, elle pourrait être définitivement polluée», s'inquiète un habitant.
Menzel Témime est cette cité antique disparue, rayée de la carte à la suite des invasions aux IIIe et IVe siècles av. J. C. Elle a pu renaître de ses cendres au XIIIe siècle comme base de la lutte contre l'occupation normande. Mais la ville ne connaîtra sa véritable expansion qu'à partir du XVIIIe siècle avec les M'aouine, promoteurs de l'enseignement gratuit dans la région.
Ainsi, Menzel Témime, bastion du nationalisme et du savoir, poursuivra cette même destinée au milieu du XXe siècle. La ville jouera ainsi un rôle de premier plan dans la lutte pour l'indépendance de la Tunisie, surtout par l'appel qu'elle a lancé pour la tenue du premier congrès du Néo-Destour en 1934 et la constitution de la première cellule néo-destourienne du Cap Bon. Elle est devenue ainsi un fief de connaissance à l'instar d'autres villes de la région, à savoir Kélibia, Nabeul et surtout Béni Khiar.
Cette ville a vu défiler des savants et nombreux cheikhs de la Zitouna. En effet, donnant l'asile à quelques familles andalouses chassées d'Espagne en 1609, elle a constitué un foyer de conservation du patrimoine musical andalou, le malouf. La tradition musicale s'est perpétuée jusqu'à nos jours avec le grand chanteur Youssef Témimi et le compositeur Abdelkader Bou'asida. *
Malheureusement, la population locale semble ignorer toute cette histoire, puisque la tendance culturelle, se fait de plus en plus rare. Cette vocation ne figure même pas sur la pancarte en marbre, nouvellement renouvelée et placée sur la porte d'une maison de la jeunesse... Un café fait de l'ombre
Heureusement que certains intellectuels de la ville ne lâchent pas prise. Une nouvelle association de citoyenneté, sous la direction de Hejer Ridan, a rejoint l'association du festival des chanteurs amateurs, pour lutter ensemble et dans un même local, contre le vide culturel flagrant. Elle organise des conférences à caractère politique, social et culturel, ainsi que quelques manifestations culturelles.
« Cette association a présenté, il y a quelques jours, dans l'hôtel de la ville, la pièce « Soud » création de la troupe théâtrale de Tazarka. Malheureusement, le public a été trop limité... A peine quelques dizaines!», observe un membre de l'association.
Ce tableau noir ne fait pas désespérer les habitants. Bien au contraire. Ces derniers s'attendent à un jour meilleur. Car Menzel Témime regorge de personnes capables de sauver la ville de cette «liberté» anarchique qui a fait régner le désordre, la laideur et l'ignorance...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.