Sponsoring sur Facebook : même la présidence s'y met !    Farouk Bouasker : Les partis qui demandent le report des municipales sont nombreux    Carthage Cement décroche un marché en Afrique subsaharienne    Abraaj : Le rachat des parts de EIT dans Tunisie Telecom est en cours de finalisation    Les femmes remparts contre les intégrismes    Pour les concessionnaires auto, ça ne roule plus !    LA BNA primée au Flambeau Olympique 2017    BNA Challenge Team : Un engagement historique en faveur de l'Handisport    Sejnane : Affrontements entre des protestataires et les forces de l'ordre    Khemaies Jhinaoui participe au sommet extraordinaire sur Al-Quds à Istanbul    Grève des finances : 12 syndicalistes suspendus par l'UGTT    Identité du caporal-chef tué par les terroristes à Kasserine    Un militaire décédé et 5 autres blessés à Kasserine    La Fédération des Finances appelle à ne pas suivre les appels de grève suspects    Le Bandit, le nouveau livre de Taoufik Ben Brik    La Palestine appelle à une réunion d'urgence de la Ligue arabe    Vidéo - Cheb Béchir chante pour sa mère... il fond en larmes et fend les cœurs !    Une cinquantaine de blessés après un renversement d'autocar de tourisme    Des éléments d'une organisation terroriste mis aux arrêts à Médenine    Mohamed Zine El Abidine : Nombreuses impostures ne cesseront d'ébranler la culture de mon pays !    Le président Erdogan mis en cause devant un tribunal new-yorkais    Attijari Bank « Meilleure banque en Tunisie » pour la 4ème fois de suite    Saisie de marchandises de contrebande d'une valeur de 240 mille dinars à Gabès    Plusieurs morts et blessés dans un double attentat-suicide au Nigeria    En photos : Les plus belles coiffures de la cérémonie de clôture du festival International du Film du Caire    Retour en images sur les plus beaux looks de la cérémonie de clôture du festival International du Film du Caire    La communauté Tunisienne de la réalité augmentée et virtuelle est née !    Mondial 2018 - La Belgique, le Panama, la Tunisie et l'Angleterre versés dans le groupe G    Le ministre de la Justice visite des centres de détention à l'occasion du Mouled    La poule de la Tunisie à la coupe du monde 2018    بالصور: لهذا تشابه ما ارتدته درة مع فستان ميريام فارس    Chahed préside la célébration du Mouled à la Mosquée Okba Ibn Nafa    Décisions de la fédération de football après les violences lors du match du Classico    En vidéos : Ericsson démontre le potentiel de la transformation Digital et de la 5G    Les arbitres des rencontres du Mondial 2018 seront connus en janvier prochain    Signature d'accords de coopération pour la création et la sauvegarde des espaces verts    Tunisie- Ligue 1: calendrier de la 1ère journée des play-off    Météo: Prévisions pour dimanche 26 février 2017    USA : New Orleans : Un camion fou fonce dans la foule : 28 victimes    154 parlementaires demandent à François Hollande de reconnaître l'Etat de Palestine    Tunisie – Remaniement ministériel : Réaction incendiaire de Sami Taheri    Tunisie – URGENT : Remaniement ministériel plein de surprises et de signes qui ne trompent guère    Arrestation de 12 Africains tentant d'entrer illégalement en Libye à partir de Ras Jedir    La plus jeune américaine à avoir achevé le tour du monde recommande de visiter la Tunisie    Tunisie – Météo : Baisse sensible des températures avec pluies et orges isolés    Daesh bomb attack kills 35 in Syria's Al-Bab    Ouverture de deux nouvelles lignes aériennes de Tunisair vers Constantine et Conakry    Retour sur la grande polémique créée à propos de la pièce théâtrale « Fausse Couche », le TNT réagit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De l'idiocratie à la médiocratie
Charlie Hebdo
Publié dans La Presse de Tunisie le 20 - 09 - 2012


Par Zoubeir CHAOUCH
Charlie Hebdo, canard charognard, en a rajouté une couche. Que faire, quand on manque d'inspiration et qu'on veut vendre sa feuille de chou ? Exploiter un évènement : toute cette vague de mécontentements à travers le monde musulman, suite au passage sur le Net de ce navet vidéo, pur produit d'une imagination infantile, salissant le Prophète.
Charlie Hebdo n'en est pas à son premier coup, il a déjà servi sa sous-littérature et ça lui a valu le saccage de ses locaux. Il sait à quoi s'en tenir, mais le jeu en vaut-il la chandelle ? Jusqu'à quel niveau de bassesse faut-il dégringoler pour intéresser des lecteurs en mal de sensations ? Invoquer la liberté d'expression ne trompe personne, pas plus que le droit de tout lecteur à une information « objective ». Imaginons un instant : si la caricature de la première page du canard avait représenté le juif orthodoxe sur la chaise roulante, ça aurait déchaîné la colère de toutes les têtes bien-pensantes et mobilisé la Licra. Le canard charognard sait se fixer des limites, quand il veut, et ça s'appelle la déontologie qui l'emporte sur la liberté d'expression. Imaginons que de notre côté, à nous autres musulmans, on se mette à salir ce que les chrétiens ont de sacré : publier des caricatures de Jésus en simple appareil, ou de sa sainte Vierge de maman en monokini, je ne crois pas que les lecteurs chrétiens auraient digéré le coup de la liberté d'expression invoqué de notre côté. Mais aucun caricaturiste musulman n'aurait eu l'idée saugrenue de le faire, pour la simple raison que Dieu loue la mère et son enfant dans le Saint Coran. Donc, intouchables. Nous savons nous fixer des limites, on préfère laisser le monopole du mauvais goût à des feuilles de chou du genre Charlie Hebdo.
En fait, la sous-littérature servie par Charlie Hebdo s'inscrit dans toute une campagne de dénigrement et de salissure de l'Islam ; ça a commencé avec ce brûlot, Les Versets sataniques de Salman Roshdi, un écrivaillon obscur, sorti de l'anonymat, grâce à ce torchon. Les Iraniens l'ont mis sous le coup d'une fatwa, le rendant du coup célèbre et apitoyant sur son sort une grande partie de l'intelligentsia qui invoqua le droit à la création et surtout à la liberté d'expression. Mais, comme je le disais plus haut, c'est deux poids deux mesures, essayez un instant de toucher à des sacrés occidentaux et là je t'interdis ce que je me permets de faire. Puis, il y eut cet obscur Danois qui griffonna des caricatures, annonçant un «genre» (on n'a plus entendu parler de lui, l'inspiration s'est tarie, probablement). Plus près de nous, il y eut ce collage-montage, on ne peut même pas appeler cette médiocrité un film, dû à un copte égyptien qui aura droit aux remerciements de la communauté copte d'Egypte pour les ennuis qu'il va lui attirer avec les fondamentalistes musulmans.
A tous les coups, la démarche est la même et ça sert les besoins d'une stratégie : provoquer pour déclencher une réaction violente de la tranche dure des musulmans et ainsi discréditer une religion et toute une communauté. Quand on salit, on ne fait pas dans le détail, on fout tous les braves musulmans dans le même sac.
Les réactions à toutes ces salissures ont été violentes et sont tout aussi condamnables que ce qui les a provoquées. Réagir à ce qui vous salit est légitime, mais sans recours à la violence. Pacifiquement, dans la dignité. Défiler dans les rues, crier son mécontentement pour apprendre la tolérance, le respect de l'autre à cette civilisation chrétienne qui veut uniformiser le monde à son image. L'ère de l'évangélisation à outrance est révolue : lékom dinoukom wa lia dini. Gardez vos convictions et on garde les nôtres, et apprenons à vivre ensemble avec nos différences.
Quand, de notre côté, nous réagissons violemment aux salissures, nous ajoutons de l'eau au moulin des intolérants et nous faisons un coup de pub à la médiocrité. Que vont faire nos braves salafistes qui ont le monopole de la foi et par voie de conséquence celui de la défense de l'Islam, à présent, après avoir saccagé l'ambassade des USA à Tunis ? Rééditer l'exploit ? Prendre d'assaut l'ambassade de France et lui faire payer l'idiocratie d'un Charlie Hebdo ? Compromettre des relations privilégiées avec un partenaire culturel et économique ? Le jeu n'en vaut pas la chandelle. Il faut garder la tête froide: la sous-littérature ne peut pas ébranler la foi du «commun» des croyants tunisiens, du croyant «normal» (cette description n'inclut pas les exhibitionnistes à barbe nid-à poux ou à niqab cache-misère). Et puis, comme le dit le canard charognard : le Prophète est «intouchable», il est bien haut placé dans le cœur des Tunes pour qu'un gribouillage l'atteigne. Charlie Hebdo a juste droit à notre mépris.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.