Korchid : ''L'une des erreurs de Kais Saied...c'est Nadia Akacha''    Tunisair suspend ses vols à destination et en provenance du Burkina Faso    Kaïs Saïed souhaiterait appliquer un modèle proche du Velayet-e faqih iranien, selon Hatem Mliki    CAN 2021 – EN : deux nouveaux cas Covid !!    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 25 Janvier 2022 à 11H00    Tunisie-coronavirus : Vers le durcissement des mesures sanitaires ?    Tunisie – météo : Températures en légère baisse et pluies attendues    Béja: 42 nouvelles contaminations en milieu scolaire    Tunisie-coronavirus : Vers la levée du couvre-feu ? La réponse    "Mes mots pour le dire", nouveau concours vidéo francophone international    Affaire Béchir Akermi : La justice de nouveau dans la tourmente !    teste    CONDOLEANCES : Jamel ACHOUR    STA en bourse : visa du CMF obtenu, souscriptions à partir du 21 février 2022 au prix de 17 D l'action    Un délinquant poignarde trois personnes à la station Intilaka : Grosse frayeur à bord d'un métro de la Transtu    Coronavirus : Du nouveau concernant Omicron    Al-Koweit : Khenissi réussit un triplé    Centenaire du cinéma tunisien : Zoom sur un pionnier nommé Albert Samama Chikly    Ce que pense un ancien ambassadeur des USA de la démission de Nadia Akacha    Mekki : Saied s'est opposé au placement en résidence surveillée de Ghannouchi    Makrem Lagguem accuse tout le monde de corruption    Pourquoi? | Avec de la volonté    Des entreprises américaines souhaitent investir en Tunisie, assure Donald Blome    Hatem Mliki: Ce qu'a fait Saied, ''c'est la honte''    Tozeur : Bientôt une zone irriguée à El Hamma de Djerid    La Banque mondiale s'attend à un ralentissement de l'économie tunisienne    CAN 2022 – Maroc vs Malawi : Sur quelle chaîne et à quelle heure regarder le match en direct ?    Prix au marché municipal de Gafsa [Vidéo]    Les dirigeants de l'UGTT et les enseignants vacataires s'assoient aujourd'hui autour de la même table    La censure des commentaires a frappé aussi le ministère des Sports !!    La date de remise des échantillons de l'édition 2022 du prix de meilleure huile d'olive reportée au 30 janvier    Gordon Gray commente la démission de Nadia Akacha et parle des causes probables de cette décision    Watford : l'entraîneur Claudio Ranieri limogé    Matériel informatique et télétravail : Comment réduire la consommation d'énergie ?    Risques mondiaux : Les inquiétudes pour l'avenir persistent    Contrepoint | Le mal et l'issue...    Abid Briki: Nous soutenons les mesures prises par Saied    Assurances | M.A.E : Une première !    BNA Bank : Performances records et dynamique de croissance confirmée    Ukraine : les USA évacuent livrant le pays à Poutine, l'UE spectatrice    Pièce "Hend, le prince de Djerjer" d'IZA LOU mise en scène par Jean-Luc Garcia à EL TEATRO Tunis    Rabat pourrait-il "voler" à Alger l'organisation du sommet de la Ligue arabe?    Sur nos écrans l «Al Kahen» de Othman Abou Laban : Le genre dans le mauvais    « Art Expo » à la galerie « Musk & Amber » : Action commune    Livres | «Ton absence n'est que ténèbres» de Jón Kalman Stefánsson : Une mosaïque romanesque extraordinaire    Ammar Mahjoubi: Le caractère fondamentalement inégalitaire de la société romaine*    Monde : Le président arménien annonce sa démission    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mieux se repositionner sur les marchés extérieurs
Secteurs agricole et agroalimentaire
Publié dans La Presse de Tunisie le 22 - 03 - 2013

Des journées de formation pour la mise à niveau des unités de production afin qu'elles intégrent les référentiels BRC et IFS du protocle Globalgap, ISO 22000, HACCP
Le projet de la plateforme méditerranéenne pour la qualité des aliments et des produits agricoles entrant dans le cadre du programme “Agromed Qualité" sera appliqué dans huit gouvernorats tunisiens sous forme d'ateliers de formation durant les mois de mars et d'avril, sous l'égide de l'Union tunisienne de l'agriculture et de la pêche (Utap). Ce programme est réalisé en coopération avec l'Italie et financé par la Délégation européenne. Il réunit plusieurs partenaires, dont l'Union maghrébine des agriculteurs, le partenaire italien et un institut de recherche et de développement. L'objectif est donc d'initier les professionnels dans le secteur agroalimentaire à certains aspects relatifs à la qualité des produits alimentaires et agricoles sur la base de certaines normes internationales.
Etant partenaire de ce programme, l'Utap organise des journées de formation destinées aux agriculteurs et aux conseillers dans les secteurs agricole et agroalimentaire dans certaines zones ciblées dans les gouvernorats de Tunis, de l'Ariana, de Ben Arous, de La Manouba, de Bizerte, de Nabeul, de Béja et de Jendouba, qui constituent des sites de productions importants. Parallèlement, le siège de l'Union abrite des ateliers de travail durant le mois de mars et avril. Il s'agit d'assurer la mise à niveau des différents intervenants — agriculteurs et industriels — dans le domaine de la qualité et de la sécurité alimentaire, et ce, à travers la certification de la qualité des produits alimentaires en tenant compte de la traçabilité, les référentiels BRC et IFS du protocole Globalgap, ISO 22000, HACCP.
Diminution du nombre d'audits
Les référentiels BRC et IFS ont été élaborés par les distributeurs pour présenter aux consommateurs et gagner leur confiance vis-à-vis des produits alimentaires proposés. Le BRC est la propriété du British retail consortium (britannique), alors que le référentiel, (International Food Standard) (IFS) a été défini par les distributeurs allemands, français et italiens. Ces certifications sont destinées aux entreprises qui souhaitent vendre des produits sous la marque des distributeurs. Les producteurs ont plusieurs avantages grâce à ces certifications comme l'accès aisé aux marchés britanniques, allemands, français, espagnols, italiens, polonais et hors Europe. En plus, ils peuvent avoir des relations étroites avec les distributeurs pour suivre les ventes et apprécier l'intérêt de consommateurs à l'égard des produits. La transparence est ainsi consacrée, et la confiance des clients renforcée. Il est même possible de maîtriser les risques et le processus de production interne de chaque entreprise, ce qui a pour conséquence une diminution du nombre d'audits.
Quant à la norme Globalgap, elle provient d'une organisation privée, non gouvernementale et à but non lucratif qui définit des normes volontaires pour la production et la transformation des produits agricoles, d'élevage et d'aquaculture. Cette norme a été élaborée par les principaux détaillants et chaînes de supermarchés européens afin de définir des normes associées aux bonnes pratiques agricoles. Le but est d'obtenir des produits sûrs et sains pour une meilleure sécurité des consommateurs. Les partenaires commerciaux de production et de transformation sont particulièrement concernés par cette démarche. A noter, cependant, que la certification Globalgap s'applique surtout à la production de fruits, légumes, produits animaux et piscicoles et couvre les matériels de multiplication végétative et la fabrication d'aliments composés. Déjà, en février 2009, plus de 93.000 producteurs sont certifiés Globalgap.
S'agissant de la norme 22000, elle vise essentiellement à créer et à maintenir un Système de management de la sécurité des aliments (Smda). Ainsi, le travail est focalisé sur les compétences du personnel, la recherche continue d'informations pour ce qui est des produits alimentaires, comme les nouvelles lois, les normes, les réglementations et autres. Il est tenu compte aussi du système HACCP. La norme en question est compatible aussi avec la norme ISO 9001 relative au management de la qualité et avec la norme ISO 14001 relative au management environnemental. Une fois certifiée selon la norme 22000, l'entreprise peut gérer la sécucité avec plus d'aisance. Les professionnels reconnaissent et utilisent les guides de bonnes pratiques d'hygiène.
Une obligation de résultats est imposée en autorisant une liberté de choix des moyens à utiliser. Les techniciens tiennent compte de certaines exigences des clients sur la sécurité des denrées et peuvent inclure le standard technique ISO 22003 sur les règles d'audit de certification et de qualification des auditeurs.
Autant de normes dans le secteurs agroalimentaires qui visent, en définitive, à aider les producteurs à améliorer constamment leurs produits pour répondre aux tendances des consommateurs en leur renforcant la sécurité et la qualité. Ainsi, l'entreprise serait en mesure de pénétrer dans de nouveaux marchés ou de renforcer sa présence dans les marchés où elle est déjà présente. De nouvelles méthodes de travail plus pratiques et saines doivent être introduites dans ces entreprises qui sont tenues de relever les défis de la concurrence.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.