Tunisie-Mechichi: Le gouvernement s'emploie à restaurer la confiance dans les institutions économiques    Coronavirus | L'UE va aider les pays de la rive sud de la méditerranée à acquérir le vaccin    Coronavirus : 51 nouveaux décès et 1.168 nouvelles contaminations, Bilan du 25 novembre    L'ancien ambassadeur d'Allemagne à Tunis, Dr Andreas Reinicke, nommé conseiller pour la coopération digitale pour l'Afrique du Nord    Les représentants des structures judiciaires réclament la création d'un Fonds d'appui à la justice    BCT : 45% des transactions financières en Tunisie sont effectuées par chèques    Bourse de Tunis : Le Tunindex termine la séance de jeudi sur une note morose    Inauguration d'un nouveau centre de formation inter-entreprises dans le secteur du textile à Bizerte    Des manifestants menacent de fermer la vanne du Gazoduc de Sbikha    L'Iran et la Russie coopèrent sur un vaccin anti-Covid    Tunisie, Egypte et Liban grands bénéficiaires    Le président du Zamalek, Mortada Mansour «persona non grata» pour la finale !.    Repli tactique ou tentative pour sortir de la crise qu'il a pilotée ?    Damas dénonce encore une fois des frappes israéliennes    Retour, plein d'espoir, des Azerbaïdjanais    Des femmes militantes réduites au silence par les armes    Chiraz Latiri, ancienne ministre des affaires culturelles défend son bilan    Olga Malakhova et les archétypes    Les arts visuels dans tous leurs états    Le documentaire tunisien "Le disqualifié" de Hamza Ouni remporte la mention spéciale du jury du BIAFF Doc    La Tunisie, 2ème pays où les chercheurs ont amélioré le mieux la sécurité de Facebook    Le court métrage tunisien "Nour", de Rim Nakhli en lice au festival international du film du Caire    Violence faite aux femmes : Le ministère de la Femme signe un accord de partenariat avec l'Association femme et citoyenneté au Kef    Webinar sur les principales leçons tirées de Tfanen-Tunisie Créative le 3 décembre    Projet européen "REUSEMED" pour la création des réseaux de réutilisation des déchets    ARP : adoption du rapport relatif aux projet de loi de finances de 2021 et budget de l'Etat de 2021    Etoile du Sahel : un entraîneur brésilien sur le radar    En photos : En colère, les journalistes protestent à la Kasbah    DECES : Mahmoud TAAMALLAH    Echange de graves accusations entre deux hauts magistrats : Faut-il craindre pour l'indépendance de la justice ?    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 26 Novembre 2020 à 11H00    Calme plat et absence de production au bassin minier    Tunisie [Vidéo]: En direct, rassemblement des journalistes à Sfax    Coronavirus: De nouveaux décès à Sfax    NEWS | Shonga propose ses services à l'EST    Diego Maradona s'est éteint hier : Une légende s'en va !    Ligue des Champions : le Bayern et City qualifiés aux huitièmes de finale    La grève des magistrats prolongée de trois jours    Les derniers mots de Maradona dévoilés par une chaîne de télévision    [TRIBUNE] Deux siècles après, Haïti redevient le plus peuplé de la Caraïbe    Habib Ammar : la priorité est de protéger le secteur touristique de l'effondrement    Sénégal : la Banque africaine de développement renforce les capacités nationales pour accroître la performance de son portefeuille    La Chambre africaine de l'énergie propose un guide de réformes pour le secteur pétrolier et gazier de la Guinée équatoriale    Météo : Temps ensoleillé    Plus de la moitié des Tunisiens ayant obtenu la nationalité italienne ont rejoint la France    Des cercles de réflexion auront lieu à Dar Sebastien à partir du 27 novembre 2020    Times: L'ère de Poutine touche à sa fin    Audition du Ministre des affaires Culturelles: Le budget se réduit comme une peau de chagrin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les spectres maudits du pouvoir
Première de Ibrahim II, le Terrible de Mounir Argui au 4e Art
Publié dans La Presse de Tunisie le 29 - 04 - 2013

Il est indispensable de convenir de la nécessité de l'art dans sa manière de dénoncer les oppressions politiques et le pouvoir dans tous ses états de terreur. D'Ivan le terrible, le tsar russe, film du cinéaste Einstein, Le dictateur de Charlie Chaplin, à Caligula, l'empereur romain, d'Albert Camus et Macbeth de Shakespeare, le cinéma comme le théâtre et même les autres expressions artistiques ont constamment relevé la vénalité du pouvoir qui pervertit l'humain. On a aussi toujours redouté les voix résistantes et tenaces du 4e art et de son pouvoir de déjouer le mécanisme tyrannique de la dictature. Cette capacité-là est perçue, grâce à la nouvelle création de Mounir Argui, Arrahib(*) produite par le Théâtre National et dont la première a été donnée le 25 avril à la salle Le 4e Art, qui nous conduit, avec enchantement dans le décor et l'univers de l'Ifriqiya de l'ancienne Tunisie.
Après Antigone, écrite par feu Samir Ayadi, Ibrahim II est la deuxième pièce mise en scène par Mounir Argui dans le genre du théâtre classique. Force est de considérer que les thèmes des tragédies constituent une trame universelle par excellence. En effet, la tragédie met en scène une peinture des passions et de ce que Racine nommait fureur.
Retour du théâtre classique
Le déroulement de l'intrigue est le suivant : de prime abord, on voit le héros, Ibrahim, pourvu de valeurs et de qualités nobles. Entouré de saillants dignitaires de Kairouan qui veulent le persuader de prendre les rênes, Ibrahim se trouve dans une situation fâcheuse et repousse cette proposition qui le contraint à arracher la place à son neveu. Ces dignitaires qui montrent leur confiance aveugle et leur foi en la personne loyale, dévouée et sincère qu'est Ibrahim, réussissent la rude mission quand ce dernier se résigne à son sort. Renversement de situation : un héros qui court à sa perte, le bonheur cède la place au bonheur et la terreur se substitue au calme initial. Ibrahim s'avère un héros tragique par excellence!
La morale nous est parvenue avec toute la délicatesse théâtrale. En effet, l'être humain est toujours séduit par le pouvoir, une fois il s'en empare, une fois on attise ses tendances aux abus, une fois on renforce son césarisme. L'être devient barbare, dépouillé de tout sentiment humain, imbu d'une folle démesure. Cependant, dans cette pièce, Ibrahim n'a pu que satisfaire le désir des autres, même s'il a accompli, jusqu'à la dernière goutte de sang humain qui palpite dans son cœur, la soif d'exterminer toute personne qui l'approche ou se détourne de lui. Oscar Wilde notait bien qu'«Il y a deux tragédies dans la vie : l'une est de ne pas satisfaire son désir et l'autre de le satisfaire»
Avec cette pièce tirée de l'histoire ancestrale, il convient de noter que la catharsis chère à Aristote est d'une modernité succulente. Dans la situation actuelle de la Tunisie, particulièrement après la chute du régime de Ben Ali, le choix de ce genre de théâtre est symbolique. C'est pour cela que le metteur en scène a choisi de monter cette pièce, écrite par Abdelkader Ltifi, ici et maintenant. Ce choix contribue à actualiser la purgation des passions, en aidant le spectateur tunisien à se libérer de ses angoisses et de ses frustrations. S'identifiant à ce genre de théâtre où le destin est suprême, le spectateur se trouve devant une purification morale qui le délivre de tout sentiment escamoté.
Une saison éternelle en enfer...
D'ailleurs, on a bien senti dans la salle cet effet-là, à la fin du spectacle. S'ajoute à cette interaction tacite, un petit clin d'œil à notre présent, ce qui a provoqué les rires et les applaudissements des spectateurs.
Le premier émir de la dynastie des Aghlabides, qui a régné sur l'Ifriqiya, est très connu pour ses conquêtes et les réalisations qu'il a accomplies dans la ville de Kairouan. Cependant, le passé noir de ce souverain a été raturé. Seules les œuvres artistiques sont capables de mettre à nu les régimes des empereurs terribles. Dans cette pièce, l'émir fait avancer la machine infernale crescendo : il commence par massacrer son neveu et ses compagnons. Ensuite, il n'hésite pas à tuer férocement tous ceux qui ont soutenu son ascension dans le pouvoir. Aussi, dans les coulisses du pouvoir, voit-on la sottise et l'hypocrisie des uns, la fidélité et la loyauté des autres.
Sans crier gare, ce carnassier, campé par Béchir Ghariani, le comédien au talent indéniable, déchiquète tous ceux qui sont susceptibles de manifester le moindre reproche à l'égard de son trône.
Ce héros est l'auteur de son propre malheur; il a mis en scène sa propre déchéance, décoré son château de murs sanglants, porté le costume le plus noir afin d'exhiber les ténèbres du pouvoir : il fut acteur et spectateur de sa propre tragédie.
«Pour qui sonne le glas?»
La chute se prépare et s'installe. Egaré dans ses cauchemars, noyé dans sa folie, rongé par le remords, l'émir est perçu dans l'ironie et le cynisme absurdes. La dérision est bien présente : le clownesque devient la toge comique de la tragédie et le ridicule miroir reflète un roi qui sombre dans le rejet de l'abnégation des siens et de la négation de leur amour. Le Bassin des Aghlabides, siège de son gouvernement, devenu l'écueil des massacres du souverain, sera désormais le bassin qui bercera son possesseur dans un vide morbide et mortuaire. A la fin du spectacle, on voit le héros éthéré, dans une transparence terrible, portant un blanc qui en fait un mort-vivant et le dénude de toute humanité.
En somme, cette pièce, qui nous rend témoins de l'histoire de la Tunisie particulièrement à travers les costumes prolixes et frappants, est un témoignage de récits tragiques d'acteurs et de héros titanesques. Et là c'est Napoléon Bonaparte qui nous enseigne que « la tragédie échauffe l'âme, élève le cœur, peut et doit créer des héros».
(*) Arrahib. Texte : Abdelkader Ltifi. Mise en scène : Mounir Argui. Dramaturgie : Hamdi Hemaidi. Interprétation : Halima Daoud, Béchir Ghariani, Slah Msaddek, Jamal Madani, Faouzia Thabet, Naouress Chaâbane, Abir Smidi, Mohamed Jriji, Chiheb Choubail, Moncef Ajingui, Nader Bel Aïd, Habib Ghezal, Fethi Miled, Jihed Hafedh, Zlait Yahyaoui, Mohamed Hédi Mejri et Saber Jendoubi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.