L'IACE organise la 35e édition des Journées de l'Entreprise du 9 au 11 décembre    SE Shinsuke SHIMIZU, ambassadeur du Japon en Tunisie, à La Presse : « La Tunisie peut être une porte d'entrée pour les investisseurs japonais vers l'Afrique »    Iles Kerkennah : Pour un tourisme vert et écoresponsable    SKYS à Tozeur : Près de 500 tunisiens ont participé à l'événement dans le désert    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 29 Novembre 2021 à 11H00    Le variant Omicron du coronavirus se propage: Les pays qui ferment leurs frontières    Sidi Bouzid : le directeur du lycée 9 avril tabassé par un parent    Les indiscrétions d'Elyssa    Vidéo du jour: Une école pieds dans l'eau    L'équipe de Tunisie entame demain la coupe arabe des nations | Billet : A quoi servira la Coupe arabe ?    Coupe de la CAF | Tour de recadrage aller – Tusker FC-CSS (0-0) : Le CSS assure l'essentiel    Une JSK poussive devant mais solide derrière : Le réalisme aghlabide    UA : la Libye appuiera la candidature du Maroc, pas celle de la Tunisie    Tribune | A défaut de relance économique, dépénalisons la migration extralégale    Sejnane : Reboisement de 5400 arbres plantés malgré les conditions météorologiques difficiles    Université Mahmoud El Materi | Colloque international sur le diabète : La recherche et la lutte continuent    Tribune | Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien : Le message d'António Guterres *    Le syndicat indépendant des réalisateurs et producteurs (SIRP) : Arrêter le formatage narratif des films tunisiens    Evénement artistique à XYZ et hors les murs à La Marsa : Je suis la grenade    Abdellatif Mekki évoque les conditions d'un dialogue    Ahlem Gzara: Des personnes complètement vaccinées parmi les admis dans les services de réanimation    Béja: Les agents du développement Sylvo-Pastoral en sit-in ouvert [vidéo]    Le fonctionnaire tunisien est le moins payé de la Méditerranée, selon Ajbouni    Abdellatif Mekki: Pas de dialogue sans retour au cadre constitutionnel    Ministère de l'Industrie: L'annulation des permis de recherche d'hydrocarbures est parfaitement légale    Près de 4 000 litres d'huile végétale subventionnée pour le marché de Tozeur    Météo : Temps pluvieux et chutes de neige et de grêle    Tunisie-Coronavirus: Zéro décès et 95 cas en une journée    Ali Laârayedh parle d'amour    Tunisie : Noureddine Tabboubi menacé de mort    Sfax-Crise de déchets: Une grève générale sera annoncée    Virgil Abloh, directeur artistique de Louis Vuitton n'est plus    Ligue 2 Pro : Résultats des matches et classements des Groupes C et D    EN Hand féminine : la liste des 16 joueuses convoquées pour le mondial    Suspension de tous les vols de passagers à destination du Maroc pour deux semaines dès lundi    Foot-Europe: le programme du jour    Coupe arabe : Classement des pays les plus couronnées    Cité de la culture : Concert du duo Tsuji Hideki, Miyazaki Mieko et Amina Srarfi    Algérie : Fort séisme à Béjaïa    La profession du conseiller fiscal    La Tunis appelle la communauté internationale à amener Israël à se conformer aux résolutions de l'ONU    Pourquoi? | Le mystère de l'huile subventionnée    A l'Avenue Habib-Bourguiba : Un individu armé voulant attaquer le MI maîtrisé    The Washington Post évoque la Tunisie    Encore une fois, une compétence Tunisienne s'affirme à l'étranger    Ouverture du 8ème Festival de la création de l'UGTT en présence de Taboubi et de Guettat    Prix FABA de littérature : Remise des prix de la 1ère édition le 4 décembre 2021    Festival du film maghrébin d'Oujda : La Tunisie rafle 3 prix    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Entre escalade et apaisement
L'incident du «dégage» à el aouina
Publié dans La Presse de Tunisie le 22 - 10 - 2013

«Aucune plainte officielle de la part de la présidence de la République», selon le SG du Syndicat national des forces de l'ordre
Ce qui s'est passé à la caserne d'El Aouina, le vendredi 18 octobre, lors de la cérémonie d'hommage aux deux membres de la Garde nationale tués à Goubellat par des terroristes, n'a pas manqué de faire des vagues et de soulever remous et réactions.
Le jour même de l'incident du «Dégage» aux trois présidents de la République, du gouvernement et de l'Assemblée nationale constituante (ANC), le chef du gouvernement Ali Laârayedh ainsi que le nouveau commandant de la Garde nationale Mounir Ksiksi ont réagi à chaud en menaçant «de prendre des dispositions disciplinaires administratives et judiciaires contre les agents qui ont lancé le slogan "Dégage" à la face des trois présidents».
Dimanche dernier, certains journaux électroniques et médias audiovisuels, dont la chaîne de télé «Al Moutawasset» proche du mouvement Ennahdha, ont annoncé que «la présidence de la République a ordonné l'ouverture d'une enquête par la justice militaire sur l'incident d'El Aouina». Information démentie, sur Mosaïque FM, par un responsable de la direction des médias et de la communication au sein de la présidence de la République.
En revanche, le ministère de l'Intérieur a annoncé dans un communiqué rendu public, le dimanche 20 octobre, qu'une enquête administrative sera ouverte concernant l'incident du «Dégage» adressé aux trois présidents à El Aouina appelant les agents à éviter «tout engrenage politique et à se mobiliser pour combattre le crime organisé et le terrorisme». Ce qui n'a pas empêché Adnène Mansar, directeur du cabinet présidentiel, de déclarer : «que des poursuites seront engagées contre certains agents impliqués dans l'incident d'El Aouina».
De son côté, la Ligue de protection de la République (LPR) a appelé, dans sa page officielle dimanche soir, «le président de la République à fusiller par balles, au nom du peuple, les responsables des syndicats de la sécurité intérieure et à interdire toute activité syndicale dans le secteur de la sécurité». Ajoutant que «les syndicats préparent un coup d'Etat en accord avec l'opposition».
Les directeurs généraux et les directeurs des directions centrales de la Garde nationale ont exprimé, eux, dans un communiqué rendu public dans la nuit du dimanche 20 octobre, leur solidarité avec leur commandant Mounir Ksiksi et ont dénoncé «le sabotage scandaleux de la cérémonie d'hommage aux martyrs de la Tunisie».
Par ailleurs, Rached Ghannouchi a dénoncé dans un communiqué de son mouvement Ennahdha rendu public, dimanche dernier, «le comportement irresponsable» de certains agents de sécurité qui ont saboté la cérémonie d'hommage aux martyrs par leur engagement dans des stratégies politiques partisanes qui ne respectent pas la volonté populaire et par leur déviation des objectifs de l'action syndicale, ce qui entache l'image de l'institution sécuritaire.
Tout en exhortant à répondre aux revendications légitimes des agents de sécurité qui leur garantiraient sérénité et dignité ainsi que de meilleures conditions de travail, Ennahdha s'insurge contre tout agissement irresponsable de certains agents de sécurité et appelle à prendre à leur encontre les sanctions qu'impose la loi.
A toutes ces menaces de poursuites judiciaires aux appels haineux de meurtre des LPR, l'Union des syndicats des forces de sécurité tunisiennes n'a pas manqué de réagir par des déclarations avertissant toutes les parties contre toute poursuite judiciaire ou administrative à l'encontre des agents de sécurité présents à El Aouina. Des manifestations ont, d'ailleurs, eu lieu, hier, dans certaines villes du pays, dont Jendouba et Gafsa, revendiquant la promulgation de lois antiterroristes.
Enfin, M. Nabil Ayari, secrétaire général du Syndicat national des forces de l'ordre, nous a déclaré qu'«aucun ordre officiel d'ouverture d'enquête ou de poursuite judiciaire contre des agents de la sécurité intérieure présents à El Aouina ne nous est parvenue de la présidence de la République».
«Concentrons-nous sur la lutte contre le terrorisme»
A la lumière de ces réactions et contre-réactions sur l'incident du «Dégage», nous avons interrogé certaines figures de la scène politique et autres députés sur leurs positions : faudrait-il sanctionner les auteurs du «Dégage» ou circonscrire l'incident en clôturant l'affaire ? Abderraouf Ayadi, président du mouvement Wafa, est catégorique : «Il faut sévir contre les agents de sécurité qui appellent à la rébellion en les poursuivant en justice. Ce qui s'est passé à El Aouina est très grave et nécessite l'application de la loi, d'autant que l'une des premières leçons inculquées aux agents de l'ordre est le respect de la discipline. Or, le non-respect de la discipline implique des sanctions en conséquence».
Touché de son côté, Mahmoud Baroudi, constituant de l'opposition (Parti démocrate progressiste) retiré de l'ANC, penche plutôt pour l'apaisement : «Vous savez, de pareils mouvements spontanés de protestation surviennent dans tous les secteurs. Il est vrai que la sécurité est un domaine sensible et qu'une certaine discipline de ceux qui y travaillent est nécessaire. Mais amplifier l'affaire serait, à mon avis, contre-productif. Cela d'autant que ce n'est pas la première fois que pareils incidents arrivent. Cela s'est passé sous le gouvernement Béji Caïd Essebsi vers la fin de 2011. De plus, on comprend le malaise des agents de sécurité face aux menaces terroristes et aux dangers qu'ils courent, surtout qu'ils luttent contre le terrorisme avec des moyens indigents et inappropriés. Certes, les agents devraient, malgré tout, continuer à faire preuve de discipline, mais il est tout aussi impératif qu'il y ait une volonté politique pour contrer le terrorisme et aider, ainsi, ces agents dans leur tâche».
Interrogé, également, Mohamed Bennour, porte-parole d'Ettakatol, est clair : «Tous nos efforts doivent se focaliser sur la lutte contre le terrorisme en s'attachant à ce que la sérénité règne dans le secteur de la sécurité. Aujourd'hui, nous sommes en guerre contre le terrorisme qui représente la vraie menace contre la Tunisie et ses institutions républicaines et civiles. Oui, les agents de sécurité ont raison de revendiquer une couverture juridique et des équipements nécessaires pour contrer le terrorisme.
Les pouvoirs en place doivent mettre sur le tapis ce dossier et y trouver les solutions adéquates et efficaces, afin de protéger les agents de sécurité et de lutter efficacement contre la menace terroriste. C'est pourquoi je pense qu'il faudrait circonscrire et mettre en sourdine l'incident d'El Aouina. Cela afin de calmer les esprits, d'éviter d'amplifier cette affaire et de nous concentrer sur l'essentiel : la protection du pays, de ses institutions et des citoyens du fléau terroriste».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.