Le marché boursier entame la semaine sur une note d'optimisme    Coronavirus : 4 décès et 179 nouvelles contaminations, Bilan du 26 septembre    Tunisie Telecom réitère sa disposition à poursuivre le dialogue avec son partenaire social    Ooredoo soutient l'initiative « La classe digitale » au gouvernorat de Jendouba    Flat6Labs réalise le second closing de Anava Seed Fund pour le porter à 30 millions de dinars et accueille Sawari Ventures comme nouvel investisseur    L'INM appelle à la vigilance à cause des pluies attendues dans la soirée    Des organisations nationales appellent à fixer des échéances pour mettre fin à l'état d'exception    Huawei annonce un investissement de 150 millions $ dans des programmes inédits    Le sénateur Murphy: Tant que la démocratie n'est pas rétablie, nous devons revoir notre programme d'aide à la sécurité pour la Tunisie    Monde- Daily brief du 27 septembre 2021: Emmanuel Macron ciblé par un homme qui lui a lancé un œuf    Ministre de l'Education: Plus de 450 écoles seront réaménagées dans les prochains mois    La Tunisie s'illustre au Championnat d'Afrique d'échecs    Retour du Salon de la Création Artisanale du 1 au 10 octobre 2021 au Kram    Chiffre du jour : 141 millions de dinars, seulement, sont les crédits extérieurs nets mobilisés par la Tunisie    Démission collective à Ennahdha - Abdellatif Mekki : Nous n'étions plus qu'un fardeau    Slaheddine Dchicha: De «l'exception tunisienne» à l'état d'exception    Olaf Scholz, le probable chancelier d'Allemagne    Parti des Travailleurs: Kais Saied s'est donné tous les pouvoirs    Exposition Ouatann de Chiara Montenero, du 1er au 30 octobre 2021 à la galerie Alain Nadaud    Dernière minute- Affaire S17: Mandat de dépôt à l'encontre de Seif Eddine Makhlouf    Tunisie – Coronavirus: le taux de positivité des tests baisse à 6,62%    STEG: Des compteurs intelligents à partir de janvier 2022    Attaque de Kasar Hellal : le Parquet ordonne une instruction pour homicide volontaire    Décès du rédacteur en chef du journal Echaâb, Mokhtar Ghriss    Tunisie – ONU : Jerandi s'entretient à New York avec Lacroix    Ons Jabeur se hisse à la 16ème position au classement WTA    Ons Jabeur monte à la 16ème place du classement mondial !    Ali Larayedh: Les dernières mesures présidentielles menacent l'entité de l'Etat    Samir Dilou : Même notre prophète avait moins de prérogatives que Kaïs Saïed !    Covid-19 : 5 millions de tunisiens primo-vaccinés    Foot-Europe: le programme du jour    Supercoupe 2020-2021 (EST-CSS 1-0) : Les déclarations d'après-match    Clermont vs Monaco : Où regarder le match en direct et live streaming ?    La Fondation Orange lance la 4e édition du Prix Orange du Livre en Afrique    Photo du jour : 2 millions de dinars dé    De retour à l'opéra: Une série de pièces de théâtre à la cité de la culture du 1 au 7 octobre    3 membres du congrès américain appellent Biden à intervenir en vue de rétablir le Parlement tunisien    Manchester United vs Aston villa en direct et live streaming : Comment regarder le match ?    Foot-Europe: le programme du jour    La Fondation Orange lance la 4e édition du Prix Orange du Livre en Afrique    Tout savoir sur Les Araméens    JCC 2021 : Listes des films sélectionnés dans le cadre de Chabaka et Takmil    Envirofest à Bizerte en marge du Forum Mondial de la Mer (Programme)    Libye: Dbaïba rejette le retrait de confiance    Abu al-Bara al-Tounsi tué dans un raid à Idleb    Crise des sous-marins: Quelques leçons pour les Arabes    Pêcheurs tunisiens interpellés par les garde-côtes libyens : Le ministère de la Défense rappelle la réglementation    Comment comprendre les prochaines élections en Allemagne et quel impact sur la Tunisie du départ d'Angela Merkel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Des principes difficiles à appliquer»
Les recommandations de la Haica vues par les professionnels
Publié dans La Presse de Tunisie le 28 - 08 - 2014

Les recommandations de la Haica resteront-elles un vœu pieux, en l'absence de mécanismes d'évaluation des programmes audiovisuels ?
La Haica (Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle) a communiqué aux médias, tout récemment, 19 recommandations : soit une sorte de système réglementaire qui régit la couverture médiatique des élections législatives et présidentielles relative aux périodes préélectorales.
L'Instance recommande en substance «la pluralité dans l'expression des points de vue, des idées et des programmes politiques, l'indépendance, la neutralité, l'honnêteté des médias audiovisuels, l'objectivité, l'équité, la transparence, l'impartialité dans la présentation des actualités et des informations politiques».
Cela outre «l'équilibre entre les différents partis et personnalités politiques, en prenant en compte la couverture des activités des trois présidents ainsi que l'accès équitable à l'antenne des moyens de communication entre les différents courants politiques et les représentants du pouvoir politique.
Autre point : la non-diffusion de discours officiels des trois présidences, agents et conseillers sauf cas extrême», enfin, «l'interdiction de la publicité politique en période électorale et de la diffusion de sondages politiques».
Comment les directeurs de chaînes audiovisuelles et les journalistes ont-ils réagi à ces principes généraux censés s'appliquer aussi bien à la presse audiovisuelle qu'à la presse écrite dans un esprit d'objectivité, de neutralité et d'équité ? Les avis divergent. Zouhaïr Latif, fondateur et directeur de la chaîne privée Telvza-TV, est catégorique : «Il est difficile d'être objectif, notamment quand il s'agit du secteur audiovisuel privé. Car plusieurs listes électorales de partis sont conduites par des hommes d'affaires qui, même s'ils ne sont pas têtes de liste ou au sein de la liste, sont derrière de nombreux partis. Cela va se refléter sur les élections car déjà plusieurs partis politiques sollicitent actuellement des chaînes de radio locales pour les soutenir lors des élections contre financement. Ainsi, il sera difficile d'appliquer et de s'en tenir aux principes d'indépendance, d'objectivité, de neutralité et d'équité.
Comment, par exemple, appliquer le principe d'équilibre entre 140 partis politiques, dont certains présentent une ou deux listes alors que d'autres en présentent une trentaine? Vais-je favoriser les grands partis ? Mais n'est-ce pas là une manière d'orienter les élections? Sachez, par ailleurs, que plusieurs partis sont derrière des prétendus politiques indépendants, surtout dans les régions. N'est-ce pas là un double jeu.
D'autre part on nous dit que la publicité politique est interdite. Or, il existe bel et bien une publicité indirecte, puisque plusieurs chaînes privées ont une appartenance politique claire.
Comment, par ailleurs, imposer aux chroniqueurs et aux analystes de ne pas défendre un certain courant ou certaines idées politiques? Mois je pense qu'il s'agit certes d'une cause éthique et morale mais «le financement et/ou l'argent politique joueront un grand rôle compte tenu de la situation des institutions médiatiques audiovisuelles. Plusieurs médias n'hésiteront pas à franchir le pas».
De son côté, Tahar Ben Hassine, fondateur et directeur de la télé privée «Al Hiwar Ettounsi», estime que les recommandations de la Haica relèvent du vœu pieux, puisque ce ne sont pas des obligations mais des recommandations qui ne sont pas passibles de sanctions».
«Un équilibre impossible»
Des journalistes de la presse écrite et électronique évaluent également la teneur des recommandations de la Haica. Jamel Arfaoui, fondateur du journal électronique «Tunisie Télégraphe» et journaliste, affirme qu'il est certes judicieux de faire des recommandations mais qu'elles sont faites sans consulter les professionnels, voilà qui est incongru. Concernant le principe de la neutralité, il est plus que catégorique : «J'ai le droit de défendre un projet de société et certaines idées. J'ai le droit d'être le porte-drapeau de tel ou tel courant politique et je l'afficherai. Pourquoi ne pas prendre exemple sur la presse audiovisuelle et la presse écrite américaine qui affichent clairement à leur public qu'elles défendent les idées, les valeurs et le programme de tel ou tel autre parti. Maintenant, donner le même espace rédactionnel ou le même temps d'antenne au parti de Bahri Jelassi et de Caïd Essebsi est impossible car, à mes yeux, ce n'est pas le même calibre.
Ce n'est pas une question de poids. Sincèrement, il est difficile d'appliquer les recommandations et pour ma part, je doute qu'une bonne partie de ces recommandations soient prises en compte par les médias audiovisuels».
Fatma Karray, rédactrice en chef au quotidien «Echourouq», ne comprend pas que la Haica favorise le stratégique sur le concret. Car, selon elle, «une multitude d'émissions des médias audiovisuels régionaux ne sont pas écoutés. Il faudrait, donc, que l'instance trouve «un mécanisme impartial et égalitaire d'évaluation des émissions politiques.
Et d'ajouter : «Ne parlons pas du journal du 20h00 d'Al Watania 1» qui est loin d'être impartial et neutre. Je vous donne pour exemple le journal télévisé de mardi dernier dont les trois premiers sujets se focalisent sur des activités ayant trait au courant islamiste.
Il s'agit donc d'impliquer les professionnels en optant pour une ou deux journées de dialogue national afin d'élaborer une charte journalistique pour les élections.
Enfin, la Haica a-t-elle prévu un moyen d'agir afin que ses recommandations soient respectées par les médias tunisiens à l'étranger ainsi que les médias étrangers durant la période préélectorale et celle du silence électoral ?
Il faudrait trouver également une solution à ce problème qui s'est posé lors des élections de 2011».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.