Ahmed Souab : Mehdi Ben Gharbia est le bouc émissaire parfait !    Le Président Kais Saied [VIDEO]: « Nous lancerons un dialogue national impartial pour soulever ces questions »    Ephéméride – 20 octobre 2011 : Les rebelles islamistes assassinent Mouammar Khadafi    UEFA Europa Conference League : L'AS Roma de Mourinho humiliée 6-1    Europa League : Aymen Abdennour, consultant chez Bein Sports    Monde- Daily brief du 21 octobre 2021: La Turquie menace d'expulser 10 ambassadeurs occidentaux    Analyse financière : La dernière notation Moody's fait exploser le coût des titres de dette tunisienne à l'international    Une résolution du Parlement européen "pas trop mauvaise" pour Kaïs Saïed    Vient de paraître - Un nouveau recueil poétique de Abdelaziz Kacem : «Quatrains en déshérence»    Puissance et coopération dans la gouvernance du changement climatique    Qui est Hassan Bedhief conseiller du président de la République chargé des Affaires économiques ?    "Rouhaniyet" Nefta sous le signe "Hanin" du 4 au 7 novembre 2021    Ligue 1(CS Sfaxien) : le Mauritanien Ismail Diakité officiellement qualifié    Abir Moussi: Je suis celle qui a révélé aux tunisiens ce qui ce passait à l'ARP    Le Yachting Festival de Gammarth, du 21 au 24 octobre, au Port Marina de Gammarth    Le Parc d'activités économiques de Zarzis s'ouvre à l'investissement des TRE    La bibliothèque présidentielle: une institution américaine    Quel avenir pour la culture du colza en Tunisie ?    Moody's baisse la notation des dépôts bancaires à long terme de quatre banques tunisiennes    Les ministères de l'Equipement et des Domaines de l'Etat veulent mieux coopérer    Tunisie Covid-19 : Vaccination complète pour 66% de la population âgée de 75 ans et plus    Ami Assurances : Pas d'obligation d'OPA pour la BNA    Crise de l'huile subventionnée à Sfax, le directeur régional du commerce se prononce    Des avocats manifestent pour demander la libération de Seïf Eddine Makhlouf    Reportage photo Sfax, la capitale du Sud, une poubelle à ciel ouvert    UEFA Champions League : Equipe type de la J3    Ministère des Affaires Sociales: Versement des aides scolaires et universitaires très prochainement    Les relations tuniso-libyennes: Cafouillage diplomatique    Kébili: Manifestation des agents de la société l'Environnement, de Plantation et de Jardinage    TRANSTU: Le métro léger n°4 roulera sur une seule voie du 22 au 28 octobre 2021    8ème Sfax Marathon International 2021, dimanche 7 Novembre    Entretien téléphonique Najla Bouden-Abdelhamid Dbeibah    Sommet virtuel de la FIFA le 20 décembre    ATB : Un PNB de 206,4 Millions de dinars à fin septembre    Europa League (Poules / 3è J) : les matches de ce jeudi    Samar Samoud : Nous ne devons pas crier victoire face à la situation pandémique !    Djaili Amadou Amal lauréate de la sixième édition du prix Goncourt en tournée en Tunisie    Monde- Daily brief du 20 octobre 2021: Poutine décrète une semaine chômée payée pour freiner l'épidémie de Covid-19    Sénateur Bernie Sanders: Palestinians lives matter    La scène artistique tunisienne perdre le scénographe et artiste pluridisciplinaire Kais Rostom    Donald Blome proposé ambassadeur auprès de la République Islamique du Pakistan    Zammour Trekking de retour pour une 4e édition du 4 au 8 novembre 2021 à Médenine    Barcelone vs Dynamo Kiev : Sur quelle chaîne regarder le match en direct et live streaming ?    Ministre des Affaires culturelles: La situation sociale des artistes est notre priorité    Kairouan: Le ministre du Tourisme appelle à renforcer davantage le tourisme religieux et spirituel    La légende de Carthage en superstar à la Fashion Fair de Stockholm    Mahdia Des tensions suite au naufrage d'un bateau transportant des clandestins    Moncef Marzouki confond Khaled Mechaal et Ismaïl Haniyeh!    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tunisie : la lutte contre la corruption doit être une priorité nationale
Publié dans Leaders le 13 - 04 - 2015

Suite au soulèvement en Tunisie, fin 2010-début 2011, de nombreuses analyses ont tenté d'en expliquer les causes profondes. On a invariablement invoqué, le modèle économique qui a atteint ses limites et l'appauvrissement de la classe moyenne, le déséquilibre de développement régional et la marginalisation des zones intérieures, le chômage surtout parmi les jeunes diplômés, le despotisme politique et l'absence de libertés etc. A mon avis, l'explosion populaire était l'aboutissement de l'interaction de tous ces facteurs à la fois, très largement aggravée et amplifiée par le fléau de la corruption qui a envahi tous les domaines, la politique, l'économie, le commerce, l'administration publique, les rapports socioprofessionnels et le comportement des tunisiens, qui sont dans quelques cas victimes, mais en général plutôt des complices actifs et bien conscients de leurs actes. Ce fléau s'est manifesté, et persiste toujours, sous différentes formes, népotisme, favoritisme, contrebande, fraudes fiscales, infractions à la loi habilement déguisées, facilitations irrégulières à autrui, enrichissement illégal… Tout cela a contribué à créer un climat de suspicion et de méfiance généralisée, d'où une crise générale de valeurs qui est venue s'ajouter au despotisme politique et à l'absence de libertés qui ont conduit le pays à l'explosion populaire.
La longue période de transition fût largement accaparée par le volet politique; les gouvernements successifs n'ont pas réussi à initier les réformes socio-économiques attendues pour relancer le pays sur la voie du développement et de la prospérité, dans la liberté, la justice sociale et la démocratie. Dans une telle situation, la logique veut qu'on commence par débarrasser le pays de tout ce qui entrave le bon fonctionnement de ses institutions et de ses services publics. Evidemment, cela suppose des réformes spécifiques à chacun des secteurs, mais aussi et en première urgence, il y a lieu de combattre la corruption qui ronge, tel un cancer tout le corps social et indifféremment tous les domaines d'activités; toutes les institutions, publiques et privées; pour devenir aujourd'hui une pratique, quoique dénoncée par tous, bien ancrée dans la mentalité, un mode de vie quotidien pour une large partie de Tunisiens. Affaiblie par les tiraillements politiques, la Justice Transitionnelle, qui devrait couvrir la période antérieure à 2013, est aujourd'hui plus que problématique. Dans tous les cas, mon propos ne se réfère ni à cette Justice Transitionnelle ni à la récente initiative présidentielle ambiguë de la "Réconciliation Nationale". Partant de la situation actuelle, mon discours porte sur l'avenir et plus précisément sur la nécessité pour l'Etat d'œuvrer d'urgence pour éradiquer au plus vite la corruption, condition indispensable au succès de tout projet de redressement que le pays compte entreprendre dans les années à venir.
Cherchant à dépasser ses grandes déceptions initiales, le peuple tunisien a reporté tous ses espoirs sur les autorités issues des dernières élections, cette fois-ci « non provisoires », bénéficiant de toute une législature de cinq ans pour répondre aux attentes du peuple, à commencer par la lutte contre la corruption.
Cependant, à la surprise générale, ni dans son discours de présentation de son équipe gouvernementale à l'Assemblée des Représentants du Peuple le 5 février dernier, ni dans celui du 15 mars, ni dans ses récentes interventions à l'ARP et dans les médias, le Chef du Gouvernement n'a fait la moindre allusion au dossier de «la lutte contre la corruption ». Le silence assourdissant de l'exécutif actuel sur ce sujet, laisse planer le doute quant à sa volonté réelle de combattre ce fléau qui ronge la société tunisienne et tous les secteurs d'activités dans le pays. Et là de sérieuses questions s'imposent:
* Sur le plan socio-économique et pragmatique, est-il possible de faire sortir le pays du marasme général actuel sans s'attaquer sérieusement au dossier de la corruption?
* Comment justifier sur les plans, politique, de l'éthique, de la justice sociale et des valeurs universelles de bonne gouvernance, cette passivité et cette tolérance de fait envers un tel fléau?
La réponse est plus qu'évidente, d'abord, rien ne peut justifier l'attentisme et le silence de l'exécutif actuel à l'égard de la corruption; cette attitude favorise la perpétuation des pratiques irrégulières et ne permet pas à instaurer dans le pays la transparence et la confiance nécessaires à sa relance. La corruption est une source de doute et de méfiance réciproque entre toutes les composantes de la société, les citoyens ordinaires, les opérateurs économiques nationaux et également étrangers, l'administration publique, les acteurs politiques et les partenaires étrangers... Ceci n'encourage personne ni à investir ni à s'investir pour la reconstruction du pays. Ensuite, sans combattre ce fléau, aucun plan socio-économique si bien ficelé et si intensément soutenu politiquement et financièrement de l'intérieur et de l'étranger soit-il, n'a la moindre chance de réussite et les grandes aspirations populaires à la justice sociale et à un avenir meilleur demeureront de simples chimères.
La corruption est à l'origine de la plupart des maux dont souffre le pays et qui entravent tout projet de développement. En effet, n'est- elle pas à l'origine de l'inefficience de l'Administration Publique et par là du dérèglement général des activités économiques et commerciales; du très faible rendement de tout le secteur public : administration et entreprises ; du développement de la mentalité du gain rapide et facile; de l'évasion fiscale, de la transgression de la loi en toute impunité..? Est-il encore besoin de démontrer que l'injustice sociale, prévalant en Tunisie, n'est en fait qu'un sous produit largement dérivé de la corruption ? Celle-ci se développe et produit toute sorte d'injustice, d'ailleurs, indépendamment du degré de prospérité du pays. Pis encore, dans un environnement où sévit la corruption, la croissance économique si jamais réalisée, ne fait qu'amplifier les inégalités, les frustrations et le désespoir, d'où les agitations sociales et l'instabilité. La nécessité de combattre la corruption est tellement évidente, qu'il est difficile d'expliquer et encore moins de justifier le silence de ce Gouvernement sur ce thème. Est-ce la négation pure et simple de l'existence du mal, de son ampleur et de ses retombées néfastes actuelles sur le pays et sur son avenir? Ou s'agit-il d'une démarche d'ordre psychologique cherchant à ne pas mettre en relief ce fléau pour ne pas ternir davantage l'image du pays( !) et faire fuir les investisseurs surtout étrangers et les touristes déjà trop hésitants? L'absence de volonté, clairement affichée par l'exécutif, de s'attaquer à la corruption est manifeste d'autant plus qu'aucune structure au sein du gouvernement n'a été prévue et chargée de ce dossier.
Il est essentiel que; les partenaires économiques et les instances financières, nationaux et étrangers ainsi que les citoyens tunisiens saisissent bien les intentions du Gouvernement à propos de la problématique de la corruption et l'approche qu'il compte adopter pour la combattre. Ceux-là attendent des signes forts et des décisions audacieuses de la part du Gouvernement. Faute de quoi, rien ne les inciterait à prendre des risques, au contraire à elle seule, la corruption suffit à dissuader les investisseurs et les hommes d'affaires les plus fervents.
Faut-il rappeler que sur le plan social, les peuples supportent très mal les retombées de la corruption, car elle est fatalement génératrice d'injustices et de frictions sociales et ce, même dans une période de croissance économique, alors que dire dans une phase post-soulèvement, une période de régression générale et aussi difficile et sensible que celle que traverse la Tunisie? La corruption est contraire à la valorisation du travail, à la méritocratie, à l'efficacité, à la transparence, au goût de l'effort; au contraire, elle est synonyme d'immoralité des rapports entre concitoyens; d'égoïsme poussé à son extrême au détriment de l'intérêt général; de dysfonctionnements des services publics ; d'entrave à tout esprit d'entreprise; d'injustices ; de recours au moindre effort pour un maximum de gain, peut importe si c'est au dépend d'autrui ou de l'intérêt général et de la loi…bref si elle n'est pas combattue, la corruption est le chemin le plus direct et le plus court, menant tout naturellement à la déconfiture de l'Etat et à la perdition totale de la nation.
Les gouvernants doivent toujours avoir présente à l'esprit la raison profonde du soulèvement populaire de 2010-2011, qui n'est autre que l'injustice sociale directement dérivée de la corruption sous ses formes multiples, et si celle-ci n'est pas éradiquée, non seulement la délivrance ne sera pas de sitôt, mais rien ne pourrait prévenir de nouvelles violentes agitations et déflagrations sociales. Généralement, les mouvements sociaux les plus douloureux et les plus persistants sont ceux provoqués par l'injustice et les frustrations résultant de la corruption. Les violents mouvements sociaux de 2008 qui ont secoué le bassin minier dont la région de Redeyef pendant plus de six mois et qui semblent reprendre ces jours-ci, se sont déclenchés suite au recrutement d'un certain nombre de personnel à la CPG, recrutements largement entachés de favoritisme et d'inégalité des chances et de traitement parmi les jeunes postulants, et ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres.
Ainsi, les meilleurs plans de développement socio-économique n'ont aucune chance d'aboutir et d'éviter au pays de poursuivre sa descente aux enfers et sa faillite, s'ils ne sont accompagnés d'une guerre, déclarée, soutenue, audacieuse mais juste, pour éradiquer la corruption dans l'administration et les entités publiques. Peut-on espérer le moindre redressement de la balance commerciale et l'amélioration des recettes fiscales ou circonscrire la contre bande par exemple, tant que de forts soupçons de corruption continuent à peser sur certains services en charge des points de passage frontaliers terrestres, maritimes et aériens : la Douane, les Services sécuritaires, l'Office de la Marine Marchande et des Ports, la STAM, l'OPAT? Aucune amélioration du rendement de l'administration et des entreprises publiques si les recrutements, les nominations et les promotions continuent à obéir à tout type de critères sauf celui du mérite. Il est naïf d'envisager une ruée des investisseurs étrangers vers notre pays alors que le phénomène de la corruption ne cesse de prendre de l'ampleur sans que le Gouvernement ne bronche.
Monsieur le Chef du Gouvernement, Vous êtes réputés être plutôt pragmatique, réaliste et sérieux pour ne pas faire comme si la Tunisie était le paradis de la transparence, de la bonne gouvernance et que les valeurs dominantes dans la société et l'administration se trouvent être le strict respect de la loi, la célérité de l'Administration publique, l'égalité des chances, l'équité et le mérite. Encore une fois, quel que soit l'aboutissement du processus de la Justice Transitionnelle et de la nouvelle initiative présidentielle de la Réconciliation Nationale, il est de l'intérêt suprême du pays que le Gouvernement initie d'urgence une action pour venir à bout de ce fléau, l'avenir du pays en dépend très largement. Certes, c'est un projet délicat, complexe et de longue haleine, les enjeux sont énormes, les mauvaises habitudes résisteront et inverser les mentalités n'est pas chose aisée, mais gagner cette bataille reste la condition sine qua non à un éventuel redressement économique et social du pays, un redressement dans la justice sociale, la liberté et la dignité dont on n'a pas cessé de rêver ; sinon à quoi auraient servi les grands sacrifices humains consentis et quel avenir préparons-nous pour les générations futures?
Monsieur le Chef du Gouvernement, permettez-moi, d'attirer respectueusement votre attention sur ce qui suit:
- en termes simples, la réussite des meilleurs programmes socio-économiques reste tributaire d'une bonne gouvernance et de l'adhésion effective et volontaire de l'ensemble de la société à vos projets, cette adhésion dépend à son tour directement de votre capital confiance/ crédibilité auprès des instances politiques et financières; des investisseurs nationaux et étrangers et particulièrement auprès des citoyens tunisiens ordinaires. Ce capital confiance/crédibilité dépend dans une large mesure du degré de votre détermination effective à éradiquer la corruption et il va sans dire que la lutte contre ce fléau incombe à l'Etat, et en premier lieu, au Chef du Gouvernement,
- la corruption est de nos jours, une gangrène qui ronge tous les secteurs de production et des services publics, un fléau généralisé, reconnu par tous et qui a gagné la mentalité et le comportement quotidien des tunisiens qui y semblent résignés (!) Le vrai problème est que tous les acteurs et observateurs reconnaissent bien l'ampleur et la gravité du phénomène et les dégâts qu'il occasionne au pays, mais dans les faits personne ne s'y oppose, au contraire on finit par s'y résigner et s'y inscrire, comme s'il s'agissait d'une fatalité ;
- il ne s'agit nullement de mener ʺune chasse aux sorcièresʺ ou fouiller dans les archives du siècle passé, tâches revenant de droit à « l'Instance de la Vérité et la Dignité ». Mais il y a lieu de mettre fin à ces pratiques dans les meilleurs délais pour créer à l'avenir les conditions de transparence, de confiance et de légalité, indispensables à la réussite des plans de redressement socio-économique que vous aurez mis au point.
Et comme la lutte contre la corruption passe nécessairement par des mesures concrètes et bien annoncées, je me permets de vous en proposer quelques unes:
* Afficher publiquement et clairement la détermination de l'Etat à combattre la corruption et charger un Secrétariat d'Etat exclusivement de ce dossier. Une telle décision porte en elle, un message fort d'espoir et aussi de dissuasion;
* Pour les institutions publiques lourdement soupçonnées de corruption, il y a lieu de créer des commissions nationales ad hoc ; inutiles de compter sur leurs organes de contrôle internes déjà existants, leur présence n'a pas résisté, par le passé, au développement du fléau. Ces commissions peuvent être composées de membres qualifiés provenant de la Présidence du Gouvernement, mais aussi de l'Assemblée des Représentants du Peuple, du Ministère de la Justice et pourquoi pas des associations de la société civile et des médias, cette diversification leur donne crédibilité, force et efficacité;
* Dans l'Administration Publique, imposer le recours au maximum aux nouvelles technologies de l'information et de communications(TIC) pour réduire les contacts humains, source de pratiques douteuses;
* Revoir les procédures de recrutement du personnel dans la fonction publique pour s'assurer de l'adoption du critère du mérite et seulement du mérite et ce dans la transparence et l'égalité des chances ;
* Revoir les critères d'évaluation et de promotion des fonctionnaires de l'Etat de manière à récompenser généreusement l'effort, le dévouement et en même temps, sanctionner sévèrement les infractions et la passivité complice;
* Ne pas hésiter à porter à la connaissance du public, les affaires de corruption importantes avérées ainsi que les sanctions décidées (bien sûr en gardant l'anonymat des concernés), cela est pédagogique et en même temps suffisamment dissuasif ;
* Responsabiliser les cadres quant aux cas de corruption signalés dans les organismes et services qu'ils dirigent, leur responsabilité doit normalement couvrir, non seulement les actes qu'ils commettent eux-mêmes en personne, mais aussi ceux commis par leurs subordonnés respectifs sans que le Chef prenne les mesures nécessaires, dans les limites de ses prérogatives, pour éviter les irrégularités et les torts avérés.
* En fin pourquoi ne pas mener une campagne من أين لك هذا ؟"".
Une campagne juste, dans le respect de la loi, de la dignité des présumés et surtout loin de tout esprit revanchard.
La guerre à la corruption permettra à l'Etat de rétablir son autorité, de récupérer ses droits financiers, d'assainir l'Administration et les entreprises publiques et améliorer sensiblement l'efficacité des interventions des structures de l'Etat, de remettre le pays au travail dans le respect de la loi, la dignité et pourquoi pas aussi dans l'enthousiasme ?
Rien de cela n'est envisageable si la corruption n'est pas farouchement combattue et éradiquée.
Que Dieu garde la Tunisie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.