Gafsa : Aucune route bitumée depuis 2017, l'argent ira ailleurs…    UBCI : Le Produit Net Bancaire en hausse de 9%    CAN 2022 : Match à suivre ce soir, Nigéria – Tunisie, sur chaînes TV et en Live streaming    EN : trois renforts prennent la direction de Garoua    Syrie : 4e jour de combat entre Daech et les Kurdes, plus de 120 morts    Entretien téléphonique Saïed-Macron: « Les réformes aspirent à préserver la liberté et à établir la justice »    Justice transitionnelle — Abdallah Kallel et d'anciens cadres sécuritaires interdits de voyage: La lenteur de la justice bafoue les droits des victimes et ceux des accusés    CAN 2021 — Huitièmes de finale — Tunisie-Nigeria (Ce soir à 20h00) : Sauver la face    CAN 2021 : L'historique des matches en CAN opposant les Aigles aux Super Eagles    Foot-Europe: le programme du jour    Coronavirus : 10 décès de plus et 10031 contaminations en 24h    Tunisie-coronavirus : Plus de 14 mille vaccinés en 24H    Mes odyssées en Méditerranée | Michel Giliberti: «Tunisie. L'inhérence d'une errance»    On a vu pour vous : « Are you Lonesome Tonight ? », de Shipei Wen : Thriller chinois    Récupération politique    Express    Médecins, dentistes et pharmaciens de la santé publique en grève, le 25 janvier    CAN 2021 — Huitièmes de finale — Tunisie-Nigeria (Ce soir à 20h00): Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir !    Tunisie: Ali Abdi testé positif au Covid19    Ali Graja, ancien attaquant international du CSS: «Dans la vie, il n' y a pas que l'argent ! »    Des astuces pour protéger les plantes du froid    Les perroquets    Migraine : la covid-19, un facteur déclencheur    Urbanisme et planification urbaine    La Presse Magazine du Dimanche 23 janvier 2022 consultable sur notre site    Loi de finances : Bouden corrige le tir avec la Conect après l'avoir zappée    Rapport – BCT : Les risques des crédits de l'Office des céréales pèsent lourdement sur le secteur bancaire    Etude – Le changement climatique diminuera la production céréalière de 30 à 50% par an    Saïed a parlé à Macron, a donné des gages mais droit dans ses bottes    Steg : plusieurs quartiers à Sousse, Monastir et Sfax sans électricité dimanche    STEG : Des coupures à Sousse, Monastir et Sfax ce dimanche    Assassinat de Faouzi Houimli : l'auteur condamné à mort avec une peine de sûreté de 36 ans    Semaine boursière : Le Tunindex en mauvaise posture    Les membres du CSM pleurent-ils pour leurs privilèges ou pour l'atteinte au pouvoir judiciaire ?    Mouhiba Chaker, romancière : «Ecrire en français n'est pas pour moi un choix réfléchi !»    Industrie : Les obstacles n'ont pas freiné le développement du secteur aéronautique en Tunisie    Evènement "Les Nuits de la lecture" en ligne: 6ème édition sous le thème de l'AMOUR    11 Tunisiens meurent noyés dans le naufrage de leur embarcation    Le chanteur hip-hop Balti et Elyanna réunis dans une chanson tuniso-palestinienne (vidéo)    Syrie: Daech attaque une grande prison et libère plusieurs terroristes    Sculpture sur un minéral ancestral, le lapis specularis    Gabès Cinéma Fen 2022: les inscriptions pour les films sont ouvertes    Tunisie-La Marsa : Kobbet Lahoua classé monument historique national    Les crises en Tunisie se sont aggravées depuis que Saïd a limogé Mechichi, selon la Confédération Syndicale Internationale    Coronavirus :Fin des mesures sanitaires en Grande-Bretagne    L'histoire de détermination de la nouvelle conseillère de Kais Saied    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Slaheddine Sellami : Les cent jours du gouvernement Essid
Publié dans Leaders le 11 - 05 - 2015

Moins d'une semaine nous sépare des cents premiers jours du gouvernement de Habib Essid et du premier bilan de ce gouvernement. Pourquoi, dans les démocraties, ce premier bilan est important ?
Avant les élections législatives, le rôle des partis est de préparer un programme complet avec des mesures urgentes et des mesures à plus long terme qu'il présente aux électeurs et c'est sur la base de ces programmes que les électeurs font leur choix , il est donc normal qu'une fois en place le gouvernement se met à prendre les décisions annoncées dans son programme électoral ainsi et après cent jours les électeurs vont pouvoir juger le gouvernement sur l'ampleur et l'importance des décisions prises dés les premiers jours et surtout la crédibilité des promesses annoncées avant les élection.
Il aurait fallu que ce gouvernement annonce dés le départ qu'il ne peut pas être jugé au bout de cent jours pour les raisons suivantes:
* Nous sommes encore en période transitoire
* Il s'agit d'un gouvernement de coalition qui n'a pas eu le temps de se mettre d'accord sur un programme commun
* Nous n'avons pas encore des traditions démocratiques
* Les défis devant lesquels se trouve le gouvernement et le pays sont énormes.
Cependant ce gouvernement a accepté de relever le défi et a accepté d'être jugé au bout de cent jours comme l'a annoncé son chef devant l'assemblée du peuple , il est donc légitime de faire le point sur ses réalisations.
La première anomalie c'est que le gouvernement n'a pas annoncé un programme clair, précis et chiffré sur lequel il peut être jugé. Chaque ministère a donné ses priorités, le dernier en date a fait son intervention il y a seulement quinze jours et dans tous les cas il s'agissait à chaque fois d'un discours général préparé par une administration comme elle l'a toujours fait durant plusieurs décennies . On n'a malheureusement trouvé aucun signal fort qui montre le chemin et annonce les réformes dont le pays a besoin. Il aurait fallu annoncer une seule priorité par ministère mais qui doit rompre avec le passé et montrer que le gouvernement est bel et bien dans une dynamique de réformes.
En essayant de chercher à la loupe les réalisations de ce gouvernement , nous sommes plutôt déçus. Seul les ministères de l'intérieur et de la défense peuvent annoncer des résultats sensibles en matière de sécurité et de lutte contre le terrorisme , pourtant la nomination du ministre de l'intérieur a été la plus critiquée par l'opposition, il est cependant important d' associer à cette réussite les deux ministres de la sécurité (l' actuel et celui de l'ancien gouvernement) ainsi que la maitrise du chef du gouvernement du dossier de la sécurité.
Si le bilan actuel est plutôt décevant, il faut espérer que les ministres mettent le turbo et accélèrent le rythme , il faut qu'ils comprennent qu'ils ne seront pas jugés sur la gestion quotidienne de leurs ministères mais sur le rythme des réformes, le pays a besoin de ces réformes et des décisions même si elles sont douloureuses. Plus les sacrifices demandés seront partagés entre toutes les couches sociales plus elles seront faciles à expliquer et à faire admettre par la population.
En dehors de quelques ministres qui ont défrayé la chronique par des déclarations plutôt décevantes et qui montrent qu'ils ne sont sans aucun doute pas à leur place, les autres essayent d'apprendre le métier et de se familiariser avec leur ministère en espérant qu'ils trouvent avec leurs conseillers les vrais solutions aux vrais problèmes du pays.
Il est important aussi que la centrale syndicale laisse un peu de temps aux ministres pour qu'ils puissent se concentrer sur leur travail. Recevoir des représentants syndicaux tous les jours, essayer de trouver des solutions à des préavis de grèves à chaque instant est très difficile à gérer et finit par épuiser les nerfs les plus solides.
Le patronat doit aussi revoir sa politique , il faudrait que les hommes d'affaires qui ont profité largement de la politique de l'ancien régime mettent la main à la poche, fassent des investissements même si le climat des affaires n'est pas encore très clair. C'est à eux de rompre le cercle vicieux dans lequel nous nous trouvons, il y va de l'avenir de notre pays.
Dans tous les cas les deux centrales doivent comprendre que personne ne sortira vainqueur d'un bras de fer entre patrons et ouvriers et que nous avons besoin urgent d'une paix sociale durable sur une base solide où chacun doit trouver son compte mais doit aussi faire des sacrifices et où la Tunisie sera le grand gagnant.
Le Tunisien doit comprendre aussi que seul le travail permettra au pays de sortir de la crise , la culture du travail que nous avons perdu bien avant la révolution doit être remise au premier plan par le gouvernement mais aussi par les médias qui doivent jouer leur rôle au lieu de chercher le buzz comme le font malheureusement certains.
Nous sommes obligés de garder notre optimisme, de regarder l'avenir et de nous comparer aux autres pays qui ont connu les mêmes soubresauts. Nous n'avons pas d'autres choix.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.