Ghannouchi : Soit la violence… soit le dialogue pour coexister    Tunisie-Référendum: Rejet du recours intenté par Afek Tounès    TUNISAIR : Annulation des vols du 6, 9 et 11 août 2022 sur Bamako    Recette : Comment trouver une bonne pastèque ?    Lotfi Abdelli: Je suis en danger, et cela peut être c'était mon dernier spectacle (Vidéo)    Ukraine : Poutine aurait la solution, 100 000 soldats nord-coréens surentraînés    Référendum : le Tribunal administratif rejette le recours intenté par Afek Tounès    Lutte contre la traite humaine : Il y a encore du chemin à faire    Boom de la fibre optique en Algérie !    La galerie Saladin expose l'artiste-peintre Luigi Maria De Rubeis : Force et délicatesse    Festival international de Hammamet | Concert de Hamza Namira : Précieux moments de musique et de chant    Zouhair Maghzaoui : Ahmed Néjib Chebbi n'est qu'une vitrine pour l'islam politique    Maroc-Le cocktail explosif : Un Premier ministre qui contrôle le marché le plus juteux    Grombalia: Les habitants protestent contre la coupure d'eau depuis plus de 3 mois (Audio)    BCT: Lancement d'un concours pour le recrutement de 23 cadres    François Hollande plaide pour une relance du partenariat avec le Maghreb    Siliana: Avancement de 90% des travaux d'aménagement du foyer universitaire    Gaza : L'Ukraine solidaire avec Israël    Tunisie : Trois morts à Bizerte    Le Premier ministre japonais effectuera sa 1ere visite en Tunisie et au Maghreb    LG et GOOGLE offrent trois mois d'accès à STADIA PRO    L'Iran arrête trois espions du Mossad    EST | Des recrutements ciblés : L'empreinte de Nabil Maâloul !    Classement WTA : Badosa recolle à Sakkari et passe 3e, Ons Jabeur 5e    Matches amicaux : Le Barça, l'Atletico et la Roma largement vainqueurs    Communauté subsaharienne en Tunisie : Inquiétante flambée du discours raciste    Faire de la Tunisie une plateforme de coopération: Tunisie Japon Afrique    Tunisie: 7,433 millions quintaux de céréales collectés    Hausse des prix des carburants : Le pari risqué du gouvernement    Décès d'un ressortissant tunisien au Canada : Le meurtrier souffrait-il réellement de troubles mentaux ?    Tribune | Mon message d'Hiroshima    EXPATRIES | Un trophée pour Belarbi ?    Sélections des jeunes : Le temps des grandes réformes    Pourquoi | A propos des horloges    Météo : Le mercure grimpe jusqu'à 42 degrés    Monastir: Sauvetage de 22 migrants clandestins à l'île de Kuriat    Les syndicats des sécuritaires appellent à ne plus sécuriser les spectacles de Lotfi Abdelli    Foot mondial : Programme TV des matches de lundi    Météo du lundi 8 août 2022    Monastir : 22 migrants clandestins sauvés en pleine mer    Tunisie – La marine nationale sauve 22 candidats à la migration clandestine    Ons Jabeur exemptée du premier tour du tournoi de Toronto    Jean-Jacques Ciscardi sort son nouveau live : Beyrouth-Rome vol 770    Foot-Europe: le programme du jour    Le festival de Monastir déprogramme Mokdad Shili à cause de ses propos contre Bourguiba    Wandure is actually a Canadian Dating application That Saves Times by Turning Every on line complement Into a Real-Life Date    Learning to make Up With The Girl After A Fight    Alerte météo : des cellules orageuses accompagnées de pluies et de grêle dans l'après-midi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Slaheddine Sellami : Les cent jours du gouvernement Essid
Publié dans Leaders le 11 - 05 - 2015

Moins d'une semaine nous sépare des cents premiers jours du gouvernement de Habib Essid et du premier bilan de ce gouvernement. Pourquoi, dans les démocraties, ce premier bilan est important ?
Avant les élections législatives, le rôle des partis est de préparer un programme complet avec des mesures urgentes et des mesures à plus long terme qu'il présente aux électeurs et c'est sur la base de ces programmes que les électeurs font leur choix , il est donc normal qu'une fois en place le gouvernement se met à prendre les décisions annoncées dans son programme électoral ainsi et après cent jours les électeurs vont pouvoir juger le gouvernement sur l'ampleur et l'importance des décisions prises dés les premiers jours et surtout la crédibilité des promesses annoncées avant les élection.
Il aurait fallu que ce gouvernement annonce dés le départ qu'il ne peut pas être jugé au bout de cent jours pour les raisons suivantes:
* Nous sommes encore en période transitoire
* Il s'agit d'un gouvernement de coalition qui n'a pas eu le temps de se mettre d'accord sur un programme commun
* Nous n'avons pas encore des traditions démocratiques
* Les défis devant lesquels se trouve le gouvernement et le pays sont énormes.
Cependant ce gouvernement a accepté de relever le défi et a accepté d'être jugé au bout de cent jours comme l'a annoncé son chef devant l'assemblée du peuple , il est donc légitime de faire le point sur ses réalisations.
La première anomalie c'est que le gouvernement n'a pas annoncé un programme clair, précis et chiffré sur lequel il peut être jugé. Chaque ministère a donné ses priorités, le dernier en date a fait son intervention il y a seulement quinze jours et dans tous les cas il s'agissait à chaque fois d'un discours général préparé par une administration comme elle l'a toujours fait durant plusieurs décennies . On n'a malheureusement trouvé aucun signal fort qui montre le chemin et annonce les réformes dont le pays a besoin. Il aurait fallu annoncer une seule priorité par ministère mais qui doit rompre avec le passé et montrer que le gouvernement est bel et bien dans une dynamique de réformes.
En essayant de chercher à la loupe les réalisations de ce gouvernement , nous sommes plutôt déçus. Seul les ministères de l'intérieur et de la défense peuvent annoncer des résultats sensibles en matière de sécurité et de lutte contre le terrorisme , pourtant la nomination du ministre de l'intérieur a été la plus critiquée par l'opposition, il est cependant important d' associer à cette réussite les deux ministres de la sécurité (l' actuel et celui de l'ancien gouvernement) ainsi que la maitrise du chef du gouvernement du dossier de la sécurité.
Si le bilan actuel est plutôt décevant, il faut espérer que les ministres mettent le turbo et accélèrent le rythme , il faut qu'ils comprennent qu'ils ne seront pas jugés sur la gestion quotidienne de leurs ministères mais sur le rythme des réformes, le pays a besoin de ces réformes et des décisions même si elles sont douloureuses. Plus les sacrifices demandés seront partagés entre toutes les couches sociales plus elles seront faciles à expliquer et à faire admettre par la population.
En dehors de quelques ministres qui ont défrayé la chronique par des déclarations plutôt décevantes et qui montrent qu'ils ne sont sans aucun doute pas à leur place, les autres essayent d'apprendre le métier et de se familiariser avec leur ministère en espérant qu'ils trouvent avec leurs conseillers les vrais solutions aux vrais problèmes du pays.
Il est important aussi que la centrale syndicale laisse un peu de temps aux ministres pour qu'ils puissent se concentrer sur leur travail. Recevoir des représentants syndicaux tous les jours, essayer de trouver des solutions à des préavis de grèves à chaque instant est très difficile à gérer et finit par épuiser les nerfs les plus solides.
Le patronat doit aussi revoir sa politique , il faudrait que les hommes d'affaires qui ont profité largement de la politique de l'ancien régime mettent la main à la poche, fassent des investissements même si le climat des affaires n'est pas encore très clair. C'est à eux de rompre le cercle vicieux dans lequel nous nous trouvons, il y va de l'avenir de notre pays.
Dans tous les cas les deux centrales doivent comprendre que personne ne sortira vainqueur d'un bras de fer entre patrons et ouvriers et que nous avons besoin urgent d'une paix sociale durable sur une base solide où chacun doit trouver son compte mais doit aussi faire des sacrifices et où la Tunisie sera le grand gagnant.
Le Tunisien doit comprendre aussi que seul le travail permettra au pays de sortir de la crise , la culture du travail que nous avons perdu bien avant la révolution doit être remise au premier plan par le gouvernement mais aussi par les médias qui doivent jouer leur rôle au lieu de chercher le buzz comme le font malheureusement certains.
Nous sommes obligés de garder notre optimisme, de regarder l'avenir et de nous comparer aux autres pays qui ont connu les mêmes soubresauts. Nous n'avons pas d'autres choix.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.