La bourse de Tunis entame une étape de crash amorti    Grève des agents de l'ATTT - Le report des dates de rendez-vous des visites techniques se fera gratuitement    Le conseil national de l'ordre des médecins souligne le droit des médecins d'exprimer leurs avis et opinions    Le PNUD TUNISIE et Attijari bank organisent le Hackathon Tekصح vers une santé plus connectée en Tunisie    Exclusif – Etude : L'immobilier en Tunisie, un secteur hors contrôle...    Marouen Abbassi présente les états financiers de l'année 2020 à Hichem Mechichi    Espace | Vol d'un hélicoptère sur Mars    Décès de Amor Latiri    Tunisie: Hanen Ftouhi renonce à sa nomination à la tête de Shems Fm    Mood Talent organise sa 36e édition à Dar El Marsa du 23 au 25 avril    Une foire commerciale tuniso-libyenne à Tripoli en mai prochain    Tunisie: kais Saied présente ses condoléances à son homologue égyptien    L'alimentation en Tunisie a désormais une revue dédiée, " BROUDOU "    "Covid'Art Espoir" s'engage pour CoviDar    Dans sa lettre de l'autre rive à Hannah Arendt : Le J'accuse de Sophie Bessis    Ooredoo lance une édition limitée de 4G Boxes aux couleurs de PSG    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 19 Avril 2021 à 11H00    Surpopulation carcérale, torture et risques de contamination par la Covid-19 | Jamel Msallem, président de la Ligue tunisienne des droits de l'Homme (LTDH), à La Presse : «Les conditions de détention dans les prisons tunisiennes sont illégales»    Un aperçu de quelques produits Huawei de la nouvelle stratégie 1+8+N    Tunisie: Le point sur l'état d'avancement de la campagne nationale de vaccination    Tunisie – Coronavirus: Nouvelles mesures du 18 au 30 avril, que risque-t-on en cas d'infraction?    Tunisie: Kais Saied, commandant suprême des forces armées "militaires et sécuritaires": La foire aux arguments    Tunisie-Neji Jmal: Kais Saied nous pousse vers l'inconnu [Vidéo]    Tunisie : Le mois du patrimoine en ligne du 18 avril au 18 mai    Classement WTA : Ons Jabeur grimpe à la 25ème place, historique !    Tunisie – météo : Légère hausse des températures avec quelques pluies    Réunion de la commission scientifique ce lundi 19 avril 2021    Les indiscrétions d'Elyssa    Handball | Nationale A – 1ère journée play-off : Le CA piège l'ESS    Volleyball | Championnat d'Afrique des clubs – 1er tour : A la portée de l'EST et du COK    Tunisie [Vidéo]: Distribution de couffins du Ramadan à Sfax par l'Association de la continuité des générations    Néjib Chebbi : Kaïs Saïed dirige un coup d'Etat soft !    Naoufel Saïed : Pourquoi avoir peur du président ?    One Tech Holding propose la distribution de 0,250 dinar par action    Première sportive tunisienne et africaine à être sacrée dans le JIU-JITSU brésilien : Hajer Jelili, une championne-née    Le président de la République présente ses condoléances à son homologue égyptien suite à un accident du train    Des mesures contre les contrevenants qui ne se conforment pas à la décision d'interdiction de la circulation des véhicules    Qui y a-t-il derrière les catastrophes en Egypte et à qui profitent-elles ?    Tunisie-Ligue 1 (J19 - matchs en retard): le programme de ce dimanche    Foot-Europe: le programme du jour    Mes odyssées en Méditerranée: Cachez-moi ces images que je ne saurais voir…    «Le Cadeau» de Farah Nabulsi: Court simple et très émouvant    Exposition «States of Exception», du 25 Mars au 2 Mai, à la station d'art B7L9 (Bhar Lazreg): Les œuvres de Thameur Mejri annonciatrices d'une nouvelle ère    Par Henda Haouala – La série TV « Ken ya Makenech » : délicieuse, grave et soignée    La prochaine mission habitée vers la Lune se fera dans un vaisseau de chez SpaceX    La Russie interdit l'entrée sur son territoire de responsables de l'administration Biden    Sfax | 3 migrants clandestins secourus et 21 corps repêchés    Tunisie: Vers l'inscription de deux sites Tunisiens dans le patrimoine mondial de l'Unesco    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mahmoud Darwich, Le meilleur de tous
Publié dans Leaders le 15 - 05 - 2016

« Les meilleurs de tous seront ceux qui savent seulement une chose : que, quoi qu'il se passe, tant que nous vivrons, nous aurons à vivre avec nous-mêmes »
Hannah Arendt
«De toi, Tunisie, nous n'étions jamais autant épris
Devrions-nous te dire merci ?
On n'a point entendu deux amants se dire merci,
Merci tout de même de rester ainsi
Préserve-toi, ô tendre Tunisie ! ...»
Nombreux doivent être les Tunisiens qui connaissent ces cinq vers par cœur et tout aussi nombreux, ceux qui, parmi eux, se souviennent de Mahmoud Darwich en train de les déclamer d'une voix étranglée par les sanglots, le jour où il a fait ses adieux à la Tunisie au théâtre municipal.
Depuis le poète a aimé d'autres villes, a chanté d'autres poèmes, a ému d'autres auditoires, avant de nous précipiter, tous, dans le deuil et la tristesse, en nous quittant le 9 août de l'an 2008. Mais sa présence ne s'est jamais tarie et sa voix ne s'est jamais tue car comme il l'avait prophétisé lui-même en se confiant au journaliste libanais Abdou Wazen : « Ces poèmes […] sont entrés dans la mémoire collective, si bien que je ne peux plus en disposer. Ils ne m'appartiennent plus. » Et en effet, voici que la voix de Mahmoud Darwich nous parvient après avoir traversé l'espace, le temps, la terre, les frontières et les langues dans un volume en français, intitulé « Présente absence » *
Cet avant-dernier livre a été publié du vivant du poète en 2006, à Beyrouth, sous le titre « Fi hadrat al-ghiyâb ». Alors que toute son œuvre a été traduite en français par son ami Elias Sanbar, le poète, l'essayisteet l'ambassadeur de la Palestine auprès de l'Unesco,ce livre a été transposé dans la langue de Molière à quatre mains puisqu'un autre ami de Darwich s'est associé à cette traduction, l'éditeur et écrivain franco-syrien Farouk Mardam-Bey.
La figure du double
Et il ne fallait pas moins de deux traducteurs, deux sensibilités pour tenter de transmettre le souffle et faire entendre la cadence de ce somptueux recueil. D'autant que La figure du double est omniprésente dans les vingt chapitres qui composent le livre. On la rencontre, dès le seuil, dès le titre, qui dit littéralement en arabe, « En présence de l'absence ». Le paradoxe ou l'oxymore n'est qu'apparent tellement les deux notions se complètent, se reflètent, s'allient comme des jumeaux, comme des images en miroir. Ainsi l'intime accompagne l'épique ; l'histoire individuelle reflète l'Histoire collective ; Mahmoud est un homme et un poète.
Les échos de l'intime
Dans un dialogue continu avec son alter ego, le poète fait un retour sur son parcours, comme le mourant qui, dit-on, revoit en en un clin d'œil toute sa vie défiler. Et en effet, pressentant sa fin s'approcher depuis l'intervention chirurgicale subie à la fin des années 90, il avait l'impression de vivre en sursitaire :« Moi, vers un rendez-vous plus d'une fois remis avec une mort à laquelle j'avais promis dans un poème une coupe de vin rouge. »(p.9)
Alors un vaste Flash-Back nous permet de suivre l'itinéraire de Mahmoud depuis le petit village natal de Birwa. En Ulysse ayant déjoué les sortilèges des Lotophages :« Les mangeurs de lotus ne t'ont pas ensorcelé avec le goût mielleux de l'oubli. »(p.56), le poète se souvient de la cour de sa maison, du Carmel, de Haïfa, de la Galilée, de Nazareth, d'Acre « la plus vieille des belles cités, la plus belle des vieilles cités » (p.132). De la prison et des multiples départs. Des aéroports : « Tu t'es ensuite vu dans un troisième, quatrième, dixième aéroport, donnant à des fonctionnaires indifférents une leçon d'histoire contemporaine […] Comme si l'aéroport était le pays de celui qui n'a pas de pays. » (pp.45-46). Il se souvient aussi des villes dont il égrène les noms comme on enfile des perles : Moscou, le Caire, Beyrouth, Damas, Tripoli, Paris, Rabat… sans oublier la perle noiredont le souvenir douloureux ne cesse de revenir: « Mais tu n'as pas compris pourquoi, faisant tes adieux à Tunis, en son théâtre municipal, les larmes s'étaient dissimulées sous la surface des mots avant de sourdre et déborder» (p.111) et de se répéter comme un traumatisme :« Tu n'as pas compris pourquoi tu as pleuré au théâtre, à Tunis, faisant par une mystérieuse contagion pleurer le public » (p.114)
Cependant l'attendrissement nostalgique et lyrique est vite chassé car ce destin individuel est étroitement lié au destin d'un peuple : « Là-bas, tu as suffisamment vécu les effets destructeurs de la Nakba pour te faire détester l'autre moitié de l'enfance. »(p.38)
La Nakba
Le flash-back cède souvent la place à son contraire le Flashforward et l'auteur d'anticiper sa mort et de déclamer sa propre élégie : « Je suis celui dont on dit l'élégie et celui qui la dit »(p.14) mais par la magie de la langue, par la magie de la poésie, l'élégie de Mahmoud devient celle de son peuple. En effet, ne pouvant guérir de son mal: « Quand guérirai-je de mon addiction à définir le tout par la partie ? »(p.25), Darwich le poète lyrique et intimiste devient grâce à la métonymie un poète épique : « Qui es-tu en ce périple ? Un poète troyen, rescapé du massacre pour raconter ce qui s'est passé ?» (p.56)
Et en effet, il raconte l'occupation, les massacres, le déplacement des populations, la transformation d'un peuple en réfugiés. Il raconte l'exil, la destruction des maisons et le rasage des villages. Il dit comment Deir Yassine a été rayé de la carte ; il dit le calvaire de Gaza et les massacres Sabra et Chatila :« Tu apprendras par les radios que la nuit de Sabra et Chatila a été illuminée pour que les assassins puissent regarder dans les yeux leurs victimes et ne pas manquer un instant de jouissance à la table des immolations. » (p.67)
La Palestine comme métaphore
Nous l'avons vu, le poète représente par métonymie son peuple et sa terre extorquée et grâce à son génie poétique, la Palestine se trouve transcendée et prend une dimension universelle : « …Un seul mot, de six lettres, peut-il contenir toutes ces choses… et nous être étroit ? »(p.33). La Palestine devient la métaphore de cette « présente absence » affichée dès le titre, elle devient la métaphore de toute injustice, de toute nostalgie, de tout exil, elle devient le poème « d'un poète perplexe entre prose et poésie » (144).
On l'aura compris, le recueil est d'une beauté telle qu'il est tentant de le citer en entier, mais mieux vaut réserver la surprise au lecteur et s'arrêter là, avec le fol espoir d'avoir respecté la dernière volonté du poète :« Bien sûr…bien sûr, tu n'as d'autre testament qu'interdire les exégèses abusives »(p.136)
*Mahmoud Darwich, Présente absence, traduit de l'arabe (Palestine) par Farouk Mardam-Bey & Elias Sanbar, Actes Sud/Sindbad, avril 2016, 128 p. – 17,00 €


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.