Marouane El Abassi: 2021 Nécessaire optimisme de combat!    Dans une capitale sous haute surveillance, le nouveau président des Etats Unis Joe Biden prête sement    Dépréciation du dinar face aux principales devises étrangères    Le président algérien s'est fait opéré en Allemagne    Coronavirus: La situation épidémiologique à Siliana    Tunisie: En images, marche dénonçant la dégradation de situation sociale à Sousse    L'Ordre des avocats dénonce l'usage ''excessif de la force'' lors des manifestations pacifiques    L'un des plus grands constructeurs de produits électroniques UMIDIGI arrive en Tunisie    The Voice Belgique: le chanteur Tunisien Youssef Ben Soltan impressionne le jury (vidéo)    Tunisie [Vidéo]: Reprise des entraînements de l'Olympique de Béja en préparation de la rencontre contre l'US Monastir    Foot – Marché des transferts : une baisse historique en 2020 (Fifa)    Hand – Mondial 2021 : Mohamed Amine Darmoul 3e meilleur buteur du premier tour    UE : le taux d'inflation annuel s'est établi à 0,3% (décembre 2020)    La BIAT lève 113,4 millions de dinars    UTAP : Les agriculteurs menacés par la faillite et le pays par la famine    Le coordonnateur-résident de l'ONU en Tunisie suggère un partenariat avec les médias    Quand le swag de K2rym triomphe du sérieux de Mechichi    Afrique : Le Sénégal, foyer de mégaprojets gaziers ouest-africains, accueille un événement majeur sur la transition énergétique    Une manifestation contre le pouvoir à Sousse    Ce n'est pas une révolution    Spectacle Felliniana hommage au grand réalisateur Federico Fellini en streaming gratuit    Covid-19 : Tunisiens, remettons-nous à la vitamine D, en attendant le vaccin !    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 20 Janvier 2021 à 11H00    BTE : Un PNB de 50,298 millions de dinars    Les films tunisiens "Un Fils" et "L'Homme qui a vendu sa peau" primés au festival des Lumières de la Presse Internationale    En direct et live streaming, chaîne tv : Juventus Turin – Naples, Super Coupe d'Italie, Finale    DECES: Dr Mokhtar JELILI    Examen des mesures exceptionnelles: Débat parlementaire ou blocage et temps perdu    Monsieur Mahmoud Zani:LES ENTREPRISES MULTINATIONALES : QUELLES NORMES DE REGULATION ? QUEL TYPE DE CONTROLE ?    Analyse sociologique du discours de Mechichi    Moez Cherif, Président de l'Association de défense des droits de l'enfant à La Presse «La fermeture des établissements scolaires est la preuve de l'échec de notre politique sanitaire»    NEWS: Le Sahel SC engage Hichem Dali    Foot-Europe: le programme du jour    REMERCIEMENTS ET FARK: M'Hamed Ben ALYA    Programmes confinés: Savoir adapter le vivant au numérique    Tunisie-Ligue 1 : programme de la 9e journée    Sonia Ben Cheikh rassure les Tunisiens    USA: Le message d'adieu de Melania Trump    Météo: Prévisions pour mercredi 20 janvier 2021    L'efficacité du 2ème vaccin russe anti-Covid est de 100%    Le ''patient zéro'' de l'épidémie pourrait ne jamais être retrouvé    Le comité directeur du Festival de la chanson tunisienne dévoile les grandes lignes de l'édition 2021    USA: Joe Biden serait-il capable d'offrir la citoyenneté à des millions d'immigrants?    Anissa ben Hassine, universitaire, auteure de « C'était un 14 janvier 2011 à Tunis », paru chez Leaders à La Presse: «On ne met pas sa propre vie de côté quand on vit une révolution»    Quid de la culture    Contrepoint | Populisme, trumpisme : nul génie qui vaille...    Tunisie – Quand les présidents comprendront-ils que l'intérêt de la Tunisie est en jeu et qu'il est prioritaire ?    Tunisie : Nouvelle session du programme "Octopus" de la FKL    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Moncef Zouari: La Franchise de Hedi Baccouche
Publié dans Leaders le 07 - 06 - 2018

La récente publication par Hedi Baccouche de ses «mémoires» ressemble fort à un recueil de confessions… Celui qui cherchait à se rapprocher de Bourguiba pour faire partie de son cercle proche a finalement raconté «en toute franchise» ses efforts, ses prestations et avoué ses échecs. En expliquant le plus souvent implicitement certaines erreurs ou échecs de Bourguiba, ce sont les siens qu'il a en fait mis en lumière.
La succession des échecs est impressionnante. Le militant Destourien, se placera dès le début et tout au long de sa carrière, dans la position de Second ou de l'Influent. Il attend le moment où celui-ci commettrait une imprudence, une erreur, pour lui expliquer comment il aurait dû procéder.
Il lui fallait pour réaliser ses ambitions, faire partie du cercle étroit des collaborateurs du « Combattant suprême ». Il ne réussira pas. A défaut, il cherchera à s'en approcher et à s'allier à l'homme le plus fort dans ce cercle. Ce sera une constante dans sa carrière. Ce sera en fait, son « échec permanent ».
Aussi, et si les réformes modernistes ne soulevaient pas de problèmes majeurs pour Bourguiba, qui était quoi que l'on dise, à l'aise pour les mener à terme, c'est dans son parcours pour le développement économique qu'il avait besoin d'expertise.
Le Système Coopératif fut proposé, sous couvert de l'UGTT, et de son éloquent Secrétaire Général Ahmed Ben Salah qui a réussi à embobiner Bourguiba. Le Congrès de Bizerte du Parti Socialiste Destourien, l'adoptera à côté des secteurs privé et public. Ahmed Ben Salah est désormais l'homme fort du régime. Hedi Baccouche sera son proche conseiller, et parmi ses lieutenants sur le terrain notamment comme gouverneur à Sfax.
Mais ses conseils n'étaient pas de se limiter à l'application des résolutions du Congrès, ni de freiner la généralisation forcée du système coopératif. Pas même lorsque des grincements commençaient à se faire entendre, pour dire que spolier les citoyens de leurs biens en les intégrant malgré eux, dans des coopératives (soi disant pour que le pays aille mieux) n'était pas légitime.
Des commerçants, opprimés et déprimés, dont mon père, ont perdu la vie en voyant leurs commerces « noyés » dans des coopératives hors de leurs contrôles. Du jour au lendemain, il se trouvait salarié dans une entité dans laquelle il ne se reconnaissait pas. Délaissant le Commerce, il vit dans l'agriculture, un refuge pour son esprit d'initiative pensant que ce secteur restera en dehors du système coopératif. Hélas, quand la décision de l'y inclure a eu un début d'application, ce fut la fin pour lui comme pour beaucoup d'autres à travers le pays.
Des agriculteurs ont dû mener leur bétail à l'abattoir ou l'ont vendu à des prix dérisoires espérant sauver ce qui pouvait l'être…
L'on n'entendra point Hedi Baccouche tirer la sonnette d'alarme. Ni de rappeler que le congrès de Bizerte n'avait pas prévu ni recommandé cette généralisation brutale…ni de proposer une pause pour évaluer les réalisations et proposer une démarche qui tienne compte des réactions et des doléances des intéressés…L'on ne trouvera nulle trace d'un avis ou d'une simple allusion de Hedi Baccouche dans ce sens. Bien au contraire il était parmi les farouches exécutants du projet. La mascarade sera poussée par quelques-uns jusqu'à la simulation de l'existence d'un puits qui aurait permis l'irrigation d'arbres fruitiers… grâce à une coopérative, et inviter Bourguiba et Ben Salah pour l'inaugurer, avec à l'appui des fruits et des légumes sur l'étalage !!
A aucun moment d'ailleurs, l'on n'entendra Hedi Baccouche procéder à une analyse critique de l'échec de l'expérience tunisienne de collectivisation, ni regretter son caractère chimérique. Il n'a pas relevé que le système coopératif était peut-être un mode d'organisation économique propre aux pays développés où des opérateurs économiques pourraient trouver l'intérêt et l'opportunité de s'organiser en coopérative…
Le conte raconté par Bourguiba, plus tard, concernant l'échec de la coopérative créée par trois meuniers pour le transport des grains et de la semoule de leurs clients, par un seul baudet, opérant à tour de rôle pour chacun d'eux, est un conte bien connu qui remonte aux Mongols !!! Ahmed Ben Salah et Hedi Baccouche ne pouvaient pas l'ignorer… Aucun pays n'a adopté le système coopératif, d'une manière aussi générale et brutale, aucun.
Avec le système coopératif, j'ai perdu mon père. Ni les explications de Hedi Baccouche ni celles de Ben Salah n'y feront rien ! Mais c'est aussi la Tunisie qui a perdu la possibilité de recourir aujourd'hui au système coopératif notamment pour mettre au travail des jeunes dans l'agriculture sur les terres domaniales !!!
Hedi Baccouche voulait apporter à Ben Salah et à Bourguiba une contribution efficace et sans faille. Ce fut en tout cas son « deuxième échec ». Il prétendra que c'est à cause d'une intervention de Wassila Bourguiba qu'il était aux côtés de Ben Salah devant le juge… Il n'a même pas eu le courage de reconnaître ses positions.
Si Ben Salah avait réussi, Hedi Baccouche aurait été propulsé plus haut. Ce sera peut-être possible avec Hedi Nouira… (Il l'appellera comme conseiller politique). Nous retrouverons par conséquent notre «Héros socialiste» aux côtés de Hedi Nouira « l'économiste libéral ». Quel grand écart !Subhan Allah ! Mais aucune éclaircie politique n'apparaîtra… Un autre échec.
Le Coup d'Etat «médical» de 1987 écartant Bourguiba sera ainsi l'aboutissement de l'action politique de Hedi Baccouche. La fonction de Premier Ministre lui est enfin confiée. Il n'est pas loin du but ultime.
Des élections législatives sont organisées. Des pourparlers sont menés avec Ahmed Mestri Président du MDS et chef de l'opposition…
Ils ne se mettront pas d'accord. Peu importe et on continue comme avant…
Encore un échec. Cette fois, il en assumera les conséquences puisque peu de temps après, les élections anticipées, qui devaient engager une ouverture et s'étant soldées par une assemblée RCD monocolore, Ben Ali se séparera de lui. Aucune ouverture politique alors n'aura vu le jour malgré les espérances légitimes.
On retrouvera Hedi Baccouche à la Kasbah au lendemain de la révolution du 14 Janvier, cherchant à conseiller Mohamed Ghannouchi… On aura du mal à le persuader de ne plus chercher à conseiller… Puis, n'ayant pas pu accéder à la tête de la deuxième Assemblée à la place de Abdallah Kallel, il choisira de quitter définitivement la scène politique.
Hedi Baccouche mettra près de trente ans pour présenter ses mémoires. Mais on est bien en peine de déceler une quelconque performance politique ou économique dans sa carrière.
Pour ma part, son nom reste lié à la perte tragique de mon père (un certain 14 Janvier 1969 suite à une crise cardiaque à 52 ans) et de ceux que l'on voulait comme lui « Coopérants malgré eux ».
Aussi, le ratage des élections de 1989 a causé un préjudice énorme au Pays. Après l'enthousiasme général avant ces élections, ce fut le désenchantement total. Cela a empêché le pays d'emprunter la voie de l'ouverture politique et de l'apprentissage de la démocratie, qui nous ont cruellement manqué depuis et durant toutes ces dernières années.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.