Un nouveau record de décès dus au coronavirus enregistré le 21 janvier 2021 : 100 morts en une journée    Paris : Un Tunisien retrouvé pendu à une fenêtre d'un appartement    La Tunisie et le Maroc, meilleurs pays en termes de digitalisation à des fins économiques en Afrique du nord    Covid-19 : Une situation sanitaire extrêmement grave    Signature d'une convention pour appuyer à la dépollution des îles Kerkennah des déchets plastiques    Déficit et entreprises publiques : La mise en garde du FMI à la Tunisie    Programme TV du samedi 23 janvier    Tribune | Un peuple heureux ne se saborde pas...    DECES : Maître Slim CHELLI    CONDOLEANCES : Om Kalthoum KANOUN    Face à un Coronavirus plus dangereux : Comment gérer la peur du changement ?    «Mâ lam tasqot mina elomôr... lam taôd khadra» (Celle qui ne tombe de l'âge... n'est plus verte), recueil de poèmes de Amor Daghrir : La patrie est une femme !    «200 Meters» de Amine Nayfeh : Un thriller réussi    Souriez, vous êtes en Tunisie !    CAB : Le moral en hausse !    JSK : L'incertitude qui désole !    Tunisie – Conférence de presse du ministre de la Santé : Décalage Horaire    Météo : Des pluies éparses le matin et températures en baisse    ST : Absences de taille !    Etats-Unis: Le procès de Trump devant le sénat débutera le 8 février    CAN-U21 : tirage au sort lundi prochain à Yaoundé (CAF)    Coronavirus: Point sur la situation épidémiologique à Nabeul    Vers un second mandat pour la Tunisie à la tête de l'initiative MENA-OCDE    [TRIBUNE] Olfa Hamdi (PDG de Tunisair) : La forme et le fond !    Sfax-[Vidéo]: Organisation d'un stand de protestation devant l'hôtel municipal    Mustapha El Haddad: L'embrigadement des jeunes pour le jihad «Le paradoxe tunisien»    Twitter suspend un compte de l'ayatollah Ali Khamenei    Olympisme : Le président du CIO se félicite du partenariat entre le CNOT, le gouvernement tunisien et l'OMS    JEEP RENEGADE best-seller en 2020    Tunisie : Le juge Mekki Ben Ammar, libéré    Le musée national du Bardo : Cinq ans après le terrible attentat du 18 mars 2015    Donner sa chance à la chanson tunisienne ?    Présentation du livre de Khaled Derouiche : «Le dernier texte», traduction de M. Mohamed Baligh Turki    Le film "Fathallah TV,10 ans et 1 révolution plus tard" disponible en ligne sur le site de la FCAPA    Selon L'UTICA, l'arrestation de Nabil Karoui n'est pas la solution    Handball Mondial-2021 / Norvège vs Algérie en direct et live streaming : comment regarder le match ?    La présidence a-t-elle arrêté le dialogue national ?    Programme TV du vendredi 22 janvier    Exposition personnelle «Des moments de peinture» de Qays Rostom à la galerie Saladin: Des actions de création    [ ETUDE ] – Tunisie : comment la crise sanitaire rebat les cartes du recrutement    Le marché boursier confirme sa tendance baissière    Meherzia Labidi est décédée : la voix tonitruante d'Ennahdha au Bardo    Etats-Unis-Investiture: Kais Saied félicite Joe Biden    De Trump à Biden: la force de la symbolique    Festival de la chanson tunisienne 2021: 35 artistes confirmés et émergents sont nominés    Deux policiers et un citoyen tués dans une fusillade à Riyad    Dans une capitale sous haute surveillance, le nouveau président des Etats Unis Joe Biden prête sement    Le président algérien s'est fait opéré en Allemagne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Au fil de l'histoire 22 Février 1961 à Rambouillet - Une rencontre de deux titans: De Gaulle et Bourguiba
Publié dans Leaders le 24 - 02 - 2020

Bourguiba, tel qu'en lui-même, n'hésita pas un jour à clamer, haut et fort : «les gens de ma stature ne courent pas les rues».
Que dire, alors, de celle du Général de Gaulle, un personnage altier, «dominateur et sûr de lui-même»?
Or ces deux monstres sacrés de la politique au 20èmesiècle ont fini par se rencontrer en tête à tête au château de Rambouillet près de Paris le 22 Février 1961.
Ce fut un moment mémorable dans les annales franco-tunisiennes. Mémorable et laborieux. Aux dires de M. Tahar Belkhodja, chargé d'affaires, à l'époque, à Paris et qui se trouvait dans l'antichambre du lieu de cet entretien long de cinq heures, Bourguiba dut changer, pendant la pause, son tricot mouillé.
De Gaulle qui avait pris l'initiative d'inviter le président tunisien voulait le sonder sur sa démarche relative à la question algérienne. Le président français, auteur de la phrase ambigüe « je vous ai compris », prononcée à Alger le 4 Juin 1958, entendait sortir du bourbier algérien en ouvrant des négociations avec les dirigeants du Front de libération nationale (FLN). Or qui mieux que Bourguiba dont le pays hébergeait le gouvernement provisoire de la Révolution Algérienne (GPRA) pouvait jouer le rôle de facilitateur.
De surcroît, la Tunisie se considérait depuis le déclenchement de la révolution algérienne en novembre 1954 comme partie liée aux évènements qui allaient se dérouler dans le pays limitrophe.
Assis côte à côte sur un sofa selon la photo qui a immortalisé ce rendez-vous avec l'histoire, les deux hommes, à l'élocution avérée et au verbe acéré, ne manquèrent pas de s'escrimer à fleurets mouchetés.
C'est ainsi que, quand Bourguiba s'épanchait sur une période de sa vie: «Vous savez, mon Général, dans ma jeunesse j'ai fait un peu de théâtre», de Gaulle lui rétorqua, malicieusement. «Cela se voit, M. le président, cela se voit!»
Dans son «Bourguiba» paru l'année dernière, Bertrand le Gendre relate son entretien avec Jean Daniel qui vient de nous quitter, à propos de cet évènement: «Avant leur entrevue, De Gaulle avait un mépris instinctif pour cet être qui relisait avec emphase la Mort du loup».
Auparavant, le fondateur du Nouvel Obs avait souligné dans ses « œuvres autobiographiques : «c'est une partie serrée qui commence mais de Gaulle n'a pas compris qu'il avait affaire à Bourguiba».
Relisons à sujet ce qu'en a écrit Jean Lacouture (1921-2015) dans son «De Gaulle Tome 3»: «Tout se passe bien entre le Connétable et le Combattant suprême, personnages flamboyants virtuoses de la joute verbale et de la diplomatie pyrotechnique».
De son hôte, de Gaulle a dit à Roger Stéphane qui a parfois servi de messager entre eux: «Votre Bourguiba est tout à fait quelqu'un». «Ces deux grands premiers rôles se ressemblent trop».
Bien évidemment, Bourguiba a soulevé au cours de cet entretien la question de Bizerte. On sait ce qu'il en advint quatre mois plus tard avec la fameuse bataille de l'évacuation et de la réaction disproportionnée de la France.
Alain Peyrefitte (1925-1999) rapporte dans son «C'était de Gaulle, Tome 1» le commentaire du général à l'issue du conseil de ministres tenu le 25 Juillet 1962: «l'année dernière, Bourguiba a cru que j'étais en position de faiblesse parce que le FLN avait rompu les négociations. Il s'est autorisé à lancer ses troupes contre Bizerte. Il voulait faire perdre la face à la France devant le monde entier et ruiner notre seule carte, c'est dire la solidité de l'armée.Nous avons repoussé son assaut. Il faut que le monde sache que l'armée française, c'est quelque chose»
Alors est-il présomptueux, en empruntant à la rhétorique gaullienne de conclure qu'entre le chef de la France libre et le libérateur de la Tunisie s'était déclarée une guerre… d'égos.
Le huis clos de Rambouillet: un remake de celui qui aurait enfermé en 202 avant J.C, Scipion l'Africain et Hannibal à la veille de la légendaire bataille de Zama.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.