Dissimulation d'une correspondance adressée par le parlement libyen, l'ARP précise    Covid-19 : Zéro cas de contamination depuis plus de 41 jours à Bizerte    Coronavirus : Les joueurs de l'Etoile du Sahel testés    Par Maher Ben Ghachem : France pays ami    L'enfer de la route Nabeul-Korba !    Le tribut du combat sexuel    Succès majeur des forces gouvernementales face à Haftar    Manifestations en Cisjordanie occupée    Orange Ventures lance un challenge et met un paquet de 500 000 euros    Tunisair appelle les passagers à se présenter 4h avant le vol    Les «soldats en blouses blanches» haussent le ton !    Attayar dénonce «une trahison» !    Les devoirs de Chiraz Latiri    La ministre des affaires culturelles: "Nous avons retiré du parlement le projet de loi sur l'artiste pour supprimer les chapitres à caractère répressif"    13ème prix Ibn Khaldoun-Senghor: les candidatures prolongées jusqu'au 31 juillet 2020    Tunisie – Trois enfants noyés dans le canal de Medjerda à Sidi Hassine    Tunisie – Le syndicat de la garde nationale demande une enquête sur l'attaque terroriste de Ben Guerdene    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 06 juin à 11H00    Corruption et Mauvaise gestion à la RNTA génèrent 136 millions de dinars de dettes    Le cinéma s'invite chez vous avec la Smart TV LG de 139 cm    #JournéeOlympique2020 : #Lancement de l'Album numérique des Olympiens    De faux comptes Facebook ont fédéré 3,8 millions d'internautes en Tunisie    Tunisie: Rached Ghannouchi accusé d'avoir dissimulé une correspondance du Parlement libyen à Tobrouk    EST | L'équipe première a repris du service : Les priorités définies    Football : un match du championnat grec reporté en raison du coronavirus    Derniers arrêtés du ministère de l'Energie : Les industriels et les professionnels prennent le contrepied des mesures    La signature du «Pacte de stabilité et de solidarité gouvernementales» renvoyée aux calendes grecques pour la seconde fois : Ennahdha a-t-il décidé de faire imploser la coalition gouvernementale ?    REMERCIEMENTS ET FARK : Youssef (Mahmoud) Bassoum    Tunisie: L'Ordre des avocats rejette toute intervention étrangères en Libye    Riadh Zghal: Croire en la démocratie pour sortir de la crise    Alaa avoue souffrir d'une grave maladie    Zarzis : Les bacs Ajim Boughrara opérationnels    Industrie pharmaceutique : Le ministère veut porter les exportations à 40%    Volleyball | Equipes nationales : Reprise des activités    JSK : Ce n'est pas la joie !    « We Are One Festival : A Global Film Festival » en ligne : Le cinéma du monde en un clic    Stade Tunisien : 31 joueurs convoqués pour reprendre les entraînements    140 jours de réserve en devises    Météo : Températures en légère hausse    La vente aux enchères du patrimoine beylical officiellement suspendue    Libye: Les forces du gouvernement en Libye prennent le contrôle du dernier bastion de Haftar à l'Ouest    L'épidémie est sous contrôle en France    Nidhal Chamekh, artiste, à La Presse : Questions de culture    Raoult a finalement raison… The lancet retire son article sur la chloroquine    Chiraz Laatiri : « Nous avons retiré du parlement le projet de loi sur l'artiste … »    L'UE mobilise un fonds d'urgence dans la course aux vaccins    Tunisie – Musées: guide des procédures sanitaires de prévention contre la Covid-19    Libye: Haftar a perdu la bataille de Tripoli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Au fil de l'histoire 22 Février 1961 à Rambouillet - Une rencontre de deux titans: De Gaulle et Bourguiba
Publié dans Leaders le 24 - 02 - 2020

Bourguiba, tel qu'en lui-même, n'hésita pas un jour à clamer, haut et fort : «les gens de ma stature ne courent pas les rues».
Que dire, alors, de celle du Général de Gaulle, un personnage altier, «dominateur et sûr de lui-même»?
Or ces deux monstres sacrés de la politique au 20èmesiècle ont fini par se rencontrer en tête à tête au château de Rambouillet près de Paris le 22 Février 1961.
Ce fut un moment mémorable dans les annales franco-tunisiennes. Mémorable et laborieux. Aux dires de M. Tahar Belkhodja, chargé d'affaires, à l'époque, à Paris et qui se trouvait dans l'antichambre du lieu de cet entretien long de cinq heures, Bourguiba dut changer, pendant la pause, son tricot mouillé.
De Gaulle qui avait pris l'initiative d'inviter le président tunisien voulait le sonder sur sa démarche relative à la question algérienne. Le président français, auteur de la phrase ambigüe « je vous ai compris », prononcée à Alger le 4 Juin 1958, entendait sortir du bourbier algérien en ouvrant des négociations avec les dirigeants du Front de libération nationale (FLN). Or qui mieux que Bourguiba dont le pays hébergeait le gouvernement provisoire de la Révolution Algérienne (GPRA) pouvait jouer le rôle de facilitateur.
De surcroît, la Tunisie se considérait depuis le déclenchement de la révolution algérienne en novembre 1954 comme partie liée aux évènements qui allaient se dérouler dans le pays limitrophe.
Assis côte à côte sur un sofa selon la photo qui a immortalisé ce rendez-vous avec l'histoire, les deux hommes, à l'élocution avérée et au verbe acéré, ne manquèrent pas de s'escrimer à fleurets mouchetés.
C'est ainsi que, quand Bourguiba s'épanchait sur une période de sa vie: «Vous savez, mon Général, dans ma jeunesse j'ai fait un peu de théâtre», de Gaulle lui rétorqua, malicieusement. «Cela se voit, M. le président, cela se voit!»
Dans son «Bourguiba» paru l'année dernière, Bertrand le Gendre relate son entretien avec Jean Daniel qui vient de nous quitter, à propos de cet évènement: «Avant leur entrevue, De Gaulle avait un mépris instinctif pour cet être qui relisait avec emphase la Mort du loup».
Auparavant, le fondateur du Nouvel Obs avait souligné dans ses « œuvres autobiographiques : «c'est une partie serrée qui commence mais de Gaulle n'a pas compris qu'il avait affaire à Bourguiba».
Relisons à sujet ce qu'en a écrit Jean Lacouture (1921-2015) dans son «De Gaulle Tome 3»: «Tout se passe bien entre le Connétable et le Combattant suprême, personnages flamboyants virtuoses de la joute verbale et de la diplomatie pyrotechnique».
De son hôte, de Gaulle a dit à Roger Stéphane qui a parfois servi de messager entre eux: «Votre Bourguiba est tout à fait quelqu'un». «Ces deux grands premiers rôles se ressemblent trop».
Bien évidemment, Bourguiba a soulevé au cours de cet entretien la question de Bizerte. On sait ce qu'il en advint quatre mois plus tard avec la fameuse bataille de l'évacuation et de la réaction disproportionnée de la France.
Alain Peyrefitte (1925-1999) rapporte dans son «C'était de Gaulle, Tome 1» le commentaire du général à l'issue du conseil de ministres tenu le 25 Juillet 1962: «l'année dernière, Bourguiba a cru que j'étais en position de faiblesse parce que le FLN avait rompu les négociations. Il s'est autorisé à lancer ses troupes contre Bizerte. Il voulait faire perdre la face à la France devant le monde entier et ruiner notre seule carte, c'est dire la solidité de l'armée.Nous avons repoussé son assaut. Il faut que le monde sache que l'armée française, c'est quelque chose»
Alors est-il présomptueux, en empruntant à la rhétorique gaullienne de conclure qu'entre le chef de la France libre et le libérateur de la Tunisie s'était déclarée une guerre… d'égos.
Le huis clos de Rambouillet: un remake de celui qui aurait enfermé en 202 avant J.C, Scipion l'Africain et Hannibal à la veille de la légendaire bataille de Zama.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.