Que risque Rached Khiari ?    France: Les ambassadeurs de la Tunisie et l'Italie discutent la relance du tourisme    Médenine-Coronavirus : Une situation épidémiologique préoccupante    Inde-Coronavirus : Nouveau record quotidien de victimes!    Tunisie – Covid19 : Pourquoi refusent-ils d'accélérer la vaccination ?    Coupe de la CAF : L'Etoile du Sahel éliminée, le CS Sfaxien en quarts    Dans un marché déserté, la bourse de Tunis récupère timidement ses pertes    Assurances Maghrebia : Chiffre d'affaires en hausse de 12,81% au 1er trimestre 2021    « Mahdia, chroniques d'une ville heureuse », le récit enchanteur de Alya Hamza    Prolongation de la validité des certificats de visite technique    Ministère des Finances Facilitations en faveur des entreprises impactées par la crise du Covid-19    Syrie : Bashar Al-Assad présente sa demande de candidature aux élections présidentielles    Nouveau round FMI-Tunisie : y aurait-il de nouveaux crédits ?    Monde: Daily brief du 21 avril 2021    Afrique : 4,5 millions de cas Covid-19 confirmés    PSG vs Angers: Où regarder le match des quarts de finale de la Coupe de France du 21 avril?    Levée du sit-in des employés de Shems FM    CNRPS : Une application pour payer les cotisations en ligne    Manque de solidarité : Trabelsi fustige les grandes surfaces    Le Synagri fustige la hausse des prix des carburants    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 21 Avril 2021 à 11H00    Arrestation à Mahdia de trois personnes impliquées dans des affaires terroristes    Tunisie – météo : Brouillard local le matin et hausse des températures    Abdelkarim Harouni : Kaïs Saïed est un projet de dictateur !    MEMOIRE : Khalifa BOULAARES EL HERZI    L'ambassadeur Moez Mahmoudi renforce le cabinet du ministre de l'Economie, Ali Kooli    Populisme, accusations sans preuves et discours de bas niveau : Qui mettra fin aux dérapages des députés ?    CONDOLEANCES    Billet | Relais de croissance    Foot-Europe: le programme du jour    Al Ahly (Egypte) – Ali Maaloul entame son programme de réadaptation physique sur le terrain    BCT : Les avoirs en or de la Tunisie s'élèvent à 675 MD, à fin décembre 2020    News | Retour en octobre pour Dahmen    Coupe de la CAF | Salitas-CSS (17h00 à Ouagadougou) : Mettre les bouchées doubles    Foot – Les clubs anglais disent "stop" à la Super League !    Un blessé dans l'explosion d'une mine à Châambi    Un citoyen perd une jambe dans l'explosion d'une mine au Mont Chaâmbi    Dernière minute- Kasserine : Etat de santé du citoyen blessé dans l'explosion d'une mine    Israël : 73 ans d'existence mais que de nuages sur la fête !    Décès du président du Tchad Idriss Déby    Exposition collective «L'espace du dedans, livres d'artistes» à la galerie A. Gorgi : Un médium d'art total    Espace | Vol d'un hélicoptère sur Mars    Mood Talent organise sa 36e édition à Dar El Marsa du 23 au 25 avril    "Covid'Art Espoir" s'engage pour CoviDar    Tunisie : Le mois du patrimoine en ligne du 18 avril au 18 mai    Les indiscrétions d'Elyssa    «Le Cadeau» de Farah Nabulsi: Court simple et très émouvant    Par Henda Haouala – La série TV « Ken ya Makenech » : délicieuse, grave et soignée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Biden tient la corde pour la Maison-Blanche: L'emportera-t-il contre Trump ?
Publié dans Leaders le 14 - 05 - 2020

Donald Trump a désormais un redoutable compétiteur, Joe Biden, qui risque de lui rafler la Maison- Blanche. Plus que jamais favori à la présidentielle, l'ancien vice-président de Barack Obama (2008- 2012), après avoir été sénateur fédéral démocrate du Delaware, bénéficie du retrait en sa faveur de Bernie Sanders et du soutien d'Obama.
La pandémie de Covid-19, qui éprouve profondément les Etats-Unis d'Amérique en pertes humaines, chômage historique et décélération économique, risque en effet de changer la donne à son profit. Même si les chances de Donald Trump, servi par une large popularité, son expérience de président fort et sa gouaille conservatrice tirant sur tout ce qui bouge contre les intérêts des Etats-Unis, demeurent bien confirmées jusqu'à au dernier électeur.
Pour la Tunisie, comme pour de nombreux autres pays, rien de significatif ne changera quant à la politique américaine dans le monde. Le pli est pris, et le peuple américain se complaît dans le renoncement des Etats-Unis au statut de leader et gendarme du monde, la remise en question du multilatéralisme et le désengagement des grandes zones de tension : l'Afghanistan, la Syrie, l'Irak, et autres. America First est devenu le dogme.
Sauf qu'un lien particulier unit Joe Biden à la Tunisie. S'il est hissé à la Maison-Blanche, il se souviendra sans doute de la relation personnelle qu'il avait tissée avec le président Béji Caïd Essebsi. Il doit sans doute garder le souvenir du petit-déjeuner auquel il avait convié l'hôte officiel des Etats-Unis dans sa résidence privée, le jeudi 21 mai 2015. Ce jour-là, le moment était crucial.
Tous, aux Etats-Unis et partout ailleurs, retiennent leur souffle en attendant le verdict des urnes, mardi 3 novembre prochain. Comme chaque premier mardi du mois de novembre, tous les quatre ans, les électeurs américains auront à choisir le président des Etats-Unis. Le locataire de la Maison- Blanche exercera alors son magistère au-delà des 52 Etats qui forment la fédération américaine, pour étendre son périmètre aux quatre coins de la planète.
Confortablement élu en 2016 contre Hilary Clinton, Donald Trump s'emploie de toutes ses forces pour arracher un second et dernier mandat à la Maison-Blanche. Jusqu'à une date récente, au début de l'année, tout semblait lui sourire : croissance économique continue, plein-emploi, ou presque, et déclaration tonitruante sur fond de “America First“. Mais voilà que le tout minuscule coronavirus se déclenche pour tout chambarder. La toute-puissance américaine, qui se croyait invincible, finira, elle aussi, par y succomber. Donald Trump voit alors la dernière ligne droite qui devait le mener de nouveau, sans la moindre difficulté, au second mandat, sérieusement encombrée. Son challenger, Joe Biden, retrouve en quelques semaines des ressorts très forts.
Le soutien précieux de Barack Obama et le ralliement de Bernie Sanders
«Joe a le tempérament et l'expérience pour nous guider à travers certaines de nos heures les plus sombres et nous guérir au cours d'un long rétablissement», a martelé l'ancien président Barack Obama. «Et c'est pour cela que je suis fier de soutenir Joe Biden pour devenir président des Etats-Unis», ajoutera-t-il.
Mi-avril, le sénateur indépendant du Vermont, Bernie Sanders, qui s'était employé à arracher l'investiture du parti démocrate contre Biden, jettera l'éponge. Sans ambiguïté, il ralliera son compétiteur, le candidat démocrate qui lui paraît le mieux placé pour défier Donald Trump. «Aujourd'hui, je demande à tous les Américains, à tous les démocrates, indépendants, et à de nombreux républicains de se rassembler dans cette campagne et de défendre votre candidature, que je soutiens», a-t-il assuré lors d'une visioconférence avec Joe Biden, largement diffusée. Il sera suivi immédiatement par la sénatrice du Massachusetts, Elizabeth Warren, qui apporte ainsi un soutien précieux.
Rien n'est encore joué pour le moment. Les paris sont ouverts… jusqu'au vote du dernier électeur, le 3 novembre prochain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.