Tunisie – Annulation du festival international de Sfax    Tunisie – Condoléances de Kaïs Saïed au président libanais    Tunisie – Conférence de presse concernant la situation épidémiologique du covid    Explosions à Beyrouth : 50 morts et 2 750 blessés    Drame à Beyrouth : prés de 30 morts et 3000 blessés dans deux fortes explosions    Phosphate : Accord pour lever les sit-in à Redeyef    Encore 11 cas de عدوى محلية contamination locale de Coronavirus et 8 cas importés enregistrés à Tunis, Ariana, Ben Arous, Beja, Sousse, Sfax et Médenine    Tunisie : Ces «compétences» partisanes que l'on souhaite ne plus voir au gouvernement...    Par Hadi Sraïeb : Je hais les indifférents !    Mohamed Meddah: Qui était Hassouna Klibi, père de Chédli Klibi?    Bilel Aloui revient avec son tricycle ‘'pédagogique''    Cybermenaces : 10 conseils pour vous protéger pendant vos vacances    En vidéo : Elyes Fakhfakh annonce des nouvelles mesures contre le Covid-19    Football : Iker Casillas annonce sa retraite    Mondial 2022 – Aucun arbitre tunisien n'est convoqué !    Espagne: Le roi Juan Carlos décide de s'exiler après des soupçons de corruption par la justice    Tunisie – Bac 2020 : Inscription au service SMS dès le 5 août pour obtenir les résultats de la session de contrôle    Ligue 1 : Programme TV de la 18ème journée    Scope of Work : Third Party Inspection for Crushers and Sifters    Situation épidémiologique à l'aéroport Tunis-Carthage : Faut-il craindre le pire ?    SNJT : Appel pour la libération immédiate de Taoufik Ben Brik    Seifeddine Makhlouf : « Le prochain gouvernement doit être composé de partis et formé sur la base de quotas partisans »    Pétrole : Les cours du Brent en hausse de 5% sur l'ensemble du mois de juillet 2020    Mohsen Hassan, expert en économie et ancien ministre du Commerce, à La Presse : «Pas de sortie de crise en l'absence de visibilité politique»    TOPNET: Le leader qui s'emploie à démocratiser l'internet et innover utilement    INDISCRETIONS D'ELYSSA    Les unités de la protection civile effectuent 114 interventions pour éteindre les incendies    Le CAB concède le nul face à l'USBG au Bsiri : La situation devient alarmante !    En marge de EST-Assoliman : Ces Capbonais qui forcent le respect    Les Aghlabides ratent la reprise : La JSK touche le fond    Danse contemporaine à «Sahriyet été 2020 A Hammamet» : Des œuvres riches et subtiles...    Météo : Températures en baisse    Canon et Climatepartner Célèbrent Dix ans de Partenariat    Nouveau comité sur les affaires réglementaires : placer les lois et régulations au cœur de la compétitivité de l'Afrique    226 nouveaux cas de coronavirus en Libye    Tunisie: Reprise du transport du phosphate vers le complexe chimique après un mois de suspension    Drogba candidat aux élections de la fédération ivoirienne de football    Des signes annonciateurs d'un début imminent de la guerre en Libye ?    Tunisie : Discours de Kaïs Saïed à Mahdia et Sfax sur l'émigration illégale    Lutte contre la migration irrégulière : Pour une coordination plus grande entre les forces sécuritaires et armées    Les Emirats à la Turquie : Ne vous immiscez pas dans les affaires arabes    Success Story : Mohamed Abid, un tunisien à la conquête de Mars    Mohamed Abid, le Tunisien à la conquête de la planète Mars    Gisèle Halimi, une autre icône de la diaspora tunisienne disparait    Le coronavirus, un choc traumatique(1)    Kaouther Ben Hania à la Mostra de Venise    Pièce de théâtre "La conférence des oiseaux" à Sahriyet été 2020 à Hammamet    Ciné-Drive en Tunisie : Le cinéma autrement au temps du Coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdelaziz Kacem: L'article 6 de la constitution est liberticide
Publié dans Leaders le 15 - 07 - 2020

Par Abdelaziz Kacem - Emna Cherki, est une jeune blogueuse de 27 ans. Naïve, elle a pris pour argent comptant les slogans libertaires d'une Révolte à deux sous, ou à deux roues, par référence à une certaine brouette. Seuls les vieux de la vieille avaient compris que nous avions quitté une tyrannie pour nous engouffrer dans une autre, une théocratie rampante et rétrograde.
Se croyant en Europe, Emna se mit à griffonner sur son mur virtuel des revendications auxquelles quatorze siècles d'immobilisme s'opposent. Jusqu'à ce maudit lundi 4 mai où elle a eu la mauvaise idée de partager une page dédiée au Covid, semblable dans sa présentation à une sourate. Elle l'avait piquée chez un Algérienne, médecin de son état. Mais l'Algérienne vit en civilisation, à la Ville Lumière. Le 5 mai, Emna est convoquée au poste, puis chez le juge d'instruction. Inculpée d'"Atteinte au sacré, aux bonnes mœurs, d'incitation à la violence". Prévu pour le 28 du mois, son procès est renvoyé au 2 juillet… Le verdict vient de tomber.
À la grande satisfaction des takfiristes, elle vient d'écoper d'une peine de six mois de prison ferme et de 2000 dinars d'amende. Ses avocats seraient bien avisés de veiller à ce qu'elle purge sa peine en cellule, car de très nombreux musulmans candidats aux délices des Houris ont mis à prix la tête de la mécréante.
Ça lui apprendra à se frotter à cette chose si vague et, pourtant, si criminogène, qu'est le sacré. Dans un article que j'ai publié dans la revue Leaders (version arabe) du mois de mai, j'ai essayé de relativiser les choses en expliquant que la littérature arabe classique et moderne regorge de pastiches et d'imitations coraniques. Certaines sont iconoclastes à outrance. Leurs auteurs n'ont guère été inquiétés. J'ai même cité le Grand Cadi d'al- Rayy, Abou al-Hasan al-Jurjâni (933-1001) qui soustrait le poétique à l'autorité du charaïque.
Nous autres, professeurs de lettres, nous sommes rompus à l'explication de textes. Nous n'avons décelé dans le texte incriminé ni atteinte à la religion ni incitation à la haine. Mais, je m'abstiens de juger le travail des juges. Cependant, je m'inquiète.
J'ai donné, ces dernières années, à l'Université Jean Jaurès de Toulouse, une série de conférences sur le thème : « Hérésie et transgression dans la poésie arabe ». Dans un contexte d'une islamophobie nourrie de terrorisme et de mœurs surannées, je voulais montrer aux étudiants maghrébins et à leurs camarades français de souche que les grands poètes arabes anciens et modernes n'avaient rien à envier à leurs confrères européens. En matière de pensée libre, nos Abou Nuwas, nos Bachar, nos Mutanabbi, nos Maarri étaient de véritables précurseurs.
Je suis en train de rassembler ces conférences, en vue de leur publication dans un ouvrage actualisé. Je commence à avoir peur non pas pour ma modeste personne, mais pour ces poètes illustres, d'Imru' al-Qays à notre Abou al-Qasem Chebbi, qui risquent d'être interdits en vertu de l'article 6 d'une Constitution dangereusement piégée. C'est cet article perfide qui, au nom de la tolérance et de la liberté de conscience, s'avère facilement retournable contre toute liberté de penser. Toute ma sympathie pour Emna Cherki…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.