Salma Ennaifer réaffirme l'engagement de la Tunisie dans la lutte contre le terrorisme et le crime organisé    Les représentants de la filière laitière en Tunisie entament une série de mouvements de protestations les 17, 19 et 21 août 2020    Le gouverneur de la Banque centrale de Tunisie met en garde contre l'instabilité politique    L'Espagne est redevenue une zone rouge à cause des clubs de nuit, selon Nissaf Ben Alaya    La commission des litiges résilie le contrat d'un joueur du CSS    Tunisie: Les professionnels du secteur laitier protestent    Tunisie: Le gouvernement décide de rendre obligatoire le port du masque    41 cas de contamination par le coronavirus dont 7 cas locaux    Liste des membres de la Commission d'encouragement à la production cinématographique pour l'année 2020    Tunisie: Démarrage ce vendredi des soldes d'été    Bourse de Tunis : Succès de l'augmentation de capital de la SOPAT    Des rencontres au TOP prévues par Hichem Mechichi ce vendredi : 4 anciens Chefs de gouvernement et 2 ex Présidents de la République !    Météo: Prévisions pour vendredi 07 août 2020    Sousse: Le nombre de contaminations locales au coronavirus passe à 16    Le groupe Ecobank annonce les finalistes du Concours Fintech 2020    Rafaâ Ben Achour: Mes relations avec Béji Caïd Essebsi    Le Fonds de Garantie des Dépôts Bancaires Garant de la stabilité du système financier    Liban: Dr Imed Halaq s'exprime sur l'état des bléssés [audio]    ''Ne donnez pas d'argent à notre gouvernement corrompu''    La Tunisie quatrième meilleure destination mondiale pour les américains après la Covid-19    Ligue 1 – L'Espérance de Tunis proteste contre la retransmission télévisée des matchs    Les 6 gouvernorats les plus touchés par le Coronavirus en Tunisie    Appel au renforcement des mesures préventives dans les mosquées    Changement provisoire de l'itinéraire des lignes 32C, 71 et Jayara    Les arbitres de la 18e journée (Photos)    Nouveau partenariat entre les Affaires culturelles et la Municipalité de La Marsa    Double explosion à Beyrouth : au moins 113 morts et 4 000 blessés selon un dernier bilan    Ministère de la santé | Mise au point sur l'épidémie de coronavirus : «Vivre avec le Covid-19»    La Tunisie achemine 35 tonnes d'aides médicale et humanitaire urgentes à Beyrouth    CONDOLEANCES    Tunisie : Tebbini propose Mongi Hamdi et Jameleddine Gharbia comme ministres de Mechichi    Football | Encore un président de club interpellé par la justice pour chèques impayés : Quand la passion mène en prison !    «Thneiyaa» de Hamdi Mejdoub au Rio : Slameuses libres    Record de nouveaux cas en Libye    La Tunisie envoie des aides au Liban    Tunisie: Baisse de 56% des revenus touristiques en juillet    CAB | Nouvel entraîneur : Kaïs Yaâcoubi réussira-t-il le pari ?    Webinaire : L'intelligence artificielle, instrument de relance économique en Tunisie ?    Festival de Sfax 2020 et Festival de Sousse 2020 reportés    Liban: Au moins 135 morts et plus de 5000 blessés dernier bilan de l'explosion de Beyrouth    Ahmed Ounaïes: Béji Caïd Essebsi, l'esprit destourien (Album photos)    Lancement de Sundance TV concours de courts métrages au MENA    Rafael Nadal renonce à l'US Open        Concert «Nesmet al-mahabba» avec l'Orchestre philharmonique de Tunis sous la Direction de Chadi Garfi : Un régal !    Coronavirus : L'UEFA annonce une batterie de règles très strictes    Deux fortes explosions à Beyrouth, bilan provisoire: une centaine de morts et 4000 blessés    Bilel Aloui revient avec son tricycle ‘'pédagogique''    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crédulité et perversion : Au nom du sacré....
Publié dans Le Temps le 04 - 07 - 2020

Cherche-t-on par les attitudes abracadabrantes à détourner l'opinion publique de l'essentiel ? On est porté à le croire face à certaines affaires, dans lesquelles, les mis en cause eux-mêmes, se complaisent, par une célébrité qu'ils n'ont même pas cherchée. Dès lors, commencent les polémiques et les supputations tous azimuts et de tout bord. La justice qui fait de son mieux est souvent embarrassée face aux critiques des uns et des autres, en fonction de la conjoncture politique du moment.
La blogueuse prise au piège
L'affaire Emna Chargui, une blogueuse très peu connue au départ, avait eu la malencontreuse idée de partager sur sa page Facebook, en mai 2020, soit en pleine période du Corona, le texte d'un internaute algérien, intitulé « Sourate Corona ». Elle a donc été poursuivie par le parquet en vertu de l'article 6 de la Constitution, pour « atteinte au sacré » ainsi que pour « appel à la haine entre les races, les religions, avec incitation à la discrimination, par l'utilisation de moyens hostiles ».
Cette affaire étant pendante encore devant le tribunal, la troisième chambre correctionnelle de première instance de Tunis, ayant décidé le renvoi en délibérés pour le 13 juillet 2020, on n'a pas le droit d'émettre un avis quelconque sur le fond, afin de ne pas entraver la bonne marche de la justice.
Le style coranique imité par les grands poètes arabes
Toutefois et dans l'absolu, le fait d'imiter le style coranique ne constitue nullement ni un blasphème ni une atteinte au sacré. Plusieurs écrivains, hommes de lettres et poètes arabes ont imité dans leurs écrits le texte coranique. Bien plus, certains d'entre eux ont critiqué certaines croyances, dont le fait même d'en parler était considéré comme un sujet tabou. C'est le cas du poète et hommes de lettres du quatrième siècle de l'hégire (10ème siècle) Al Maârri qui réalisa un roman satirique du Paradis à la manière de la Comedia dell'arte de Dante Alighieri, qui est venu bien après. Les questions que pose le poète arabe dans cet ouvrage sont pertinentes mais tabous telles que le problème du favoritisme au Paradis, pour les proches du Prophète, ou pour les femmes qui ont filé du mauvais coton ici-bas, mais qui se retrouvent au Paradis pour avoir fait intervenir un des compagnons du Prophète. Tout cela dans un style qui ressemble au style coranique. Idem pour le poète Al Mutanabbi, qui imita dans l'un de ses écrits une sourate du Coran. Il y a également Al Jahiz, penseur et philosophe arabe de la même période, qui était le chef des Mu'tazilites et qui incita à ne pas interpréter le Coran à la lettre.
Que dit l'article 6 de la Constitution ?
Sur le plan juridique, cela ne constitue pas un appel à la haine ou à la discrimination. Il reste à savoir si en l'occurrence la blogueuse était de mauvaise foi ou pas. Surtout qu'à la base elle n'a fait que partager un texte écrit par un Algérien. Cela revient toutefois au tribunal d'en juger, en dernier lieu.
En fait, il est stipulé dans l'article 6 de la Constitution : « L'Etat est gardien de la religion. Il garantit la liberté de croyance, de conscience et le libre exercice des cultes ; il est le garant de la neutralité des mosquées et lieux de culte par rapport à toute instrumentalisation partisane ». C'est donc la liberté de croyance et de conscience qui est préconisée à travers cet article. Cela implique qu'il est interdit de faire obstacle à la liberté du culte, et ce, par n'importe quel moyen. Et c'est là où le bât blesse, car ce sont ces moyens qui peuvent être instrumentalisés dans un sens ou dans l'autre en fonction de la conjoncture politique du moment.
Le Coran entre la lettre et l'esprit
Salman Rushdie, l'écrivain d'origine et de nationalité britannique avait été taxé de blasphème et d'apostasie à la suite de la parution de son roman « Les versets sataniques », dans lequel il s'est inspiré en réalité de Ibn Khatir, grand exégète du Coran. Celui-ci rapporte en effet que le Prophète a d'abord cité en récitant la Sourate de l'Etoile devant les Quraychites, le nom de trois déesses vénérées par les païens à l'époque : Al Lat, Al ûzza et Manat... Il fut ravisé par l'ange Gabriel qui lui révéla une autre version de la même sourate. L'auteur, laissant libre cours à son imagination est allé un peu loin en présentant le Prophète dans des attitudes outrancières. Mais cela ne mérite pas l'opprobre par lequel l'ont couvert les obscurantistes, et dont certains n'ont même pas pris la peine de lire le roman en question. Cela s'était passé en 1988, à l'aube de l'extrémisme religieux notamment en Iran, qui engendrera le terrorisme que nous endurons encore et dont les raisons profondes sont politiques.
Par ailleurs étymologiquement parlant, le mot Sourate, vient de Sour (clôture, séparation) qui signifie, la partie d'un tout, ou la meilleure partie dans tout un ensemble. Le Coran contenant plusieurs parties, chaque partie a été appelée une sourate. La sourate désigne communément un ensemble de versets. Ces derniers sont désignés en arabe par le mot Eya. Ce terme est utilisé dans d'autres contextes que le Coran. Il exprime l'enseignement ou la preuve. D'où le titre de « sourate corona » pourrait être perçu comme étant un titre provocateur. Mais cela dépend de la prédisposition des uns et des autres à s'attacher à l'esprit plutôt qu'à la lettre dans tout écrit. Ce fut d'ailleurs le point de dissension entre les exégètes du Coran qui engendrera par la suite des tensions, notamment entre les obscurantistes et ceux dont la tendance et de se détacher de la lettre, en vue d'élargir l'horizon de l'appréhension et de l'interprétation scientifique.
Intolérance quand tu nous tiens !
En Tunisie, cette tendance obscurantiste dont avaient souffert plusieurs intellectuels durant l'ère du colonialisme, à l'instar de Tahar Haddad ou Aboul Kacem Chabbi est de retour, depuis que le mouvement Ennahdha qui a pris une sorte de revanche, oubliant les crimes qu'il a commis durant l'ancien régime, cherche à s'ancrer de plus belle dans le système et devenir le parti au pouvoir le plus influent. Aussi l'atteinte au sacré est-elle devenue, le prétexte à mettre les bâtons dans les roues à tous ceux qui défendent la liberté d'expression. Cependant, on ferme les yeux sur un certain nombre de violences et d'agressions, tant physique que psychiques, exercées par des hommes de mains de ce mouvement. Certains parmi eux font partie de ceux qui nous représentent au parlement. Ils œuvrent par tous les moyens à instaurer l'obscurantisme sous toutes ses formes, et dont la devise consiste à diviser pour régner. Il n'y a qu'à voir le climat d'intolérance qui existe au sein de l'hémicycle pour s'en rendre compte. A ce propos, le grand poète et homme politique Victor Hugo a déclaré : « La tolérance n'a jamais excité de guerre civile, l'intolérance a couvert la terre de carnages ».
A.N


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.