Dernière minute: La présidence de la République annonce de nouvelles mesures    Vision AVTR, le concept-car révolutionnaire et futuriste de Mercedes-Benz    Khalil Zaouia dénonce l'absence d'une feuille de route    FTAV: Le tourisme intérieur a sauvé la saison    Rentrée 2021-2022: Optimisez votre travail collaboratif grâce au vidéoprojecteur Epson EB-735FI    Monde- Daily brief du 22 septembre 2021: Le chef du gouvernement libyen rejette le retrait de confiance    Deux femmes héroïnes d'un évènement qui unit l'art et la littérature: Azza Filali et Chiara Montenero    Lyon OL vs Troyes : Liens streaming pour regarder le match    Ligue 1 : programme du tournoi barrage    La Tunisie devient membre de la Fédération internationale de hockey sur glace    Metz – PSG : Où regarder le match du 22 septembre de ligue 1    Enseignement supérieur privé / Paramédical : Pas d'équivalence pour les bacheliers non scientifiques    Campagne pour vacciner les chiens à l'occasion de la Journée mondiale contre la rage    Journées du Québec en Tunisie: 438 postes proposés par des entreprises canadiennes    Mohsen Marzouk : Le président cherche a mettre en œuvre un projet personnel !    Libye: Dbaïba rejette le retrait de confiance    Al Karama appelle ses partisans à protester contre la comparution des civils devant les tribunaux militaires    Dernière minute-Coronavirus: 15 décès et 1013 nouvelles contaminations, Bilan du 20 septembre 2021    Les droits de douane ne dépassent pas 2,3% de la valeur des importations    Monaco – Saint-Etienne: où regarder le match du 22 septembre    Classement des 500 meilleures chansons de tous les temps (top 5 en vidéos)    Les annonces de Saïed sur les "dispositions transitoires" éloignent un peu plus Ennahdha du pouvoir    Assemblée générale de l'ONU : Les entretiens de Jerandi à New York    Le projet tuniso-italien "EVE" été présenté à Nabeul    L'UGTT et le décret du 14 juillet 2020 : Les précisions de Tunisie Telecom    Réunion sur la gestion des 50 MDT destinés à l'entretien des écoles    Change devises en dinar tunisien : Cours du 22 septembre 2021    Décès du journaliste économique Chokri Gharbi    Art'cot organise une exposition grand format à la Médina de Tunis    Effondrement d'une partie du plafond d'une salle de classe au Kram - Fermeture de l'école    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 22 Septembre 2021 à 11H00    Algérie: Les drapeaux en berne en hommage à Abdelkader Ben Salah    Tunisie – Météo: Températures en légère hausse, mercredi    Congrès mondial des écrivains de langue française les 25 à 26 septembre à Tunis (Programme)    Mohamed Abbou: Kais Saied a échoué dans la lutte contre la corruption    Egypte : Décès du maréchal Mohamed Hussein Tantaoui    Le photographe tunisien Habib Hmima n'est plus    Abdellatif Mekki : Kaïs Saïed a officiellement gelé la Constitution !    Natation : La FTN retire sa plainte contre Oussama Mallouli    Abu al-Bara al-Tounsi tué dans un raid à Idleb    Le Club Africain annonce une liste de 11 joueurs prêtés pour la nouvelle saison    Le ministre des Affaires culturelles reçoit Noureddine et Nejia Ouerghi    Crise des sous-marins: Quelques leçons pour les Arabes    "Streams" de Mehdi Hmili en compétition officielle du FIFF de Namur et de La Mostra de Valencia en Espagne    30 auteurs au Congrès des écrivains de langue française à Tunis    Pêcheurs tunisiens interpellés par les garde-côtes libyens : Le ministère de la Défense rappelle la réglementation    Comment comprendre les prochaines élections en Allemagne et quel impact sur la Tunisie du départ d'Angela Merkel    Cinq enseignements à tirer de l'abominable gestion américaine de la tragédie afghane    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Vaccin antigrippal : naviguant à vue, les autorités se noient dans un verre d'eau
Publié dans Leaders le 18 - 11 - 2020

Par Habib Mellakh - Le feuilleton de la gestion de la vaccination antigrippale vient de connaître son épilogue avec l'annonce par le président du Conseil national de l'ordre des pharmaciens de la distribution à partir d'hier dans les officines privées du 2ème lot de vaccins. Retour sur une campagne de vaccination atypique, qui a n'a pas tenu ses promesses en raison de très graves ratés et de dysfonctionnements impardonnables, et sur une distribution chaotique dont il faut tirer les leçons.
Les responsables du ministère de la Santé publique, généreusement mobilisés depuis le début de la pandémie, arborent leur casquette de membres du Comité scientifique de lutte contre le coronavirus pour accréditer le leurre que ce sont les experts et non les politiques qui décident en matière de protocole sanitaire anti-covid. Ils ont appelé, au début de l'été dernier, dans un contexte de pénurie de bavettes, les Tunisiens à compléter les mesures barrières recommandées, par le port du masque. Il faut reconnaître à la décharge de ces responsables qu'ils n'ont pas poussé le ridicule jusqu'à mener, à ce moment-là, une campagne de sensibilisation en faveur de la protection par les masques, aussi difficiles à trouver qu'une aiguille dans une botte de foin.
La gestion chaotique de la campagne de vaccination antigrippale
Pourtant, et sans craindre d'être discrédités, ils ont improvisé au mois de septembre une grande campagne de sensibilisation à la vaccination antigrippale sans une évaluation rationnelle des besoins, sans aucune stratégie de communication et surtout sans avoir la certitude qu'ils pourraient satisfaire les besoins suscités par la campagne.
Ce genre de mesure est pertinent parce que la réussite d'une telle campagne de vaccination permet de se concentrer sur la lutte contre la Covid-19 grâce à la diminution de la sévérité de l'épidémie grippale.
Ainsi, il nous épargnera la surcharge du système de santé en cas de double épidémie en soulageant les institutions hospitalières et le corps médical de la prise en charge des malades victimes des complications de la grippe. Il permettra aussi d'éviter la double contamination catastrophique par le coronavirus et le virus de la grippe, les problèmes de diagnostic résultant de la difficulté de distinguer entre des pathologies dont les symptômes sont similaires et l'engorgement des laboratoires de dépistage de la contamination au coronavirus, consécutif à la multiplication des tests PCR. Mails la mesure ne s'improvise pas et les autorités tunisiennes auraient dû et pu préparer rigoureusement depuis le printemps dernier la campagne de prévention de la grippe. Elles n'ont pas été capables d'anticipation et elles semblent avoir été surprises par la propagation exponentielle du coronavirus qu'elles ont eu l'illusion de maîtriser comme l'atteste le ton triomphaliste adopté après la fin de la première vague. Alors qu'elles avaient fait preuve, pendant la première vague, d'un grand sens de l'anticipation dont le pays a engrangé les dividendes, malheureusement très vite volatilisés, elles ne semblent pas avoir envisagé, une seconde, que la préparation hâtive et tardive de l'opération de vaccination antigrippale entraînerait une rupture du stock en quelques heures et que les Tunisiens, peu habitués à se faire vacciner contre la grippe, répondraient massivement à l'appel des officiels, d'autant plus que l'expérience leur montre que les commandes de vaccin antigrippal baissent chaque année et que de nombreuses doses restent invendues dans les officines malgré la diminution, d'année en année, des commandes selon de nombreux pharmaciens. Jusqu'à présent, nos médecins n'ont réussi à convaincre qu'une petite minorité de Tunisiens à risque de la nécessité de la vaccination antigrippale parce que le vaccin, qu'il soit trivalent voire tétravalent, n'a qu'une efficacité toute relative et contestée en raison de la variation d'une année à l'autre de la part des virus grippaux circulant chez l'homme sélectionnés pour entrer dans la composition du vaccin et dans la mesure où le vaccin n'est pas remboursé par la CNAM même quand il s'agit de personnes à haut risque.
Cette navigation à vue a entraîné, à l'image de la gestion de la deuxième vague de la pandémie de la Covid-19, une gestion peu rigoureuse pour ne pas dire désinvolte de la campagne de prévention de la grippe saisonnière, des étapes qui l'ont précédée et de la distribution du vaccin. Elle a laissé la nette impression que les autorités politico-sanitaires, incapables de faire face à la difficulté de gérer la vaccination, se noyaient dans un verre d'eau.
Une appréciation erronée des besoins
Elles ont d'abord péché par une évaluation erronée des besoins en vaccination antigrippale. Alors que les pharmaciens d'officine ont estimé, au mois de septembre, ces besoins à 700000 doses selon une déclaration de Naoufel Amira, vice-président du Syndicat national des pharmaciens d'officine de Tunisie (SNOPT) à Shems FM, en date du 9 novembre dernier, le ministre de la Santé publique a annoncé, dans sa conférence de presse du 22 septembre dernier, l'acquisition de 310000 doses, ce qui ne représente, en termes de couverture vaccinale, que 25 % de la population à risque et 2.5 % de la population tunisienne.
Sachant que l'objectif de toute campagne de prévention est l'augmentation de la couverture vaccinale dans les populations cibles ( personnes âgées de plus de 65 ans, patients atteints de maladies chroniques et femmes enceintes) par la commande d'un surplus de vaccins dans le but d'éviter une possible pénurie, que les besoins sont établis en tenant compte du nombre de personnes à risque de contracter la maladie augmenté du nombre des professionnels de la santé et du surplus précité, que le taux de couverture vaccinale contre la grippe est fixé, par l'OMS, à 75% pour les populations cibles et qu'un taux de 50% est considéré comme satisfaisant, que le nombre précis de personnes à risque et par conséquent prioritaires pour la vaccination est estimée en Tunisie, d'une manière approximative, à un minimum d'un million deux cents mille personnes et se situerait, pour certains, autour de 1.500000, c'est l'estimation du SNOPT qui est crédible. En effet les 700000 doses recommandées par le SNPOT représentent un taux de couverture vaccinale des populations cibles de l'ordre de 60%, proche des recommandations de l'OMS alors que les doses acquises par la Pharmacie centrale ne constituent que le quart de la couverture vaccinale préconisée par l'OMS et la moitié du taux de couverture considéré comme satisfaisant. Nous ne savons pas si les autorités politico-sanitaires ont péché par défaut à la suite d'une erreur d'appréciation comme le suggère le vice-président du SNOPT dans le même entretien ou en raison de contraintes budgétaires. Si tel est le cas, elles oublient que la santé a ses raisons que le budget ne doit pas ignorer et que l'on n'a pas le droit de faire des économies de bout de chandelle quand la santé est en jeu, à moins qu'il n'y ait une pénurie mondiale révélatrice de la gestion au jour le jour de nos problèmes de santé.
Une communication défaillante à l'origine de besoins superflus et d'une vente chaotique
Ce qui a rendu la situation particulièrement inextricable, c'est que le ministère de la Santé a exhorté tous les Tunisiens à se faire vacciner même s'il a insisté particulièrement sur les personnes à risque. Il fallait faire l'inverse, appeler les personnes à risque à se faire vacciner parce qu'elles souffrent d'un déficit immunitaire et expliquer à monsieur tout- le- monde qu'il pouvait se passer du vaccin antigrippal et qu'il n'y avait, contrairement à ce que l'intuition de certains chercheurs laisse entendre , aucune corrélation entre la vaccination antigrippale et la prévention de la Covid, que le vaccin antigrippal pouvait seulement renforcer l'immunité sans empêcher l'infection par le coronavirus . Les autorités politico-sanitaires ont agi comme ces médecins qui vous font des prescriptions sans daigner vous donner des explications.
Elles ont ainsi poussé, à cause d'une communication approximative, des gens qui n'avaient pas besoin de se faire vacciner à le faire, privant ainsi de nombreuses personnes vulnérables de vaccin. Et c'est leur seconde erreur. Elles ont créé des besoins superflus et une psychose qui a entraîné une rupture de stock via une demande trop importante par rapport aux doses commandées.
N'anticipant pas le scénario de cette rupture, elles ont laissé la distribution des doses du vaccin à la discrétion des pharmaciens et de leurs préparateurs sans donner aucune instruction leur enjoignant de servir les seules personnes à risque et sans envisager de demander à ces derniers de justifier leur statut de personnes prioritaires. Et ce qui devait arriver arriva. Le 2 octobre dernier, le premier lot de 155 000 doses de vaccins en grande partie réservé au secteur privé (100 000 doses et le reste, semble-t-il pour les centres de santé de base), que la Pharmacie centrale avait distribuées, a été épuisé en quelques heures. Les 2120 officines privées, que compte le pays selon le site du Conseil de l'ordre des pharmaciens, n'ont pas toutes eu la possibilité d'avoir le vaccin. Certaines ont refusé les quantités dérisoires qui leur avaient été proposées et se sont plaints de l'absence de transparence et d'équité dans la répartition du vaccin auprès du Conseil national de l'ordre des pharmaciens de Tunisie (CNOPT) qui s'est fait l'écho de leurs doléances dans un communiqué publié le 10 novembre courant et où il annonce une procédure à même de permettre, dans le cadre du second lot, une répartition équitable et transparente du vaccin. Celles qui se le sont procurées, n'ont obtenu, dans le meilleur des cas, que quelques dizaines de doses. Acculés au népotisme et au clientélisme en raison de la pénurie, elles auraient, de l'aveu embarrassant d'un pharmacien dont l'officine a eu droit à 20 unités et qui s'est confié à Business News, servi, dans une flagrante violation de l'éthique, les membres de leurs familles et leurs connaissances. Il ne restait, selon ce pharmacien, plus rien à vendre aux personnes prioritaires pour la vaccination antigrippale, c'est-à-dire, celles âgées de plus de 65 ans et (ou) dont l'immunité est fragilisée en raison des affections chroniques dont elles souffrent.
Tout cela venant à manquer, l'appréciation erronée des besoins, la communication défaillante et la commercialisation irrationnelle aidant, la vente du premier lot a connu un fiasco total puisque des dizaines de milliers de personnes prioritaires n'ont pas pu avoir leur vaccin. Les objectifs précités de la campagne de la prévention de la grippe risquent par conséquent de ne pas être atteints.
Les autorités persistent et signent en refaisant les mêmes erreurs
Un hadith attribué Prophète dit que « le croyant ne se laisse pas piquer deux fois par un animal sortant d'un même terrier ». Pourtant, les autorités tunisiennes semblent retomber dans les mêmes errements à l'occasion de la distribution du second lot de vaccins de 170000 doses annoncé par Naoufel Amira à l'occasion de l'entretien précité. Nous sommes en présence de la même navigation à vue qui nous fait douter, chaque fois qu'il faut résoudre un problème et indépendamment du secteur où il se pose, de la présence d'un capitaine à bord. C'est pourquoi il faudra un parcours du combattant pour le Tunisien prioritaire désireux de se procurer le précieux sésame.
Il est prévu que les officines privées, auxquelles ce second lot est uniquement destiné, auront chacune droit chacune à 78 unités conformément à un partage équitable sollicité par la profession et annoncé par le Conseil national de l'ordre des pharmaciens de Tunisie dans un communiqué daté du 10 novembre dernier où il précise les modalités de cette répartition qu'il supervisera.
Le ministre de la Santé a également annoncé le 21 octobre dernier sa décision de ne fournir le vaccin qu'aux personnes justifiant d'une prescription médicale, laissant par là même entendre, sans le dire explicitement, que les patients souffrant d'une maladie chronique seraient prioritaires. Mais le conseil national de l'ordre des pharmaciens a rejeté la décision ministérielle arguant que les produits de tableau sont les seuls médicaments délivrés sur présentation d'une ordonnance médicale et que la vente du reste des produits, y compris les vaccins, est libre. Il a estimé que cette mesure serait contre-productive parce qu'elle augmenterait le coût du vaccin, dissuadant par là même les plus démunis de se le procurer et qu'elle ne garantirait pas, en raison de la pénurie, le bénéfice du vaccin. Mais si l'objection du CNOPT est pertinente s'agissant du surcroît du coût et du caractère illégal de l'ordonnance, ses membres ne font aucune proposition pour l'identification des personnes prioritaires. Des pourparlers, dont on ne connaît pas l'issue, ont été enclenchés entre le ministère, les syndicats de la profession et le conseil de l'ordre pour aboutir à un accord sur les modalités de vente du vaccin au sujet desquelles les pharmaciens attendent les recommandations du ministère de la santé. Sans retour d'information, ils se trouvent en face d'un dilemme cornélien ainsi résumé sur sa page Facebook par le pharmacien et ancien député Brahim Nacef : « Le ministère de la Santé et la Pharmacie Centrale nous mettent dans une situation inextricable pour la distribution du vaxigripp. Ils nous poussent à choisir qui pourra bénéficier de ce vaccin et qui devra attendre l'année prochaine en priant Dieu de l'épargner de la grippe de cette année et du Covid-19. Comment vous allez gérer une situation où vous avez plus de 300 patients prioritaires inscrits dans votre officine pour se faire vacciner quand les autorités vous annoncent que vous ne pourrez recevoir au plus que 78 vaccins ? ». Mais le lobby pharmaceutique, habitué à gagner son bras de fer contre les autorités, semble déterminé à user d'un pouvoir discrétionnaire pour la vente du vaccin, ce que confirme les derniers développements de la situation.
La Pharmacie centrale a entamé hier la distribution des doses de vaccin dans les officines privées selon des informations fournies par des patients qui ont obtenu le précieux sésame sans présenter de document justifiant leur statut de personnes à risque. L'information a été confirmée par Ali Bsila, président du CNOPT, qui a annoncé que les pharmaciens ne fourniraient le vaccin qu'à ceux qui en ont besoin, exhortant les Tunisiens en bonne santé à faire preuve de compréhension. Le lobby pharmaceutique a ainsi obtenu gain de cause. Son représentant, Naoufel Amira, vice-président du Syndicat des pharmaciens d'officine de Tunisie (SPOT), a estimé dans l'entretien accordé à Shems FM que les pharmaciens connaissaient bien les clients prioritaires et qu'ils ne serviraient que ces derniers. Mais il oublie qu'un pouvoir discrétionnaire est source d'arbitraire et qu'il peut contribuer au népotisme et au clientélisme. Qui peut garantir que des pharmaciens ne se comporteraient pas comme le pharmacien qui a avoué à Business News que des pharmaciens avaient privilégié lors de la première distribution leurs familles ?
Pourtant, les solutions qui permettent de faire bénéficier du vaccin ceux qui en ont le plus besoin existent. Elles ont été expérimentées ailleurs et auraient pu inspirer les autorités et leur permettre tirer leur épingle du jeu.
Comment les autorités auraient-elles pu tirer leur épingle du jeu?
Pour sortir de la situation délicate dans laquelle elles se sont placées faute d'anticipation mais sans doute aussi à cause de la situation sanitaire difficile liée à la pandémie, les autorités auraient dû rectifier le tir en matière de communication. Elles auraient dû expliquer aux Tunisiens, à la faveur de rencontres avec la presse ou de plateaux, le plus simplement du monde mais sans schématiser les bienfaits d'une large vaccination antigrippale au temps de la Covid et les raisons pour lesquelles cette protection ne concerne pas tout le monde et qu'elle ne cible que des personnes prioritaires. Elles auraient dû profiter de ces tribunes pour expliquer que la distanciation physique et le port du masque constituent des mesures préventives efficaces contre la grippe au même titre que le vaccin et que leur stricte observance peut le remplacer. N'a-t-on pas vu, pendant la période de confinement général au printemps dernier, la diminution, voire la quasi disparition d'affections liées à la promiscuité comme les pathologies respiratoires basses (rhino-pharyngites, rhinites, angines) et hautes (pneumonies, bronchites).
Pour épargner aux pharmaciens les choix embarrassants ou empêcher, chez certains d'entre eux, la tentation du favoritisme, les responsables auraient dû exiger des personnes à risque la présentation d'une attestation de prise en charge intégrale (APCI) délivrée par la CNAM pour les maladies chroniques. Les pharmaciens auraient été tenus de consigner, dans un registre consacré à la vente du vaccin de la grippe saisonnière 2020, la liste des bénéficiaires du vaccin, servis en contre-partie de la présentation de cette APCI qui est une attestation administrative ne trahissant pas le secret médical.
On pourrait importer d'urgence un troisième lot qui serait distribué par les organismes d'Etat (CNAM, hôpitaux, polycliniques CNSS), uniquement sur ordonnance médicale, aux personnes prioritaires, qui n'ont pas eu l'opportunité de se procurer le vaccin, avec une prise en charge intégrale de la visite médicale et du vaccin pour les plus démunis.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.