Korchid : ''L'une des erreurs de Kais Saied...c'est Nadia Akacha''    Tunisair suspend ses vols à destination et en provenance du Burkina Faso    Kaïs Saïed souhaiterait appliquer un modèle proche du Velayet-e faqih iranien, selon Hatem Mliki    CAN 2021 – EN : deux nouveaux cas Covid !!    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 25 Janvier 2022 à 11H00    Tunisie-coronavirus : Vers le durcissement des mesures sanitaires ?    Tunisie – météo : Températures en légère baisse et pluies attendues    Béja: 42 nouvelles contaminations en milieu scolaire    Tunisie-coronavirus : Vers la levée du couvre-feu ? La réponse    "Mes mots pour le dire", nouveau concours vidéo francophone international    Affaire Béchir Akermi : La justice de nouveau dans la tourmente !    teste    CONDOLEANCES : Jamel ACHOUR    STA en bourse : visa du CMF obtenu, souscriptions à partir du 21 février 2022 au prix de 17 D l'action    Un délinquant poignarde trois personnes à la station Intilaka : Grosse frayeur à bord d'un métro de la Transtu    Coronavirus : Du nouveau concernant Omicron    Al-Koweit : Khenissi réussit un triplé    Centenaire du cinéma tunisien : Zoom sur un pionnier nommé Albert Samama Chikly    Ce que pense un ancien ambassadeur des USA de la démission de Nadia Akacha    Mekki : Saied s'est opposé au placement en résidence surveillée de Ghannouchi    Makrem Lagguem accuse tout le monde de corruption    Pourquoi? | Avec de la volonté    Des entreprises américaines souhaitent investir en Tunisie, assure Donald Blome    Hatem Mliki: Ce qu'a fait Saied, ''c'est la honte''    Tozeur : Bientôt une zone irriguée à El Hamma de Djerid    La Banque mondiale s'attend à un ralentissement de l'économie tunisienne    CAN 2022 – Maroc vs Malawi : Sur quelle chaîne et à quelle heure regarder le match en direct ?    Prix au marché municipal de Gafsa [Vidéo]    Les dirigeants de l'UGTT et les enseignants vacataires s'assoient aujourd'hui autour de la même table    La censure des commentaires a frappé aussi le ministère des Sports !!    La date de remise des échantillons de l'édition 2022 du prix de meilleure huile d'olive reportée au 30 janvier    Gordon Gray commente la démission de Nadia Akacha et parle des causes probables de cette décision    Watford : l'entraîneur Claudio Ranieri limogé    Matériel informatique et télétravail : Comment réduire la consommation d'énergie ?    Risques mondiaux : Les inquiétudes pour l'avenir persistent    Contrepoint | Le mal et l'issue...    Abid Briki: Nous soutenons les mesures prises par Saied    Assurances | M.A.E : Une première !    BNA Bank : Performances records et dynamique de croissance confirmée    Ukraine : les USA évacuent livrant le pays à Poutine, l'UE spectatrice    Pièce "Hend, le prince de Djerjer" d'IZA LOU mise en scène par Jean-Luc Garcia à EL TEATRO Tunis    Rabat pourrait-il "voler" à Alger l'organisation du sommet de la Ligue arabe?    Sur nos écrans l «Al Kahen» de Othman Abou Laban : Le genre dans le mauvais    « Art Expo » à la galerie « Musk & Amber » : Action commune    Livres | «Ton absence n'est que ténèbres» de Jón Kalman Stefánsson : Une mosaïque romanesque extraordinaire    Ammar Mahjoubi: Le caractère fondamentalement inégalitaire de la société romaine*    Monde : Le président arménien annonce sa démission    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pourquoi nos hommes politiques ne s'intéressent pas à l'économie
Publié dans Leaders le 31 - 07 - 2011

La scène se passe sur le plateau de France 24, le 21 février 2011, soit à peine 40 jours après le départ de Ben Ali. Un débat politique « animé » à défaut d'être contradictoire (on est encore dans la pensée unique) comme les Tunisiens en sont devenus friands depuis le 14 janvier, avec quelques-uns des nouveaux ténors de la vie politique tunisienne (Rached Ghannouchi, Ahmed Najib Chabbi, Jounaidi Abdeljaoued, Mustapha Ben Jaafar). Pendant près d'une heure, on va pérorer sur la démocratie, le multipartisme, la liberté d'expression, pratiquement sur tous les sujets qui passionnent l'opinion publique tunisienne à l'exception de l'économie. Heureusement, il y avait les jeunes qui ont admirablement joué leur rôle d'empêcheurs de tourner en rond en essayant d'attirer les invités sur un terrain où il y avait beaucoup à dire : l'emploi, l'investissement, les revendications sociales, l'endettement.
Mais à chaque fois, le débat bifurque irrésistiblement vers les problèmes institutionnels ou politiques. Excédé, un jeune veut tester les connaissances des invités en matière économique, en posant une question tout à fait basique surtout pour un homme politique : quel était le montant du budget tunisien en 2010. Un ange passe. Déstabilisés, ses interlocuteurs balbutient quelques chiffres comme s'il s'agissait d'une devinette : « ça doit être 25 milliards de dinars », lance l'un. « Non, rectifie l'autre, c'est 50 milliards ». On n'est plus dans un débat politique, mais chez Julien Lepers dans «Questions pour un champion». Réponse du jeune : « c'est 19,192 milliards ». Mais heureusement pour ses interlocuteurs. Il ne cherche pas à pousser plus loin son avantage. Poser, par exemple, d'autres questions : le taux d'inflation, le PIB/ per capita, le montant de la dette extérieure. Il préfère se taire, l'air entendu. Sourires gênés sur le plateau, suivis d'explications peu convaincantes : « j'avais confondu PIB et budget », dixit un futur présidentiable, et le débat redémarre sur d'autres dossiers…politiques. L'un des invités essaie de consoler le groupe de jeunes apparemment dépité : « occupons-nous de politique, le temps de l'économie viendra plus tard ».
Cinq mois après, on attend toujours. Apparemment, nos ténors ne sont pas pressés. A moins de trois mois des élections, la bonne centaine de partis que compte le pays n'ont pas cru bon de dévoiler leur programme économique. La majorité n'en a pas. Il existe certes quelques exceptions. Mais si vous vous attendez à un programme détaillé, chiffré, priorisé, vous serez vite déçu. Leurs programmes ou ce qui en tient lieu se limite généralement de simples slogans du genre : « pour un cadre de vie sain », « une école au service du peuple », « une entreprise citoyenne », les plus «sérieux» font des promesses qui prêtent à sourire comme la création "d'un million et demi d'emplois d'ici les élections" . Certains préfèrent donner dans le populisme en guerroyant, tels Don Quichotte, contre les moulins à vent, englobant dans la même condamnation, le FMI, la Banque Mondiale et la mondialisation accusés de tous les maux..ou la normalisation avec Israël. Aucun doute n'est permis. Nos hommes politiques évitent les sujets économiques non pas parce qu'ils sont rébarbatifs pour le commun des mortels comme ils le prétendent, mais parce qu'ils ne les maîtrisent pas assez. Pire encore, la plupart d'entre eux n'en possèdent même pas le minimum syndical, ( ما لابد منه ) comme disait le grand historien tunisien, Ahmed Ibn Abi Dhiaf.
Il est bien loin le temps où les hommes politiques pouvaient se décharger «des problèmes d'intendance» sur leurs collaborateurs. Un homme politique qui ignore aujourd'hui l'économie nest pas habilité à diriger un pays. Candidat malheureux aux élections présidentielles françaises de 1974, François Mitterrand a réussi à prendre sa revanche en 1981 en améliorant ses connaissances en matière économique, point fort de son adversaire, Valéry Giscard d'Estaing. Sans faire de l'économisme, on peut dire que la plupart des évènements politiques majeurs de notre temps ont un soubassement économique qu'on ne peut saisir si on ne dispose pas d'un minimum de culture économique. Combien la Haute Instance Ben Achour a-t-elle accordé de temps aux dossiers économiques dans ses débats ? que valent toutes les réformes institutionnelles et politiques, si les entreprises restent en butte à des difficultés insurmontables, si les hôtels sont aux trois quarts vides, si la Compagnie des Phosphates de Gafsa et le Complexe chimique Tunisien sont paralysés fréquemment par des sit in?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.