Le secrétaire américain à la défense : le rêve de la Tunisie d'un gouvernement indépendant est en danger    USA, Saïed, Macron … Les 5 infos de la journée    Tunisie – Trois enfants et trois femmes morts dans le naufrage d'une barque de clandestins    UEFA CL : Ferencváros et Laidouni largement dominés et éliminés    Coupe de la CAF : Le tirage complet du tour préliminaire    Au 8 août, 66462 tunisiens ont reçu une 4ème dose de vaccin anti-Covid    Entretien téléphonique entre Kais Saied et Emmanuel Macron    Siliana: 223 infractions économiques relevées    Macron a écouté Hollande : il revalide les plans de Saïed et mieux encore…    Le secrétaire américain à la défense : les USA soutiendront leur amis en Tunisie    Mandat de dépôt contre la mairesse de Tabarka    Monde : Daily Brief 09.08.22 Ukraine : Le président ukrainien Volodymyr Zelensky brandit le spectre de la catastrophe de Tchernobyl    Jeux de la solidarité islamique : 20 athlètes tunisiens en Turquie    Une marque lance un ''sac poubelle'' à 1700 euros    En Tunisie, faciliter l'accès à l'eau et l'émancipation des femmes    Les Britanniques perdent leur flegme face à l'inflation : ils ne veulent plus payer les factures    Tunisie-Officiel: Approbation de l'accord de prêt de 130 M$ avec la BIRD    SBS Informatique s'allie à Banque Zitouna pour offrir de meilleurs équipements aux gamers    Annulation de plusieurs vols en provenance de Bamako : Tunisair est-elle responsable ?    Rafik Abdessalem : de l'Etat des milliards de milliards à un Etat qui fait l'aumône    West Hunt, le jeu tunisien avec 82% de feedback positif sur Steam    Zaghouan: Arrestation d'un ex gouverneur et des fonctionnaires pour corruption    Interdiction du concert de "Dj Costa" : Le délégué de Haouaria précise (Audio)    Spectacle Lotfi Abdelli : La polémique va-t-elle mettre fin au one man show de l'humoriste Tunisien?    Lotfi Abdelli dénude les Tunisiens    « Orchestre du Bal de L'opéra de Vienne » au Festival international de musique symphonique d'El Jem : Un retour gagnant !    «The Jacksons» au Festival international de Carthage : Emouvant hommage à Michael    Galaxy Unpacked 2022 de Samsung : L'évènement de reveal en livestream le 10 août    Tunisie : Arrestation pour adultère d'une actrice de télévision connue...du nouveau    Culture et politique : Faut-il une révolution des esprits ?    ''Le Tunisien aime son pays mais n'aime pas l'Etat,'' selon Zargouni    3 millions de touristes ont visité la Tunisie jusqu'à fin juillet 2022    Kasserine: Concert de l'artiste Faia Younan (Vidéo)    Tunisie : la jeune handballeuse Ibtihel Soltana n'est plus    Tunisie: Les extraits de naissance pour les enfants seront numériques    Play-out | La commission nationale d'appel prononce son verdict aujourd'hui : Quelle planche de salut pour la FTF ?    Météo : Températures élevées et mer peu agitée    ESS | Mohamed Mkacher, nouvel entraîneur : L'appel du cœur !…    Prix au marché municipal de Gafsa [Vidéo]    Un nouveau virus inquiétant détecté    Tunisie : Un responsable interdit de voyager    Samir Saïed, ministre de l'Economie et de la Planification: Identifier de nouvelles perspectives de partenariat    Kyle Benson: A Commitment Mentor Emphasizing Intentional, Passionate & Safe Bonds Between Committed Partners    Chokri Hamada menace de ne plus sécuriser les spectacles portant atteinte au goût public    L'Iran arrête trois espions du Mossad    Tribune | Mon message d'Hiroshima    EXPATRIES | Un trophée pour Belarbi ?    Ons Jabeur exemptée du premier tour du tournoi de Toronto    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pourquoi nos hommes politiques ne s'intéressent pas à l'économie
Publié dans Leaders le 31 - 07 - 2011

La scène se passe sur le plateau de France 24, le 21 février 2011, soit à peine 40 jours après le départ de Ben Ali. Un débat politique « animé » à défaut d'être contradictoire (on est encore dans la pensée unique) comme les Tunisiens en sont devenus friands depuis le 14 janvier, avec quelques-uns des nouveaux ténors de la vie politique tunisienne (Rached Ghannouchi, Ahmed Najib Chabbi, Jounaidi Abdeljaoued, Mustapha Ben Jaafar). Pendant près d'une heure, on va pérorer sur la démocratie, le multipartisme, la liberté d'expression, pratiquement sur tous les sujets qui passionnent l'opinion publique tunisienne à l'exception de l'économie. Heureusement, il y avait les jeunes qui ont admirablement joué leur rôle d'empêcheurs de tourner en rond en essayant d'attirer les invités sur un terrain où il y avait beaucoup à dire : l'emploi, l'investissement, les revendications sociales, l'endettement.
Mais à chaque fois, le débat bifurque irrésistiblement vers les problèmes institutionnels ou politiques. Excédé, un jeune veut tester les connaissances des invités en matière économique, en posant une question tout à fait basique surtout pour un homme politique : quel était le montant du budget tunisien en 2010. Un ange passe. Déstabilisés, ses interlocuteurs balbutient quelques chiffres comme s'il s'agissait d'une devinette : « ça doit être 25 milliards de dinars », lance l'un. « Non, rectifie l'autre, c'est 50 milliards ». On n'est plus dans un débat politique, mais chez Julien Lepers dans «Questions pour un champion». Réponse du jeune : « c'est 19,192 milliards ». Mais heureusement pour ses interlocuteurs. Il ne cherche pas à pousser plus loin son avantage. Poser, par exemple, d'autres questions : le taux d'inflation, le PIB/ per capita, le montant de la dette extérieure. Il préfère se taire, l'air entendu. Sourires gênés sur le plateau, suivis d'explications peu convaincantes : « j'avais confondu PIB et budget », dixit un futur présidentiable, et le débat redémarre sur d'autres dossiers…politiques. L'un des invités essaie de consoler le groupe de jeunes apparemment dépité : « occupons-nous de politique, le temps de l'économie viendra plus tard ».
Cinq mois après, on attend toujours. Apparemment, nos ténors ne sont pas pressés. A moins de trois mois des élections, la bonne centaine de partis que compte le pays n'ont pas cru bon de dévoiler leur programme économique. La majorité n'en a pas. Il existe certes quelques exceptions. Mais si vous vous attendez à un programme détaillé, chiffré, priorisé, vous serez vite déçu. Leurs programmes ou ce qui en tient lieu se limite généralement de simples slogans du genre : « pour un cadre de vie sain », « une école au service du peuple », « une entreprise citoyenne », les plus «sérieux» font des promesses qui prêtent à sourire comme la création "d'un million et demi d'emplois d'ici les élections" . Certains préfèrent donner dans le populisme en guerroyant, tels Don Quichotte, contre les moulins à vent, englobant dans la même condamnation, le FMI, la Banque Mondiale et la mondialisation accusés de tous les maux..ou la normalisation avec Israël. Aucun doute n'est permis. Nos hommes politiques évitent les sujets économiques non pas parce qu'ils sont rébarbatifs pour le commun des mortels comme ils le prétendent, mais parce qu'ils ne les maîtrisent pas assez. Pire encore, la plupart d'entre eux n'en possèdent même pas le minimum syndical, ( ما لابد منه ) comme disait le grand historien tunisien, Ahmed Ibn Abi Dhiaf.
Il est bien loin le temps où les hommes politiques pouvaient se décharger «des problèmes d'intendance» sur leurs collaborateurs. Un homme politique qui ignore aujourd'hui l'économie nest pas habilité à diriger un pays. Candidat malheureux aux élections présidentielles françaises de 1974, François Mitterrand a réussi à prendre sa revanche en 1981 en améliorant ses connaissances en matière économique, point fort de son adversaire, Valéry Giscard d'Estaing. Sans faire de l'économisme, on peut dire que la plupart des évènements politiques majeurs de notre temps ont un soubassement économique qu'on ne peut saisir si on ne dispose pas d'un minimum de culture économique. Combien la Haute Instance Ben Achour a-t-elle accordé de temps aux dossiers économiques dans ses débats ? que valent toutes les réformes institutionnelles et politiques, si les entreprises restent en butte à des difficultés insurmontables, si les hôtels sont aux trois quarts vides, si la Compagnie des Phosphates de Gafsa et le Complexe chimique Tunisien sont paralysés fréquemment par des sit in?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.