Palestine - Israël: Le fer et par le feu    Chedli Klibi : un an déjà    3 mois de prison pour un tunisien interdit d'accès au territoire français    Italie : 102 millions d'euros d'amende à Google pour abus de position dominante    Le général Youssef Baraket: Un symbole de l'armée républicaine (Album photos)    Tunisie – Coronavirus : De nouvelles mesures du 16 Mai au 06 juin 2021    UTICA : Plus de 50% des entreprises sont menacées de disparition    Un entretien entre Ali Kooli et Bruno Le Maire passé sous silence    Salsabil Klibi [AUDIO] : Le président de la République est contraint de sceller le projet de loi de la Cour constitutionnelle    Tunisie : Le dilemme de Kaïs Saïed par rapport à la cause palestinienne et son besoin des USA    Violences à l'encontre des femmes : l'ATFD appelle à une action de protestation le jour de l'Aïd    Dernière Minute – Coronavirus : 81 décès et 1105 nouvelles contaminations, Bilan du 11 mai    Hichem Mechichi annonce une série de mesures d'accompagnent économique aux entreprises    La recette de Ridha Chkoundali qui pourrait réduire l'endettement extérieur de la Tunisie    Palestine, notre âme et conscience    Après deux heures d'attente, les journalistes quittent la Kasbah    Confinement général : levée de l'interdiction de déplacement entre les régions    Espérance de Tunis : Tous les joueurs testés négatifs au Covid-19    Khalil Zaouia : Ce qu'a fait Saïed à Mechichi était immoral    Exclusif: Des mesures au profit de certaines catégories sociales vont être annoncées    JO-2020 (TQO) – Basketball : Le Cinq national en stage à partir de lundi à Monastir    Tunisie: Covid-19 : Le chant de l'espoir et des retrouvailles (clip et spot)    Tfanen organise des tables rondes digitales sur la contribution de la culture au développement durable    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 12 Mai 2021 à 11H00    Tunisie: Le Mouvement du Peuple appelle à pavoiser les balcons et les façades des magasins de drapeaux palestiniens    Football : Programme TV de ce mercredi 12 mai 2021    Tunisie: Othmen Jerandi participe à la session extraordinaire du Conseil de la Ligue des Etats arabes    Tunisie- Gafsa: Manifestation de soutien à la Palestine    Tunisie: Entretien téléphonique entre Kais Saied et Ismail Haniya    Boosté par les performances de la BH et la BIAT, le Tunindex s'apprécie    Tunisie- CONECT appelle à soutenir les secteurs touchés par les répercussions du confinement sanitaire    Ooredoo partage la joie de l'Aïd avec les enfants    L'UTAP met en garde contre un éventuel effondrement de la filière laitière    Le CS Hammam-lif convoque une AG élective le 29 mai    " Sans Ticket " du 14 au 16 mai : Une sélection de courts métrages tunisiens disponible sur Artify    Règlement des déclarations fiscales avant le 15 mai : La CCT s'indigne    Juventus : Gianluigi Buffon annonce son départ en fin de saison    Judo : 18 judokas tunisiens au tournoi qualificatif à Dakar pour les JO de Tokyo    Willis from Tunis: 10 ans et toujours vivant    La Maison Blanche révèle ce que tente de cacher Carthage    Kaïs Saïed appelle les Palestiniens à unifier les rangs au service de leur juste cause    Entretien téléphonique Kais Saïed et la vice-méricaine Kamala Harris : soutien renouvelé auprès du FMI, contre le Covid et pour la sécurité    Dreams Chebeb, 2e édition: 15 projets artistiques voient le jour malgré la crise    Le gouvernement appuie toutes les entreprises tunisiennes qui investissent à l'étranger, assure Mechichi    Conseil de sécurité : Aucun accord sur une déclaration commune à propos des violences à Jérusalem    Décès du doyen de l'ophtalmologie Ridha Mabrouk    " De la Casbah de Mazara del Vallo à la Petite Sicile de La Goulette " : La longue histoire des échanges entre l'Italie et la Tunisie    Covid19 : Report de la manifestation théâtrale "Semaine pour le théâtre tunisien"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«L'écriture est le véritable remède pour anesthésier les douleurs de l'âme...»
Publié dans Le Temps le 18 - 12 - 2016

Maram Al masri est une poétesse et traductrice syrienne qui vivait depuis longtemps en exil, précisément à Paris. Elle avait publié de nombreux recueils de poésie, dont « Je te menace d'une colombe blanche », « Cerise rouge sur un carrelage blanc », « les âmes aux pieds nus ». Elle avait emporté des prix considérables dont les plus récents sont : Prix Dante Alighieri del Premio Laurentum, à Rome, en 2015, et prix d'Honneur, Prix de la Plume Humanitaire, Association "Vivre Ensemble, Rouen, en 2016.
Cette poétesse est nourrie d'une mélancolie créatrice, fragilisée de tant de souffrance qui ont traversé sa vie. Elle transcende son mal par le truchement de la plume et de l'encre, et en crée de belles œuvres poétiques s'apparentant à des brèches donnant sur le monde.
Totalement brisée, suite à la guerre civile en Syrie, Maram Al Masri réalise mal ce qui se passait dans sa chère patrie qui s'écroule et se transforme en décombre. Partageant les maux de son peuple, et prêtant serment aux victimes de la guerre, elle ne cesse d'écrire et de crier à rétablir la paix.
Nous l'avons rencontrée récemment à Sidi Bou Saïd, parmi les invités du Festival International de la poésie. Avec beaucoup d'amabilité, elle nous a donné cet entretien.
Guerre et Poésie, Horreur et Beauté. La poésie peut-elle guérir les maux d'un peuple
Certainement, les mots guérissent les maux. C'est aussi pour cette raison que j'écris. Je considère que l'acte de l'écriture est le véritable remède pour anesthésier les douleurs de l'âme, le poème pénètre dans nos profondeurs pour calmer nos tristesses. Un poème peut libérer du carcan du mal.
Dans votre dernier recueil, vous partez d'informations réelles concernant votre pays la Syrie, et vous parvenez à l'universel, à l'existentiel, de manière à toucher tout le monde...
Tout à fait, c'est l'essence de la poésie qui cible le siège du cœur. Sa force magique, dont on ignore l'alchimie, réside dans sa manière d'interpeler l'Homme, d'aborder universellement un sujet local. Face à son aura, on se sent paralysés. Un poème submerge le monde entier et touche le vrai sens de l'être humain. C'est évident, puisque nous sommes les mêmes. Autant que nos conditions de vie peuvent changer, nous avons les mêmes besoins, les mêmes chagrins, la même joie, les mêmes sensations, même si c'est relatif, parce que la sensation de la beauté, ou de l'humanité se cultive. Dans un de mes poèmes, je parle d'un citoyen ordinaire, qui devient extraordinaire grâce à ses sentiments de noblesse, ses instincts d'être libre, digne, humain. Je considère que la poésie possède cette vertu de transformer les lecteurs en êtres extraordinaires, même ceux qui prétendent être insensibles, ils finiront par s'émouvoir, car un poème pénètre dans leur âme, s'incruste à leur conscience et les affine.
Vos poèmes sont brefs. Comment un poème condense le monde ?
J'ai toujours écrit des poèmes concentrés avec des mots simples. Je suis dans l'essentiel, Je ne cherche pas à étaler mes savoirs et mes capacités linguistiques ou imaginaires. Toute ma vie est dans l'essentiel, même si j'ai l'air d'une personne à la quête de la beauté. J'apprécie les choses simples et vraies.
Justement, réussir l'équation entre le simple et le profond, ce n'est pas évident... Si on vous demande de classer votre poésie, qu'en dites-vous ?
Certains critiques arabes s'interrogent à quelle école poétique Maram Al massri, appartiendrait-elle ? En réalité je ne ressemble à personne, surtout dans mes débuts, en 1982, quand j'ai publié « Je te menace d'une colombe blanche ». Beaucoup de critiques syriens affirment que j'ai créé une sorte d'école pour moi-même. Maintenant les lecteurs me connaissent, il y a beaucoup de gens qui font la même sorte de poésie. Bref, je ne sais pas ! Est-ce que l'arbre sait pourquoi elle fait ses fruits ? Je pense que c'est mon empreinte, quelque chose très biologique, très liée à mon être, c'est comme les couleurs de mes yeux. En tout cas, je suis très exigeante. Dans mon recueil «Par la fontaine de ma bouche », je trace les signes de la poésie dans ma vie, la définition d'un poète, l'inspiration, la rencontre avec un poème, ce face à face, ce mixage et cette « oxydation », c'est-à-dire comment la poésie a changé ma vie et a pu me rendre la femme que je suis dans le monde, et vice versa comment la femme que je suis, a rendu mes poèmes accessibles à tous les autres, car , je me sens que je suis l'autre, il y a seulement les visages qui changent mais nous sommes les mêmes !
Vous m'avez dit que vous étiez proposée au prix Nobel.
Oui, un écrivain journaliste qui s'appelle Patrik Besson, et qui écrivait dans le point, a lu mes poèmes, et a écrit trois articles soulignant que je suis poète syrienne « nobilisable », parce que d'après lui, mon œuvre est considérable, puisque je parle de la violence sur les femmes, je défends le peuple syrien, etc. Il a pensé que l'atmosphère géopolitique pourrait favoriser ma candidature. C'est ainsi qu'il a déclenché ma candidature. Alors, Ils ont envoyé une lettre par l'université de Paris ouest. Puis un autre groupe en Italie qui s'appelle la Muse, a aussi perçu la différence dans mon écriture, et a considéré que je suis « nobilisable ».
L'exil se répercute-t-il sur votre écriture ?
Certainement ! Quand on a une cause, à ce moment-là, il y a quelque chose qui renforce le poème. Il y a un grand poète au Danmarque, qui après avoir écouté mon poème, est venu me féliciter, et me dire qu'il m'envie parce que j'ai une cause à défendre ; il dit que les Européens, ont tout, et qu'ils n'ont plus rien, leur poésie s'inscrit plutôt dans la recherche linguistique, elle n'est plus dans l'essentiel.
Concernant la Syrie, pensez-vous que ce pays renaîtra- t-il de ses cendres ? Avez-vous de l'espoir ?
Sans espoir, ce sera trop dur à supporter la vie. L'espoir permet de continuer... d'avoir la moralité, l'éthique, la bonté. Mais pas uniquement, nous avons le devoir vis-à-vis des gens qui sont morts. Ils ne doivent pas mourir pour rien, on doit donner la liberté pour la Syrie, que leurs sacrifices ne soient pas anodins. Pour renaitre, ce pays, a surement besoin de beaucoup d'amour. Les gens doivent oublier leur égo, leurs intérêts, et voir l'intérêt du grand peuple. Mais c'est incroyable ! On sacrifie tout le peuple syrien ! C'est la plus ancienne civilisation ! Pourquoi le monde est si aveugle à ses souffrances ? On ne doit pas se contenter de pleurer, de se lamenter ! On a besoin d'un vrai plan pour remettre la Syrie dans la paix et dans la dignité, parce que paix sans dignité ne marchera pas. L'être humain est né pour être libre et digne !
La mission du poète, de l'élite intellectuelle
Je pense qu'il faut faire appeler à l'essentiel. Dire, dénoncer et essayer d'être la colombe de paix. Je suis contre l'écrivain, souffleur de feu, souffleur de poison...certains écrivains écrivent pour attiser la polémique, ou montrent qu'ils sont indifférents. Chacun est libre, mais il doit respecter la foi des autres ! Parce que du moment où tu dénigres l'autre, tu déchaines la guerre. La mission du poète est de garder la paix et la dignité de l'homme, et non pas d'accuser l'autre. Dans mon cas, Il y a la responsabilité qui est éveillée en moi quand j'écris un poème, je respecte toujours l'autre même si je ne le connais pas. Comme une mère quand elle prépare à manger, elle ne met pas du poison, et pour moi, mes lecteurs sont mes enfants !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.