Démantèlement d'un groupuscule terroriste à Kasserine    L'UIB réalise un résultat net de 117,1 millions de dinars en 2019    Enseignement à distance : Huawei soutient les étudiants tunisiens    Les impacts de la crise actuelle examinés par Fakhfakh    Sérieuses menaces contre Zouheir Maghzaoui    Aïda Caïd Essebsi Fourati    DERNIERE MINUTE – Coronavirus – Algérie : 20 nouveaux décès les dernières 24 heures    Coronavirus : 9 nouveaux cas à la Manouba    Tunisie – Coronavirus: Toutes les délégations de l'île de Djerba désinfectées    Confinement | Hichem Mechichi : la loi sera désormais appliquée dans toute sa rigueur    Angleterre – coronavirus : Liverpool renonce à mettre son personnel au chômage partiel    Coronavirus | Kasserine : Six personnes en voie de guérison    Mercato : pas de contact entre Farouk Ben Mustapha et l'Espérance de Tunis    Installation d'une caméra thermique au Marché de gros de Bir El Kassaa    Coronavirus : Un décès à Sousse    Découverte de failles de sécurité dans l'application de vidéoconférence Zoom: L'ANSI met garde    Coronavirus : les clubs italiens d'accord pour la baisse des salaires, les joueurs se révoltent    Etoile du Sahel : une réunion attendue entre Yassine Chikhaoui et Ridha Charfeddine    Funérailles de Bourguiba : choses vues et entendues…    Pandémie de COVID-19 : L'Agence Universitaire de la Francophonie adopte un plan spécial    OMS: L'Afrique ne sera pas un terrain d'essai pour les vaccins contre le COVID-19    Tennis : confinée à New York, Ons Jabeur passe du tennis à la danse    Météo | Prévisions pour aujourd'hui, mardi 07 avril 2020    Michèle Gazier : Il était une fois Leila Menchari    Les joueurs ont besoin de deux semaines pour être prêts    La FIFA recommande de reporter tous les matches internationaux de juin    "Allez vers les hauteurs…"    L'ONU appelle à la cessation des hostilités en Libye    La recette pour combler un dimanche de confinement    Des délégués et des Omdas se servent les premiers    Baisse dérisoire des prix de certains hydrocarbures    La BCT lance officiellement l'application "Flouss"    Les têtes de Jound Al Khilafa continuent de tomber    Des cours à distance pour les élèves !    Le TAS fixe au 29 mai l'audience de l'appel des Marocains    Wafa Gabsi (Archivart) : « J'essaie d'apprécier autrement les choses simples et… de méditer »    La culture, en arme puissante contre le Covid-19    La culture, un lien qui rapproche et réduit les distances    Elizabeth II aux britanniques: “C'est un temps de disruption dans la vie de notre pays”    Coronavirus : Le nombre de morts repart à la hausse en Italie    Beit El Hikma se dote d'une cellule de veille pour suivre les données relatives au Covid-19    La Fondation Kamel Lazaar lance l'appel à projets “Culture Solidaire”    Olivier Poivre d'Arvor: Leïla Menchari, ma reine de Carthage    Retour sur le décès de la célèbre décoratrice tunisienne Leïla Menchari, emportée par le Coronavirus    Sauvons la Libye : Covid-19, guerre civile, catastrophe humanitaire et désastre financier, face à un silence complice    Au grand bonheur des cinéphiles confinés !    Les USA ne négocient pas avec l'Arabie et la Russie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La belle embellie
Publié dans Le Temps le 27 - 12 - 2017

La région de Kébili –Douz s'efforce vaille que vaille de remettre en selle la destination Sahara. Après Tozeur, le ministère du Tourisme s'apprête à organiser une autre manifestation dédiée cette fois-ci encore au tourisme saharien, la 50 édition du festival international de Douz du 28 au 31 décembre 2017.
Voulant faire les choses en grand, les organisateurs de ce festival ont convié bien du monde. Selon, le commissaire régional au tourisme de Kébili, Mohamed Sayem, plusieurs invités de marque, nationaux et étrangers, sont attendus à cette manifestation sans parler des représentants diplomatiques (ambassadeurs, consuls,...) qui y prendront part.
Une chose est sûre : d'année en année, le produit saharien gagne de plus en plus d'adeptes. Kébili connaît une belle embellie. « La destination sud est en train de reprendre. Nous sommes sur une courbe ascendante », se félicite M. Sayem . Les entrées ont enregistré une progression de 57,4% au 10 décembre 2017 soit 103.588 touristes contre 67.707 en 2016. Les nuitées ont connu une hausse de 60%. Elles ont passé de 74.613 à 120.000 .Les Tunisiens occupent la première place avec 44.171 nuitées (+ 41% ) et 35.248 arrivées (+35%) suivis des Russes avec 31.078 arrivées (+40,9%) et 31.078 nuitées (+ 39%) . Le marché français a retrouvé sa vitesse de croisière avec une progression de 146%.
Pour booster plus l'activité, Douz abritera ce week end son festival international du Sahara « Ce festival constitue une opportunité pour soutenir le tourisme en général, et le tourisme saharien en particulier. La cérémonie d'ouverture sera déclinée sur deux axes, le premier consacré aux équipes participantes aux courses de chevaux et de dromadaires, et le second présentant des spectacles sur la vie nomade. Le tourisme saharien permet de dégager de belles marges à condition d'en avoir compris les mécanismes. Il a besoin d'innovation et d'idées nouvelles pour se développer. Sa réussite, passe par la valorisation et l'animation des sites sahariens. C'est pourquoi nous avons décidé de multiplier les événements et là nous organiserons du 21 au 24 février le Salon international des oasis et des parcs nationaux à Douz, du 1er au 3 février le Festival international de Zafrane et du 20 au 24 mars le Festival international de la joie de l'Afrique » nous annonce M. Sayem. Le chemin de la promotion du tourisme saharien repose sur une stratégie de commercialisation et de communication. « Le recours aux technologie de l'information et de la communication, en tant qu'outils de promotion du Sahara, est devenu une priorité, ajoute-t-il. Cette stratégie de communication passe par l'intensification des participations aux salons touristiques en vue de promouvoir l'image de marque de nos produits sahariens, l'intensification des séminaires et colloques qui tournent autour du tourisme saharien, l'utilisation des divers outils de communication tels que les CD-Rom, les sites web, les brochures, l'invitation des journalistes, des agents de voyages, des tours-opérateurs et l'organisation des éductours et des workshops . Bref le Sud a tous les atouts pour développer le tourisme saharien. Cela nécessite plus de promotion et d'efforts pour mettre en valeur nos richesses sahariennes et consolider ce créneau porteur. »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.