Abir Moussi évoque des préparatifs en prévision de la séance plénière prévue le 3 juin prochain    Fête des mères | La Poste Tunisienne assure une séance de travail le dimanche 31 mai 2020, pour la livraison des bouquets de fleurs    Coronavirus – Algérie : Le bilan grimpe à 638 décès et plus de 9.000 contaminés    Tunisie – Un avocat reçoit des menaces de mort    Tunisie – Coronavirus: Presque 60% des tunisiens ont cessé de travailler et n'ont pas reçu de salaires    Vers la cession de shems Fm et Assabah à cause de leur faillite    «Une relance post-COVID exige un vrai plan de rupture»    Le désengagement total des USA    Jusqu'à 86 millions d'enfants menacés par la pauvreté    La « solidarité » s'étiole autour de Ghannouchi    Le prix " Najiba Hamrouni pour la déontologie de la presse " attribué à " Nawaat "    Les professionnels estiment les mesures insuffisantes    Allah n'est pas obligé…    Un spectacle Hip Hop à la télévision    Le chanteur Ali Jaziri au rendez-vous    Bab L'Bluz, ce quatuor qui fusionne musique berbère et blues    Dr Nissaf Ben Alaya : Conditions de déroulement des cérémonies de mariage    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 29 mai à 11H00    Le Nova 7 I de Huawei disponible sur le marché tunisien    Maarouf est venu liquider les entreprises publiques, accuse Taboubi    Un agent de sécurité agressé à Ben Arous    Appel de la Suisse à agir contre la chute des transferts de fonds vers les pays à faible revenu    Fonds de la zakat | Le président de la LTDH, Jamel M'sallem, à La Presse : «On attend le verdict du Tribunal administratif» (vidéo)    Neymar : la justice suspend le paiement d'une amende de 14,7 millions d'euros    Programme « Tounes Wijhetouna » : Valoriser l'image de la destination Tunisie (Vidéo)    Relance économique après le Covid-19 : Le casse-tête du financement    Endettement de la SONEDE : La barre du milliard de dinars dépassée    Raffia Arshad, la première femme en hijab qui devient juge au Royaume-Uni    Tribune | Y a-t-il un commandant à bord ?    Tribune | Code d'éthique et de déontologie parlementaire : Pourquoi et comment?    Khaoula Hosni, auteure de «La fosse de Marianne», à La Presse : «La trilogie était un exercice d'écriture épuisant de scènes visuelles»    Houcine Jaïdi - Décès d'Albert Memmi : le silence du ministère des Affaires culturelles est injustifiable et inadmissible    ESS | Mercato : Baâyou intransférable !    Mohsen Marzouk menacé depuis la Turquie, riposte    L'ancien Premier ministre marocain Abderrahman Youssoufi n'est plus    Tunisie – Météo : Températures stationnaires    Escrime | L'élite reprend du service le 4 juin : Les sabreurs au rendez-vous    Chemins de l'herméneutique | Epilogue…    La Tunisienne Nour Belkhiria remporte le Canadian Screen Award    40ème jour du décès de Noureddine Diwa : L'hommage émouvant de sa femme Amel Agrebi    Wall Street Journal : Le CSHL, 1er club au monde à avoir utilisé l'application du public à distance dans un stade vide    Ligue 2 (barrages) : L'O.Sidi Bouzid réclame la diffusion TV des matches et un arbitrage à 5    Coronavirus : la Premier League reprendra le 17 juin    Tunisie: Un incendie ravage trois hectares de végétation à la Manouba    Tunisie : la BCT maintient inchangé son taux d'intérêt directeur à 6,75%    COVID-19 : HONDA Tunisie annonce une révision tarifaire de toute sa gamme    Zarzis : Mieux vaut tard que jamais !    Tunisie: Poursuite par le ministère de la Défense des recherches de migrants clandestins naufragés au large de Sfax    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les cinémas d'Asie au cœur du festival
Publié dans Le Temps le 09 - 11 - 2018

Véritable découverte de cette édition des JCC, les cinémas asiatiques ont le vent en poupe et déploient des océans de créativité. Gros plan sur des oeuvres rares en provenance de pays comme la Georgie ou le Bengladesh
Comment passer à côté des cinémas asiatiques? Comment ne pas mesurer la grande créativité qui émane de ces cinématographies lointaines mais très marquantes? En effet, nous connaissons bien le film japonais, indien ou coréen mais ne jaugeons pas toujours à sa juste valeur la montée de cinématographies peu connues, en plein essor dans un continent qui participe de l'esthétique universelle.
Le nouvel essor du cinéma chinois
Dans cette nébuleuse de la diversité asiatique, il existe de fait plusieurs cinémas. Comment en effet comparer un film afghan et un autre georgien? Comment mesurer les proximités et les écarts entre un film du Bengladesh et un autre de Turquie? Comment enfin évaluer les progrès spectaculaires des cinémas de Chine ou d'Iran qui ont désormais conquis leur place au soleil? Les JCC 2018 convient leur public à cet exercice pétri de découvertes et porté par un regard empreint de curiosité. Avec la section consacrée aux cinémas d'Asie, ce sont en effet toutes les images d'un continent qui défilent sous nos yeux et nous offrent des perspectives inédites ou des confirmations éloquentes.
Le programme proposé est riche non pas en nombre de films, à peine une dizaine, mais grâce à la diversité qui en émane. Les organisateurs ont en effet cherché à montrer le plus grand nombre de différences possibles dans cette panoplie de films asiatiques. Le film chinois est par exemple bien présent avec les oeuvres de Lam Can-Zhao ou Jia Zhang-Ke dont les films sont présents en version originale, comme il se doit, avec des sous-titres en français ou en anglais. Le cinéma chinois est une force montante sur la scène culturelle actuelle et le prouve à travers sa participation dans les plus grands festivals. L'univers des réalisateurs chinois est également d'une subtilité frappante car aussi bien leur manière de filmer que la grande plasticité de leurs oeuvres retiennent l'attention.
Présences turques et iraniennes
C'est aussi le cas des cinémas turc et iranien, relativement proches par leur esthétique, leur goût pour l'introspection et, souvent, leur souffle épique. Le public tunisien connaît bien ces deux cinématographies et pourra se retremper dans leur univers grâce à des oeuvres comme "Borç" de Vuslat Saraçoglu (Turquie) ou "Invasion" de Shahram Mokri et "Tamaroz" de Abed Abest (Iran). Ces cinéastes offriront de poser un regard neuf sur les oeuvres actuelles et mesurer l'écho des grands cinéastes turcs et iraniens des générations précédentes.
Le programme de ce Gros plan sur l'Asie propose d'aller à la découverte de cinémas quasiment inconnus. C'est ainsi avec beaucoup de curiosité que le public a pu découvrir "Haldaa" de Ahmed Tauquir, un cinéaste du Bengladesh. Dans le même esprit, "Nammé" de Zaza Khalvashi a apporté une touche georgienne peu usitée dans la programmation du festival qui s'ouvre ainsi sur des films rares et des regards porteurs de nouveauté. Plus largement, les JCC 2018 retrouvent leur caractère de festival ouvert et multiplient les incursions autour du monde, avec cette année plusieurs hommages et rétrospectives qui rompent avec la monotonie et mettent le cap sur la découverte et l'émotion esthétique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.