Officiel : La Ligue 1 reprendra le 2 août    Ligue 2 : le calendrier des play-offs dévoilé    Le procès de la bloggeuse Emna Chargui reporté au 2 juin    ANSI : Mise en garde contre des vulnérabilités critiques dans les systèmes d'exploitation mobiles Android 8, 9 et 10    Le mécanisme de garantie de l'Etat, désormais opérationnel    444 MDT    La Tunisie n'a pas à choisir dans l'absurdité de la guerre    Le coup de grâce…    Elyès Fakhfakh dans un cul-de-sac ?    Décisions contradictoires de la FIFA et de la FTF, concernant les joueurs en fin de contrat, le 30 juin !    3,5 millions de dinars à partager entre l'EST, l'ESS, le CSS et l'USBG    L'acteur égyptien Hassan Hosni tire sa révérence    Les photos fuyantes de Mahmoud Chalbi    L'humoriste et comédien Guy Bedos est mort    Le patrimoine culturel, grand axe du programme «Tounes Wijhetouna»    Ligue1 : la JS Kairouan reprend les entraînements jeudi prochain    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 30 mai à 11H00    Le Club Africain lance à partir de lundi la vente des cartes d'adhérents    Coronavirus : 5 nouveaux cas importés et 950 guérisons    Covid 19 | Etablissements scolaires privés : Relations tendues avec les parents d'élèves    REMERCIEMENTS ET 40e JOUR : Fatma Bent feu Cheikh Mohamed ANNABI et feu Hédia TORDJMAN    Huile d'olive : exportations record durant les cinq premiers mois de la campagne    Djerba | Mouvements de protestation des employés d'hôtels : Les précisions de la fédération régionale des hôteliers    Stratégie nationale de promotion de l'industrie et de l'innovation : L'industrie intelligente, une exigence    Documentaire « MAKHDOUMINE » de Maher Abu Samra : « Mon cinéma est politique… »    Météo : Températures en baisse    MEMOIRE : Noureddine ARFA    L'USM programme la reprise : Des groupes de 7 joueurs    Panoro augmente sa production en Tunisie et planifie le forage de 2 puits    CONDOLEANCES    Tunisie: Nouvelle nomination au ministère des Domaines de l'Etat et des Affaires foncières    Tunisie: Ouverture exceptionnelle des caisses par la SONEDE pour faciliter le payement des factures    5 nouveaux cas de coronavirus en Tunisie    Une cellule d'accompagnement pour aider les PME    Facebook chante ''Bella Ciao'' pour Bendir man, Mekki et d'autres    Tunisie: Les pots-de-vins coûtent annuellement entre 400 et 500 millions de dinars, selon Chawki Tabib    Tunisie : L'Etat d'urgence prolongé de 6 mois    Tunisie: Perte de 28% de ses revenus par Tunisair    Le désengagement total des USA    Allah n'est pas obligé…    Appel de la Suisse à agir contre la chute des transferts de fonds vers les pays à faible revenu    Raffia Arshad, la première femme en hijab qui devient juge au Royaume-Uni    Houcine Jaïdi - Décès d'Albert Memmi : le silence du ministère des Affaires culturelles est injustifiable et inadmissible    L'ancien Premier ministre marocain Abderrahman Youssoufi n'est plus    Chemins de l'herméneutique | Epilogue…    La Tunisienne Nour Belkhiria remporte le Canadian Screen Award    Zarzis : Mieux vaut tard que jamais !    Tunisie: Poursuite par le ministère de la Défense des recherches de migrants clandestins naufragés au large de Sfax    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand la classe politique fait le lit du Corona !
Publié dans Le Temps le 29 - 03 - 2020

Indigne. Honteux. Grave et dangereux à la fois. L'exemple, chez nous, ne vient pas d'en haut. On appelle le peuple au confinement total, on feint de dénoncer la désinvolture de ceux, parmi nos concitoyens, qui se croient investis d'une immunité divine. On loue hypocritement les efforts de l'armée des blouses blanches, en première ligne dans cette « guerre ». On glorifie, tout aussi hypocritement le redéploiement de nos forces sécuritaires et ceux de l'armée. On comptabilise ostensiblement les contaminations et les morts.
Qui « on » ? Ce n'est pas « je », ce n'est pas « nous ». C'est eux. Classe politique et élus du peuple, presque tous, autant qu'ils sont. Plus besoin de revenir sur la triste mascarade de la plénière de jeudi dernier, dans ce musée des horreurs qu'est l'ARP. Le Coronavirus n'y est pas physique. Il y est cérébral. Là-bas, il ne suffit pas que l'information soit vraie. On s'est arrangé pour qu'elle soit, en plus, virale.
Fakhfakh comme Sisyphe
Que demande, en fait, Elyès Fakhfakh ? Juste qu'on lui donne les moyens constitutionnels inhérents à un état de guerre. Son discours martial, jeudi, au parlement ne sensibilise pas outre-mesure des « élus du peuple » d'autant plus revêches, d'autant plus enclins à un comportement clivant, qu'ils ont choisi d'adopter la stratégie de la distanciation.
A quelques similitudes près, nous nous sentirions projetés des siècles en arrière quand l'Empire romain s'effondrait et que le Sénat dissertait encore longuement sur le sexe des anges. Même scénario en effet.
Alors que le Covid-19 s'amplifie, passe chaque jour davantage à la vitesse supérieure, on en est là encore à se demander si Elyès Fakhfakh ne prépare pas un putsch constitutionnel par le biais de l'article 70 de la Constitution.
On sait que le parlementarisme tunisien est ainsi fait que la séparation des pouvoirs prête à confusion. Cette séparation des pouvoirs y est juste formelle. Une commodité constitutionnelle qui profite à un pouvoir au détriment des autres. Sinon, l'inverse. Mais, c'est aussi une impossibilité politique. Elle génère la paralysie de la gouvernance. Et qui, plus est, comme déjà démontré, en situation d'exception.
Pour autant, la question terrifiante tient à ceci : le Chef du gouvernement, déjà desservi par la providence pour avoir entamé son mandat au temps du Coronavirus, n'est-il pas, par ailleurs, sommé à se mettre dans la peau de ce pauvre Sisyphe ? Chaque pierre qu'il traine au sommet de la montagne dégringole aussitôt. Et il doit indéfiniment remettre le cœur à l'ouvrage. De l'absurde, en somme.
Les textes constitutionnels sont là pour être appliqués. Et, malgré son incomplétude, la Constitution a, quand même, prévu de délier les mains aux Chef du gouvernement dans ce genre de situation. Le recours à l'article 70, il en a fait la demande expresse au Parlement. Il s'agit de lui accorder l'autorisation de recourir aux décrets lois (il en a établi 13) pour agir rapidement. Or, les réticences se meuvent dans un esprit de suspicion. Tant au niveau de la Majorité et sa frêle ceinture politique qu'au niveau de l'Opposition. On juge suspects ses projets d'amnistie générale, de réorganisation ponctuelle de l'appareil juridictionnel, de clôture du budget….Autant de freins, tant de temps perdu dans l'examen de cette demande au niveau de la commission spécialisée et, davantage de temps perdu, pour programmer et tenir la plénière qui votera pour ou contre. Tiens, maintenant, on se rabat sur les instances constitutionnelles : un Conseil supérieur de la Magistrature qu'on consulte rarement, et une Cour constitutionnelle dont on s'est arrangé pour qu'elle ne voie jamais le jour.
Cafouillage à Carthage aussi…
Justement la Cour constitutionnelle. Dans les démocraties qui se respectent, c'est elle qu'on installe en premier. Elle a, en effet, vocation, comme disent les exégètes, à veiller à la constitutionalité des lois. Cette Cour n'existe pas, tout au plus une instance provisoire qui n'a pas force de décision.
C'est à partir de ce dysfonctionnement, de ce vide constitutionnel que le cafouillage s'est installé. Et, quelque part, ce cafouillage, c'est bien le Président de la république, pourtant constitutionnaliste de formation, qui l'aura provoqué. Tout un mystère, en effet, autour du recours à l'article 80 de la Constitution, article inhérent au « péril imminent ». En a-t-il franchement usé lors de la tenue du Conseil de sûreté nationale ? L'a-t-il juste effleuré ? En use-t-il pleinement, en dehors de la proclamation du confinement total, du couvre-feu et du redéploiement des forces armées ? Oui, mais disent des constitutionnalistes tout aussi chevronnés que lui, sinon plus, nous sommes en état d'urgence, en vertu de la loi de 1978. Et cela suffit pour induire ces mesures annoncées. Mais, là aussi, c'est encore le talon d'Achille des instances constitutionnelles, c'est à dire l'absence de Cour constitutionnelle, qui émerge de nouveau.
Le flou venant de Carthage n'est pas, lui non plus, pour faciliter la tâche à Elyès Fakhfakh. Parce qu'il se trouve que la rationalité exige qu'on démêle l'écheveau. Si nous sommes dans le contexte de l'article 80, là où le Chef de l'Etat concentre tous les pouvoirs, en quoi se justifierait le recours à l'article 70, là où le Chef du gouvernement usera des décrets lois ?
Et cela fait que Fakhfakh se retrouve en plein dans l'œil du cyclone. Ses frêles épaules supporteront-elles toute l'ampleur de l'avant et de l'après Coronavirus. Poussera-t-on l'indécence jusqu'à l'en tenir pour responsable, après l'avoir privé de munitions ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.