Tunisie – Le « décollage » économique, selon Fakhfakh    Covid-19: Tunisair appelle les passagers à se présenter 4h avant le vol    Béja | Démarrage vendredi de la saison de moisson    Covid19 | Les Tunisiens à l'étranger souhaitant rentrer au pays doivent payer les frais de leur confinement sanitaire    Les pièces majeures de la collection d'un dignitaire de l'époque Beylicale ont été retirées de la vente prévue à Drouot    Grève générale du secteur de la santé le 18 juin    L'UE mobilise un fonds d'urgence dans la course aux vaccins    En vidéo : Toutes les cartes bancaires de l'UBCI désormais biodégradables    Du nouveau dans l'affaire de Swagg Man    L'IATA demande au gouvernement tunisien une aide financière directe pour l'aviation, pour sauvegarder l'économie    Tarek Kahlaoui (Centre des études stratégiques sur le Maghreb)    Une jeune extrémiste prête à tout    «Un grand bond en arrière pour l'humanité»    Les représentants des clubs en conclave    Iheb Msakni sanctionné !    L'EN en stage de 5 jours à partir du 8 juin !    Une circulaire de la BCT: Davantage de flexibilité dans l'accès des entreprises résidentes aux sources de financement extérieur    Azouz Ben Temessek : Les fonctions de l'OMS entre la technicité et la politisation    Nouveau cas de Covid importé    La Gabegie totale !    L'Italie s'ouvre aux touristes européens    Tunisie – Djerba: Les bacs de Djerba reprennent totalement leur activité    Les enfants très peu contagieux, selon une étude    Tendres fragments de Monastir    Mort d'Albert Memmi, le Tunisien tourmenté    Un roman intergénérationnel    La Tunisie n'a pas profité de l'effondrement des prix du pétrole    Béja : Des perturbations dans la distribution de l'eau prévues vendredi dans plusieurs régions    Tunisie – Musées: guide des procédures sanitaires de prévention contre la Covid-19    Tunisie : Le stade de Radès parmi les enceintes les plus chaudes de la planète    Libye: Haftar a perdu la bataille de Tripoli    Tunisie : L'ATCT annonce la reprise des entretiens entre candidats et recruteurs étrangers    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 4 juin à 11H00    Covid-19 : Les termes les plus recherchés par les internautes tunisiens durant le confinement    Et Didier Raoult vaincra…    Festival Cannes 2020 : Un film égyptien de production tunisienne dans la sélection officielle    Décès de George Floyd: quatre anciens policiers arrêtés et le Pentagone n'est pas satisfait de Trump.    Hichem Mechichi: Un ministre de l'Intérieur atypique ?    FARK : Kamel BOUTOURIA    CONDOLEANCES : Pr Mohamed Tahar KHALFALLAH    Série « The Eddy », créée par Jack Thorne : Bienvenue dans un Paris Jazzy soporifique    La Fédération américaine songe à faire jouer le Masters 1000 de Cincinnati avant l'US Open    Espagne : la saison reprendra avec la 2e période d'un match de Div.2 interrompu en décembre    Argentine : Maradona prolonge comme entraîneur de Gimnasia La Plata    Ben Gharbia : il y a de la médiocrité au parlement et les choses empirent    Perte de temps    Hassouna Nasfi : ‘'Notre voisine la Turquie''… Je ne veux pas entendre ça    Biens culturels tunisiens mis en vente aux enchères à Paris : Quelle protection pour les collections privées ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La longue marche des travailleurs migrants
Publié dans Le Temps le 31 - 03 - 2020

Mourir de faim sur place ou rentrer à pied: telle était l'alternative pour Dilipji Thakor, un travailleur migrant qui, faute de transports en commun à cause du confinement national en Inde, n'a eu d'autre choix qu'entamer une longue marche pour regagner sa région d'origine.
Dilipji Thakor fait partie des millions de travailleurs migrants qui se sont retrouvés au chômage du fait de la décision du gouvernement d'imposer mercredi dernier un confinement généralisé au pays pour endiguer la propagation du nouveau coronavirus.
Avant que le pays ne s'arrête pour trois semaines, des foules d'Indiens s'étaient ruées sur les cars et les trains pour rentrer chez eux dans les temps. Mais beaucoup n'ont pas trouvé de moyen de transport.
Ils tentent désormais de rentrer chez eux comme ils le peuvent, souvent à pied, parfois avec très peu d'argent et de nourriture, alors que la plupart des commerces, restaurants et auberges sur la route sont fermés.
"Plutôt que de mourir de faim, nous avons décidé de marcher", explique Dilipji Thakor, qui travaillait dans un centre commercial désormais fermé à Ahmedabad, dans l'Etat du Gujarat.
Jamu Rathwa, lui, porte sa fille sur ses épaules en quittant à pied la ville de Surate, dans le Gujarat, où il travaillait encore récemment sur des chantiers pour quatre dollars par jour.
"Au moins nous avons une maison au village et nous pouvons nous entraider. Ici (à Surate), nous n'avons personne", observe-t-il.
Birender, qui a perdu son emploi de chauffeur en périphérie de New Delhi, explique que sa famille, qui vit à 320 km de là, lui a demandé de rentrer au plus vite, "par tous les moyens possibles".
"Je n'ai pas pris de véritable repas depuis trois ou quatre jours", dit il.
Une enquête gouvernementale conduite en 2016-2017 avait évalué à environ 100 millions le nombre de travailleurs migrants non qualifiés ou faiblement qualifiés en Inde, soit un cinquième de la population active.
C'est l'absence d'emplois dans certains Etats, notamment ceux du Bihar et d'Uttar Pradesh, qui a poussé ces millions de personnes à partir tenter leur chance dans les grandes villes ou les Etats du Sud.
Là, ils s'entassent dans des logements surpeuplés, enchaînant les heures pour un salaire de misère, travaillant souvent dans des conditions pénibles, sans aucune protection sociale.
Le peu d'argent qu'ils mettent de côté est généralement expédié à leurs familles restées dans leurs régions d'origine.
Beaucoup ne sont recensés nulle part. Il est donc difficile de déterminer combien ont pu rentrer chez eux et combien ont été coincés par le confinement national, ordonné pour lutter contre une épidémie qui a officiellement contaminé un millier de personnes et tué 29 personnes en Inde.
Des médias indiens estiment que des dizaines de milliers sont sur les routes.
Le gouvernement a annoncé jeudi 23 milliards de dollars d'aide pour aider les populations les moins favorisées, au travers de virements d'argent ou de subventions alimentaires dont doivent aussi bénéficier les travailleurs migrants.
Le gouvernement fédéral est aussi intervenu pour demander aux autorités locales de fournir une aide alimentaire et des solutions de logement pour ceux qui se sont lancés sur les routes.
La compagnie aérienne low-cost SpiceJet a proposé de ramener chez eux les travailleurs migrants, alors même que les autorités ont suspendu le trafic aérien.
Le ministre en chef de l'Etat du Bihar (est), vers lequel se dirigent nombre de travailleurs migrants, a annoncé que son gouvernement créerait des camps pour les accueillir.
Abheek Barua, expert au sein de la HDFC Bank, estime que "cette émigration en sens inverse" risque d'avoir de lourdes conséquences sur certains Etats ruraux.
"Les dépenses de santé et d'autres secteurs vont exploser", a-t-il dit.
Tahir Khan Pathan, un vendeur de fruits, et son frère se sont lancés dans un périple de 1.200 km sur un cyclopousse au départ de Vapi, dans le Gujarat
"Nous allons gagner moins d'argent dans notre région d'origine mais nous resterons y travailler", promet-il, en détaillant les conditions de leur périple.
"Quand je suis fatigué, c'est mon frère qui pédale. Et vice-versa."


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.