BCT : Légère appréciation de dinar face à l'Euro    Nafaâ Ennaifer appelle à défendre les exportations tunisiennes contre les mesures pénalisantes de l'Algérie    Algérie : Deux militaires meurent dans des affrontements avec des terroristes    Corruption : Mandat de dépôt contre un ancien gouverneur et 2 autres responsables    CAN 2022 – Quarts de finale : Tunisie – Burkina Faso, où regarder le match en direct et en live streaming    CAN 2022 – Quarts de finale : Programme des quarts de finale, où regarder les matchs du samedi et dimanche    CAN (Quarts de finale) : les matches de ce samedi    Tunisie: La compagnie "EasyJet" programme 3 vols par semaine Genève Enfidha    Noureddine Taboubi : La Tunisie n'est pas à vendre!    CONDOLEANCES    MEMOIRE : Hajja Khadija Bembla    Les raisons de la dégradation de la note souveraine de la Tunisie : La solidité des finances publiques, le maillon faible    Lecture des premiers résultats de la consultation nationale électronique : Tendance vers un régime présidentiel, des réformes politiques et une justice indépendante !    CAN 2021 : le classement final de la 9ème à la dernière place    CAN (1/4 de finale) : formation probable de la Tunisie contre le Burkina Faso    L'attaquant nigérian Kingsley Eduwo officiellement "sang et or"    Express    Tunisie-Covid: 13 décès et 8660 nouvelles contaminations en 24 h !    Pourquoi? | Cimetière mal entretenu    Avec l'apparition du variant BA.2 : L'épidémie de Covid-19 touche-t-elle à sa fin ?    Rached Ghannouchi écope d'une amende de 10 mille dinars    Tabboubi: Aucune partie ne peut délimiter le champ d'action de l'UGTT    30 migrants portés disparus au large de la Tunisie    Bizerte-Agriculture: Hausse de 12% de projets financés en 2021    Enquête judiciaire contre Ezzar pour des soupçons de spéculation    Ouverture d'une procédure judiciaire à l'encontre de Abdelmajid Ezzar    Météo : Temps nuageux et températures en baisse, ce samedi    Tunisie : Ghannouchi rencontre une délégation de l'Alliance Civile Nationale    Taboubi : nous voulons un dialogue participatif des forces républicaines    Un plan terroriste dans une région touristique déjoué    Russie-Ukraine : Macron réussit là où Biden a lamentablement échoué    Tunisie : La Tunisie classée rouge par...    Bourses de création : Appel à projets aux artistes tunisiens    Coronavirus : Le Maroc rouvre son espace aérien    Don algérien de 1 million de doses de vaccin anti-Covid-19 à la Tunisie    EN : Kebaier et Ben Romdhane remis du Coronavirus !!    CAN 2021 | Quarts de finale Tunisie-Burkina Faso – Demain soir (20h00) : Au gré du covid !...    Messenger vous dira quand quelqu'un prend une capture d'écran d'un chat    Neïla Sellini, déclarée morte par la CNRPS    Tunisie : Du nouveau concernant Imed Trabelsi    Adel Megdiche, le peintre qui s'en va avec son monde    Décès de l'artiste peintre Adel Megdiche    Attaque du Capitole: Donald J. Trump entre le marteau et l'enclume    César 2022 : l'acteur Sami Oitalbali nominé pour le César du meilleur espoir masculin    salon des créateurs MOOD TALENT: 6e anniversaire du 4 au 6 février 2022 à l'hôtel Dar El Marsa    Le chanteur Florent Pagny annule sa tournée à cause d'un cancer, sera-t-il présent à The Voice?    Google Doodle rend hommage à l'actrice Egyptienne Souad Hosni, la Cendrillon du monde arabe    Exposition au musée de l'Institut du Monde Arabe : Slimen Elkamel à cœur ouvert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le monde confronté à sa pire crise depuis 1945
Publié dans Le Temps le 02 - 04 - 2020

Le nouveau coronavirus a tué plus de 43.000 personnes dans le monde, dont les trois-quarts en Europe, et la pandémie, qualifiée par l'ONU de pire crise à laquelle l'humanité ait été confrontée depuis 1945, menace désormais de submerger les Etats-Unis.
Deuxième pays du monde le plus endeuillé par la pandémie, l'Espagne a annoncé hier avoir enregistré un nouveau record quotidien de 864 morts en 24 heures, passant la barre des 9.000 morts.
Deux mois après la détection d'un premier cas de contamination dans le pays, l'Espagne redoute toujours de voir submergées les unités de soins intensifs qui travaillent déjà à la limite de leurs capacités.
Depuis le début de la pandémie en décembre en Chine, plus de 865.000 cas ont été officiellement déclarés dans le monde, dont plus de la moitié en Europe, 189.000 aux Etats-Unis et plus de 110.000 en Asie.
Pour freiner la propagation de la pandémie, plus de 3,75 milliards de personnes, soit 48% de la population mondiale, sont appelées ou contraintes par leurs autorités à rester chez elles.
Non sans difficultés dans les zones les plus pauvres, comme à Takadoum, un quartier de Rabat, aux étroites ruelles et aux minuscules fenêtres grillagées. "Je peux supporter de m'entasser dans un 40m2 avec les cinq membres de ma famille, mais comment résister sans revenus?", proteste Abdelkhalek, 52 ans.
Au Kenya, le président Uhuru Kenyatta s'est excusé mercredi pour les "excès" de brutalité commis par la police dans la mise en œuvre du couvre-feu nocturne.
"Massacre silencieux"
Partout, on guette fébrilement les conséquences du confinement, espérant voir une réduction des arrivées de nouveaux patients, comme en Italie, pays qui enregistre le plus grand nombre de décès (plus de 12.400 en un peu plus d'un mois), où le confinement commence à produire des résultats "encourageants", après trois semaines.
Mais la péninsule a encore compté 837 nouveaux morts en 24 heures, et les médecins italiens s'inquiètent désormais des convalescents, qui quittent l'hôpital dès que leur vie n'est plus menacée, même s'ils sont encore contagieux.
Certains sont envoyés dans des centres, qui accueillent des personnes âgées. En dépit des strictes mesures de protection édictées des médecins évoquent "un massacre silencieux" dans ces structures.
"Dans une guerre comme celle-ci, on ne peut se permettre de s'exposer à l'apparition de nouveaux foyers de contagion qui risquent de transformer ces centres de convalescence en "bombes virales" qui diffusent le virus", met en garde Raffaele Antonelli Incalzi, président de la Société de gériatrie italienne.
En Roumanie comme dans de nombreux pays en proie à une pénurie d'équipements médicaux, la colère enfle. "Nous sommes envoyés à la mort les mains nues", dénoncent les soignants.
"Nous avons deux combinaisons pour douze employés", résume le Dr Lorena Ehim, cheffe démissionnaire du département de soins intensifs de l'hôpital d'Orastie (centre).
Près de 500 patients sont morts du coronavirus dans les hôpitaux français ces 24 dernières heures, soit une nouvelle hausse record depuis le début de l'épidémie, qui porte le bilan total à 3.523 morts.
L'Iran lui a dépassé mercredi la barre des 3.000 décès.
Mais ce sont les Etats-Unis, où près des trois-quarts des Américains vivent désormais confinés, qui risquent de devenir le nouvel épicentre de la pandémie. Le président Donald Trump a demandé à ses concitoyens de se préparer, à l'instar de l'Europe, à des semaines "très, très douloureuses".
Un total de 4.076 décès ont été recensés mercredi, soit un chiffre multiplié par deux en trois jours, a annoncé l'Université américaine Johns Hopkins, dont les bilans font autorité. Plus de 40% de ces décès ont été enregistrés dans l'Etat de New York.
La Maison Blanche a présenté ses projections: selon elle, la maladie devrait faire entre 100.000 et 240.000 morts aux Etats-Unis avec les restrictions actuelles, contre 1,5 à 2,2 millions sans aucune mesure.
Une preuve parmi d'autres de la gravité de la situation: le commandant d'un porte-avions nucléaire américain infesté par le coronavirus s'est heurté au refus du Pentagone lorsqu'il a demandé l'autorisation d'évacuer son équipage, coincé dans l'île de Guam, dans le Pacifique.
"Récession sans précédent"
La Russie a annoncé mercredi avoir envoyé un avion chargé d'aide humanitaire aux Etats-Unis.
Le chef des Nations unies, Antonio Guterres, a noté que la Terre vivait sa "pire crise mondiale depuis que l'ONU a été fondée" il y a 75 ans, évoquant "la combinaison d'une maladie menaçante pour tout le monde et d'un impact économique conduisant à une récession sans précédent dans un passé récent".
Il existe désormais un risque de "pénurie alimentaire" sur le marché mondial à cause des perturbations liées au Covid-19 dans le commerce international et les chaînes d'approvisionnement alimentaire, ont averti des agences dépendant de l'ONU et l'OMC.
En Asie, la Bourse de Tokyo a encore creusé nettement ses pertes mercredi (-4,5%) sur fond de craintes d'un confinement prochain de la capitale du Japon, jusque-là relativement épargné par l'épidémie. Les marchés européens chutaient aussi. Vers 13H45 (11H45 GMT), Paris perdait 4,12%, Francfort 3,49% et Londres 3,43%.
Sur le plan sportif, les organisateurs des Jeux olympiques d'hiver 2022 de Pékin ont reconnu mercredi que le report des JO de Tokyo de 2020 à 2021 les mettait dans "une situation spéciale". Le coup d'envoi des prochains Jeux d'hiver est prévu le 4 février 2022, soit un enchaînement inédit depuis 1994 de deux JO en l'espace de six mois.
Et le festival d'Edimbourg, plus grand événement mondial de spectacle vivant prévu au mois d'août, a été annulé en raison de la pandémie
Un risque de crise alimentaire mondiale, selon l'ONU et l'OMC
Il existe un risque de "pénurie alimentaire" sur le marché mondial à cause des perturbations liées au Covid-19 dans le commerce international et les chaînes d'approvisionnement alimentaire, ont averti les présidents de deux agences de l'ONU et de l'OMC.
"Les incertitudes liées à la disponibilité de nourriture peuvent déclencher une vague de restrictions à l'exportation", provoquant elle-même "une pénurie sur le marché mondial", déclarent dans un rare communiqué commun le Chinois Qu Dongyu, qui dirige l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), l'Ethiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur-général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Brésilien Roberto Azevedo, dirigeant de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).
Pour les trois organisations multilatérales traitant de santé, alimentation et commerce mondiaux, il est "important" d'assurer les échanges commerciaux, "en particulier afin d'éviter des pénuries alimentaires", indique leur texte commun reçu à Paris.
Les trois organismes s'inquiètent notamment du "ralentissement de la circulation des travailleurs de l'industrie agricole et alimentaire" qui bloquent de nombreuses agricultures occidentales, et des "retards aux frontières pour les containers" de marchandises qui entraînent un "gâchis de produits périssables et une hausse du gaspillage alimentaire".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.