Officiel : La Ligue 1 reprendra le 2 août    Ligue 2 : le calendrier des play-offs dévoilé    Le procès de la bloggeuse Emna Chargui reporté au 2 juin    ANSI : Mise en garde contre des vulnérabilités critiques dans les systèmes d'exploitation mobiles Android 8, 9 et 10    Le mécanisme de garantie de l'Etat, désormais opérationnel    444 MDT    La Tunisie n'a pas à choisir dans l'absurdité de la guerre    Le coup de grâce…    Elyès Fakhfakh dans un cul-de-sac ?    Décisions contradictoires de la FIFA et de la FTF, concernant les joueurs en fin de contrat, le 30 juin !    3,5 millions de dinars à partager entre l'EST, l'ESS, le CSS et l'USBG    L'acteur égyptien Hassan Hosni tire sa révérence    Les photos fuyantes de Mahmoud Chalbi    L'humoriste et comédien Guy Bedos est mort    Le patrimoine culturel, grand axe du programme «Tounes Wijhetouna»    Ligue1 : la JS Kairouan reprend les entraînements jeudi prochain    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 30 mai à 11H00    Le Club Africain lance à partir de lundi la vente des cartes d'adhérents    Coronavirus : 5 nouveaux cas importés et 950 guérisons    Covid 19 | Etablissements scolaires privés : Relations tendues avec les parents d'élèves    REMERCIEMENTS ET 40e JOUR : Fatma Bent feu Cheikh Mohamed ANNABI et feu Hédia TORDJMAN    Huile d'olive : exportations record durant les cinq premiers mois de la campagne    Djerba | Mouvements de protestation des employés d'hôtels : Les précisions de la fédération régionale des hôteliers    Stratégie nationale de promotion de l'industrie et de l'innovation : L'industrie intelligente, une exigence    Documentaire « MAKHDOUMINE » de Maher Abu Samra : « Mon cinéma est politique… »    Météo : Températures en baisse    MEMOIRE : Noureddine ARFA    L'USM programme la reprise : Des groupes de 7 joueurs    Panoro augmente sa production en Tunisie et planifie le forage de 2 puits    CONDOLEANCES    Tunisie: Nouvelle nomination au ministère des Domaines de l'Etat et des Affaires foncières    Tunisie: Ouverture exceptionnelle des caisses par la SONEDE pour faciliter le payement des factures    5 nouveaux cas de coronavirus en Tunisie    Une cellule d'accompagnement pour aider les PME    Facebook chante ''Bella Ciao'' pour Bendir man, Mekki et d'autres    Tunisie: Les pots-de-vins coûtent annuellement entre 400 et 500 millions de dinars, selon Chawki Tabib    Tunisie : L'Etat d'urgence prolongé de 6 mois    Tunisie: Perte de 28% de ses revenus par Tunisair    Le désengagement total des USA    Allah n'est pas obligé…    Appel de la Suisse à agir contre la chute des transferts de fonds vers les pays à faible revenu    Raffia Arshad, la première femme en hijab qui devient juge au Royaume-Uni    Houcine Jaïdi - Décès d'Albert Memmi : le silence du ministère des Affaires culturelles est injustifiable et inadmissible    L'ancien Premier ministre marocain Abderrahman Youssoufi n'est plus    Chemins de l'herméneutique | Epilogue…    La Tunisienne Nour Belkhiria remporte le Canadian Screen Award    Zarzis : Mieux vaut tard que jamais !    Tunisie: Poursuite par le ministère de la Défense des recherches de migrants clandestins naufragés au large de Sfax    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Calife de Carthage met la main à la pâte !
Publié dans Le Temps le 08 - 04 - 2020

D'ordinaire, les tartines arabisantes de Monsieur le Président ont, il faut dire, le mérite de faire sourire le Peuple. Ses airs robotiques, ses discours emphatiques, ses maladresses médiatiques ou ses coups de pompe en public, il arrive même que l'on trouve ça, tout compte fait… plutôt sympathique ! Populiste certes, maniaque parfois, godiche par moments, mais malgré tout sympathique. Dimanche soir, jamais la tartine présidentielle n'a paru, décidément, aussi antipathique.
A chaud, l'on ne peut donc qu'être forcément déçu. Et pour cause ! Le bonhomme dispose pourtant d'un capital-sympathie, très au-dessus de la moyenne, pour ne pas dire dévastant ; comparé à ses « collègues » politiciens, et particulièrement les députés, véritables bêtes d'aversion des Tunisiennes et des Tunisiens. Côté idées, il en a même quelques-unes de subversives ; d'où, d'ailleurs, une certaine affinité partagée avec une jeune génération, en quête de renversements. Quant à la sincérité, l'on ne peut qu'approuver, chez lui, cette espèce de rondeur quasi-enfantine, qui réussit, à chaque fois, à lui faire pardonner les errements d'une improbable communication, menée, depuis le début, à la va-comme-je-te-pousse…
A froid, justement, l'on se rend compte, tout bien considéré, de l'énorme gâchis, causé par cette épouvantable conduite de la Communication (avec un très grand « C » institutionnel), ce véritable talon d'Achille du président… Très forte est même la tentation de crier ouvertement à la rescousse de ce président, décidément très mal entouré, voire scandaleusement lésé par son propre entourage.
Une occasion de se taire ?
Descendre sur le terrain, se retrousser les manches et mettre bravement la main la pâte, le tout en se faisant filmer, n'est pas une mauvaise idée en soi, quand bien même elle pourrait sembler à certains, et à première vue, on ne peut plus populiste comme manœuvre. Mais en y repensant, le « message » censé être véhiculé (finalement, a-t-il été véhiculé ?) aurait pu refléter, malgré tout, une certaine image du président de la République, pas du tout incongrue, dans ce contexte de corona-calamité qui abat le pays.
D'abord, l'image, forcément inspirante dans de telles circonstances, d'un président humble et généreux dans ses efforts, appelant noblement à la solidarité, en donnant ainsi l'exemple à ses Concitoyennes et à ses Concitoyens, dans le journal de 20 h, en sa qualité de «Premier Citoyen» de la République Tunisienne. Mais surtout et spécialement à une certaine frange très aisée, visiblement radine et donc réprimandée publiquement ces derniers temps par Fakhfakh et par lui-même.
Ensuite, celle d'un président «musclé» et «vigoureux», -et un peu fanfaron ?- qui porte passionnément le fardeau de ses responsabilités et les vivres de son peuple sur son dos, en ces temps difficiles. Les karatékas, beaucoup plus musclés, dessinés en graffitis sur le mur de l'entrepôt, qui surveillent la scène en arrière-plan, font d'ailleurs sourire plus d'un !
Alors, si tout cela est nickel, pourquoi diable Kaïs Saïed se plait-il tant à se comparer à un califat d'un temps révolu ? Tiens donc, pour voler la vedette à Ghannouchi, lui asséner le coup de grâce en lui chipant, par là-même son propre électorat ?
Bof ! Quoi qu'il en soit, on a l'impression qu'il aurait raté effectivement une occasion de se taire…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.