Ministère du Transport et de la Logistique : Toutes les mesures prises en faveur des élèves, étudiants, voyageurs, et transporteurs entrant en vigueur à partir du 4 Juin    Arrivée d'une cargaison d'aide médicale pour la Tunisie en provenance de la Chine    Equipe nationale : 26 joueurs pour débuter le stage de préparation    Ligue 2 : l'Olympique de Béja en préparation pour les matches barrages face à l'EO Sidi Bouzid    Le PDL a promis de l'argent aux signataires de sa motion    La KfW met à la disposition du Gouvernement Tunisien un prêt à taux concessionnel s'élevant à 100 M€    Covid-19 : la BAD mobilise 180 M€ pour soutenir la Tunisie dans sa réponse à la crise sanitaire    L'ibuprofène, un traitement contre le Covid-19 ?    Où est passé l'argent? demande Nabil Karoui    Deux scénarios pour boucler la coupe de la Ligue Africaine et celle de la CAF    Aujourd'hui, verdict du TAS sur l'affaire EST-WAC    Aujourd'hui, la reprise avec un effectif de 37 joueurs    Où est passé la neutralité légendaire de la Tunisie?    Ça sent la privatisation et l'assainissement social    Reprise de la circulation entre les régions    Bravo ! Les respirateurs fabriqués par les étudiants produits en série    Précisions de l'INP sur les pièces du patrimoine tunisien en vente aux enchères à Paris    Report de la 56ème session pour 2021    Le ténor Italien Cristian Ricci dédie sa dernière vidéo filmée à Venise au peuple Tunisien (vidéos)    Faouzi Mahfoudh (Directeur de l'Institut National du Patrimoine)    Tunisie [Vidéo]: Une plénière de perte de temps et aucun député ne peut remplacer Rached Ghannouchi, Selon Seifeddine Makhlouf    Plateforme [email protected] d'AMEN BANK    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 3 juin à 11H00    ARP : Le débat continu sur le déroulement de la séance et son ordre du jour    La députée Olfa Terras s'élève contre «le populisme en appelant à placer l'intérêt de la Tunisie au-dessus des surenchères stériles et des antagonismes simulés»    Projet PRACTICE-JAWDA PAQ-DGSU de l'Université de Carthage 2020-2024    Arrestation du syndicaliste sécuritaire Walid Zarrouk : Deux versions et des contradictions    FARK : Professeur Mohamed Taher KHALFALLAH    Tunisie – Météo : Températures en légère hausse    COVID-19 | Coopération Tuniso-Coréenne face à la pandémie    Prolongation de la validité des certificats de visite technique    Reprise du secteur touristique : Le sauvetage est-il encore possible ?    Suppression puis réactivation de comptes d'« influenceurs » tunisiens : La mystérieuse affaire Facebook !    Tribune | Statut de l'artiste en Tunisie : Supprimons cette censure que l'on ne saurait voir !    Tarek Kahlaoui - L'opportunité diplomatique en Libye: Combler le vide de médiation crédible!    CSS | Reprise des entrainements ce vendredi : On rechausse les crampons !    Tunisie – VIDEO : Ghannouchi doit partir… Il sera, même, incapable de répondre aux accusations    Boutar rafle le Golden YouTube Creator Rewards    Reprise des activités de l'espace B7L9 : Un programme «phygital»    «Les Âmes fortes» de Jean Giono : L'œuvre qui met à nu l'âme humaine    Campagne #AfricaTogether contre la Covid-19 par la Croix-Rouge, Facebook et Plusieurs artistes    L'Ambassade de Suisse à Tunis recrute    Bizerte : Saidani demande de prendre en charge les travaux du stade 15 octobre    Parlement : Ouverture d'un débat autour de la diplomatie parlementaire, le refus de toute intervention étrangère en Libye et rejet d'une base logistique en Tunisie    Coronavirus | Gafsa : Premier cas de décès à Métlaoui    Tunisie: Après le tollé, Imed Khemiri annonce le rejet par Ennahdha de toute ingérence étrangère en Libye    Ghanouchi : La neutralité négative n'a pas de sens    Libye: L'ONU annonce l'acceptation de la reprise des pourparlers pour un cessez-le-feu par les parties en conflit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Créer dans l'urgence et la solidarité
Publié dans Le Temps le 09 - 04 - 2020

La Fondation Kamel Lazaar vient de mettre en place un mécanisme de soutien aux artistes bridés par le confinement. Il s'agit d'une dotation qui vient en appui aux projets individuels ou collectifs et s'inscrit dans la dynamique initiée par le ministère des Affaires culturelles.
L'initiative a été mise en place à la fin de la semaine dernière et souhaite venir en soutien à tous les créateurs quelles que soient leurs disciplines. Ouverte à des projets qui devront se faire connaître d'ici la fin de la semaine, l'initiative prend le mot "urgence" au pied de la lettre puisque les projets sélectionnés par un jury de spécialistes, seront connus dès le 20 avril. En s'impliquant de la sorte, la Fondation Kamel Lazaar (KLF) entend se placer au plus vite aux côtés des artistes et leur apporter une dotation dont ils ont besoin dans les circonstances actuelles.
Une enveloppe minimale de 3000 dinars
Dans cette période de crise inédite, la Fondation Kamel Lazaar s'associe ainsi au Fonds de Relance Culture (FRC) mis en place par le ministère des Affaires culturelles pour soutenir les artistes.
KLF souhaite s'inscrire, en urgence, dans la première mission du ministère pour tenter de redynamiser la création artistique ici et maintenant, toutes disciplines confondues, malgré le confinement. Les promoteurs de cette action solidaire écrivent en ce sens: "Dans un temps où toutes nos valeurs, nos modes de pensée et de faire sont remis en cause, nous voulons encourager les artistes à (re)penser la création et sa diffusion dans un temps incertain".
Dans un communiqué rendu public la semaine dernière, KLF poursuit: "Nous n'avons à ce jour aucune visibilité sur l'issue de la crise, il nous semble donc important d'apporter un appui afin de permettre aux artistes de continuer à créer malgré les circonstances et en tenant compte de la pénurie des matières premières.
Notre volonté est d'accompagner les créateurs et les interprètes dans une remise en question plurielle, sur leur pratique, sur le monde à venir, sur la communication digitale, sur la possibilité de créations collectives à distance… Tout est à inventer : seul le corps est confiné, l'esprit est libre !"
Quelles œuvres sauront capturer le sens, abolir le désarroi ou retrouver les chemins de l'imaginaire? Quelles nouvelles technologies inventer ou même simplement rêver pour initier de nouvelles potentialités futures ?
Sous le patronage du ministère des Affaires culturelles, KLF allouera directement aux artistes toutes disciplines confondues, une enveloppe minimale de 3000 DT.
Les critères et les délais de l'appel à projets
Les candidats qui sont intéressés par cette dotation devront prendre en considération les axes suivants tels que décrits par la Fondation Kamel Lazaar. Les conditions de participation sont ainsi décrites avec précision dans le communiqué précité. Elles se déclinent de la manière suivante.
Objectifs de l'appel : Soutenir la création en période de crise / Encourager les artistes à décrypter le présent et à le dépasser pour créer autrement / Réfléchir à de nouveaux outils de création et de diffusion adaptés au confinement / Susciter des alternatives artistiques pouvant servir à tout le secteur artistique / Réfléchir artistiquement aux facteurs de changement induits par la crise / Encourager l'ouverture, la création collective et pluridisciplinaire malgré l'isolement.
Critères de sélection et conditions de participation : Ces dotations s'adressent à tous les artistes de nationalité tunisienne ou résidents en Tunisie, quelque soit l'âge ou la discipline artistique. Les candidats pourront répondre seuls ou en collectif
Les candidats devront proposer des projets réalisables et diffusables dans une fourchette de temps allant de 3 à 8 semaines à compter de la sélection. Une dérogation pourra être envisagée si des formes très novatrices de création et de diffusion exigeant des recherches technologiques avancées sont proposées.
Constitution des dossiers et calendrier : Le dossier de candidature doit comprendre un court CV et une proposition détaillant en une page le projet lui-même et le médium de diffusion. Les dossiers pourront être rédigés en français, en anglais ou en arabe et devront être envoyés par mail à la Fondation Kamel Lazaar.
La date limite de dépôt des candidatures est fixée au dimanche 12 avril à minuit. La date de proclamation des résultats est quant à elle fixée au lundi 20 avril à 17h.
Conditions matérielles et financières
La fondation allouera une dotation minimale de 3.000DT par projet individuel. Les dotations des projets collectifs seront calculées en fonction du nombre des participants et de la nature du projet.
50% de la bourse sera remise aux artistes dès sélection de leur projet et 50% après la diffusion.
La Fondation s'engage à offrir aux artistes sélectionnés un accompagnement personnalisé, un maximum de visibilité et un soutien dans la diffusion de leurs œuvres dans la mesure de nos capacités techniques.
Comité de sélection: Un jury de spécialistes sera constitué pour sélectionner les projets les plus innovants et les plus poétiques pouvant être mis en œuvre et diffusés dans les délais impartis. Ils seront attentifs à un certain nombre de points tels que : l'innovation méthodologique, la proposition d'alternative pouvant bénéficier à tout le secteur artistique, l'adéquation du projet aux problématiques actuelles du territoire et hors du territoire, l'engagement dans la réflexion.
Entre doxa et praxis, un fait culturel inédit
Les projets retenus seront accompagnés et donneront lieu à un appui de la part des promoteurs de cette dotation. Tout en s'inscrivant dans la dynamique lancée par le ministère des Affaires culturelles, la Fondation Kamel Lazaar mise d'abord sur la création et la capacité des artistes à rebondir, sans se laisser déborder par la morosité ou les difficultés circonstancielles.
Cette démarche pourrait générer un déclic créatif et aussi apporter un appui concret à la notion de travail artistique dans le confinement. Confrontés à la pénurie et à un enfermement relatif, les créateurs ont du trouver les ressorts profonds de la poursuite du processus artistique. C'est l'ensemble de ce fait culturel inédit que la Fondation Kamel Lazaar vient articuler en lui donnant une double matrice intellectuelle et financière.
Car au-delà des capacités de résilience des artistes et leur aptitude à créer malgré le déséquilibre, il fallait un mécanisme qui permette à la fois d'appuyer la praxis et définir la doxa de ces œuvres nées de l'urgence et dans le confinement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.