Le télétravail ne sied pas aux plus vulnérables, selon le FMI    La Cité de la Culture portera désormais le nom de Chédli Klibi en hommage aux services rendus à la culture tunisienne (Album Photos)    La JICA organise un Concours des meilleurs plans d'affaires pour les start-ups    La clientèle française pourrait-elle sauver la saison?    Le fil perdu de la colombe    Dimanche contre le CSS, lundi en stage à Sousse    1067 guérisons en Tunisie    DE PARTOUT... DE PARTOUT...    Il était une fois... «12 mille dinars pour des Ripoux» !    Cri d'alarme pour les droits d'auteur    Irremplaçable pour toujours !    Les députés passent au crible le rapport sur les blocages des projets de développement régional    Tunisie: La réouverture de la Foire Internationale de Sfax en "avant première" [vidéo]    Un avertissement sans frais à Netanyahou    Rached Ghannouchi : Nécessité de revoir le modèle de développement actuel    En photos : Première sortie officielle de Mme Fakhfakh    Ligue Europa : le tirage des quarts et demies    BTS Bank : Des résultats exceptionnels qui confirment son statut de Leader dans le financement des très petites entreprises    L'huile d'olive de Téboursouk enregistrée en tant qu'appellation d'origine protégée    Augmentation de 81% des mouvements de protestation au mois de juin    Une centrale photovoltaïque flottante aux Berges du Lac de Tunis sera inaugurée en 2021    Algérie : Interdiction de circulation automobile entre 29 wilayas    Tunisie: Rached Ghannouchi dévoile la composition de la commission d'enquête sur le conflit d'intérêts    ARP : La politique étrangère au centre d'une rencontre avec le ministre des AE et des membres de la commission des droits et des libertés    Tunisie – Bac 2020 : Examens des Mathématiques pour les sections Techniques,Economie, Sciences Exp. et Sport    Plan d'activité pour les entreprises : Gérer la continuité    REMERCIEMENTS ET FARK : Abdelmajid TLEMÇANI    FARK : Claude Leila BEN CHEDLY veuve Boubaker LAZAAR    Vidéo : A travers "Fakhfekh meter", I watch évalue les promesses de Eleyes Fakhfekh    Lancement du nouveau projet du Ballet de l'Opéra de Tunis : «Empreintes dansées» dans les régions    Utopies Visuelles à Sousse (du 10 au 26 juillet 2020) : Une édition en partie digitale    Mercato, transferts, rumeurs et officialisation : Chamakhi aux portes du Parc B ?    Foot-Europe: le programme du jour    Mini-football | Championnat national – Quarts de final : Béni Khiar et Hammamet passent...    3 membres d'une même famille testés positifs à Sousse    EST | Recrutement non-stop : On attend encore un grand nom    La 3ème Edition du Forum mondial de la Mer de Bizerte, se tiendra par visioconférence, le 15 Juillet 2020    Lancement d'un programme d'accompagnement des femmes actives dans la vie publique locale dans le domaine du leadership    Météo: Légère hausse des températures    Les Diamants Free Fire chez Ooredoo    Portrait poignant de deux afghanes sous le joug masculin    Un Tunisien remporte le 1er prix d'un concours mondial de poésie, Découvrez son poème    Nouveau projet «Bassamat Ebdaaia» : Laboratoire de création    32 nouveaux décès en France en 24 heures    469 nouveaux cas en Algérie en 24 heures    L'Ocean Viking sur le point de débarquer 180 migrants en Sicile    Plus de 1 000 nouveaux cas en 24 heures    Une étudiante tunisienne active dans le secours des migrants remporte le prix de l'organisation Pro-Asyl-2020    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les devoirs de Chiraz Latiri
Publié dans Le Temps le 06 - 06 - 2020

Alors que le débat sur le statut des artistes ne fait que commencer, quelle devrait être la démarche du ministère des Affaires culturelles, initiateur de ce processus prometteur? Quelques pistes pour un rendez-vous avec l'efficacité et une concertation responsable.
Faudrait-il parler d'artistes ou de travailleurs culturels? Qu'entendons-nous au juste lorsque nous parlons du statut des artistes? En effet, la première question à laquelle il faut répondre est la suivante: les artistes ont-ils un statut? Et ensuite, une seconde interrogation découle de source: qui est artiste?
Un statut juridique,
social ou professionnel?
Or, les réponses à ces deux questions sont si complexes et touffues qu'elles risquent de phagocyter tout débat et empêcher de parvenir à des résolutions pratiques. Dans cette optique, le débat qui se pose aujourd'hui, nécessite un patient travail d'écoute et de défrichage. Il faut se méfier aussi bien des solutions toutes faites que des acteurs trop pressés. À titre d'exemple, bien malin est celui qui pourra définir ce qu'est un artiste en Tunisie.
Pour éviter de s'embourber dans des approches byzantines, peut-être serait-il judicieux d'accoler un adjectif au mot "statut". De quel statut des artistes parlons-nous au juste? S'agit-il de leur statut juridique ou bien de leur statut social? S'agirait-il plutôt de statut professionnel que nous parlons? Tous ces termes ne sont pas neutres et expriment des nuances essentielles.
Dans cet esprit, qui, en dehors des opérateurs culturels devrait-on associer à cette réflexion? Il serait en effet insuffisant de se contenter d'un débat entre les artistes (et ceux qui se considèrent comme tels) et le ministère des Affaires culturelles. Il convient plutôt d'associer d'autres compétences et aussi d'autres ministères ainsi que les syndicats et associations corporatistes. Dans tous les cas, il faudra consacrer le temps suffisant à la définition et la pleine compréhension des deux termes de la discussion. Ces termes sont évidemment la notion de statut et l'identité de l'artiste. S'engouffrer dans des débats passionnés avant d'avoir élucidé ces termes et circonscrit leur champ, reviendrait à se précipiter dans une impasse.
Comment choisir
la bonne méthode?
Si la fébrilité des acteurs culturels et des protagonistes du débat est compréhensible, il ne faut pas qu'elle annihile ou détourne des objectifs à atteindre. Pour éviter ces écueils, la succession de journées de réflexion devrait déboucher sur des ateliers plus pratiques et spécifiques et ensuite ouvrir la voie à un séminaire sectoriel ou national.
Ce qui par ailleurs pourrait constituer un handicap méthodologique, c'est le fait que l'initiative d'ouvrir le débat ne provienne pas des artistes et de leur représentation. C'est en effet le ministère des Affaires culturelles qui, par la voix de la ministre Latiri, a pris l'initiative de la démarche. Il aurait été plus logique que la méthode se fasse à l'inverse. En d'autres termes, il serait probablement plus porteur de laisser les artistes poser et organiser le débat en se contentant pour le ministère des Affaires culturelles de se placer en retrait.
De manière opérationnelle, cela signifierait que le département de tutelle se consacre dès le départ au travail politique en laissant les artistes faire remonter leurs visions, revendications, recommandations et résolutions. À ce stade où le débat et la procédure ne font que commencer, il serait plus rentable de répartir les tâches entre les artistes et le ministère.
Prenant pour acquis le volontarisme du ministère, il serait plus efficace que ce dernier se consacre dès à présent à mobiliser les décideurs politiques. Nous verrions d'un oeil vigilant et attentif l'implication de la présidence du gouvernement dans le patronage politique de ce processus. Nous verrions aussi comme gage de sérieux et de continuité, la recherche de parrains de l'envergure du Programme des Nations-Unies pour le développement ou de l'Union européenne pour anticiper la faisabilité du projet global.
Patience et concertation face
aux écueils de la fébrilité
En aucun cas, il ne faudrait pas que le ministère des Affaires culturelles soit jaloux de son initiative et ne s'enferme dans une démarche de soliste. En aucun cas, il ne faudrait que les artistes transforment ces assises à venir en discussions houleuses, règlements de comptes ou simples présentations de cahiers de doléances.
De fait, la marge est d'autant plus étroite qu'il s'agit aussi de ne pas prendre un faux départ. Dans ces contextes de défrichage du progrès, la patience et la concertation responsable sont généralement bonnes conseillères. Contrairement à l'illusionisme et aux consultations factices qui ont traditionnellement présidé aux débats avec la société civile. Destinés à rester lettre morte dans les maquis de l'incurie, certaines "grandes consultations" nationales ont trop souvent été conçues pour jouer la montre et substituer des écrans de fumée au devoir de développement.
La sagesse constitue aujourd'hui de cultiver une attitude qui sorte de ces schémas éculés. Une attitude responsable à même de mener ce processus jusqu'au bout.
Disons le clairement: le fait que le débat sur le statut des artistes soit ouvert est en soi un bon point politique pour la ministre qui en a pris l'initiative. C'est maintenant, en lâchant du lest, en laissant les experts et les intéressés en première ligne, en demeurant en retrait, que Chiraz Latiri pourra engranger des bénéfices et mener à son terme la démarche qu'elle vient d'initier et dont elle devrait laisser le pilotage à d'autres. Garante de la continuité et de la cohérence de cette belle initiative, la ministre devrait à notre sens la suivre activement, la porter politiquement et en temps voulu, en appuyer la concrétisation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.