Bourse de Tunis : Le Tunindex termine la deuxième semaine de janvier sur une légère contreperformance    Tunisie : Entrée en production du gisement pétrolier de Halk El Menzel avec un débit journalier de 5300 barils de pétrole    Ligue 1 : 8 clubs ont déjà changé d'entraîneur    Juventus : le Tunisien Hamza Rafia, blessé, indisponible 20 jours    Coronavirus: La situation sanitaire à Mahdia    Ferid Belhaj : Dix ans après le "printemps arabe", la région MENA doit ouvrir la voie aux entrepreneurs    New Body Line : Un chiffre d'affaires en augmentation de 64,12% (4ème Tr. 2020)    COVID-19 : L'efficacité maximale du vaccin ne peut être démontrée que six mois après son injection    Tunisie: L'ANSI met averti les visiteurs de sites pornographiques    Tunisie: Mike Pompeo: Nous souhaitons préserver les acquis de ces dix dernières années    Football : Programme TV de ce vendredi 15 janvier 2021    Handball — Mondial d'Egypte — Ce soir(20h30), Tunisie –Pologne: Prêts pour le combat    La JSK perd encore une fois: Mêmes causes, mêmes effets !    Startup Act commence à porter ses fruits: La machine est lancée !    Point de vue: Un championnat atypique !    Coronavirus : 63 décès supplémentaires et 2327 nouvelles contaminations en 24 heures    La poésie en questions: Qui sont les Muses ?    Tunisie : Les lauréats du Prix Lina Ben Mhenni pour la liberté d'expression 2020    A quand la sortie du tunnel ?    Potentiel minier de la Tunisie: Une exploitation en dents de scie    Bénéficiez de remises durant le confinement avec Tunisie Telecom    Dix ans après: La corruption à tous les étages    Crise politique: Le péché originel    Latifa Lakhdhar: Une révolution et son contraire    Météo | Pluies éparses et baisse des températures    Tunisie-Rached Ghannouchi : Les motions de censure à mon égard sont tout ce qu'il y a de plus normal    Tunisie-Ministère de la Santé: Nouvelle liste des laboratoires autorisés à réaliser les tests RT-PCR    Khemaïes Jhinaoui : « La Tunisie doit montrer au monde sa capacité de se développer et sa volonté de coopérer » (Vidéo)    INVESTITURE DE JOE BIDEN: Lady Gaga et Jennifer Lopez chanteront lors de la cérémonie    Succession de Merkel: Les appétits s'aiguisent en Allemagne    Comment le coronavirus a bouleversé nos habitudes ?    Le PS pour la création d'un front républicain    Les mots en politique    Pour ne plus pédaler dans la semoule ! (2/2)    La success-story du médecin devenu artiste de renom    Abdelaziz Jemail, un éclaireur magnifique    L'ambassadeur de la Tunisie en Belgique: "Plus nous avons des relations avec nos amis, mieux nous nous porterons"    Financièrement, le Barça au bord du gouffre !    Confinement : mini-concerts virtuels de l'OST ce soir et demain à 21h00    Wadii El Jari en sauveur : Pourquoi pas avant ?    Un test PCR négatif sera désormais exigé pour tous les voyageurs arrivant en France    L'inscription du couscous et de la pêche à la charfiya sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'Unesco célébrée à la Cité de la culture    Vient de paraître — « Quelqu'un meurt au sud » de Kamel Hlali: L'art d'arracher le lecteur à la banalité gris-flanelle du quotidien    En vidéo : ‘' Adieu Maman'', Tahar Ben Meftah raconte son nouveu livre    USA: Trump: La vraie cause de ma suspension des réseaux sociaux est politique…mon discours été totalement approprié    Intox : Aucun pilote tunisien n'a été renvoyé à cause d'un vol vers Tel Aviv    USA: 70 000 comptes affiliés à la mouvance pro-Trump QAnon supprimés par Twitter    Tunisie : Une secousse tellurique à Zaghouan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tollé et appels au boycott
Publié dans Le Temps le 07 - 08 - 2020

L'humour façon Lotfi Abdelli fait parfois grincer des dents. Après une tirade jugée misogyne, les réactions sont nombreuses et appellent à une mise à l'index de l'artiste.
Lotfi Abdelli vient à peine de commencer sa tournée et voilà une tempête qui se déclenche à propos d'un de ses sketches dans lequel il prend à partie en termes crus une femme politique. Jugé de mauvais goût, ce sketch où il est question de culottes, d'hygiène et de sécurité est selon les détracteurs de Abdelli, à la limite de l'outrance. Même si l'assistance a ri de bon coeur, il n'en reste pas moins que le propos de l'artiste est équivoque.
Un coup de pub
au nom du scabreux
Le caractère misogyne du sketch - plus précisément de la séquence incriminée - ne fait pas de doute pour de nombreuses féministes qui ont réagi après ces propos prétendument humoristiques. Plus largement, de nombreuses voix se sont élevées pour appeler au boycott des prochaines représentations du spectacle de Lotfi Abdelli.
Bien entendu, ces remous et prises de position ont aussi eu pour effet d'attirer l'attention sur ce nouveau spectacle qui est en tournée durant tout l'été. Le coup de pub est fort évident au point où l'on peut se demander si Abdelli n'a pas joué la carte du scabreux pour promouvoir son show.
L'humour peut-il servir de prétexte à des dérapages verbaux? Peut-il servir de paravent pour des agressions camouflées sous les apparences de la plaisanterie? La dernière saillie de Lotfi Abdelli a eu pour effet d'ouvrir ce vaste débat tout en posant la question essentielle de la liberté d'expression de l'artiste. Menacé autant par les lignes rouges tracées par les conservateurs que par l'auto-censure, les artistes sont souvent condamnés à évoluer sur le fil du rasoir. Toutefois, ces freins doivent-ils pour autant laisser la porte ouverte aux allusions scabreuses et au grivois qui dérape lamentablement?
En outre, cette levée de boucliers devant un simple sketch - mais pas si innocent - souligne les clivages qui traversent la société tunisienne. En effet, malgré son caractère cru, le sketch de Abdelli a fait rire les plus conservateurs des Tunisiens. Visant une leader moderniste, Abdelli a gagné la sympathie des traditionalistes qui ont le rire plutôt gras. Il suffit d'imaginer le scénario opposé avec une attaque en règle sur l'hygiène d'une députée islamiste pour mesurer la démarche de Abdelli et cerner ses limites.
Sur un autre plan, cette affaire pose évidemment le problème de l'humour tel qu'il est pratiqué de nos jours. Nous sommes bien loin de la finesse d'un Taoufik Jebali lorsqu'il décoche ses flèches ou du rire bon enfant de Lamine Nahdi. Aujourd'hui que le public confond théâtre et stand-up, tous les coups sont permis quitte à plonger au fond du scabreux.
Faut-il lancer des anathèmes à Lotfi Abdelli?
L'humour des monologuistes ne fait plus dans le détail et au fond, exprime la violence sous-jacente qui taraude la société tunisienne. Nous sommes bien loin des icônes du boulevard que furent Ommi Traki, Hadj Klouf ou Le Maréchal Ammar. Ce théâtre de situation où le public riait aux éclats, n'est plus d'actualité. Il a laissé le champ libre à une parole libérée qui parfois pêche par excès.
Faut-il pour autant lancer des anathèmes à Lotfi Abdelli? De même, peut-on l'absoudre devant ce type de dérapages? Car, au final, à trop confondre brèves de comptoir et quatrième art, ce sont les codes du spectacle et le goût du public qu'on pervertit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.