Sihem Ayadi visite les infrastructures sportive à Bizerte    CORONAVIRUS NEWS : Dans moins de 15 jours l'INDE deviendra le 1er Foyer épidémiologique dans le monde    Abdelkader Boudrigua : Seulement 10% des entreprises ont bénéficié des mesures prises par le gouvernement    Sfax : Programme d'autonomisation économique au profit des familles démunies    Coupe de Tunisie (1/2 finales) : le programme et programme TV    Tunisie : 25 nouvelles contaminations à Nabeul    Météo : Pluies attendues sur le Nord et le Centre    Les automobilistes appelés à la vigilance    la publication des noms de ceux infectés par le coronavirus est illégale    Antonio Guterres – SG des Nations Unies – qualifie le COVID-19 de « 5ème Cavalier de l'Apocalypse »    Procès Fifa : 28 mois de prison requis contre Al-Khelaïfi, 3 ans contre Valcke    Etoile du Sahel : Roger Lemerre n'arrivera pas    Société Atelier du Meuble Intérieurs : augmentation de capital annoncée    Karim Trabelsi: « La LF 2021 doit traduire une approche sociale »    L'Atuge lance le débat sur les attentes et les perspectives de la loi de relance de l'économie    Dématérialisation des procédures administratives: Déjà des premiers succès de Mohamed Fadhel Kraiem    Tunisie: Tunisair: Les billets sont modifiables sans frais    Tunisie: Baisse de 11,5% des revenus de l'Etat au cours des sept derniers mois,selon Ezzeddine Saidane    Le Président de la République supervise la clôture des travaux de la Conférence annuelle de la diplomatie    Tunisie: Coupures d'eau ce mercredi sur ces zones de Tunis    Tunisie: Fakhfakh déclare ses biens à l'INLUCC    Commentaire | La poudrière libanaise : quand il n'y en a plus, il y en a encore !    Grenades sur votre table, faites le bon choix!    Départs à la pelle et flou inquiétant !    L'EST et le CSSE, en finale de la Coupe    Prix Littéraires "COMAR D'OR": "Merminus infinitif "remporte le Comar d'or (Lauréats de l'édition 2020)    Nawel Ben Kraïem, l'artiste hybride dévoile ses identités multiples    Le romantisme de Nawel Ben Kraiem    Une explosion suivie d'un incendie dans le sud du Liban aurait fait des blessés    Deuxième édition de "Les Cordes Méditerranéennes" du 24 au 31 octobre 2020    Programme TV du mardi 22 septembre    Mechichi reçoit Itilaf Al Karama, Moussi annule son rendez-vous    Naissance annoncée d'un nouveau parti centriste    Des tunisiens et des turcs forment les officiers de police ivoiriens    Grippe saisonnière : Ce croisement potentiel avec le coronavirus    Pandémie de la Covid-19 : Les saints seraient-ils fâchés ?    Rentrée culturelle de l'Institut Français de Tunisie : De belles rencontres au menu    CONDOLEANCES    CONDOLEANCES : Hassan JLASSI JALLALI    L'EST remporte la supercoupe après le championnat : La culture de la performance    Par le polytechnicien Hazem Bouzaiane : Quelle couleur nous va...?    Deux morts et d'importants dégâts    Le parti du président Aoun propose un compromis    Manifestations millénaires à Bangkok    Nabil Naoum : L'Eclipse et autres nouvelles, De l'importance des menus plaisirs    Lancement du projet "Musées pour Tous" au musée archéologique de Sousse    Kamel Chaabouni: Et si la Tunisie adhérait à l'union des Etats-Unis d'Amérique !    2000 migrants irréguliers algériens sont entrés en Espagne depuis le début de 2020    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«La vraie vie» d'Adeline Dieudonné
Publié dans Le Temps le 14 - 08 - 2020

C'est un pavillon qui ressemble à tous ceux du lotissement. Ou presque. Chez eux, il y a quatre chambres. La sienne, celle de son petit frère Gilles, celle des parents, et celle des cadavres. Le père est chasseur de gros gibier. La mère est transparente, amibe craintive, soumise aux humeurs de son mari. Le samedi se passe à jouer dans les carcasses de voitures de la décharge. Jusqu'au jour où un violent accident vient faire bégayer le présent. D'une plume drôle et fulgurante, Adeline Dieudonné campe des personnages sauvages, entiers. Un univers acide et sensuel. Dans ‘'La vraie vie ‘' elle signe un roman coup de poing.
Dès lors, Gilles ne rit plus. Elle, avec ses dix ans, voudrait tout annuler, revenir en arrière. Effacer cette vie qui lui apparaît comme le brouillon de l'autre. La vraie. Alors, en guerrière des temps modernes, elle retrousse ses manches et plonge tête la première dans le cru de l'existence. Elle fait diversion, passe entre les coups et conserve l'espoir fou que tout s'arrange un jour.
Echapper à la réalité, remonter le temps pour effacer tout et « retrouver le rire de Gilles, ses dents de lait, ses grands yeux verts... », c'est le but de la jeune fille. Comme découvrir la vraie vie, surmonter ses angoisses et avoir le courage d'être soi, même si la violence de son père, la passivité de sa mère, la sidération muée en psychose de son frère semblent vouloir en décider autrement.
La survie en milieu hostile, le milieu familial et naturel s'entend, sujet très en vogue qui trouve ici un traitement digne d'un vrai roman noir ou d'un conte pour enfants pas sages. Habilité suprême d'Adeline Dieudonné qui parle de culpabilité, de parents toxiques, du désir, de l'envie de sauver ceux qu'on aime, avec un brin d'humour et beaucoup de finesse sans nous imposer les poncifs de rigueur.
Dans le flot des romans de la rentrée, un ton et une puissance assez inédits pour être soulignés qui laissent présager un bel avenir à cette jeune auteure.
La vraie vie rêvée d'une enfant de dix ans
« Les histoires, elles servent à mettre dedans tout ce qui nous fait peur, comme ça on est sûr que ça n'arrive pas dans la vraie vie »
Lorsqu'on a dix ans, qu'on est encore une petite fille vivant avec son père, sa mère et son petit frère de six ans, dans un lotissement paisible à la périphérie de la ville, les journées défilent, tranquilles, rythmées par le passage du glacier et son arrivée en fanfare, symboles de joie et de plaisirs sucrés.
La vraie vie, c'est celle que l'on voudrait avoir, une vie rêvée. Dans un lotissement où les gens ne seraient pas aussi gris que les maisons. Dans une habitation, où chacun aurait sa chambre, c'est bien, mais sans une chambre particulière pour les cadavres. Ces trophées que ramènent son père, à la fois chasseur et braconnier.
Dans la vraie vie rêvée d'une enfant de dix ans, le drame tragique n'existe pas, et surtout, si celui-ci doit arriver on ne reste pas livrée à soi-même, un petit frère à gérer pendant que son père, entre deux crises de violences, boit devant la télé ou écoute Claude Francois les larmes aux yeux, ni pendant que sa mère, entre les courses et les repas à préparer ne reste pas silencieuse, telle « une amibe », inexistante, telle « un vase », et manifesterait plus d'amour à ses enfants qu'à ses chèvres.
Avec pour seules occupations, les visites de la casse d'à côté, ce « cimetière de métal », et cette voisine un peu fantasque, c'est aussi tout un monde plein de promesses que l'on peut s'inventer, un monde dans lequel seuls resteraient les meilleurs moments de l'enfance.
Entre poésie de l'enfance et drame social, Adeline Dieudonné réussit le tour de force d'imprimer à son premier roman une atmosphère où l'étrange se mêle à une réalité désespérée.
Pour le sourire de son frère Gilles, on suit l'évolution, et le combat, de cette petite fille sur cinq étés consécutifs, qui ne rêve que de garder encore un peu de cette magie innocente de l'enfance.
Véritable Marie Curie en herbe, la science sera son refuge.
« Les lois de la temporalité » l'aideront-elles à maîtriser la chimie des corps et la physique des sentiments qui l'attendent.
Roman initiatique revêtu d'une noirceur sociale, une sorte de poésie macabre, dans lequel on sent le drame poindre à chaque page.
Une écriture parfaitement maîtrisée qui ne vous laissera pas de marbre.
« La réalité sauvage de la chair et du sang, de la douleur et de la marche du temps, linéaire, impitoyable. », mais « l'avenir veille sur toi », petite....
Un style unique
Avant même d'évoquer le chemin de vie et le courage extraordinaires de cette jeune narratrice de 10 ans, c'est tout d'abord du style captivant d'Adeline Dieudonné dont je souhaiterais vous parler.
Des phrases courtes, des phrases sans verbe. Des échanges de regards, des ressentis, des personnages qui échangent peu ou pas du tout. Des points de suspension....
Et la magie opère.
L'auteure traduit les émotions, la violence, la peur, et toute l'ambiance familiale avec un tel brio que les images du film apparaissent instantanément à la lecture !
J'ai été saisie dès les premières lignes et j'ai plongé tête la première, sans retenue aucune dans l'histoire, cette histoire tragique.
La violence inonde cette famille. La violence du père qui conserve ses trophées de chasse dans une pièce dédiée, interdite. La violence du père qui souffre. La violence du père qui bat la mère. La violence subie par la mère. La violence du choc inouï subi par les enfants qui, incrédules, assistent à l'explosion du visage du glacier alors qu'il leur préparait leurs glaces habituelles.
Et en écho, la violence subie en d'autres temps par d'autres femmes, et par celle qui leur venait en aide ...
Le lecteur est absorbé dans une spirale, secoué, confronté à toutes les violences évoquées plus haut, et ne reprend son souffle qu'au dénouement final, magistral !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.