Al-Joumhouri : le remaniement visait l'exclusion des ministres « proches de la présidence de la République »    Tunisie – Harouni accuse le président de la République    HUAWEI : L'intégration d'un seul écosystème dans les milieux professionnelle moderne    Le cinéma tunisien présent à la 18ème édition du FCAPA en ligne    Un virus asiatique dont le taux de mortalité atteint 75% préoccupe les chercheurs    Mechichi envoie une correspondance à l'ARP    Participer à la grande étude sur les contributions économiques et sociales des Tunisiens de l'étranger    Tunisie : Nouvelle session du programme "Octopus" de la FKL    Hédi Bouraoui: Voilà ce que nous avons perdu!    Tunisie-Ennahdha: Le Conseil de la Choura dénonce les actes de violence    Voici la date des soldes d'hiver    Le Président de la FIFA soutient le redémarrage du football africain au Cameroun    Affaire ANGED-VALIS : Conflit d'intérêts confirmé pour Elyes Fakhfakh    L'UIB certifiée PCI-DSS pour la 3ème année consécutive    Manque flagrant en lits de réanimation dans les régions intérieures    Royal El Mansour El Mahdia classé parmi les 7 meilleurs hôtels Iberostar dans le monde    Les émeutes nocturnes, que pensent les politiciens et les analystes?    Libye: Le Forum du dialogue politique vote sur le choix d'un mécanisme de sélection des candidats à l'autorité exécutive    CoviDar, une initiative citoyenne pour la prise en charge des malades de coronavirus chez eux    Le Tunisien Walid Boudhiaf bat le record du monde en Apnée (vidéo)    Korchid : ceux qui m'ont suivi ont échoué à récupérer les fonds Ben Ali    Les Tunisiens privés de vaccins à cause du ministre de la Santé limogé, selon l'UPR    Les smartphones Galaxy S21, Galaxy S21+ et samsung galaxy Ultra en précommande    Walid Jalled au chef de l'Etat : envoyez vos missiles constitutionnels    Kasserine : 15 personnes arrêtées pour actes de vandalisme    D'un sport à l'autre    Coronavirus: Le bilan s'alourdit à Sfax    Hand – Mondial 2021 : Programme de la 3ème journée    Tunisie – météo : Passages nuageux et légère augmentation des températures    Tunisie [Vidéo]: Protestations des avocats à Médenine contre un juge pour la publication de posts sur Fabebook    Néji Jalloul appelle à des concertations politiques pour sortir de la crise    Ligue 1 : L'Espérance de Tunis tient encore à Mouine Châabani    Volte-face de Abdessalem Younsi: Retour à la case départ    Hand – Mondial 2021 : Qui est Mehdi Harbaoui, l'un des hommes du match face au Brésil ?    Relance de l'économie Tunisienne: Une croissance de 5,8% est possible pour cette année    L'EST trébuche à Sfax après 33 matches d'invincibilité: Un mal pour un bien ! ...    Nadia Khiari, dessinatrice de « Willis from Tunis », à La Presse «Je suis dans l'autodérision : je me moque de nous-mêmes»    Cinéma tunisien «Halte au hold-up sur nos voix !»    L'Algérie pose une condition pour partager son vaccin avec la Tunisie    Saviez-vous que le premier journal imprimé en Tunisie était en langue italienne ?    Sombre fin de règne pour Trump Un ministre démissionne et dénonce les discours post-élection    Les nouvelles procédures douanières créent des pénuries    Sur les pas de Merkel: Armin Laschet président de la CDU en Allemagne    Bruits et chuchotements    La complainte de l'Acropolium    La fabuleuse histoire de l'épave de Mahdia    Un test PCR négatif sera désormais exigé pour tous les voyageurs arrivant en France    USA: Trump: La vraie cause de ma suspension des réseaux sociaux est politique…mon discours été totalement approprié    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Etats-Unis : entre la campagne de Donald Trump et les événéments à Kenosha, l'insupportable contraste
Publié dans Le Temps le 28 - 08 - 2020

A gauche sur votre écran, une ville du Midwest sous couvre-feu, où les forces fédérales viennent d'être dépêchées pour rétablir l'ordre, après des nuits de chaos et de violence qui ont fait deux morts par balles et plusieurs blessés graves. Au même moment à droite sur ce même écran, une convention républicaine qui déroule sagement le programme virtuel de sa troisième soirée tout à la gloire de Donald Trump, présenté à la fois comme le président de la loi et l'ordre et comme un homme aux qualités humaines personnelles trop souvent ignorées.
C'est à nouveau ce contraste surréaliste qui a été offert, mercredi soir 26 août, aux électeurs américains. A Kenosha, dans le Wisconsin, la police a fini par interpeller chez lui un jeune homme blanc de 17 ans que le pays entier avait vu la veille, sur les réseaux sociaux, parader, une arme automatique à la main, au cours d'affrontements entre militants pour la justice raciale et suprémacistes blancs lourdement armés. On a vu l'adolescent trébucher et, en tombant, tirer plusieurs balles, puis s'éloigner en passant au milieu des forces de l'ordre sans être inquiété, malgré les victimes à terre.
Ces images sont d'autant plus fortes qu'elles offrent un autre contraste, avec les circonstances dans lesquelles Jacob Blake, habitant noir de Kenosha âgé de 29 ans, avait été grièvement blessé de sept balles dans le dos, tirées trois jours plus tôt par un policier blanc, sous les yeux de ses enfants.
Plus profondes que jamais, les divisions de la société américaine sont ainsi régulièrement ravivées par les images virales de ces drames à répétition. La mort de George Floyd, asphyxié par un policier blanc lors de son arrestation il y a trois mois, a déclenché un vaste mouvement de protestation contre le racisme et les violences policières qui se trouve relancé aujourd'hui et s'étend aux grandes compétitions sportives, notamment celles de la ligue de basket NBA.
L'équipe du président Trump, candidat à un second mandat le 3 novembre, n'a voulu voir cependant qu'une seule version de ce malaise américain : celle des violations de l'ordre public. « La violence doit cesser », a ordonné le vice-président, Mike Pence. Par« violence », il n'entend que « les émeutes, les pillages » et « les démolitions de statues ». Pas un mot n'a été prononcé sur les victimes des forces de police, de l'extrême droite ouvertement raciste et du surarmement de ses militants.
Paradoxalement, cette nouvelle éruption de violence a offert une diversion bienvenue aux organisateurs de la campagne Trump, alors que le nombre de morts victimes du Covid-19 approche 180 000. La gestion désastreuse de la pandémie et ses graves conséquences économiques ont rendu le président vulnérable, face à son adversaire démocrate, Joe Biden. Revenir sur le terrain de la loi et de l'ordre, thème traditionnel des républicains, accorde à la Maison Blanche un répit salutaire dans cette catastrophe.
Mais Donald Trump ne peut pas jouer sur tous les tableaux. Il ne peut pas à la fois vouloir adoucir son image de président intraitable, tenter de séduire l'électorat féminin en mettant en avant, comme il l'a fait mercredi soir, des oratrices vantant son sens de l'empathie avec force anecdotes personnelles, ou essayer de regagner les grâces de l'électorat noir par l'intervention de quelques rares représentants de cette communauté, et passer sous silence la réalité qui se déroule chaque soir sous les yeux des Américains. Même virtuellement, le mythe de la grandeur retrouvée est de plus en plus difficile à défendre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.