La France rappelle son ambassadeur à Ankara    Handball : Wael Jallouz fait son retour et signe à l'AS Hammamet    Quel passeport est le plus puissant ? Marocain ou Algérien ou Tunisien ?    Macron détient la clé des négociations sur la pêche    Accord de «cessez-le-feu permanent» avec «effet immédiat»    Des avocats palestiniens poursuivent Londres en justice    Le patriarche et le diable : diviser pour mieux régner...    Retour à la normale    Pourquoi Rachida Ennaïfer a rendu le tablier ?    Plaidoyer pour la culture...    Quand pèse l'incertitude    Photo du jour : La Médina de Tunis ravagée...    Démantèlement d'un réseau spécialisé dans les fouilles et le trafic de pièces archéologiques    Tunisie : 157 athlètes infectés au Coronavirus    Club Africain : une nouvelle recrue quitte l'équipe    Tunisie | Covid-19 : 35 nouveaux décès enregistrés le 22 octobre    Appui de l'Etat à l'investissement des PME : 18 nouveaux dossiers adoptés    La Manouba : Récupération d'une terre domaniale de 626 ha    Tunisie : Le prix de vente maximum des masques multi-usages non médicaux, maintenu à 1,850 dinar    USA : Qui est Joe Biden le candidat démocrate qui défie Trump ?    FC Barcelone vs Real Madrid: où regarder el Clasico du 24 Octobre 2020    Les biens liquidés du RCD rapportent plus d'un milliard à l'Etat    Tunisie: Un décès à Sfax et 160 infections au coronavirus    Tunisie: Yassine Ayari dénonce la discrimination religieuse en France et appelle à instaurer des relations internationales fondées sur le respect mutuel    1,5 millions de dinars de marchandises saisies par la garde douanière cette semaine    Les systèmes de santé de certains pays risquent de s'effondrer, met en garde l'OMS    Travail : La robotisation pourrait détruire 85 millions postes d'emploi dans le monde, d'ici 5 ans    Non, Wadii Jari ne soutient pas la candidature de Ahmed Ahmed    CONDOLEANCES : Mohamed JAMALI    DECES : Pr Farouk Benna    En vidéo : Mon limogeage a été une mauvaise décision, déclare Abdellatif Mekki    Sarra Tounsi, élue plus belle apparition à El Gouna sur Twitter    Lutte contre le Coronavirus : Le numérique, efficace à condition d'être largement utilisé...    Commentaire | Un modèle de développement essoufflé    Coronavirus: 135 nouvelles rémissions à Kairouan    Projet de budget de l'état 2021 : L'étau se resserre autour des entreprises    Communiqué de l'Ambassade de France en Tunisie en rapport avec la décision de l'Union européenne    L'accord pour un cessez-le-feu permanent en Libye, un important pas vers le règlement politique dans ce pays (Affaires étrangères)    Vient de paraître | Nouveau Dictionnaire Général Bilingue, Français-Italien et Italien-Français de Giovanni Dotoli : «A tous ceux que la belle Italie intéresse»    Tunisie: 59 nouvelles infections au coronavirus à Béja    Officiel : La France retirera la Tunisie de la Liste Verte    En Iran, une explosion dans une usine pétrochimique suivie d'un incendie    Night in Tunisia, une création musicale signée Yacine Boularès, bientôt sur scène    Un Tunisien obtient gain de cause contre le ministre des Affaires Etrangères    Ammar Mahjoubi: Mythologies proche-orientales et récits bibliques    Des délégations militaires des camps en conflit en Libye signent un accord de cessez-le-feu à Genève    La poésie en questions | Dans l'atelier de la langue    Budget de l'Etat : Le volume de la dette publique estimé à 92,7% du PIB, à fin 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un tour du monde en 80 pas
Publié dans Le Temps le 12 - 09 - 2020

Cécile Bonnet vit et travaille en Tunisie où elle enseigne la langue française. Dans une vie antérieure, elle est allée à la rencontre du vaste monde et raconte son aventure dans un livre attachant.
Est-ce un roman ou un conte de fées, une histoire vraie ou un rêve impossible? Pour Cécile Bonnet, "Abracadabra" tient à la fois du récit de voyage et du roman d'aventures.
Un éloge de la lenteur
L'auteure préfère en effet parler d'un "conte moderne" qui serait écrit par "une rêveuse autour du monde. Comme on dit "road movie" pour ces films qui se déploient entre routes et paysages, on pourrait parler de "road book" pour cet ouvrage qui appartient tout autant à la catégorie en vogue du "travel writing" qu'à celle plus classique du journal de bord.
Dans ce livre subtilement subdivisé en 80 pas, Jules Verne et Saint-Exupéry ne vous quittent presque jamais. Ainsi chacun des chapitres du livre s'ouvre avec une exergue citant le "Petit Prince" alors que les quatre-vingt séquences qui composent l'ouvrage évoquent le fameux "Tour du monde de l'auteur de "Michel Strogoff".
Du Pacifique à l'Atlantique, de l'Australie à l'Amérique latine, de la Nouvelle-Orléans à la Chine, Cécile Bonnet bourlingue à tout va, à l'image d'un Paul Morand ou d'un Joseph Conrad. Elle nous fait partager ses impressions de voyage mais aussi des réflexions rétrospectives qui éclairent le lecteur sur son propre cheminement ainsi qu'à propos des motivations profondes qui l'ont menée à voyager autour du monde.
Beaucoup de bonheur se dégage de ce livre où la joie de la découverte est aussi un chemin vers soi ainsi qu'une tension aimante vers l'autre. Ce livre est également le récit d'un émerveillement permanent. Avec des mots choisis, Bonnet laisse remonter ses sensations, ses réminiscences et l'ivresse du voyageur. Sans jamais prendre l'avion, elle réalise son périple comme passagère sur des cargos au long cours, sur des routes ferroviaires extraordinairement difficiles et au hasard des rencontres. Cela donne en filigrane du récit, un éloge de la lenteur et des lumières changeantes où l'on ne se baigne jamais deux fois.
L'émerveillement en bandoulière
Très inspirée, Cécile Bonnet écrit "Ce voyage, c'est ma baguette magique. Ou mon chapeau d'illusionniste. Ma lampe d'Aladdin. Peu importe, la magie est là." Les pages de ce récit sont de cette eau précieuse, parfois rimbaldienne, toujours contemplative. Cet "abracadabra" initial ouvre grandes les portes de la perception et nous fait passer de l'autre côté du miroir. Au fond, la narratrice, entre Bali et Mongolie, dans les méandres du monde, est bien une Alice qui abolit le quotidien et embrasse la vie des routards, ces vagabonds célestes gravitant autour de la beauté du monde.
Chaque page de ce livre est un régal, un moment de proximité avec l'auteure et, un voyage virtuel et passionnant. L'ouvrage est paru en 2018 chez Librinova et relate un périple entrepris l'année précédente, sans avion, seule avec son sac-à-dos, les yeux grand'ouverts et l'émerveillement en bandoulière. À lire absolument pour conjurer confinement et immobilité et aussi pour rêver à sa propre partition.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.