Polémique de partage de données : WhatsApp repousse la modification de ses conditions d'utilisation    La Tunisie ambitionne d'exporter 70 mille tonnes d'huile d'olive conditionnée, d'ici 2025    Internet des objets : Une startup tunisienne reconnue meilleure startup technologique en Afrique pour 2020    Confinement : le Théâtre de l'Opéra annonce quatre spectacles virtuels nocturnes    « La Révolution n'a nullement impacté les causes mais elle a produit voire amplifié l'état de délabrement de l'économique, du social et surtout du politique du pays »    Ghannouchi « proclame » l'innocence de Nabil Karoui !    Une révolution qui reste à faire en Tunisie !    La double peine des habitants de la Bande de Gaza    Guterres tente de nommer un émissaire    La justice se prononce sur l'appel posthume du seul condamné    A quoi il joue?    Algérie - Maroc (24 – 23)    Pour quand la fin de l'hémorragie ?    La Tunisie est-elle proche du seuil de l'immunité collective ?    Lenteur de livraison des vaccins    Un remaniement, pour faire quoi ?    Tunisair: Avis aux passagers à destination de la France    «Libérez ma Patrie» !    Le destin foudroyé de l'Octobre musical    Ken Loach, Stanley Kubrick, Hassen Ferhani et Nacer Khémir...    ATTT : Les nouvelles dates de contrôle technique des véhicules    Handball-Mondial │ 1ère journée │ Tunisie-Pologne (28-30): Ça s'est joué sur des détails...    Tunisie – VIDEO : Reprise des affrontements nocturnes à Sousse    Etoile du Sahel : 4 jeunes renforcent l'équipe première    Bourse de Tunis : Le Tunindex termine la deuxième semaine de janvier sur une légère contreperformance    Abdessalem Younsi : "Je suis toujours le président du Club Africain"    Football : Programme TV de ce vendredi 15 janvier 2021    Point de vue: Un championnat atypique !    La poésie en questions: Qui sont les Muses ?    A quand la sortie du tunnel ?    Dix ans après: La corruption à tous les étages    Crise politique: Le péché originel    Potentiel minier de la Tunisie: Une exploitation en dents de scie    Bénéficiez de remises durant le confinement avec Tunisie Telecom    Khemaïes Jhinaoui : « La Tunisie doit montrer au monde sa capacité de se développer et sa volonté de coopérer » (Vidéo)    Météo | Pluies éparses et baisse des températures    Tunisie-Rached Ghannouchi : Les motions de censure à mon égard sont tout ce qu'il y a de plus normal    Tunisie-Ministère de la Santé: Nouvelle liste des laboratoires autorisés à réaliser les tests RT-PCR    Pour ne plus pédaler dans la semoule ! (2/2)    L'ambassadeur de la Tunisie en Belgique: "Plus nous avons des relations avec nos amis, mieux nous nous porterons"    Confinement : mini-concerts virtuels de l'OST ce soir et demain à 21h00    Un test PCR négatif sera désormais exigé pour tous les voyageurs arrivant en France    L'inscription du couscous et de la pêche à la charfiya sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'Unesco célébrée à la Cité de la culture    Vient de paraître — « Quelqu'un meurt au sud » de Kamel Hlali: L'art d'arracher le lecteur à la banalité gris-flanelle du quotidien    USA: Trump: La vraie cause de ma suspension des réseaux sociaux est politique…mon discours été totalement approprié    Intox : Aucun pilote tunisien n'a été renvoyé à cause d'un vol vers Tel Aviv    USA: 70 000 comptes affiliés à la mouvance pro-Trump QAnon supprimés par Twitter    Tunisie : Une secousse tellurique à Zaghouan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Les Tunisiennes et le cinéma », une louable initiative
Publié dans Le Temps le 25 - 11 - 2020

Un important débat autour du thème, « Les Tunisiennes et le cinéma » vient d'être organisé en ligne par l'Institut Goethe à Tunis, modéré par Lilia Blaise (journaliste multimédia), avec la participation de Kahéna Attia (monteuse), Amal Attia (ingénieure son) , et Rim Nakhli (réalisatrice).
A vrai dire, la programmation régulière « Filmklub », lancée par l'Institut Goethe depuis septembre 2020, s'engage dans le cadre de cette thématique « Les Tunisiennes et le cinéma », de proposer un débat autour de la place qu'occupent les femmes dans la scène cinématographique tunisienne. De pertinentes questions ont été posées et débattues en présence des invitées qui présentent toutes sans exception, des expériences uniques et remarquables dans le domaine cinématographique tunisien.
Les débats ont porté autour des thèmes suivants : quel est le rôle des femmes dans le cinéma tunisien ? Quelles sont les mesures d'intégration des femmes dans le domaine cinématographique ? Y-a-t-il des métiers qui sont plus accessibles pour les femmes que d'autres ? Où en est-on de la réalité sociale et économique des femmes œuvrant dans ce domaine ? Enfin, y a-t-il des difficultés dans la formation dans le domaine de l'audiovisuel pour les femmes ?
Lutte contre la discrimination
Dix ans après la Révolution, la société tunisienne poursuit encore et toujours ses luttes contre certaines discriminations, notamment celles exercées contre les femmes. Dans le secteur du septième art, les femmes occupent de plus en plus, différents rôles mais certains leur restent moins accessibles que d'autres, ce qui laisse à méditer.
Dès les années 1970, note t-on, les cinéastes tunisiennes s'étaient déjà initiées au monde documentaire, mais il a fallu attendre des pointures comme Salma Baccar « Fatma 75 », et Kalthoum Bornaz « Trois personnages en quête d'un théâtre », pour que le virage vers la fiction soit enfin adopté...
Profils et parcours
Débutant sa carrière à la télévision tunisienne lors de sa création, Kahéna Attia travaille de 1971 à 1976 comme monteuse, puis chef monteuse à l'ORTF-SFP, sur plusieurs courts, moyens et longs-métrages.Elle assurera le montage de quelques-uns des films les plus importants du cinéma arabe, mais aussi des longs-métrages du Mali, de Côte d'Ivoire, d'Albanie, de Belgique, de Suisse, du Canada...
«Le Voyage de Selim» de Regina Martial en 1978 marque le début de sa collaboration pour le cinéma dans la fonction de chef monteuse. Suivront entre autres, «L'Empire des rêves» de Jean-Pierre Lledo en 1981, «La Mémoire tatouée» de Ridha Behi en 1986, «Les Sabots en or» de Nouri Bouzid en 1989, «Le Collier perdu de la colombe» de Nacer Khémir en 1991, «À la recherche du mari de ma femme» de Mohamed Abderrahman Tazi en 1993, «Quand les hommes pleurent» de Yasmine Kassari en 1999.
La deuxième invitée au débat, Amal Attia, ingénieure du son depuis 2013. Elle collabore sur différentes productions cinématographiques et télévisuelles (prise de son, postproduction et sound-design). Puis intègre l'équipe d'Ulysson production, pendant 2 ans, et évolue sous la direction de l'ingénieur du son mythique, Faouzi Thabet.
Ses intérêts croisés pour le cinéma et la musique l'ont amenée à s'expérimenter dans différents genres de projets, du documentaire au fantastique. Amal s'est essayée à tout, passant par « La musique est rebelle », Propaganda production, « Olfa », Ciné TéléFilm, « La 3ème caméra », Rives production, « True story », Ulysson...
Enfin, la troisième et dernière invitée de Lilia Blaise, était Rim Nakhli qui a signé en 2011, son film de fin d'études intitulé « La Luna », (1er prix du Festival du Cinéma Amateur de Kélibia FIFAK, et prix de la critique ATPCC). La jeune cinéaste a poursuivi ses études en Italie où elle a obtenu son master en cinéma, télévision et production multimédia à l'Université de Bologne (DAMS). Son mémoire de recherche porte sur la relation entre la bande dessinée et le cinéma. Et depuis, son chemin est parsemé de succès. Elle réalise, en 2017, son premier court métrage, intitulé « Ranim » qui a été sélectionné dans plusieurs festivals internationaux.
Son deuxième court métrage « Nour, Une journée presque ensoleillée » a été sélectionné, en 2020, dans la compétition « Pardi di domani » au Festival du Film de Locarno, au AFI Fest Film Festival à Los Angeles, au Medfilm Festival à Rome, ainsi qu'au « Passaggi d'Autore: intrecci mediterranei » à Sant'Antioco en Sardaigne. Et le meilleur est à venir.
Lilia Blaise qui n'est plus à présenter, est journaliste multimédia et correspondante pour la Chaîne France 24 en français, et le journal Le Monde, ainsi que le site Media part. Après avoir couvert la période post-révolution pour différents médias tunisiens et français, elle s'est installée définitivement en Tunisie en 2016 en tant que correspondante freelance.
En 2014, elle a participé à la coréalisation du documentaire « 7 vies » qui aborde le problème de la nostalgie de la dictature.
En attendant d'autres débats portant sur d'autres questions, on ne peut que saluer cette louable initiative.
S.B.Z


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.