"La présidence du Parlement" appelle les députés à défendre leur droit au travail    Tunisie-Daily brief du 21 octobre 2021: Prise en charge sanitaire de deux députées    Situation politique en Tunisie: Le Parlement européen tranchera aujourd'hui    BNA : Le Produit ne bancaire en hausse de 27%    ATB : Un PNB de 206,4 Millions de dinars à fin septembre    Attijari Leasing : Mises en force en hausse de 21%    Foot Europe – Programme TV jeudi    UEFA Champions League : statistiques d'après J3    NBA : Les résultats des 11 matchs de la nuit de mercredi    Sommet virtuel de la FIFA le 20 décembre    Sousse- Démolition de parasols et de cabanes appartenant à un hôtel [vidéo]    Abdellatif Mekki appelle les médias à ne plus utiliser le terme de "Député gelé"    Le protocole libyen rate le coche à l'égard de la Tunisie    Europa League (Poules / 3è J) : les matches de ce jeudi    Entretien téléphonique entre Najla Bouden et Abdelhamid Dbeibah    Elyès Jouini : Le temps des quicks-wins est révolu, nous sommes désormais «dans le dur»    Samar Samoud : Nous ne devons pas crier victoire face à la situation pandémique !    Sfax sans déchèterie, sans eau courante et sans électricité !    La Tunisie s'est-elle fait avoir sur le dossier de la Libye ?    Covid 19 : Le Maroc suspend les vols de et vers trois pays européens    Najla Bouden reçu au Palais de Carthage    Djaili Amadou Amal lauréate de la sixième édition du prix Goncourt en tournée en Tunisie    La nouvelle ministre de l'Equipement et de l'Habitat veut des logements abordables    Sénateur Bernie Sanders: Palestinians lives matter    Monde- Daily brief du 20 octobre 2021: Poutine décrète une semaine chômée payée pour freiner l'épidémie de Covid-19    La scène artistique tunisienne perdre le scénographe et artiste pluridisciplinaire Kais Rostom    FMI: Des entretiens sont prévus dans les prochains jours avec des membres du nouveau gouvernement tunisien    Vers une coopération entre le ministère de la Jeunesse et la Fédération du sport pour tous    Donald Blome proposé ambassadeur auprès de la République Islamique du Pakistan    Kaïs Saïed remercie la Ligue arabe pour son soutien à la Tunisie    Zammour Trekking de retour pour une 4e édition du 4 au 8 novembre 2021 à Médenine    JCC- Des détenus produisent leur propre film court métrage    Sopra Banking Summit 1er festival au service du monde financier de demain    BT : Légère hausse du PNB    Tunisie – Météo: Des pluies attendues et légère hausse des températures    Ministre des Affaires culturelles: La situation sociale des artistes est notre priorité    LC Europe (poules / 3è J) : les matches de ce mercredi    Kairouan: Le ministre du Tourisme appelle à renforcer davantage le tourisme religieux et spirituel    La légende de Carthage en superstar à la Fashion Fair de Stockholm    Ministère des Affaires sociales : Kaïs Saïed a ordonné la prise en charge de Hajer Bouhlel    Tunisie – Allemagne : Niels Annen reçu par Othman Jerandi    Monde- Daily brief du 19 octobre 2021: Etats-Unis: Une femme victime d'un viol dans un train, aucun passager n'intervient    Cycle de films Villes Tunisiennes et découvertes du 19 au 28 octobre 2021 par la Cinémathèque Tunisienne    La Cour des comptes épluche les aides exceptionnelles du ministère des Affaires sociales    PSG vs RB Leipzig : Où regarder le match de la champion's league du 19 octobre 2021?    Mahdia Des tensions suite au naufrage d'un bateau transportant des clandestins    Moncef Marzouki confond Khaled Mechaal et Ismaïl Haniyeh!    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Méchichi et le dur apprentissage des « Raisons d'Etats »
Publié dans Le Temps le 18 - 12 - 2020

p class="p1" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 13px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"Le Temps - Raouf KHALSI p class="p2" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 11px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"On s'est tellement lassés des communiqués soporifiques de la Présidence que, parfois, quelques détails échappent à l'attention des observateurs. Il se trouve, en effet, que le vendredi 11 décembre dernier le Président Kaïs Saïed recevait le Chef du gouvernement Hichem Méchichi. En dehors des généralités de toujours portant sur «la situation générale dans le pays», on débusque deux phrases laconiques. La première tenant aux liens de coopération entre la Tunisie et la France. La deuxième tenant à la migration irrégulière et qui consiste, selon les commandements du Président à « remédier aux causes et non pas à traiter les conséquences ». En fait, comme toujours, Kaïs Saïed s'est entendu parler. Cette réunion, presqu'à la veille du départ de Méchichi en France, avait donc les connotations de la ligne à suivre par le Chef du gouvernement à Paris, selon la vision du Président.
Or, c'est là la confusion. Quand on parle de causes, celles-ci ne sauraient être qu'endogènes. Les Français et les Italiens pourraient aimablement rétorquer en ces termes : « c'est vos oignons ». Ce concept, du reste logique mais vaste et imprécis, Kaïs Saïed l'a encore réitéré en recevant, hier, le ministre portugais des Affaires étrangères et dont le pays s'apprête à assumer la présidence de l'Union Européenne au premier semestre de l'année 2022.
Très mauvais moment
Lorsque le journal « Mondafrique » titre « Une visite pour rien du Chef du gouvernement tunisien », il est normal qu'ici, à Tunis, on se défausse sur Hichem Méchichi, du reste très peu formé pour les subtilités diplomatiques. On a même parlé de « convocation », plutôt que de visite officielle, la première de Hichem Méchichi depuis qu'il est à la Kasbah. Notre journal a par ailleurs traité et analysé le côté inélégant de nos amis français, dérogeant à la bienveillance diplomatique : pas de voitures à la disposition de sa délégation, pas de réservations à l'hôtel.
De tout temps, cependant, on a toujours su qu'une visite officielle, de surcroît en France, ça se prépare. Il tient à notre ambassade à Paris (qui dépend du Président !) de se démener, d'y préparer le terrain, de nouer des contacts, de sensibiliser les médias tout autant que la diaspora tunisienne en France. Rien de tout cela n'a été fait. Rien n'a été fait, non plus du côté de la Kasbah où la communication est réduite à la portion congrue, de peur peut-être de chahuter la « sacro-sainte » communication présidentielle.
Il ne s'agit pas de trouver des justifications à Méchichi. Mais il faut bien admettre qu'en l'état de décrépitude que vit la Tunisie explique cette attitude ostensible des officiels français. Dans son édition d'avant-hier, le tout influent journal Le Monde enfonce même le clou avec cette formule assassine : « Techniquement, la Tunisie est quasiment en faillite ». Il énumère même les chiffres de cette faillite : récession de 9% ; Chômage qui grimpe à hauteur de 16% ; déficit budgétaire de 13,4% ; Endettement public à hauteur de 90% du PIB.... Croyions-nous naïvement que la France, notre premier partenaire dans l'absolu, n'était pas au fait de cette descente aux enfers ? Et cela fait que, lorsque Méchichi parle d'opportunités d'investissements français en Tunisie, là il se goure un peu, si ce n'est qu'il paraît, soit inconscient du délitement du climat des affaires, soit qu'il fasse dans la langue de bois, taisant la déferlante des grabuges sociaux. Et même lorsqu'il parle de nouveau Code des investissements (qui aurait été peaufiné), cela ne représente guère un argument persuasif. En tous les cas, les fondamentaux pour une relance de partenariat avec la France, pas plus d'ailleurs qu'avec les autres pays de l'espace européen, ne sont pas assurés. Parce qu'en fait, nos partenaires, ne croient plus en nous. Et, dix ans après, ils en arrivent à la conclusion déjà récurrente chez nous : à savoir que la révolution et la démocratie ont été trahies !
Cet obséquieux dérapage verbal
Que Méchichi assimile la migration irrégulière au terrorisme dans son interview à France 24, en langue française, cela constitue assurément un dérapage verbal, une formule à tout le moins obséquieuse destinée à apporter de l'eau au moulin français. Et quand bien même il aurait été apostrophé par l'interviewer qui l'appelait indirectement à relativiser, Hichem Méchichi aurait tout simplement insisté et persisté, rappelant du reste la vocation droit-de-l'hommiste de la France. Le tout respectable Forum tunisien des Droits économiques et sociaux ne croit pas à la thèse du lapsus jugeant que c'était intentionnel. Le Bloc démocrate, lui, le somme de présenter des excuses aux Tunisiens et, même, de démissionner.
Et, alors, lapsus
ou geste intentionnel ?
Méchichi pouvait faire l'économie de ce verbiage stérile et qui ne chatouille même plus la sensibilité française. S'il l'a quand même fait, c'est pour rappeler que les opérations de rapatriement des immigrés illégaux soupçonnés de terrorisme, doivent se faire dans un cadre légal et selon les conventions internationales et les règles mises en place par l'ONU. Cela tient encore, par ailleurs, à ces fameux laisser-passer sur lesquels insistent la France et l'Italie et que le gouvernement voit d'un mauvais œil, parce qu'ils ouvriraient grand les portes à des expulsions massives. Il ne faut pas non plus oublier que pas moins d'un million de Tunisiens, entre ceux qui sont en règle et ceux qui ne le sont pas, vivent en France. Et que la France ne parle pas de nos cerveaux... Méchichi l'a fait. Pour lui, c'est une « richesse ». Oui, mais pas pour nous !
Du reste, quand on parle de terrorisme, l'Occident -dont la France- n'en sont pas étrangers. Les Daéchiens, il n'y a pas que la Tunisie qui les ait exportés. Cela, Méchichi ne pouvait pas le dire. Mais quelque part, ce voyage est tombé au mauvais moment. La France vit encore sur le drame de Nice. Et, sur le plan politique, Macron s'apprête à se lancer dans une campagne pour un second mandat : jouer sur l'immigration et sur le séparatisme islamiste viderait de toute sa substance la campagne de Marine Lepen.
Du coup, le Chef du gouvernement s'est retrouvé confronté au dur apprentissage des « Raisons d'Etat ». Maintenant, nous sommes édifiés sur celles de la France.
Nous voudrions néanmoins comprendre où se situent les nôtres. Et attendre, surtout, que le Président daigne pour une fois nous expliquer ce qu'il entend par « remédier aux causes et pas (seulement ?) traiter les conséquences ». S'il entend, par là, donner du travail aux jeunes désespérés, eh bien qu'il nous dise comment. Et, surtout, qu'il est toujours dans sa bulle. Et cette bulle est hantée par le syndrome conspirationniste dont il a encore gargarisé, hier, Noureddine Taboubi, pourtant venu l'inviter pour la énième fois à présider un dialogue national pour le sauvetage du pays. Par ricochet Hichem Méchichi, qui veut que ce dialogue ne sorte pas des sphères gouvernementales, eh bien il continuera à tourner en rond dans cette inextricable complexité institutionnelle.
p class="p2" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 11px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.