Augmentation des prix des carburants    Affaire de la BFT | Une séance d'audition du ministre de Domaines de l'Etat à huis clos à l'ARP    Tunisie : La dernière des dernières de chez Tunisair... Inouï    Vol de bagages à l'aéroport Tunis-Carthage : Vingt ans de prison pour cinq accusés    Hichem Mechichi remet les clés de logements de fonction à douze agents de la sécurité intérieure    Jeep lève le voile sur le nouveau Compass    Néji MHIRI : La saga d'un homme hors du commun    Bechir Haddouk : Hommage à feu Abdelhafidh Sellami    Décès de Amor Latiri    Le PNUD TUNISIE et Attijari bank organisent le Hackathon Tekصح vers une santé plus connectée en Tunisie    Espace | Vol d'un hélicoptère sur Mars    Tunisie: Hanen Ftouhi renonce à sa nomination à la tête de Shems Fm    Tunisie-Censure médiatique: L'Ordre des médecins se place du côté de la liberté d'expression    Mood Talent organise sa 36e édition à Dar El Marsa du 23 au 25 avril    Commerce extérieur : aggravation du déficit commercial au premier trimestre    Tunisie: kais Saied présente ses condoléances à son homologue égyptien    "Covid'Art Espoir" s'engage pour CoviDar    Ooredoo lance une édition limitée de 4G Boxes aux couleurs de PSG    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 19 Avril 2021 à 11H00    Un aperçu de quelques produits Huawei de la nouvelle stratégie 1+8+N    Tunisie: Kais Saied, commandant suprême des forces armées "militaires et sécuritaires": La foire aux arguments    Tunisie: Le point sur l'état d'avancement de la campagne nationale de vaccination    Tunisie – Coronavirus: Nouvelles mesures du 18 au 30 avril, que risque-t-on en cas d'infraction?    Tunisie-Neji Jmal: Kais Saied nous pousse vers l'inconnu [Vidéo]    Dans sa lettre de l'autre rive à Hannah Arendt : Le J'accuse de Sophie Bessis    Tunisie : Le mois du patrimoine en ligne du 18 avril au 18 mai    Réunion de la commission scientifique ce lundi 19 avril 2021    Classement WTA : Ons Jabeur grimpe à la 25ème place, historique !    Tunisie [Vidéos]: Poursuite de la grève ouverte du personnel de l'ATTT à Sfax    Tunisie – météo : Légère hausse des températures avec quelques pluies    Les indiscrétions d'Elyssa    Volleyball | Championnat d'Afrique des clubs – 1er tour : A la portée de l'EST et du COK    One Tech Holding propose la distribution de 0,250 dinar par action    Première sportive tunisienne et africaine à être sacrée dans le JIU-JITSU brésilien : Hajer Jelili, une championne-née    Handball | Nationale A – 1ère journée play-off : Le CA piège l'ESS    Le président de la République présente ses condoléances à son homologue égyptien suite à un accident du train    Des mesures contre les contrevenants qui ne se conforment pas à la décision d'interdiction de la circulation des véhicules    Qui y a-t-il derrière les catastrophes en Egypte et à qui profitent-elles ?    Tunisie-Ligue 1 (J19 - matchs en retard): le programme de ce dimanche    Foot-Europe: le programme du jour    Mes odyssées en Méditerranée: Cachez-moi ces images que je ne saurais voir…    «Le Cadeau» de Farah Nabulsi: Court simple et très émouvant    Exposition «States of Exception», du 25 Mars au 2 Mai, à la station d'art B7L9 (Bhar Lazreg): Les œuvres de Thameur Mejri annonciatrices d'une nouvelle ère    Par Henda Haouala – La série TV « Ken ya Makenech » : délicieuse, grave et soignée    La prochaine mission habitée vers la Lune se fera dans un vaisseau de chez SpaceX    La Russie interdit l'entrée sur son territoire de responsables de l'administration Biden    Sfax | 3 migrants clandestins secourus et 21 corps repêchés    Tunisie: Vers l'inscription de deux sites Tunisiens dans le patrimoine mondial de l'Unesco    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De sang et de sel
Publié dans Le Temps le 26 - 12 - 2020

«Brotherhood» (26') de Meryam Joobeur était au programme des JCC 2020. Ce court métrage de 26' mêle le sang et le sel...
«Brotherhood» de la réalisatrice Meryam Joobeur se joue tout en opposition, et ce, à différents niveaux. L'histoire du retour de Malek, qui a fui en Syrie pour échapper à la chape de plomb que lui imposait son père, et avec l'espoir d'y trouver un accomplissement, et qui revient au pays avec une jeune fille qu'il a épousée, peut être lu de manière symétrique. La symétrie, même si elle n'est pas parallèle, se trouve entre le premier degré et le second de lecture, en l'occurrence entre les images que l'on voit à l'écran et les idées véhiculées.
Dès le premier plan, cette double lecture s'impose aux spectateurs ; un plan dans lequel on voit des ovins, d'abord des agneaux puis des moutons, qui s'enfuient. La première lecture donne le plan de situation : l'histoire se situe en milieu rural. La seconde lecture va s'imposer au fur et à mesure du déroulement de l'action. Les agneaux représentent les enfants et les moutons les parents qui s'enfuient leurs obligations, mais, aussi et surtout, en imagé, les personnes qui obéissent sans réfléchir comme des moutons de Panurge.
Le court métrage continue ainsi les doubles sens. Quand le père dit à son cadet «le loup ne pardonne pas. Elle va finir putréfier», en parlant d'une brebis qui s'est, apparemment, égarée et blessée, et qu'il tend le couteau à son fils pour que ce dernier l'égorge, c'est très symbolique. Cette brebis égarée et blessée représente l'aîné parti en Syrie -donc pour son père une brebis égarée- et revenu blessé au plus profond de lui. D'ailleurs, Malek demandera, à un moment, à son frère de promettre de ne pas aller en Syrie lui aussi. Le père égorgera symboliquement son aîné en le dénonçant à la police. Le sang de la brebis qui a taché sa chemise quand il l'a transportée sur son cou est la présence visuelle de l'hémoglobine, mais aussi l'annonce de ce qui va suivre, même si la présence du sang devient, alors, symbolique.
Kebda
Très symbolique aussi quand la mère coupe le foie -«el kebda»- de la bête. Tout le monde sait qu'en nombre de pays arabes «el kebda» signifie, pour une mère, son enfant ou ses enfants. Ce n'est pas son enfant qu'elle découpe ainsi, mais symbolique sa «kebda» à elle, sentant que son mari essaye de la séparer de son fils comme la fait la guerre en Syrie. C'est sa «kebda» qui part en petits morceaux et qui va servir de repas.
Dans «Brotherhood», il y a une chose qui s'oppose au sang : le sel. Celui de la mer. Le sel est purificateur. Ça commence par le sang et ça finit par le sel, quand le père, pris de remords d'avoir dénoncer son fils, court comme un fou jusqu'à la plage et l'appelle, même s'il sait que c'est chose vaine. Mais, il a besoin que l'air marin le purifie de son acte et, quelque part, de sa «dictature». Car, au final, quand le père dénonce son fils ce n'est pas parce qu'il est parti en Syrie, c'est, tout simplement, qu'avec le départ de Malek, c'est son autorité de père qui a été mis à mal, lui l'homme de la famille. Le «système patriarcal» est encore très ancré dans les campagnes tunisiennes. L'homme de la maison a toujours raison, même s'il a tort. On doit lui obéir au doigt et à l'œil. Le père s'est rendu compte, avec l'aide de sa femme, que c'est lui qui a poussé son fils à se rendre en Syrie et non pas une idéologie...
Zouhour HARBAOUI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.