Ligue 2 | Play-off : L'ES Djerba décide de se retirer    Tunisie: En images, protestation des agents de finances à Béja    L'UTIPEF mobilise 284 millions de dinars pour l'entretien de nombre d'établissements scolaires publics    Earth Day 2021 Doodle: Découvrez le Google Doodle spécial Journée de la Terre    Club Africain : 40 milles tickets pour le derby    Hakim Ben Hammouda : Le rôle primordial de l'Etat est de protéger les citoyens !    Tunisie: Arrestation de 158 recherchés par les unités de la Garde nationale    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 22 Avril 2021 à 11H00    Pas d'inquiétude pour les Tunisiens au Tchad    Tunisie: Un mandat d'amener à l'encontre du député Rached Khiari    DECES : Professeur Moncef Gargouri    Perturbations sur la plateforme Evax : l'ANSI met en garde contre les fake news    News | Moncef Khemakhem pris d'un malaise    Un vieux problème qui touche le sport le plus populaire : Jeûne et football, l'éternel dilemme !    L'ANSI met en garde contre les fake news concernant la plateforme Evax    Projet Tarabot/Documentary Challenge : Appel à candidature "Soutna – Génération solidaire"    Tunisie-Ministère des Finances: Rééchelonnement des dettes des entreprises touchées par le Coronavirus    Mohamed Fadhel Kraïem : La Tunisie est un pays en pénurie d'eau    Vidéo Buzz: Une ouvrière Tunisienne fait don de 7700 dinars sur une chaine TV    Dépendance de l'extérieur !    «El Foundou» de Saoussen Jomni : Récit d'un désigné coupable    Moncef Marzouki réunit ses anciennes troupes    Tunisie-météo: Météo: Températures en baisse et pluies éparses attendues    Tunisie : Le test RT-PCR toujours à 209 dinars malgré la révision à la baisse de son tarif    Foot-Europe: le programme du jour    L'Etat affrète un avion spécial pour ramener Moncef Khemakhem du Bénin !    Tunisie [Vidéo]: Lancement du patrouilleur El Jem 213, explications du ministre de la Défense    Les répercussions de la crise du Covid-19 se poursuivent chez Tunisair : les chiffres du premier trimestre 2021    Tunisie: Daily brief du 22 avril 2021    One Tech Holding : Hausse des revenus de plus de 15% et un retour à la normale au premier trimestre 2021    BM : les prix des produits de base devraient se stabiliser à la faveur de la reprise économique mondiale    Tunisie- Affaire Rached Khiari: L'Ambassade Américaine sort de son silence!    Que risque Rached Khiari ?    France: Les ambassadeurs de la Tunisie et l'Italie discutent la relance du tourisme    Coupe de la CAF-Phase de groupes-5ème journée: Le CSS se qualifie aux quarts de finale, l'ESS éliminée !    « Mahdia, chroniques d'une ville heureuse », le récit enchanteur de Alya Hamza    Syrie : Bashar Al-Assad présente sa demande de candidature aux élections présidentielles    Monde: Daily brief du 21 avril 2021    Foot-Europe: le programme du jour    Un citoyen perd une jambe dans l'explosion d'une mine au Mont Chaâmbi    Un blessé dans l'explosion d'une mine à Châambi    Dernière minute- Kasserine : Etat de santé du citoyen blessé dans l'explosion d'une mine    Israël : 73 ans d'existence mais que de nuages sur la fête !    Décès du président du Tchad Idriss Déby    Exposition collective «L'espace du dedans, livres d'artistes» à la galerie A. Gorgi : Un médium d'art total    Mood Talent organise sa 36e édition à Dar El Marsa du 23 au 25 avril    "Covid'Art Espoir" s'engage pour CoviDar    Tunisie : Le mois du patrimoine en ligne du 18 avril au 18 mai    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Bien mal acquis ne profite jamais» !
Publié dans Le Temps le 05 - 01 - 2021

Tanit d'argent aux Journées cinématographiques de Carthage en Tunisie en 1992, le film «Samba Traoré» du réalisateur burkinabè Idrissa Ouédraogo aurait pu s'intituler «bien mal acquis ne profite jamais»...
Sorti en 1992, et ayant remporté le Tanit d'argent aux Journées cinématographiques de Carthage la même année, «Samba Traoré» est un mélange à la fois de tragédie, d'humour, de romance, et, en second plan, d'enquête de police.
Samba Traoré commet un vol dans une station service de Ouagadougou (Burkina Faso). Son complice est tué. Samba s'enfuit dans son village, dans lequel il n'est pas retourné depuis très longtemps. Sans faire étalage de son butin et en déclarant à celui qui voulait l'entendre qu'il avait travaillé dans des bananeraies, il achète un troupeau de bœuf pour les habitants de son village, construit une maison en dur pour Saratou, qu'il vient d'épouser, et ouvre un bar avec son ami Salif. Pendant ce temps, en fond, l'enquête policière se poursuit. Un jour, Samba doit emmener d'urgence son épouse à l'hôpital car son accouchement se passe mal. Accompagné de Salif, de la femme de ce dernier, de la sœur de Saratou, et du beau-fils, Ali. Mais, voilà, à mi-chemin, Samba abandonne le groupe de peur qu'une fois en ville il sera capturé par la police, et retourne au village, où son père a découvert son secret. C'est le début de la fin.
En fait, si l'on y regarde de plus près, le début de la fin pour Samba comme avec la tempête et la pluie, qui arrivent comme une césure dans le film. Jusque-là, le temps était au beau fixe comme tout ce qui se déroulait dans le village : vie paisible comme si elle était un long fleuve tranquille, gestes quotidiens. Arrivent cette tempête et cette pluie annonciatrices de la fin d'un bonheur. Car, comme le dit le proverbe «bien mal acquis ne profite jamais».
«Samba Traoré» réunit nombre de thèmes chers au réalisateur burkinabè Idrissa Ouédraogo. D'abord, cette comparaison entre la ville et la campagne. La première séquence du film se déroule en ville en pleine nuit, quand Samba Traoré et son complice s'attaquent à la station-service. Puis, séquence sur la ville en le matin où un crieur de journal annonce un crime crapuleux. La campagne s'annonce quand la voiture roule sur la route et l'on voit des gens travailler dans un champ. La peur de la nuit en ville, l'effervescence de cette dernière le jour, et le calme de la campagne. Cette comparaison se fera deux ou trois autres fois dans le film. Ouédraogo aime parler, à travers ses films, des conditions de vie modestes dans les petits villages burkinabés. Modeste, certes, mais heureusement, car régie par des lois non pas à l'échéance du pays, mais à l'échelle d'une communauté, avec un chef du village, des habitudes, une entraide, et des problèmes qu'on résout à l'interne, à travers le conseil du village. De plus, le réalisateur a choisi un décor de la région de sa ville natale, Bafora, région des Cascades, pour tourner son long métrage, rendant hommage à ses origines et déclarant, ainsi, qu'il n'oublie pas d'où il vient...
L'autre thème prisé par le réalisateur, c'est l'amour mis en péril. Samba aime Saratou. Il l'épouse, mais il met en péril cet amour : d'abord en ne disant pas la vérité à sa femme sur l'origine de son argent, puis en l'abandonnant alors qu'elle est sur le point d'accoucher, et enfin quand il est pris par la police.
D'autre part, Idrissa Ouédraogo aime donner des rôles forts aux femmes. La femme de Salif est une femme forte qui porte la culotte et mène son mari par le bout du nez. D'ailleurs, physiquement, elle dépasse son époux aussi bien de taille que de volume. Il fait office de gringalet à ses côtés. Saratou possède une autre force. Elle sait ce qu'elle veut, même si, parfois, elle le cache.
Z.H


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.