Mustapha Mezghani - L'Industrie 4.0: une vraie menace pour l'économie Tunisienne    Abassi : la relation du Tunisien avec la banque reste très limitée    Parité hommes-femmes en Tunisie : Au-dessous de la moyenne mondiale    CONDOLEANCES: Emna TRABELSI    REMERCIEMENTS ET FARK: Mongia MOALLA veuve Hédi TARIFA    La STEG réalise un excédent d'électricité    Taux d'intérêt directeur : L'investissement des projets productifs en priorité    Attaque signalée dans le port de Tripoli    Tunisie-Ligue 1: programme de la 16ème journée    Centre d'écoute : Un abri pour les femmes victimes de violence    Après une mise en quarantaine au cours de laquelle ils ont été placés sous contrôle médical : Les Tunisiens rapatriés de Wuhan rentrent enfin chez eux    Bras de fer politico-constitutionnel : Kais Saïed se réunit avec Rached Ghannouchi et Youssef Chahed    Retour sur la célébration du 31ème anniversaire de l'Union du Maghreb Arabe    Meubles Mezghani dévoile ses nouveautés pour 2020    Le couvert végétal n'a pas connu, au 15 janvier 2020, une dégradation malgré le déficit pluviométrique    Après 2 semaines de quarantaine, les internautes rendent hommage à l'héroïsme de Dr. Abdelmoumen    Tentative collective de suicide aux portes de l'ARP    Après le nul du CA face au CSHL : Sens interdit !    CHAN 2020 : le Cameroun, pays-hôte, versé avec le Mali, le tenant marocain affrontera le Togo    Contrepoint | Deux voix, deux joyaux    6e édition du Sicca jazz : Vibrez sur les fusions !    Karaté | En prévision des J.O de TOKYO : Quatuor au tournoi d'Autriche    Handball | Retour sur le derby : Une question de moyens        Amir Ben Yahmed: Pour un capitalisme africain au profit de tous    La Maison de la poésie tunisienne lance un appel à candidature pour sélectionner des volontaires dans le cadre de la manifestation « Mars Poésie 2020 »    Ennahdha renonce au ministère des Technologies, selon Krichi    Programme TV du mardi 18 février    Des missionnaires chrétiens arrêtés à Sousse    Kamel Jendoubi, Khadija Cherif, Lilia Rebaï et Ramy Salhi au Danemark et en Suède, après Bruxelle, pour un nouveau partenariat tuniso-européen    Mohamed Salah Ben Ammar: Le dernier recours!    Suite à un incendie sans grands dégâts, Tarak Ben Ammar : les studios Carthago sont opérationnels    Retour au centre-ville    Conférence de presse: Les droits humains des migrants, victimes des politiques européennes en matière de migration    La Basketball Africa League annonce les 12 équipes qui s'affronteront lors de la Saison Inaugurale, dont l'US Monastir    Santé : 9 Libyens revenant de Chine resteront en isolement pendant 14j en Tunisie avant de retourner à leur pays    Mustapha Kamel Nabli: Abdelwaheb Mahjoub, mon ami de toujours (Album Photos)    Boxe avec les Etoiles – Galaoui … honore la Tunisie    Météo : temps stable    Tebboune : les visites officielles se feront désormais en bus    Libye: « nous n'avons pas de partenaire de paix », déplore le gouvernement    Plongez dans la biographie de l'inégalable artiste-peintre-caricaturiste tunisien si Abdelhamid Hanafi    Pas de mariage pour tous en Russie tant que Poutine est président    Exposition Silhouettes du 15 au 29 février à la Galerie d'Art Alexandre Roubtzoff    RENCONTRE-DEDICACE : « Hend, le prince de Djerdjer » par l'auteur IZA LOU, Librairie Al Kitab Tunis    L'alpiniste tunisien Anis Trimeche au sommet de l'Aconcagua    Monji Ben Raies: «Deal du siècle», deal de dupes    Les extrémistes terrorisaient les habitants : Opération de ratissage près de Ghardimaou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le tourisme saharien n'arrive toujours pas à décoller
Publié dans Le Temps le 03 - 01 - 2009

Le tourisme saharien se développe en Tunisie. Mais en dépit de son originalité et ses spécificités, il n'arrive pas à décoller demeurant ainsi un produit fortement dépendant du tourisme balnéaire. En d'autres termes, il n'arrive pas à s'imposer en tant que produit à part entière.
Il demeure simple tourisme de passage à défaut de liaisons directes suffisantes et d'animation appropriée. Ce tourisme est appelé à évoluer plus car il a ses atouts.
Le Sahara, un mot magique, qui fait rêver et voyager. Le désert en tant que tel est très émouvant on ne peut rester insensible à sa beauté et tout son charme qui incite beaucoup de touristes à y venir. Le Sud tunisien avec plus de 11 000 lits ne cesse d'attirer un nombre important de touristes malgré le peu d'avions mis à la disposition des hôteliers. Mais ce produit touristique n'a pas beaucoup progressé. Il est resté classique malgré qu'il bénéficie d'une promotion à part entière. Et pour cause, nos professionnels n'ont pas beaucoup innové ce produit. Le touriste qui visite le Sahara est toujours appelé à sillonner les oasis, les dunes de Tozeur, Nefta et Douz. A part ces sables émouvants, il se contente de la visite de quelques musées récemment implantés à Tozeur. Ce Sahara a d'autres secrets. Il est plein de vie et d'animation. Mais le touriste ne voit pas ses autres tableaux et produits qui méritent d'être intégrés durant son séjour. Il y a tout d'abord, le thermalisme. Kébili, Tozeur et Gabès disposent de ressources hydriques géothermales importantes qui permettent de soigner et de soulager efficacement de nombreuses pathologies chroniques dont souffrent certains patients (rhumatismes, maladies cardio-artérielles, ORL, allergies). Ces cures thermales constituent une alternative à la prise de médicaments. Elles ont également pour avantage de sortir les curistes de leur contexte habituel et donc d'agir sur leur qualité de vie et leur psychique. Les touristes cherchent toujours l'exotisme et le dépaysement et nombreux sont pour qui le confort des hôtels ne constitue pas la première motivation car comme nous l'a dit Caroline de Lyon « le sud tunisien est très beau mais je ne veux pas rester cloîtré entre quatre murs. Je rêve de vivre une aventure et découvrir cette multitude de paysages fascinants. J'aime passer des moments dans un camping ou prendre part à une caravane au lieu de rester dans ma chambre » Il est vrai que le Sud tunisien offre à ses invités de belles images et tous les ingrédients de l'aventure et des sensations fortes. Le cas du campement Sabria est édifiant. Un refuge aux adeptes du trekking chamelier. On y rencontre aussi des amis de la nature, qui trouvent ici, un endroit idéal pour rêver, se ressourcer et passer une bonne nuit des tentes nomades authentiques. Le Sud, c'est aussi les randonnées à dos de chameaux, les rallyes, les chars à voile, les vols en montgolfière et en ULM.

Plus d'événementiel pour se différencier
Le tourisme saharien demeure un produit porteur. Il fait appel à une clientèle différente du balnéaire mais nécessite une nouvelle approche. Il doit s'enrichir d'autres atouts et se développer par le biais de certains événements et promotions rendues nécessaires par les mutations du marché mondial et la concurrence des pays voisins. L'invitation des stars de la musique et du cinéma, l'organisation de grands spectacles, de marathons, de congrès, sont des facteurs déterminants pour revaloriser notre sahara. Les festivals pourront constituer un bon le créneau d'amélioration du booking mais les organisateurs devront repenser. Le tourisme saharien c'est la magie et la beauté des lieux mais pas uniquement, c'est aussi la possibilité de pouvoir se déplacer et en toute sécurité, et un tas d'autres services comme des bureaux de change, des guides spécialisés, des syndicats d'initiative, des supports présentant les informations utiles pour le touriste sur la région. Or ces services se font rares et là il faudrait multiplier ces outils de communication et d'information utiles pour permettre aux clients de découvrir d'autres produits sahariens. La Tunisie doit se singulariser vis-à-vis des autres pays pour réussir son positionnement dans le marché mondial du tourisme saharien parce qu'elle a des potentialités dont le Sud du pays qui constitue une valeur d'appel et un élément d'ancrage de cette singularité. Le Sahara offre un terrain propice pour mieux se connaître. Mais nos professionnels devront sortir des sentiers battus, proposer de nouvelles idées qui pourront jouer le rôle de locomotive dans la promotion de notre Sahara


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.