L'Union Européenne accorde une aide de 250 millions d'Euros à la Tunisie pour aider à la lutte contre le coronavirus    Suspension de l'émission « Lkolna Tounes » pendant trois mois    Spéculation : Quand « le crime de guerre » reste impuni.    30 nouveaux cas de Covid-19 en Tunisie    CORONAVIRUS NEWS : Le nombre de cas confirmés grimpe à 257 cas en Tunisie    La BAD place un emprunt obligataire social de 3 Milliards de Dollars    Coronavirus : La présidence de la République appelle à soutenir les Palestiniens    Coronavirus | Le Kef : 3 agents de santé contaminés    En vidéo : Découvrez les coulisses de Désinfection des magasins Monoprix    Pas de cas de contamination au coronavirus dans les centres des femmes victimes de violence, de la protection de l'enfance et des personnes âgées    Coronavirus : bientôt une liste complémentaire des détenus à gracier    Earth Hour : éteignez vos lumières... et vos écrans    Coronavirus : l'Espagne bat un triste record mondial    Monopole au temps du Corona : 30 tonnes de semoule découvertes et saisies    Coronavirus | Mahdia : Deux membres d'une même famille contaminés    Coronavirus : "Je manquais d'air", raconte Dybala    Un million de DT de la Fondation BIAT et 200 mille DT de la Fondation Rambourg pour le FRC    Coronavirus : Quelle date pour les demi-finales de la Ligue des Champions et de la Coupe de la CAF ?    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 28 mars à 11H00    Coronavirus – Tunisie : Bassirou Compaoré parle de la situation des joueurs étrangers pendant le confinement    La Tunisie réceptionne ce samedi une importante aide médicale de la part de l'Union africaine – L'aide est financée par une entreprise chinoise privée.    Covid-19 : L'homme le plus riche au monde fait un appel aux dons en faveur de ses employés    Le Président Kais Saïed entre en contact avec ses homologues du Koweït, de l'Egypte, de la Palestine et du Niger    Coronavirus : Mikel Arteta « complètement guéri »    Décès de l'ancien militant et maire de Sfax, Ahmed Zghal    Télétravail à l'ARP : projet de loi sur la délégation de pouvoir au chef du gouvernement examiné    Météo: Prévisions pour samedi 28 mars 2020    Covid-19: Salvini menace de quitter l'UE    Le torchon brûle toujours !    Gantz ouvre la voie au maintien de Netanyahu    Orange Tunisie lance l'option Bon Plan 25 Go à 10 DT    Hamed Karoui disparait à l'âge de 93 ans    Vous êtes trop petits !    La Tunisie entre l'enclume de la pandémie et le marteau de la finance publique    Billet de banque de 10 DT en hommage aux personnels soignants    La FTF va, incessamment, verser les émoluments des arbitres    La récupération après la levée du couvre-feu et du confinement    Al Ahly saisit la FIFA, mais, au juste, à qui la faute ?    Le confinement ne démoralise pas les stars et c'est tant mieux pour les fans !    Comment oublier Uderzo, Goscinny et leurs héros?    Du drame cinématographique à l'humour théâtral    Coronavirus : 144 nouveaux décès en Iran, bilan total de 2.378 morts    Un navire US dans le détroit de Taiwan    La France retire ses troupes d'Irak    Quand les Chinois sauvent la planète Terre    Découvrez le dernier court-matrage de Tarek Sardi : À tribord, je vomis. – To starboard, I vomit. – يمين البكوش    Le Festival Gabès Cinéma Fen 2020 aura bien lieu du 3 au 11 avril…Online!    Hommage à… Manu Dibango, terrassé par le Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le tourisme saharien n'arrive toujours pas à décoller
Publié dans Le Temps le 03 - 01 - 2009

Le tourisme saharien se développe en Tunisie. Mais en dépit de son originalité et ses spécificités, il n'arrive pas à décoller demeurant ainsi un produit fortement dépendant du tourisme balnéaire. En d'autres termes, il n'arrive pas à s'imposer en tant que produit à part entière.
Il demeure simple tourisme de passage à défaut de liaisons directes suffisantes et d'animation appropriée. Ce tourisme est appelé à évoluer plus car il a ses atouts.
Le Sahara, un mot magique, qui fait rêver et voyager. Le désert en tant que tel est très émouvant on ne peut rester insensible à sa beauté et tout son charme qui incite beaucoup de touristes à y venir. Le Sud tunisien avec plus de 11 000 lits ne cesse d'attirer un nombre important de touristes malgré le peu d'avions mis à la disposition des hôteliers. Mais ce produit touristique n'a pas beaucoup progressé. Il est resté classique malgré qu'il bénéficie d'une promotion à part entière. Et pour cause, nos professionnels n'ont pas beaucoup innové ce produit. Le touriste qui visite le Sahara est toujours appelé à sillonner les oasis, les dunes de Tozeur, Nefta et Douz. A part ces sables émouvants, il se contente de la visite de quelques musées récemment implantés à Tozeur. Ce Sahara a d'autres secrets. Il est plein de vie et d'animation. Mais le touriste ne voit pas ses autres tableaux et produits qui méritent d'être intégrés durant son séjour. Il y a tout d'abord, le thermalisme. Kébili, Tozeur et Gabès disposent de ressources hydriques géothermales importantes qui permettent de soigner et de soulager efficacement de nombreuses pathologies chroniques dont souffrent certains patients (rhumatismes, maladies cardio-artérielles, ORL, allergies). Ces cures thermales constituent une alternative à la prise de médicaments. Elles ont également pour avantage de sortir les curistes de leur contexte habituel et donc d'agir sur leur qualité de vie et leur psychique. Les touristes cherchent toujours l'exotisme et le dépaysement et nombreux sont pour qui le confort des hôtels ne constitue pas la première motivation car comme nous l'a dit Caroline de Lyon « le sud tunisien est très beau mais je ne veux pas rester cloîtré entre quatre murs. Je rêve de vivre une aventure et découvrir cette multitude de paysages fascinants. J'aime passer des moments dans un camping ou prendre part à une caravane au lieu de rester dans ma chambre » Il est vrai que le Sud tunisien offre à ses invités de belles images et tous les ingrédients de l'aventure et des sensations fortes. Le cas du campement Sabria est édifiant. Un refuge aux adeptes du trekking chamelier. On y rencontre aussi des amis de la nature, qui trouvent ici, un endroit idéal pour rêver, se ressourcer et passer une bonne nuit des tentes nomades authentiques. Le Sud, c'est aussi les randonnées à dos de chameaux, les rallyes, les chars à voile, les vols en montgolfière et en ULM.

Plus d'événementiel pour se différencier
Le tourisme saharien demeure un produit porteur. Il fait appel à une clientèle différente du balnéaire mais nécessite une nouvelle approche. Il doit s'enrichir d'autres atouts et se développer par le biais de certains événements et promotions rendues nécessaires par les mutations du marché mondial et la concurrence des pays voisins. L'invitation des stars de la musique et du cinéma, l'organisation de grands spectacles, de marathons, de congrès, sont des facteurs déterminants pour revaloriser notre sahara. Les festivals pourront constituer un bon le créneau d'amélioration du booking mais les organisateurs devront repenser. Le tourisme saharien c'est la magie et la beauté des lieux mais pas uniquement, c'est aussi la possibilité de pouvoir se déplacer et en toute sécurité, et un tas d'autres services comme des bureaux de change, des guides spécialisés, des syndicats d'initiative, des supports présentant les informations utiles pour le touriste sur la région. Or ces services se font rares et là il faudrait multiplier ces outils de communication et d'information utiles pour permettre aux clients de découvrir d'autres produits sahariens. La Tunisie doit se singulariser vis-à-vis des autres pays pour réussir son positionnement dans le marché mondial du tourisme saharien parce qu'elle a des potentialités dont le Sud du pays qui constitue une valeur d'appel et un élément d'ancrage de cette singularité. Le Sahara offre un terrain propice pour mieux se connaître. Mais nos professionnels devront sortir des sentiers battus, proposer de nouvelles idées qui pourront jouer le rôle de locomotive dans la promotion de notre Sahara


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.