Démantèlement d'un groupuscule terroriste à Kasserine    L'UIB réalise un résultat net de 117,1 millions de dinars en 2019    Enseignement à distance : Huawei soutient les étudiants tunisiens    Les impacts de la crise actuelle examinés par Fakhfakh    Sérieuses menaces contre Zouheir Maghzaoui    Aïda Caïd Essebsi Fourati    DERNIERE MINUTE – Coronavirus – Algérie : 20 nouveaux décès les dernières 24 heures    Coronavirus : 9 nouveaux cas à la Manouba    Tunisie – Coronavirus: Toutes les délégations de l'île de Djerba désinfectées    Confinement | Hichem Mechichi : la loi sera désormais appliquée dans toute sa rigueur    Angleterre – coronavirus : Liverpool renonce à mettre son personnel au chômage partiel    Coronavirus | Kasserine : Six personnes en voie de guérison    Mercato : pas de contact entre Farouk Ben Mustapha et l'Espérance de Tunis    Installation d'une caméra thermique au Marché de gros de Bir El Kassaa    Coronavirus : Un décès à Sousse    Découverte de failles de sécurité dans l'application de vidéoconférence Zoom: L'ANSI met garde    Coronavirus : les clubs italiens d'accord pour la baisse des salaires, les joueurs se révoltent    Etoile du Sahel : une réunion attendue entre Yassine Chikhaoui et Ridha Charfeddine    Funérailles de Bourguiba : choses vues et entendues…    Pandémie de COVID-19 : L'Agence Universitaire de la Francophonie adopte un plan spécial    OMS: L'Afrique ne sera pas un terrain d'essai pour les vaccins contre le COVID-19    Tennis : confinée à New York, Ons Jabeur passe du tennis à la danse    Météo | Prévisions pour aujourd'hui, mardi 07 avril 2020    Michèle Gazier : Il était une fois Leila Menchari    Les joueurs ont besoin de deux semaines pour être prêts    La FIFA recommande de reporter tous les matches internationaux de juin    "Allez vers les hauteurs…"    L'ONU appelle à la cessation des hostilités en Libye    La recette pour combler un dimanche de confinement    Des délégués et des Omdas se servent les premiers    Baisse dérisoire des prix de certains hydrocarbures    La BCT lance officiellement l'application "Flouss"    Les têtes de Jound Al Khilafa continuent de tomber    Des cours à distance pour les élèves !    Le TAS fixe au 29 mai l'audience de l'appel des Marocains    Wafa Gabsi (Archivart) : « J'essaie d'apprécier autrement les choses simples et… de méditer »    La culture, en arme puissante contre le Covid-19    La culture, un lien qui rapproche et réduit les distances    Elizabeth II aux britanniques: “C'est un temps de disruption dans la vie de notre pays”    Coronavirus : Le nombre de morts repart à la hausse en Italie    Beit El Hikma se dote d'une cellule de veille pour suivre les données relatives au Covid-19    La Fondation Kamel Lazaar lance l'appel à projets “Culture Solidaire”    Olivier Poivre d'Arvor: Leïla Menchari, ma reine de Carthage    Retour sur le décès de la célèbre décoratrice tunisienne Leïla Menchari, emportée par le Coronavirus    Sauvons la Libye : Covid-19, guerre civile, catastrophe humanitaire et désastre financier, face à un silence complice    Au grand bonheur des cinéphiles confinés !    Les USA ne négocient pas avec l'Arabie et la Russie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le désert des idées
Tourisme saharien
Publié dans Le Temps le 16 - 05 - 2009

Le Sahara rime le plus souvent avec un désert de sable, des dunes brunes à perte de vue et une population bien spécifique dite « les nomades ». Mais, le tourisme saharien en Tunisie ne se limite pas uniquement aux simples paysages attrayants, c'est beaucoup plus compliqué que cela.
Il s'agit de mettre en place toute une structure qui détecte les points forts, les points faibles, les opportunités et les tares du secteur pour mieux le développer. L'objectif étant d'établir un diagnostic fiable et objectif permettant de développer et donc de promouvoir le tourisme saharien.
La région saharienne en Tunisie comporte des facettes diversifiées, il s'agit notamment de Ksours et troglodytes de Tataouine et de Matmata, des villages berbères de crêtes, des Oasis maritimes de Gabès et de Zarsis, des Oasis du Jérid de Tozeur et Nefta. Toutes ces zones représentent un véritable gisement de richesses brutes, une assise pour le lancement d'une stratégie de développement du tourisme du Sud. Toutefois, l'exploitation de ces sous-régions n'obéit pas au processus de développement des différentes activités touristiques sahariennes. Et pour cause : le milieu naturel accuse une fragilité extrême et qui n'est pas assortie de mesures d'entretien et de sauvegarde. De plus, les établissements hôteliers de la place déplorent un manque d'équipements et d'animation susceptibles d'entreprendre des activités variées et répondant aux besoins d'une clientèle assez exigeante. En fait, plusieurs, parmi ces établissements pensent que cette manœuvre nécessite un investissement d'un haut niveau alors que la saison touristique dans la région n'est que de courte période. Or, l'enjeu est plutôt de taille : les touristes qui viennent passer un séjour dans la région saharienne sont en quête d'un genre d'activité typique où la découverte est au rendez-vous. Déjà, les prestations des services touristiques des hôteliers de la région sont d'un niveau moyen approximatif même.... Alors que le tourisme constitue l'un des secteurs piliers de l'économie nationale, les opérateurs présents sur le marché tablent sur l'amélioration de leurs établissements aux dépens de la qualité des services qu'ils offrent aux touristes internes comme aux étrangers. La vitesse à laquelle évolue la qualité ainsi que la quantité des services demeure très lente sachant qu'une proportion non moindre des touristes étrangers cherche en prime les activités d'animation dont disposent les hôtels dans le Sud.
En outre, la région saharienne n'est pas marquée autant que souhaité d'événements typiques à la région mettent en exergue la culture et la tradition tunisienne recherchées par les touristes étrangers. Ce genre de manifestations ne représente pas un investissement colossal, malgré l'impact qu'il peut avoir un poids conséquent sur la promotion du tourisme dans la région. A ce titre, si cela fait défaut c'est en grande partie dû à l'absence d'une politique commerciale commune engagée par les opérateurs de la place. Celle-ci doit viser à mettre en avant les produits touristiques du Sud auprès des Tours Opérateurs étrangers.
Autres défaillances du tourisme saharien tunisien, c'est l'organisation des excursions et des circuits au profit des touristes. En effet, les conditions dans lesquelles est effectué ce genre d'activité ne favorisent point le confort, qui demeure un besoin imminent pour les bénéficiaires de ces services. Les circuits sont conçus sur la base de parcours longs qui nécessitent un temps de visite approprié.
Par ailleurs, la communication est quasi-absente dans le processus de promotion du tourisme saharien. Il n'existe pas de stratégie de communication étoffée qui mette l'accent sur les points forts et les atouts de ce genre particulier de tourisme et qui s'adresse à une clientèle très bien ciblée.
Par ailleurs, la négligence relativement affirmée des prestations de service peut conduire à la dégradation de l'image de la région du Sud et par ricochet elle entraîne l'insatisfaction des touristes étrangers. A cela s'ajoute le risque d'installation de la pratique du bradage des prix dans la région engendrant une situation conflictuelle du tourisme saharien telle que cela a été le cas pour le tourisme balnéaire. Cette situation peut très vite devenir compromettante pour le tourisme du Sud avec l 'émergence de nouvelles régions (Algérie et Maroc) aux facettes plus attrayantes que celles de la Tunisie.
Puis, dans la foulée, il importe de mener une politique nationale qui fasse prévaloir des investissements étrangers à même de mener des projets valorisant du tourisme saharien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.