Le niveau élevé de la criminalité inquiète Kais Saied    Tunisie: 05 nouvelles infections au coronavirus dépistées à Kébili    Coupe de Tunisie : Les arbitres des demi-finales    Hichem Mechichi n'est pas favorable à un nouveau confinement des Tunisiens    Deuxième vague SARS-CoV-2, l'Humanité prise en otage    Lancement du projet "Musées pour Tous" au musée archéologique de Sousse    ITCEQ : la corruption, principale contrainte du climat des affaires    Mechichi remet l'ALECA à nouveau sur la table    Tunisie: L'INLUCC dénonce des actes de représailles contre un dénonciateur d'un cas de corruption    Tunisie: Mourad Khechine porte plainte contre le chef du gouvernement Hichem Mechichi    Comment Mechichi compte ‘'mettre en valeur la diplomatie tunisienne, lui laisser plus d'initiatives et lui donner plus de moyens'' (Album Photos)    Tunisie: Coup de filet dans le milieu terroriste avec 19 interpellations    Médaille d'argent à STELLA GOLD au concours World Beer Awards 2020    ZAAMA: Un programme de débats télévisés qui transmet les voix des jeunes tunisiens    Exposition "Arkan" du calligraphe Meen One : vernissage officiel le 7 octobre à la Maison de Tunisie à Paris    Des animations et des promotions exclusives pour les 10 ans d'Orange Tunisie    Qu'en est-il de la pression italienne sur la Tunisie dans le dossier de la migration ?    Foot-Supercoupe de Tunisie: L'Espérance de Tunis remporte son 2e titre et garde la Coupe de Tunisie    USL Championship : Radhi Jaïdi fait l'exploit    Capteur Intelligent IA-Améliorée d'OPPO : une nouvelle ère dans la technologie des smartphones    Tournoi de Sibiu : Malek Jaziri passe en huitièmes de finale    Coronavirus: Habib Ghedira appelle à la fermeture des espaces ne respectant pas le protocole sanitaire    Tunisie – météo : Des pluies orageuses attendues sur plusieurs régions    Khalil Lahbibi, président-fondateur de «Blech Esm», à La Presse : «Nous tenons à sensibiliser sur l'état délabré des constructions»    Les indiscrétions d'ELyssa    L'invité du lundi | Sami Saïdi (nouveau sélectionneur national) : «Une mission qui me passionne déjà...»    L'OMMP appelle à respecter les tarifs d'amarrage, de désamarrage et de garde des navires fixés par l'arrêté ministériel du 27 août 2020    D'un sport à l'autre | Boxe : Dakhlaoui dispute le titre intercontinental    Tunisie : 4 tentatives de migration clandestine vers l'Italie déjouées    Le magazine "Finances et développement" met l'accent sur le billet de banque à l'effigie du Dr Tawhida Ben Cheikh    Covid-19 : 996 nouveaux cas de contamination et 4 décès supplémentaires, le bilan de deux jours    Handball | Demi-finales de la Coupe de Tunisie : Espérance et Sakiet Ezzit heureux lauréats    Mise à mal par les impayés des entreprises publiques, l'ETAP est aussi pénalisée par le ministère des Finances    Plus de 1,5 million de Tunisiens exercent dans le secteur informel    Le marché boursier clôture la semaine sur une note positive    Marseille (OM) vs (LOSC) Lille en direct et live streaming : comment regarder le match ?    A paraître aux éditions Cérès: «Hamed Karoui, une vie en politique»    Kamel Chaabouni: Et si la Tunisie adhérait à l'union des Etats-Unis d'Amérique !    L'écrivain italo-tunisien Alfonso Campisi décoré par le président Matarella    Ammar Mahjoubi: pourquoi le mot manichéisme a-t-il une connotation péjorative ?    Mohamed Larbi Bouguerra: -Deal- du Siècle ou cynisme ehonté ?    L'ONU tire la sonnette d'alarme sur l'aide humanitaire    Russes et Turcs proches d'un accord sur la Libye    Le niet du Hezbollah et du mouvement Amal    «Don Quichotte...» à l'ouverture de la saison du théâtre    La Russie salut la décision libyenne de reprendre le commerce du pétrole    2000 migrants irréguliers algériens sont entrés en Espagne depuis le début de 2020    Libye: Haftar annonce la reprise de la production et de l'exportation du pétrole après 7 mois de blocus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le soleil, la mer et le bistouri
Tourisme de santé
Publié dans Le Temps le 30 - 06 - 2009

Notre pays est en passe de devenir un géant mondial du secteur. Le low -cost fait un tabac. Les chirurgiens étrangers font la moue...
C'est un business qui ne connaît pas de crise. Un secteur qui représente, selon les chiffres de l'année 2008, 5% des exportations de services et 25% des chiffres d'affaires des cliniques.
Le tourisme médical fait fureur en Tunisie auprès des étrangers. Une destination phare de services chirurgicaux esthétiques à des prix défiant toute concurrence. Ce tourisme a pris son vol et on peut même qualifier la Tunisie d'un véritable supermarché de la santé. 100000 patients étrangers ont été accueillis en Tunisie en 2008. Il y en a même qui s'inscrivent pour retour. Les spécialistes ont visiblement fait du bon boulot. Le tourisme médical devient presque une marque de fabrique de la Tunisie. Nous avons rencontré M. Amor Déhissy, gérant de l'agence de tourisme médical « Estetika Tour », le premier à avoir initié le tourisme médical en Tunisie, Dr. Mehdi Chennoufi, chirurgien esthétique et Mme Elizabeth Penaude, une patiente venue du Canada pour une plastie mammaire.
N'allez surtout pas croire que faire du tourisme médical une réussite en Tunisie était une affaire simple. Beaucoup de paramètres entraient en équation et le principal : comment conquérir une cible européenne exigeante ? À première vue, la première explication qui viendrait à l'esprit est celle des prix. Car, on dit de la Tunisie que c'est « la destination du low-cost ». En France, par exemple, certaines opérations ne sont pas couvertes par la Sécurité sociale et puis leurs coûts est hors de la portée de tout consommateur. Or, la chirurgie esthétique n'est pas une question d'une obligation, c'est devenu une nécessité capitale : l'apparence physique entre en ligne de compte à plus d'un titre. Dans un entretien de recrutement, une personne peut carrément être recalée pour un défaut physique.

La confiance, d'abord
M. Amor Déhissy nous parle de ses débuts : « au départ c'était très difficile de pouvoir trouver un marché. Le tourisme médical n'existait pas encore en Tunisie, et il n'y avait pas de référence qui pouvait attirer des patients étrangers malgré tout le progrès que la médecine en Tunisie a réalisé. Toute la difficulté a consisté dans le fait d'instaurer la confiance dans ce secteur. Ainsi on devait convaincre une première personne à venir se faire opérer en Tunisie et montrer l'exemple. Vous pouvez mettre le prix que vous voulez si la confiance n'y est pas, jamais vous ne pourrez attirer personne.»
Dans plusieurs reportages effectués par des médias français, un atout est mis en avant et représente aux yeux de tous la première motivation des patients : le prix. En effet, les coûts des interventions sont de 30 à 50% moins chers qu'en France. « La Tunisie est la destination la plus prisée, c'est celle du « low cost » et celle des pourvoyeurs des moindres charges » nous a précisé Dr Mehdi Chennoufi. Toutefois, M. Déhissy soutient une autre théorie : « non, ce n'est pas vraiment une question d'argent. Si je vous dis d'aller vous faire faire une liposucions au Sénégal par exemple à un prix très bas, est-ce que vous le feriez ? Sans doute non. Pour la santé, il n'y a pas que le prix qui compte, c'est une condition nécessaire mais pas suffisante. » Et d'ajouter : « en France ils ne peuvent pas se faire opérer à cause des prix exorbitants tandis qu'en venant en Tunisie, ils profitent d'une chirurgie esthétique ou réparatrice en plus d'une semaine de vacances au soleil. » Le gérant de l'agence « Estetika Tour » nous a expliqué qu'il existe en fait deux périodes : la première consiste à établir la confiance, la deuxième est celle où on commence à parler prix. Il nous a fallu trois ans pour établir un capital de confiance, ensuite c'était surtout un coup de chance. En effet, les médias français se sont emparés de l'affaire et ils nous rendent crédibles sinon cela aurait pu prendre plus de temps. Mais, il existe une proportion de gens qui sont tellement mal dans leur peau à cause d'un défaut esthétique qu'elles en deviennent même obsédées et du coup elles perdent la notion du danger. « Sauf que si elles en sont à ce stade elles peuvent à la rigueur accéder à un crédit bancaire pour se payer la chirurgie qu'elles veulent et sans pour autant prendre des risques. » dixit M. Déhissy. Qu'en est-il, par ailleurs de la concurrence en Tunisie ? Comment les agences spécialisées se partagent-elles le marché ?

Franchir le cap
« J'étais en plus seul sur le marché et au bout de trois ans, une vingtaine de nouvelles agences spécialisées dans le tourisme médical se sont installées dans le marché. Mais, ces dernières n'ont pas eu de problème pour se lancer puisque le capital « confiance » était déjà implanté. De fait, aujourd'hui, le prix est devenu un critère de choix significatif. » Nous a précisé M. Déhissy. Ce dernier n'a pas beaucoup attendu lorsqu'il s'est rendu compte de l'opportunité qui s'offrait : « je suis un professionnel du tourisme, je connais très bien le domaine et j'ai entendu beaucoup parler du tourisme médical. Ceux qui le faisaient n'ont pas osé franchir le cap, alors moi je l'ai fait. Parce que je n'ai aucun complexe vis-à-vis de l'étranger, j'estime que nous pouvons traiter avec l'Europe, par exemple, d'égal à égal. Et puis j'avais beaucoup d'amis médecins dont des majeurs de promotion. Ensuite, le comment faire était le plus difficile. Et pour cette raison, je suis allé voir comment cela se passait dans d'autres pays, notamment en Afrique du Sud qui avait une longueur d'avance afin de comprendre le mécanisme. A ce niveau, le monde transparent de l'Internet chez les anglo-saxons m'a permis d'accéder à l'information. Et puis, j'ai adapté le processus aux conditions tunisiennes et donc c'est vrai que l'on a rien inventé, tout existait déjà. J'ai découvert tout un monde, toute une industrie énorme. C'est un secteur qui a un taux de croissance de 20% par an. » Quant aux débuts du Dr Chennoufi dans cette industrie, ils ont été orchestrés par son rythme de vie : « j'ai une double fonction en France et en Tunisie pendant deux ans. Depuis je me puis presque définitivement installé en Tunisie, et je travaille beaucoup avec des patients qui viennent de l'étranger. La majorité des patients proviennent de l'Europe sauf quelques cas de l'Amérique du Nord et très peu des USA. »

Le secteur du tourisme médical est certes en plein boom, mais cela n'est-il pas passager ?
« Il ne s'agit pas d'un phénomène de mode non plus mais d'une tendance. Nous faisons les opérations qui ne sont pas couvertes par la sécurité sociale tellse que l'obésité, et la greffe de cheveux. » Le Docteur Chennoufi, quant à lui, le confirme : « c'est une activité qui est en pleine expansion en Tunisie en ce moment. Je ne pense pas que les autres pays soient au même niveau de développement et je pense notamment au Maroc. »
Par ailleurs, certains patients, une fois qu'ils ont regagné leurs pays, déplorent un état dégradant des suites de complications. Lorsqu'on a demandé à M. Déhissy, son avis à propos des ratages ou des complications qui peuvent survenir et comment assure-t-il le suivi de l'état de leurs patients, il nous a répondu : « les ratages représentent les opérations qui ne peuvent pas être corrigées, on n'a enregistré aucun cas en Tunisie. Puis, il y a les résultats insatisfaisants lorsque le patient aspire à quelque chose mais finit par trouver un résultat différent. Et concernant les complications, elles peuvent se produire dans n'importe quel type d'opération, nous prenons toutes les précautions nécessaires, nous travaillons avec des chirurgiens compétents et de renom, nous ne prenons pas de risque inutile. Aussi, si un patient nous demande une opération qui nous est difficile voire impossible, nous refusons de le faire. » Le Docteur Chennoufi a été avantagé par son cursus universitaire et professionnel sur ce plan : « je suis régulièrement mes patients et il y en a même ceux qui reviennent me voir. Les patients insatisfaits sont assez rares, toute chirurgie implique des complications et le patient le sait. Nous n'avons pas eu de complications graves en tous les cas. En fait, il faut procéder à une sélection des patients afin de ne pas tomber dans le piège d'un cas compliqué difficile à opérer ou qui entraîne éventuellement des insatisfactions et préserver ainsi la qualité des soins. Il faut aussi s'assurer que toutes les conditions autour de l'opération soient assurées pour garantir un minimum de sécurité. Ensuite, on est dans une obligation de moyens et non pas de résultats. C'est ce qu'on appelle une chirurgie de renfort et pas celle d'obligation. Il m'est arrivé de refuser d'opérer des patients qui n'avaient pas l'indication nécessaire. Pour préserver ce créneau, il faut être très vigilant par rapport à cela. » Après l'opération, les patients n'ont que deux ou trois jours pour récupérer, cela est-il suffisant ? « Nous prévoyons tout dans ces cas là. Nous faisons en sorte que le séjour soit suffisant et pour l'opération et pour le rétablissement. D'autant plus que les patients à leur retour peuvent consulter des médecins dans le cas où ils soupçonnent quoi que ce soit. D'ailleurs, certains médecins français en l'occurrence nous envoient même leurs patients pour les opérer parce qu'ils ont confiance dans nos compétences. » a déclaré le gérant d' « Estetika Tour ». En revanche, le chirurgien esthétique avance une autre configuration : « j'ai la chance d'avoir beaucoup d'amis médecins en France, avec lesquels j'ai travaillé et c'est l'avantage d'avoir travaillé à l'étranger. Ils acceptent de recevoir mes patients en consultation sans aucun problème. Malheureusement, ce n'est pas le cas pour tout le monde. Car, en France, par exemple, il y a une vague hostile qui est très virulente à notre égard. Cela se comprend, parce que les patients préfèrent se faire opérer une Tunisie et cela leur fait moins de patients.
Moi je l'ai vécu personnellement, ils sont carrément très fâchés du fait que des Tunisiens viennent faire des études en France et repartent opérer en Tunisie. Alors, les patients, une fois rentrés, ne sont pas toujours les bienvenus, il y en a même ceux qui ont été délaissés. »
Les opérations les plus pratiquées n'impliquent pas une prise de risque considérable. Il s'agit des opérations les plus classiques telles la liposuccion, l'augmentation mammaire, la rhinoplastie, etc. Dr Chennoufi nous le confirme : « les interventions les plus pratiquées sont celles qui s'adressent à des adultes jeunes. Soit des femmes qui, après une grossesse, viennent redonner un coup d'éclat à leur silhouette, soit de jeunes patientes qui demandent une augmentation mammaire. Aussi, les séquelles de grossesse et beaucoup de cas de localisation de graisse. La lipoaspiration je la pratique deux à trois fois par semaine. Et bien sûr, il y a les opérations de rajeunissement du visage. J'opère entre dix et douze patients par mois. Il faut savoir que cette activité observe une hausse surtout à l'approche de la saison estivale. Donc pour une moyenne à l'année ce sera cinq à six. »
Nous ne pouvions certes pas négliger de demander à une patiente son avis et sa motivation de venir se faire opérer en Tunisie. Elizabeth Penaude nous a confié : « j'en avais entendu parler chez moi au Canada à travers un reportage sur la chirurgie esthétique. Je m'intéressais déjà à cela depuis un moment et puis je me suis lancé à chercher sur Internet des informations. Ce qui m'a motivé à venir me faire opérer en Tunisie c'est le prix. Car, au Canada, je n'aurai pas pu m'offrir cette opération. Avec ce que j'ai vécu, je n'ai jamais été malade de ma vie, et puis je ne crois pas que ça ne peut pas être pire. Je me sens en confiance et si je devais revenir je referai les mêmes choix. »
Patient ou client ? La question demeure soulevée. Des médecins français, en l'occurrence qualifient le tourisme médical d'industrie de la santé qui s'éloigne de plus en plus de la profession de la médecine. Les acteurs de ce secteur portent la blouse d'un commerçant, les chirurgiens sont compétents et n'ont rien à envier à leurs pairs européens mais c'est la fuite des patients vers une destination low cost qui continue à poser problème. Souci de la santé du patient ou souci d'un filon qui leur file entre les mains, les médecins étrangers sont sceptiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.