Le Musée de la Monnaie de la Banque Centrale de Tunisie passe à l'ère digitale avec le soutien de l'Ambassade de Suisse    Le scandale des vaccins que la présidence veut étouffer    Ephéméride : Le 1er mars 1924, Mohamed Daghbaji lança la révolte contre l'occupation française    Saïed : « Les Sommets de la Francophonie et de la TICAD posent de nouveaux défis pour la Tunisie et l'Afrique »    Kaïs Saïed reçoit les Chefs des missions diplomatiques africaines accréditées à Tunis    Carthage : Université Entrepreneuriale    « En cas de détection de nouveaux variants du coronavirus, la Tunisie sera confrontée à une 3e vague de la pandémie »    Le jeune YouTubeur Fekrinho retrouvé mort à Oran    Ben Ticha : Des nahdhaouis sont venus en avion pour participer à la manifestation    Abdelkarim Harouni : Kais Saied doit accepter que les nouveaux ministres prêtent serment    Le gouvernement doit s'excuser    Championnat du monde d'Aviron en salle : Les rameurs tunisiens raflent 5 médailles    Ensemble, Nouvelle Valeur : Rendre les centres de données plus écologiques et plus respectueux de l'environnement    Real Madrid vs Real Sociedad: chaines qui diffusent le match de Liga Espagnole    Le SYNAGRI appelle à la mise en service de l'unité de séchage du lait    Tunisie: L'Isie sous la loupe de la Cour des comptes    Blocage politique inédit : Ego, rien que de l'ego !    Les Etrangers pourront bientôt devenir propriétaires sans recours aux autorisations    Hamma Hammami : Je n'ai pas un frère qui s'appelle Rached    Covid-19 | Nabeul : 2 décès et 26 nouvelles contaminations    Les Volants d'Or 2020 de TOTAL : Les meilleures du Secteur automobile en Tunisie à l'honneur !    Officiel en Algérie : Le parlement sera dissous aujourd'hui    Vaccins distribués aux hauts responsables en Tunisie, des députés exigent une enquête    Appel à développer la recherche scientifique sur les maladies rares    Tunisie – Soldes 2021: Les ventes ont chuté en boutiques et prospèrent en ligne    Mechichi inaugure le 2ème centre technologique "Elife" à Béja    Ligue 2 | 5e journée – Groupes A, B ET D : Aouichaoui, bourreau du SG    Tunisie – météo : Brouillard le matin et températures stables    Aucun site classé patrimoine mondial depuis 1997, Habib Ben Younes tire la sonnette d'alarme    "Je découvre mon pays" un projet culturel ambitieux en Tunisie soutenu par le programme "Tfanen"    Sidi Bouzid : Avancement des travaux réaménagement du parc de la cité El Khadra        CAN U20 | Demi-finales – Ouganda-Tunisie (Ce soir A 20h30) : L'histoire s'écrit ce soir !    D'un sport à l'autre    Habib Bouhaouel nous quitte : un journaliste de talent et un caricaturiste redoutable    CAN-U20 : programme des demi-finales    Foot-Europe: le programme du jour    Exposition personnelle d'Ismaïl Bahri à la galerie Selma Feriani: Chroniques de l'invisible    Groupes criminels, des "bandits" ou Boko Haram ?    Facebook rétablit l'accès aux contenus d'actualité en Australie    Des frappes en Syrie tuent 22 miliciens pro-Iran    Le leader du courtage en assurance et réassurance, Aon Tunisie, change de nom et devient ARS Tunisie    Penser l'histoire et la religion    Les trois religions à l'unisson    « ADN » de Maïwenn à l'Institut français de Tunisie: Une quête de descendance    « Shayatine » de Amel El Fargi et Wael Merghni: Ecritures croisées, territoire commun    Mort d'avoir bu... trop d'eau?    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





250 places pour 5 passagers seulement !
Express Tunis Béja
Publié dans Le Temps le 10 - 01 - 2010

Les lignes ferroviaires vers le Nord-ouest tunisien ont longtemps constitué le maillon faible de la SNCFT. Cette année, les voyageurs en direction de Béja, Boussalem et Jendouba ont bénéficié de la mise en service d'un nouveau train-express très confortable qui effectue un aller-retour quotidien entre la capitale et ces trois stations. Le départ de Tunis a lieu à 6 h 30 du matin et le train rentre à la grande gare de Barcelone à 17 h 30 au plus tard.
Le nouvel express ne s'arrêtant qu'à quelques rares stations de la ligne Tunis-Ghardimaou, chacun de ses voyages dure en principe deux heures 25 minutes, soit une demi- heure de moins que pour un train ordinaire de la même voie. On commence, Cependant, déjà à se rendre compte des inconvénients que présente cette récente réalisation.
Le premier problème concerne les horaires de l'express et le coût de ses places. En effet, le voyage du matin s'effectue une demi-heure seulement avant le départ du train normal et comme la différence de prix des billets ici et là dépasse les 2 dinars, les voyageurs préfèrent prendre le train ordinaire qui n'enregistre en fait que peu de retard par rapport à l'express.
L'autre inconvénient est d'ordre infrastructurel : la ligne Tunis-Ghardimaou donne lieu à plusieurs croisements entre trains partants et trains rentrants. Cela oblige à prévoir au moins deux escales plus ou moins longues quelque part entre les deux stations terminales. Pour un train " rapide ", cela équivaut à 10 minutes de retard au minimum. Conséquence prévisible de ces arrêts forcés et inévitables : le trajet est effectué en presque autant de temps sur un train express que sur un train normal. La désaffection que subit actuellement le train rapide s'explique donc tout naturellement par ces deux facteurs qui annulent en définitive tout avantage que l'express était censé avoir sur le train ordinaire.
Huit passagers pour 20 places
Dimanche dernier, nous avons pris un billet aller-retour à destination de Jendouba au prix raisonnable de 17 dinars. Le confort des sièges, la propreté des voitures, le bon état des appareils de climatisation et surtout l'absence totale de bousculade à bord, valaient bien cette somme. De plus, le voyage n'a duré que deux heures 15 minutes, ce qui représente un véritable record de vitesse sur cette ligne. Mais le nombre des passagers ne dépassait guère 10 par voiture. Au retour non plus, il n'y avait pas foule dans les wagons : à peine un ou deux passagers de plus qu'à l'aller. Le convoyeur nous a même révélé que la veille et l'avant-veille, c'est-à-dire samedi et vendredi 26 et 25 décembre, l'express avait transporté entre 5 et 8 voyageurs. Imaginez un train de plus de 250 places qui consomme des centaines de litres de mazout et qui emploie plusieurs agents et techniciens pour seulement cinq personnes. La faute à qui avons-nous demandé au convoyeur ? Celui-ci imputa le peu de rentabilité aux facteurs que nous avons évoqués plus haut, à savoir le mauvais horaire et le surnombre de croisements sur la voie. D'après lui, l'actuelle période de vacances n'entre pas du tout dans les raisons de la désaffection. " Même en dehors des vacances, les recettes sont très faibles, a-t-il ajouté. " Pour lui : " les passagers ont tort de préférer la grande bousculade sur un train normal à un voyage aussi paisible et aussi confortable que le nôtre. Certes, ils épargnent 2 ou 3 dinars, mais c'est seulement sur le tarif le plus bas pratiqué sur le train normal. Notre tarif unique équivaut en fait au prix de la première classe dans un train ordinaire. "
La solution existe
Faut-il pour autant se passer définitivement des services de cet express et condamner les voyageurs du Nord-ouest aux voyages torturants des trains normaux ? A l'heure des grands projets de rénovation et de modernisation entrepris sur toutes les lignes ferroviaires du pays, ce serait un grand pas en arrière.
La ligne Tunis-Ghardimaou est d'habitude l'une des plus rentables malgré les très nombreuses lacunes, défaillances et défectuosités qu'on y déplore. On devrait penser à y engager des travaux similaires à ceux entrepris, il y a quelques années, sur la ligne reliant la capitale à Sfax et ce, pour au moins réduire le nombre de croisements possibles entre les trains. Il est certain que le projet sera très coûteux et prendra plusieurs années, mais il récompenserait une clientèle des plus fidèles et des plus patientes. De plus, il contribuerait à une meilleure rentabilité des trains soi-disant rapides.
Le jour où le passager de l'express mesurera concrètement le gain de temps qu'il réalise en prenant un train rapide, il ne lésinera pas sur les moyens pourvu que son voyage s'effectue dans des conditions dignes du troisième millénaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.