Tunisie – Démarrage de l'exploitation du champ gazier Nawara dans quelques semaines        Cogite partenaire régional de RiseUp Egypte pour la compétition Pitch by the Pyramids    Tunisie- Youssef Chahed revient sur les raisons de sa défaite au premier tour de la présidentielle    Programme TV du vendredi 20 septembre    Championnat du Monde du Couscous 2019: L'EPI D'OR soutient 3 chefs tunisiens    TASDIR+: Lancement de Son 4ème Appel à Candidatures sous le thème La conquête des marchés extérieurs    CS Sfaxien : le Malien ‘Chato" officiellement qualifié pour le match face à la JS Kairouan    La circulation du métro sur une seule voie entre Bab Saâdoun et Essaîdia    Tunisie- Youssef Chahed appelle Zebidi à tourner la page des élections présidentielles    JMC 2019: ERKIZ HIP HOP    Le Conseil Supérieur de la Magistrature prend au sérieux le conflit entre Avocats et Magistrats    Concertations entre le Président de la République et le Chef du Gouvernement    Sousse: Lancement du Centre d'Innovation et de Développement de Compétences en Industrie 4.0 de Novation City    Youssef Chahed explique les raisons de sa défaite à l'élection présidentielle    Aménagement de la Boucle Centrale du métro léger de Tunis et du pôle d'échanges multimodale de la place de Barcelone: Bouclage du financement du projet    Lancement des smartphones Redmi Series en Tunisie    Match amical: Tunisie – Cameroun le 12 octobre à Radès    Tunisie: Evolution exceptionnelle des indicateurs relatifs aux revenus du tourisme    Le président de l'association Shams annonce son soutien à Nabil Karoui    La BCT annonce des réserves de devises de 18327 millions de dinars couvrant 103 jours d'importations    CITROËN OUVRE SES PORTES A GAFSA !    K2 Rhym révèle les derniers mots de ben Ali avant sa mort    Un député français : Ben Ali était un dictateur comme tous les dirigeants arabes    L'UGTT condamne ''l'agression'' contre le collectif de défense de Belaid et Brahmi    Le Tribunal administratif annonce avoir reçu 6 recours en Appel concernant les résultats préliminaires de l'élection présidentielle    Tunisie – VIDEO : Le comité de défense de Belaïd et Brahmi accuse !    Evènement du Compact with Africa : [email protected]    Tunisie : Zine El Abidine Ben Ali n'est plus    Opération anti-terroriste menée par Interpol en Tunisie    Journée Européenne des Langues 2019 en Tunisie le 25 septembre (Programme)    JTC 2019 : Prolongation du délai de dépôt des candidatures au 25 septembre    Classement FIFA : la Tunisie conserve sa 29e place mondiale    QUAND LE CIEL SE MIT A CRIER    Club Africain : la FIFA sanctionne l'équipe à nouveau    Tunisie – Météo : Ciel nuageux avec quelques pluies sur le nord et le centre    Ligue 1 [Vidéo] : Le public sportif évalue le mercato d'été et les chances des clubs dans le championnat    Projection du film Tunisien “Fataria” dès le 25 septembre (B.A. & Synopsis)    Football : Programme TV de ce jeudi    « MBC5 – Cinq": La nouvelle chaîne satellitaire de divertissement familial exclusivement dédiée aux pays du Maghreb    Run In Carthage 2019, 5ème Edition dimanche 29 septembre    En vidéo : MBC Cinq, la nouvelle chaîne dédiée aux pays du Maghreb    Le sommet et le forum économique Russie-Afrique    4 prix pour la Tunisie à la Mostra de Venise    Confirmation du décès de l'Adjudant-chef de la Garde nationale Najiboullah Cherni dans les affrontements de Hydra    Corée du Nord- Pyongyang effectue de nouveaux tirs de missiles    Mohamed Ali Chihi – Ambassadeur de Tunisie à Moscou – décoré de la médaille de la Coopération russe    Fin de la cavale du meurtrier de Farès, le jeune serveur tunisien d'origine Djerbienne tué par balles pour un sandwich    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« La Révolution c'est le mérite exclusif des jeunes cyberdissidents » !
En marge de la Journée Mondiale de la liberté de la presse - Larbi Chouikha, enseignant à l'IPSI et membre de l'Instance nationale pour le secteur de l'information et de la communic
Publié dans Le Temps le 04 - 05 - 2011

A l'occasion de la célébration, hier, de la Journée mondiale de la presse, nous avons invité M. Larbi Chouikha, professeur à l'Institut de presse et des sciences de l'information et membre de l'Instance nationale pour le secteur de l'information et de la communication. Il nous parle de cette première célébration après la Révolution, du rôle des jeunes et des nouvelles technologies dans la chute du régime de Ben Ali. Interview.
* Le Temps : C'est la première célébration de cette Journée après la Révolution. Qu'elles sont vos impressions ?
M.Larbi Chouikha : C'est avec émotion que je participe ici à cette célébration. Avant on fêtait cet événement avec les militants de la Ligue tunisienne de Défense des droits de l'Homme et les militants de l'Association Tunisienne des Femmes démocrates et avec quelques personnalités indépendantes dans la discrétion et sous haute surveillance policière si on n'est pas carrément interdits de se réunir. J'espère que ce souffle de la liberté s'élargira.
* Cette Révolution spontanée a surpris même les observateurs les plus avertis et elle a précipité en 28 jours la chute du régime de Ben Ali. Comment vous l'expliquez ?
- Il ressort qu'en Tunisie, depuis trois ans, le développement du réseau social numérique Facebook est l'un des faits les plus notables de l'évolution de l'usage d'internet dans notre pays. Cette nouvelle « arène médiatique » a contribué à la mobilisation de l'action. Donc, avec le développement des réseaux sociaux et l'accroissement des internautes, le web est devenu un espace autonome d'expression et de socialisation politique d'une partie de la jeunesse tunisienne. Les technologies de communication comme Internet et le portable, ont contribué à précipiter la chute du régime de Ben Ali. Mais les prémices de cette « Révolution numérique » ne remontent pas au 17 décembre 2010 mais aux années 2000 avec l'apparition des premiers sites cyberdissidents.
* Les principaux acteurs de cette Révolution sont donc les jeunes ?
- Oui, le grand mérite revient à ces jeunes qui ont su utiliser les technologies de la communication abondamment en déployant des méthodes d'action et un discours radicalement opposés à ceux de leurs aînés. Chercheurs et acteurs politiques ont longtemps sous-estimé les nouvelles formes de politisation qui gagnaient la jeunesse tunisienne et notamment les diplômés de l'université. Le constat qui s'est imposé ces dernières années en Tunisie se fonde sur le fait que dans une situation de verrouillage persistant des espaces d'expression et de paralysie de la vie politique, l'usage d'internet devient plus intense et se généralise à toutes les couches sociales. Il supplante même les médias traditionnels et se mue en instrument de contestation contre le régime.
* Les réseaux sociaux et les sites de cyberdissidents tunisiens ont donc ouvert la voie à un nouveau processus collectif d'énonciation des enjeux du mouvement protestataire ?
- Oui, par le truchement du réseau social le plus prisé, Facebook et le recours aux TICS ces jeunes développement des formes d'actions et de mobilisation qui seront relayées dans la vie quotidienne et réelle par les manifestations de rue, des mouvements de grève, des attroupements devant les bâtiments publics, le scandement des slogans etc… tout passait par eux. Du virtuel on passe au réel. Et ces nouvelles formes de contestation abondamment utilisées par les jeunes, auguraient l'amorce d'une révolution générationnelle qui s'esquissait déjà à travers les formes d'actions et les discours qu'ils déployaient. Ceux-ci s'opposaient nettement à ceux de leurs aînés par la radicalisation des termes, la dénonciation systématique du régime et surtout, par l'appel à la rupture totale et irréversible avec lui : Ben Ali, dégage.
* Quel rôle jouent ces réseaux sociaux, aujourd'hui ?
-Aujourd'hui, en cette période de transition ils investissement l'espace public et s'érigent en véritable acteur de la vie publique. Animateurs et utilisateurs s'en servent abondamment pour critiquer, dénoncer, révéler, tourner en dérision des mesures gouvernementale et persifler des personnages en vue.
* Faut-il avoir peur de ces réseaux ?
-Tout d'abord, un réseau social numérique se définit par trois caractéristiques. 1/ C'est un processus de subjectivation qui réagit comme interaction entre des individualités. 2/ C'est une puissance d'accélération et d'intensification très forte pour des événements qui émergent en situation de crise aiguë qui affecte la société ou un groupe d'individus. 3/ Sa singularité est qu'il est contre toute forme de monopole.
Il convient donc de signaler, d'une part, qu'il ne s'agit que d'une technologie et comme toute technologie, elle ne peut, à elle seule, provoquer des changements sociaux notoires, mais dispose cependant de sources suffisantes pour les accompagner, les cristalliser quand les relais traditionnels de mobilisation font défaut.
D'autre part, toute tentation à vouloir les régenter est, non seulement, inadmissible, mais produira de surcroît des effets inverses à l'image de ce que nous avons pu observer ces derniers temps dans plusieurs pays arabes. Le succès des réseaux sociaux numériques est une réaction à l'indigence des médias traditionnels et au rétrécissement des espaces d'expression.
Interview réalisée par Néjib SASSI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.