La JICA célèbre la 1ère promotion d'ingénieurs de l'ENSTAB de Borj Cedria    Youssef Chahed refuse la démission des ministres Afek    La crise libyenne objet de la réunion tripartite des MAE tunisien, algérien et égyptien    CJD Business Awards 2017 : le lauréat dévoilé    Grande participation de la Banque Nationale Agricole aux Journées de l'Entreprise    Yassine Brahim : Je ne vois pas pourquoi je devrai quitter Afek !    L'Association Un Enfant Des Sourires retourne à Tabouba : des vêtements chauds, une cantine scolaire et un jardin-potager pour les écoliers    Braquages, vols : petite délinquance deviendra grande    BCE reçoit Fayez Al Sarraj à Carthage    Béji Caïd Essebsi : J'ai appris que Ben Ali voulait revenir en Tunisie    Slim Khalbous : Nouvelles mesures de financement de l'encadrement des PFE    BNA Challenge Team : Un engagement historique en faveur de l'Handisport    LA BNA primée au Flambeau Olympique 2017    Khemaies Jhinaoui participe au sommet extraordinaire sur Al-Quds à Istanbul    Le Bandit, le nouveau livre de Taoufik Ben Brik    La Palestine appelle à une réunion d'urgence de la Ligue arabe    Vidéo - Cheb Béchir chante pour sa mère... il fond en larmes et fend les cœurs !    Une cinquantaine de blessés après un renversement d'autocar de tourisme    Des éléments d'une organisation terroriste mis aux arrêts à Médenine    Mohamed Zine El Abidine : Nombreuses impostures ne cesseront d'ébranler la culture de mon pays !    Le président Erdogan mis en cause devant un tribunal new-yorkais    Attijari Bank « Meilleure banque en Tunisie » pour la 4ème fois de suite    Saisie de marchandises de contrebande d'une valeur de 240 mille dinars à Gabès    Plusieurs morts et blessés dans un double attentat-suicide au Nigeria    En photos : Les plus belles coiffures de la cérémonie de clôture du festival International du Film du Caire    Retour en images sur les plus beaux looks de la cérémonie de clôture du festival International du Film du Caire    La communauté Tunisienne de la réalité augmentée et virtuelle est née !    Mondial 2018 - La Belgique, le Panama, la Tunisie et l'Angleterre versés dans le groupe G    Le ministre de la Justice visite des centres de détention à l'occasion du Mouled    La poule de la Tunisie à la coupe du monde 2018    بالصور: لهذا تشابه ما ارتدته درة مع فستان ميريام فارس    Chahed préside la célébration du Mouled à la Mosquée Okba Ibn Nafa    Décisions de la fédération de football après les violences lors du match du Classico    En vidéos : Ericsson démontre le potentiel de la transformation Digital et de la 5G    Les arbitres des rencontres du Mondial 2018 seront connus en janvier prochain    Signature d'accords de coopération pour la création et la sauvegarde des espaces verts    Tunisie- Ligue 1: calendrier de la 1ère journée des play-off    Météo: Prévisions pour dimanche 26 février 2017    USA : New Orleans : Un camion fou fonce dans la foule : 28 victimes    154 parlementaires demandent à François Hollande de reconnaître l'Etat de Palestine    Tunisie – Remaniement ministériel : Réaction incendiaire de Sami Taheri    Tunisie – URGENT : Remaniement ministériel plein de surprises et de signes qui ne trompent guère    Arrestation de 12 Africains tentant d'entrer illégalement en Libye à partir de Ras Jedir    La plus jeune américaine à avoir achevé le tour du monde recommande de visiter la Tunisie    Tunisie – Météo : Baisse sensible des températures avec pluies et orges isolés    Daesh bomb attack kills 35 in Syria's Al-Bab    Ouverture de deux nouvelles lignes aériennes de Tunisair vers Constantine et Conakry    Retour sur la grande polémique créée à propos de la pièce théâtrale « Fausse Couche », le TNT réagit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'enfer est pavé de bonnes intentions
Lecture à travers les péripéties de l'affaire Rajhi
Publié dans Le Temps le 22 - 05 - 2011

Ce que je vais dire pourrait paraître paradoxal par ces temps post -révolutionnaires où tous les macaques, suceurs de roues, mouchards et miliciens confondus, se révèlent être la pire crème de l'avant-garde.
Ceci concerne tout d'abord la dissolution du R.C.D.
Annonçons tout de suite la couleur. J'ai été, je suis et je serais pour toujours, opposant à ce parti qui a instauré la torture et le pouvoir policier, comme seule initiative de gouvernance pour le pays.
Mais Rajhi a –t-il rendu service à la patrie en ordonnant sa dissolution, pure, irrévocable et absolue ?
A-t-il jugé la portée d'une telle décision ? Evidemment que ce parti, accaparé les dernières années, par la ridicule mafia tunisienne a vu la charge de haine que lui voue le peuple, redoubler de violence et que la demande de son anéantissement était plus que légitime. Mais, c'est connu, la gestion des affaires publiques doit se baser sur la raison et non sur les sentiments. Et s'il a répondu au désir populaire, Rajhi a-t-il servi le peuple en ordonnant cette dissolution ou bien a-t-il simplement voulu surfer sur cette vague de refus, pour s'entourer de l'aura des héros ?
Il serait pour l'histoire, celui qui a pris une décision qui nécessitait un grand courage. Reste à savoir si ce courage n'est pas plutôt de la témérité, sinon de l'inconscience ou de l'ignorance politique ?
En effet, comment croire qu'il suffisait de parapher un petit bout de phrase pour qu'une machine, aussi puissante et aussi rodée à la gestion des affaires publiques, puisse être mise hors d'état de nuire ? Par quelle autre machine, Rajhi pensait-il changer cette institution qui a fait corps avec la réalité politique du pays, aussi néfastes que furent ses résultats, surtout durant les dernières années du règne du R.C.D ? Quoi que nous pensions, le vers était dans le fruit depuis très longtemps, depuis la prise en mains de Bourguiba par Mendès France et les institutions publiques ou secrètes qui gravitaient autour de lui. Le R.C.D est dans la lignée inévitable de la politique de Bourguiba qui prophétisait que la Tunisie, vivrait sous son règne, au moins un siècle après sa mort.
Ben Ali a mis toutes ses forces pour combattre le Parti au début de sa prise de pouvoir. Il s'est vite rendu à l'évidence : il avait affaire à un rival de taille suprême et faute de pouvoir l'anéantir, il a dû se plier à ses diktats, changer de politique et se contenter de le faire pourrir de l'intérieur.
Comment Rajhi pensait-il réussir, là où celui qui avait tous les pouvoirs a échoué ?
Il aurait été plus sage de faire passer devant la justice, tous les criminels qui ont investi le R.C.D, lui couper la mainmise totale qu'il avait sur l'administration et la société, tenir compte du fait que tous les cadres – à quelques exceptions près- étaient et sont encore inféodés à ce parti, que beaucoup d'entre -eux appartiennent à la troisième et quatrième génération de l'Indépendance et qu'ils sont prêts, puisqu'ils n'ont pas d'autre choix, à entrer dans la bataille démocratique. Bref, le réduire à un parti semblable à tous les autres, et laisser au peuple par la voix des urnes décider de son devenir, et de celui de tous les autres partis et coalitions politiques. Au lieu de cela, que se passe-t-il réellement ?
Les « Caîds » de ce vieux parti du pouvoir absolu n'a d'autre choix que de jouer les trouble-fêtes et ils ont les grands moyens pour cela. Le vide qu'ils ont laissé a été occupé par les islamistes.
Ces derniers ont des locaux partout dans les Cités et dans les moindres recoins du territoire. Ajoutons à cela, les mosquées qui leur servent, malgré la patte blanche du parti non-cultuel qu'ils affichent, de grands terrains de rassemblement.
Il serait triste tout de même que cette belle, fragile et intelligente révolution des tunisiens, ramène au pouvoir, un parti qui n'a d'autre programme économique, social et politique que celui de combattre le mal et les non-croyants.
Nous n'avons pas souffert de plus d'un demi-siècle de dictature du Destour, pour tomber sous le joug de la plus noire des dictatures : celle des pouvoirs réactionnaires.
Ils prétendent cependant accepter totalement, le jeu démocratique. Personnellement, je n'en crois rien.
Car la démocratie ne peut se faire sans stratégie économique et les islamistes, par la voix de leur chef ont reconnu qu'ils n'en avaient aucune. Ils ont donc un seul objectif pour avoir une légitimité historique : ordonner, organiser et favoriser la chasse aux sorcières. Et des sorcières, le pays n'en manque pas. Du moins à leurs yeux !
Tant qu'on n'aurait pas séparé le cultuel du politique et ceci radicalement, le paysage tunisien serait l'arène de multiples tempêtes dévastatrices qui n'aboutiraient que vers un seul résultat : empêcher le pays d'évoluer et le réduire à un ensemble de perdants vivant sur l'âge d'or d'un passé mythifié, et un futur qui n'a que deux issues : l'Enfer ou le Paradis.
Quant au présent, il n'a aucun intérêt pour le moment. On en parlera demain, ou dans quelques années, ou bien le jour de la résurrection. Rien ne presse.
Quel est ce mouvement qui s'appelle ni P… ni soumises et pourrions-nous dire à notre tour : ni R.C.D ni barbus ?
Et puis qui est ce suppôt de Satan qui a dit un jour que “la religion est l'opium du peuple ?”
Que signifiait-il par cela ? A-t-il goûté aux charmes ensorcelants de cette plante ? L'opium est-il bon ou mauvais pour la santé des peuples ?
En tous cas, cette mixture semble réussir à certains : ceux qui, faute de vous promettre un avenir radieux, menacent vos ennemis de finir dans les feux de la Géhenne et vous certifient que vous serez logés aux premières loges du Paradis.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.