Statue de Chokri Belaïd, pluies torrentielles… Les 5 infos du weekend    Bouden : « La création d'un conseil supérieur de l'éducation et de l'enseignement, oeuvrera à redonner à l'école son rôle d'ascenseur social »    Monastir : 22 migrants clandestins sauvés en pleine mer    Marouen Abassi reçoit le gouverneur de la Banque centrale libyenne    Sécurité routière : Légère baisse de la mortalité sur les routes en juillet 2022    Alerte météo | Des cellules orageuses feront leur apparition ce soir    Tunisie – La marine nationale sauve 22 candidats à la migration clandestine    Ghaza : 31 martyrs dont 6 enfants et 4 femmes    Premier League : Mejbri absent et CR7 Remplaçant, Man Utd battu à domicile    La CAF recadre le président De Laurentiis pour les joueurs africains    Talbi avec Lorient, Khazri avec MHSC et Skhiri avec Köln, 3 tunisiens vainqueurs ce dimanche    Tunisie – La crise économique risque de se compliquer encore plus    La statue de Chokri Belaïd provoque un tollé sur la toile    USA : New Mexico : La police enquête sur les meurtres en série de quatre musulmans    L'INM annonce des orages dans le nord-est et le centre du pays    Ben Arous : saisie de 91 quintaux de farine subventionnée utilisée pour fabriquer les pains spéciaux    La croissance économique mondiale stagne en 2022, mais s'agit-il d'une récession?    255 migrants migrants clandestins secourus en une seule nuit entre la Tunisie et l'Italie    Ons Jabeur exemptée du premier tour du tournoi de Toronto    Jean-Jacques Ciscardi sort son nouveau live : Beyrouth-Rome vol 770    Vers la couverture sociale pour les travailleurs agricoles et de la pêche    Repères historiques | Aérodrome de Tunis : Le temps des pionniers    Bizerte: 3 enfants se sont noyés à Ghar El-Melh    Noureddine Taboubi inaugure le mémorial de Chokri Belaid (Vidéo)    Benjemy au Festival International de Hammamet : Prouesses musicales et esthétiques    Notes de lecture | Ondoyances méditerranéennes de Saint Augustin à Sidi Bou Saïd El Baji *    Foot-Europe: le programme du jour    Le festival de Monastir déprogramme Mokdad Shili à cause de ses propos contre Bourguiba    Pourquoi | Répercussions en chaîne...    Vacances estivales et activités pour enfants : Privilégier le divertissement et l'apprentissage    Mohamed Hammadi JARRAYA, Expert en économie et Président de l'observatoire «Tunisia Progress» à La Presse : «La relance, remède aux maux économiques»    L'USBG s'active sur le marché des transferts : Un mercato actif    L'USM se prépare pour la nouvelle saison : Une équipe new-look !    L'UGTT condamne les attaques sionistes contre Gaza    Météo du dimanche 7 août 2022    Wandure is actually a Canadian Dating application That Saves Times by Turning Every on line complement Into a Real-Life Date    Learning to make Up With The Girl After A Fight    Kaïs Saïed ordonne le retrait de son poster placardé sur un minaret    L'UGTT condamne les attaques sionistes contre Gaza    Apparitions médiatiques de Rached Ghannouchi : Un déni qualifié de la réalité    Festival du poisson à la Goulette : De plus en plus prisé    Tennis | Tournoi San José : Ons Jabeur éliminée en quarts de finale    MEMOIRE : Abdelwaheb DAMAK    La Tunisie condamne les raids menés par Israël dans la bande de Gaza    Treatment For Ebony Babes™ Focuses On Helping Ebony Women Proceed Off Their Exes    L'efficacité de l'action    Un Tunisien tué à Montréal : les détails    Décès d'un tunisien dans une fusillade à Montréal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le langage alambiqué des télétextes et de Facebook
Signe des temps
Publié dans Le Temps le 02 - 07 - 2011

Parmi les modes nouvelles qui « défilent » depuis quelque temps sur les écrans de nos téléviseurs, ces bandes de textes accompagnant à chaque émission, ou presque, les images diffusées. Il s'agit dans certains cas d'informations brèves relatives à l'actualité en Tunisie ou à l'étranger, sinon d'annonces diverses ou de messages envoyés via la chaîne par les téléspectateurs (du moins, c'est ce qu'on nous laisse croire).
Pour ceux qui s'y sont habitués sans peine, le problème que nous soulevons n'a peut-être pas lieu d'être posé. Quant à nous, nous n'arrivons pas encore à nous en accommoder : c'est-à-dire que le télétexte qui occupe trop de place sur l'écran de télévision continue de nous déranger ; pire, de nous irriter jusqu'à l'exaspération. Si seulement il n'était question que de la taille ou du volume du texte déroulé, on aurait prié nos chaînes de les écrire en plus court et en plus petit ; mais ce sont les aberrantes maladresses et incorrections relevées sur ces messages qui énervent le plus.
Elles sont tellement criantes, d'une arrogance si insoutenable qu'on en arrive à se demander si les propriétaires de la chaîne qui les diffuse s'en soucient le moins du monde ! On dirait même que ces derniers trouvent du plaisir à nous afficher de tels textes bourrés d'erreurs et d'incongruités. Au nom de quoi ? De la liberté d'expression sans doute, surtout quand il s'agit des messages transmis par les téléspectateurs ! C'est cette sacro-sainte liberté qui désormais cloue le bec à ceux qui n'ont rien à cirer des commentaires « libres » affichés sans permission sur leur écran et qu'ils sont obligés de lire tout en essayant de se concentrer sur les émissions.
En effet, il n'y a pas moyen de les effacer, ces textes souvent débiles qui vous passent sous le nez et les yeux. Vous avez beau tenter de les écarter de votre champ de vision, ils s'imposent à votre regard par la couleur vive de la bande déferlante qui les supporte et bien entendu par les monumentales « coquilles » qu'ils renferment !
«Bizarrophonie»
L'une de nos chaînes privées s'illustre à merveille dans la diffusion de ces « perles » de moins en moins rares : non seulement, on n'y respecte aucune des règles linguistiques apprises entre l'école primaire et l'université, mais les messages soi-disant arabes y sont transcrits si mal en lettres latines que, pour les déchiffrer, il vous faut un ou deux interprètes bien rodés face à ce genre de charabia ! Lorsque c'est écrit dans la langue de Voltaire, la catastrophe est beaucoup plus déprimante ; en plus c'est d'une prétention désarmante ! Il faut être culotté pour écrire des SMS élogieux ou critiques à l'adresse du Premier ministre, de l'animateur ou de certains invités prestigieux d'une émission sans le moins du monde faire attention à la correction de son langage.
Mais la faute est partagée par les responsables de la chaîne qui laissent passer des monstruosités pareilles. Cela est-il de nature à leur faire de la promotion ? A notre avis, il s'agit d'une forme de populisme débilitant : dans notre pays, la démocratie et la liberté auxquelles nous aspirons n'autorisent pas à dire et à faire n'importe quoi n'importe comment ! Permettre de diffuser à longueur de soirées (et de journées parfois) un volume aussi spectaculaire de bourdes, de galimatias et d'extravagances, ne peut pas être pris pour un choix totalement innocent ! A l'heure du débat houleux sur l'identité tunisienne, certaines de nos télévisions enfoncent délibérément le clou et dénaturent un pilier de cette identité, à savoir la langue que nous sommes censés parler ! Ce n'est plus ni de l'arabe pur, ni du français formaté, ni du « Tunisien » bâtard, ni même un salmigondis maghrébin ! C'est « étrangeophone », « bizarrophone », «minablophone », « ridiculophone », « scandalophone » !
Honteux et criminel !
On peut ne pas craindre pour la langue des Tunisiens adultes, quoique… ! Mais le public des jeunes est de plus en plus rivé aux écrans de tous genres, depuis la télé jusqu'à son afficheur de portable en passant bien sûr par l'écran de son ordinateur.
Allez un moment lire la langue dans laquelle nos adolescents communiquent sur face-book. C'est assurément la déprime et l'envie suicidaire que cela provoque chez, non seulement les perfectionnistes, mais aussi les gens moyennement scrupuleux sur les questions de correction linguistique. La télévision éduque, c'est l'une de ses vocations ; allez savoir néanmoins si elle le fait bien ou mal ! Certaines de nos télévisions et de nos radios incitent à la délinquance linguistique, corrompent le langage des jeunes et des moins jeunes, vandalisent le patrimoine identitaire local et étranger, squattent la langue d'autrui, se l'approprient et la déforment à leur guise comme un bien particulier. Ce n'est pas seulement honteux, c'est criminel. Nous ignorons encore dans quelle langue parleront la douzaine de chaînes radio nouvellement autorisées, mais il ne faut pas trop rêver ! C'est comme pour la centaine de partis politiques que compte actuellement le pays : il doit y en avoir deux ou trois qui savent parler; les autres feraient bien de se taire !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.