Covid-19 : Ouverture d'un nouveau centre de vaccination au palais des congrès d'une capacité d'accueil de 2000 personnes par jour    Tunisie | Plusieurs marches de soutien au peuple palestinien    Décès de Bahri Jelassi    Ligue des champions : voici le stade qui accueillera la finale    Ligue des champions : l'Espérance pour mettre un pied dans le dernier carré    Photo du jour Les manifestants appellent à la chute d'Ennhahda    Horaires administratifs : Retour à la normale ce lundi    Tunis - Manifestation de soutien à la Palestine    Tunisie-INS: La Tunisie compte plus de 740.000 chômeurs!    Le service de la dette dépasse les flux extérieurs de 252%    Football : Programme TV de ce samedi 15 mai 2021    Le taux de chômage augmente à 17.8% au premier trimestre 2021    Polémique aux USA – Covid-19 : Masque ou pas Masque pour les vaccinés    Mondial 2022 (éliminatoires) : Marquinhos, Lucas Paqueta et Neymar convoqués avec la Seleçao    LC Afrique (Quarts aller): les matches de ce samedi    Endettement : La Tunisie aux portes du club de Paris    Rached Khiari dans la peau d'un petit Ben Ali    Tunisie-Nissaf Ben Alaya: Malgré la baisse du nombre de contaminations, la situation sanitaire demeure alarmante    Les transferts d'argent vers l'Afrique subsaharienne ont plongé de 12,5 % en 2020    Tunisie-Sfax: Journée de colère pour soutenir la Palestine    Le financement social islamique, levier de reprise économique ?    Tunisie-Béja: Les préparatifs de la SRT pour la reprise des déplacements entre les régions [Vidéo]    Covid-19 : le taux de positivité des tests reste élevé et dépasse les 30%    Ammar Mahjoubi: La fin de la République et la création du Principat par Auguste    Ligue 1 : programme de la 26e et dernière journée    Tunisie: Le maire du Kram interdit la commercialisation des produits israéliens    Allocution de Hichem Mechichi lors du sommet virtuel de l'appel de Christcurch    La présidence tunisienne réitère son soutien au peuple palestinien    Bilan Covid-19 : 457 nouveaux cas et 34 décès    Hichem Mechichi prend part au deuxième sommet contre le terrorisme    Un sommet à Paris pour bâtir une nouvelle structure de financement des économies africaines    Mechichi, ce soir avec Macron, la Première ministre de Nouvelle Zélande, Boris Jhonson et Trudeau en sommet virtuel contre le terrorisme    Para Athletics – Grand Prix de Nottwil: Walid Ktila remporte la course des 800m et bat son record d'Afrique    La situation dans les territoires occupés au centre d'un entretien téléphonique entre Ghannouchi et des dirigeants de Hamas    Le Courant populaire appelle à participer massivement à la marche de soutien au peuple palestinien ce samedi    INS : Augmentation des importations du phosphate de 35,1%    Chaos sur les routes de la Tunisie à cause de l'ambiguïté des mesures gouvernementales    La régularité des vols Tunisair dépasse les 94%    Et pourtant...notre pays est riche en compétences !!    Après avoir annoncé le contraire, l'armée israélienne nie être entrée dans Gaza    JO de Tokyo : « Impossible » d'organiser les Jeux, selon un syndicat de médecins japonais    Chedli Klibi : un an déjà    Tunisie: Covid-19 : Le chant de l'espoir et des retrouvailles (clip et spot)    Tfanen organise des tables rondes digitales sur la contribution de la culture au développement durable    Willis from Tunis: 10 ans et toujours vivant    Dreams Chebeb, 2e édition: 15 projets artistiques voient le jour malgré la crise    Décès du doyen de l'ophtalmologie Ridha Mabrouk    " De la Casbah de Mazara del Vallo à la Petite Sicile de La Goulette " : La longue histoire des échanges entre l'Italie et la Tunisie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





N'est-ce pas dans les vieilles marmites qu'on fait les meilleures soupes !
L'âge et le look des hommes politiques - Trop vieux Mebazaâ et Caïd Essebsi ?
Publié dans Le Temps le 08 - 07 - 2011

• Un citoyen a demandé (sans succès) à la justice que le Président et le Premier ministre intérimaires soient soumis à un examen mental et physique… Or Churchill et de Gaulle gouvernent toujours…
L'affaire qui nous inspire cet article est inhabituelle sous nos cieux comme dans le monde : un citoyen tunisien a tout récemment demandé à la justice de soumettre l'actuel président provisoire, Fouad Mebazâa, et son Premier ministre Béji Caïd Essebsi à un examen médical pour vérifier si les aptitudes physiques et mentales des deux hommes leur permettent de diriger convenablement les affaires de la Tunisie.
La demande n'eut certes pas de suites judiciaires, mais il nous reste loisible de nous demander en effet, jusqu'à quel point l'âge d'un homme d'Etat entre en jeu dans sa direction des affaires de son pays. Il y a lieu aussi de s'interroger sur les avantages et les inconvénients de la jeunesse ou de la vieillesse chez un chef politique. Depuis l'âge des contes de fées, nous colportons un certain nombre de clichés sur le sujet et croyons encore, parfois, que la sagesse est systématiquement l'apanage des vieux dirigeants tandis que la jeunesse est toujours synonyme d'ambition et en même temps d'égarement et de turbulence. Or, bien des exemples dans l'Histoire des Etats et des peuples nous prouvent l'extrême fragilité de cette représentation manichéenne. Il n'est pas dit non plus que les dirigeants « séniles » ne font que radoter ni que leurs homologues à la force de l'âge ont toujours raison !
Comédie de jeunesse
Le cas de Bourguiba est présent dans tous les esprits : jusqu'à ses 70 ans, l'homme restait relativement lucide, mais les nombreuses pathologies dont il souffrait finirent par le handicaper sur le plan physique et sur le plan mental. C'est d'ailleurs sur cette donnée médicale que son successeur Ben Ali s'est appuyé pour le destituer. Retenant la leçon de son prédécesseur, Ben Ali accorda beaucoup d'importance à son look et fit en sorte que jamais il ne paraisse vieux aux yeux de son peuple. Un article de presse mémorable, dû (chose extrêmement rare) à un journaliste tunisien, nous le dépeignait au lendemain de sa prise du pouvoir comme un grand sportif aux qualités athlétiques enviables. L'homme affichait une vigueur et une santé insolentes à chacune de ses apparitions et on ne parlait jamais à son sujet d'indisposition physique, quelque légère qu'elle fût ! La chevelure entièrement et invariablement noire du président déchu lui conférait la jeunesse inaltérable des héros de bandes dessinées. Le peuple tunisien sortait comme d'un livre de contes justement le soir où, aux abois, Ben Ali lui promettait monts et merveilles à quelques heures de sa fuite : l'homme avait subitement maigri ; les stigmates d'une vieille maladie devenaient lisibles sur son visage et sur son corps très manifestement amoindri. On trouva aussi que même son discours trahissait les signes évidents d'un début d'état délirant. Bref, Ben Ali joua sa comédie de la jeunesse si longtemps et si méthodiquement qu'on ne lui donna jamais son âge. Il faut reconnaître tout de même que pour beaucoup de Tunisiens, cette vigueur et cette fraîcheur affectées étaient préférables à l'image de cacochyme gâteux qu'avait laissée Bourguiba à la deuxième moitié de son règne.
Un maître-mot : la démocratie
Chez d'autres présidents, l'âge avancé n'est pas forcément synonyme d'incapacité : De Gaulle ou Churchill eurent de vrais éclairs de génie alors qu'ils dépassaient allègrement la soixantaine. La question de l'âge est par exemple très relative quand il est question d'intelligence. L'expérience fait, elle aussi, les grands hommes. C'est pour cela que dans certains Etats on se fiait et l'on se fie encore aux avis des « guides », des « timoniers » et des « sages ». Les sénats (mot de la même famille lexicale que « sénilité ») ont toujours leur mot à dire dans les grandes démocraties. Dans un Etat bien dirigé, on consulte ses « aînés » et on écoute leurs conseils sans toutefois les suivre aveuglément. Des équipes de conseillers plus jeunes, plus au fait des grandes évolutions des temps modernes, doivent apporter leur eau au moulin national. Jamais donc de rupture entre les générations politiques. D'autre part, il faut barrer la route à toute sorte de pouvoir individualiste, parce que là, on autorise le chef, jeune ou vieux, à gouverner selon ses humeurs, ses caprices et ses accès de folie ! Pour en revenir à notre sujet sur l'âge de Mbazzaa et Caïd Essebsi, nous dirions que toutes les tranches d'âge ont leurs qualités et leurs défauts. Le meilleur gouvernement est celui qui tire profit des seules qualités de ses membres. Mais le droit à l'erreur est accordé à tous les hommes, aux politiques à plus forte raison. Si Mbazaa et Caïd Essebsi se sont trompés, ce n'est forcément pas la faute de leur âge. Le contexte dans lequel la révolution a placé les gouvernements successifs de l'après 14 janvier n'était pas de nature à favoriser des prises de décision mûrement réfléchies. On agissait constamment sous plusieurs pressions à la fois. En toute logique, cela a provoqué quelques « déraillements ». Certains de ces « accidents » ne sont pas aussi involontaires qu'on veut le faire croire ; toujours est-il que leurs auteurs pouvaient nous les épargner s'ils avaient le temps et l'envie de se concerter et de s'écouter les uns les autres. Il serait donc intelligent de ne pas commettre de pareilles erreurs après la période de transition : « démocratie » doit être le maître-mot de la prochaine étape pour reconstruire une Tunisie qui n'exclut ni ses vieux ni ses jeunes, qui unit toutes les générations autour du même objectif, à savoir le progrès du pays et la dignité pour tous ses habitants. Si au contraire, nous remettons notre destin à un cénacle formé seulement d'anciens combattants ou à une bande de jeunes loups affamés, nous ne devons nous en prendre qu'à nous-mêmes le jour où nous découvrirons que nos chefs, les jeunes comme les vétérans, nous ont tout simplement arnaqués !
Badreddine BEN HENDA
ALLIGNY rené[email protected]
amadyka [email protected]
amad salem [email protected]
ammarsehli [email protected]
daassi [email protected]
BRAVOURE [email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.