CAN 2021 : nouvel horaire pour ce quart de finale !!    Tunisie : Land Cruiser séries 70 disponible à la commande chez BSB Toyota    BCT : Les crédits douteux des particuliers augmentent    Ligue 1 Pro : un nouveau bureau directeur nommé dans ce grand club    Grosses pressions sur les banquiers pour financer le budget    L'étrange "évasion" d'Abdelkoddous Saâdaoui, qui en plus nargue sa patrie    Covid-19: Méfions-nous de l'optimisme    Kaïs Saïed reçoit Najla Bouden    Selon 57,8% des familles tunisiennes, l'avenir de leurs enfants serait meilleur hors du pays    Elloumi: Le gouvernement de Bouden est le pire gouvernement depuis l'époque coloniale( Audio)    César 2022 : l'acteur Sami Oitalbali nominé pour le César du meilleur espoir masculin    Côte d'Ivoire vs Egypte : Sur quelle chaîne regarder le match en direct et live streaming ?    Match Côte d'Ivoire vs Egypte : Les chaines qui diffusent le match Choc de la CAN 2022 du 26 janvier    Land'Or obtient un nouveau prêt d'environ 4 millions $    Les salariés de Cactus prod menacent d'escalade    La vraie chambre noire, c'est le palais de Carthage !    Les salariés de Cactus prod menacent d'une grève de la faim    EN : un joueur testé négatif, deux autres encore positifs !!    salon des créateurs MOOD TALENT: 6e anniversaire du 4 au 6 février 2022 à l'hôtel Dar El Marsa    Indice de perception de la corruption : la Tunisie classée au 70ème rang mondial    Corruption : La Tunisie au 70e rang mondial    Tunisie Telecom en chiffres    Kasserine: Mandat de dépôt contre un ancien gouverneur, pour corruption    Moody's évoque la Tunisie    Le chanteur Florent Pagny annule sa tournée à cause d'un cancer, sera-t-il présent à The Voice?    Prix au marché central de Tunis [Vidéo]    L'UGTT veut décréter le 26 janvier une journée nationale    Google Doodle rend hommage à l'actrice Egyptienne Souad Hosni, la Cendrillon du monde arabe    Tunisie : Grève générale à...    Tunisie – Coronavirus: 17 décès et plus de 9000 contaminations selon le dernier bilan    AS Soliman : l'Algérien Frifer Boumedyen engagé pour deux ans et demi    Entreprises publiques en difficulté | Crises en cascade    Kef: 117 nouvelles contaminations par le Covid-19    REMERCIEMENTS ET FARK : Mongi BEN AMOR    Groupe Chimique Tunisien à Mdhilla 2: Levée d'une grève entamée depuis 2 ans    Echo Afrique    CAN 2021 | Huitièmes de finale – Suite et fin – Côte d'Ivoire-Egypte : La guerre des étoiles    CAN 2021 | Une qualification significative : ls ont changé leur destin…    Exposition au musée de l'Institut du Monde Arabe : Slimen Elkamel à cœur ouvert    Dilou : Saied est en train de démanteler l'Etat Tunisien    Tunisie : Départ des vols depuis l'aéroport d'Istanbul via une seule piste    Le film documentaire "Angle mort" de Lotfi Achour primé au Fipadoc à Biarritz    Kaïs Saïed souhaiterait appliquer un modèle proche du Velayet-e faqih iranien, selon Hatem Mliki    Centenaire du cinéma tunisien : Zoom sur un pionnier nommé Albert Samama Chikly    Gordon Gray commente la démission de Nadia Akacha et parle des causes probables de cette décision    Ukraine : les USA évacuent livrant le pays à Poutine, l'UE spectatrice    Rabat pourrait-il "voler" à Alger l'organisation du sommet de la Ligue arabe?    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les recettes bourguibistes au goût du jour
«L'appel de la Nation» de Béji Caïd Essebsi
Publié dans Le Temps le 27 - 03 - 2012

Le dernier meeting organisé, samedi dernier, à Monastir par l'association nationale de la pensée bourguibienne, a eu lieu dans une conjoncture politique émaillée de morosité, de doute, ajouté à cela des craintes et une torpeur justifiée par la poussée des saadistes qui peut menacer l'édifice de l'Etat civil. L'hésitation trop duré, avant la déclaration de Ghannouchi hier, du parti au pouvoir Ennahdha concernant le maintien de l'article premier de la Constitution de 1959, stipulant que la Tunisie est un Etat dont la religion est l'islam, la langue l'arabe et le régime la République.
Les différents appels à l'application de la Chariâa comme unique source de la législation, instrumentalisés par des figures autoproclamées « défenseurs de la Religion », n'ont fait qu'attiser les craintes de voir les acquis modernistes de la société tunisienne ballottés avec le risque d'être remis en cause. Les différentes manifestations des salafistes marquées de violences verbales poussant parfois aux actes sans que le pouvoir en place ne réagisse de manière rigoureuse n'ont fait que donner une image négative d'Ennahdha et du pouvoir en place dans l'opinion publique. La profanation du drapeau national à la Faculté des Lettres et des Humanités à La Manouba a été la goutte qui a fait déborder le vase. D'ailleurs, les étudiants candidats de l'UGTE d'obédience nahdhaouie aux différents Conseils Scientifiques des Facultés et institutions universitaires en ont payé la tribu traduit par une déroute électorale. Les candidats de l'UGET avaient pris le dessus.
La réussite du meeting de Béji Caïd Essebsi, à Monastir, s'explique entre autres, par ces peurs. L'ancien premier ministre a réussi son passage lors de la première période transitoire qui a mené aux élections du 23 octobre dernier. Il a tiré les leçons des résultats des élections qu'il résume en deux chiffres 1.500.000 Tunisiens ont voté pour Ennahdha et 1.500.000 Tunisiens ont vu leurs voix perdues puisqu'elles n'ont bénéficié à aucun candidat. Le besoin de regroupements est devenu plus que nécessaire. Certains pensent qu'il est même devenu urgent pour éviter l'effritement des voix, lors des prochaines élections. La Tunisie a réussi la première étape de la transition démocratique avec l'organisation d'élections dont les résultats n'ont pas été fondamentalement remis en cause par les différents candidats en lice. Pour achever la transition démocratique, il faut réussir la deuxième étape. C'est la responsabilité du gouvernement actuel. Un nouveau code électoral doit être promulgué. L'Instance Supérieure Indépendante des Elections (ISIE) doit reprendre du service.
Pour que la Tunisie devienne réellement un pays démocratique à l'instar des démocraties avancées, il faudra que le paysage politique soit équilibré, afin que l'alternance soit possible.
D'ailleurs on ne peut parler de démocratie si les conditions de l'alternance n'existent pas.
Les partis centristes n'ont pas d'autre choix que celui de s'unir. Les égos doivent être dépassés. C'est ce qu'ont compris les forces progressistes et modernistes autour d'Ettajdwid qui vient d'achever les travaux de son dernier congrès et d'élire une nouvelle direction chargée d'achever le processus d'unification des forces progressistes, avec une perspective de rejoindre l'initiative de Béji Caïd Essebsi dans une deuxième étape. Le Parti du Travail Tunisien (PTT) dirigé par Abdejelil Bédoui a intégré cette initiative avec les indépendants du Pôle Démocrate Moderniste (PDM) et d'autres personnalités. Le 2 avril prochain aura lieu une conférence nationale où une direction commune sera proclamée. Boujemâa Rémili, secrétaire national d'Ettajdid chargé de la coordination avait déclaré samedi, au nom de ce groupe que « la pensée bourguibienne n'est pas l'héritage des seuls Destouriens, mais de tous les Tunisiens ».
Qui aurait cru, quelques années en arrière, que des militants d'Ettajdid seraient aussi élogieux en évoquant Bourguiba ? Il avait affirmé en substance le lendemain du congrès d'Ettajdid que rejoindre l'initiative de Béji Caïd Essebsi se fait par sens du devoir national. « L'identité d'Ettajdid consiste à se mouvoir dans les intérêts nationaux, même si cela déteint sur nos intérêts partisans. Le fil conducteur de toutes nos luttes est l'intérêt national, en dépit des erreurs et des difficultés ».
L'autre groupe de partis composé du Parti Démocrate Progressiste (PDP), d'Afek Tounes, du Parti Républicain va s'unir lors d'un congrès qui aura lieu à Sousse les 7 et 8 avril prochains. Le 9 avril, le regroupement de six partis sera annoncé. D'ailleurs, Ahmed Néjib Chebbi, fondateur du PDP, n'a pas manqué à son tour de faire l'éloge du leader Habib Bourguiba et d'exprimer sa reconnaissance à Si El Béji pour la réussite de la première étape dans la transition démocratique. « En collaborant avec Si El Béji, le pays sera remis sur les rails ».
L'avantage de l'initiative Appel de la Nation, est qu'elle fédère de nombreux partis se proclamant centristes et modérés. Il en est ainsi des partis destouriens, convertis à la démocratie. Ils sont les enfants d'un parti qui avait mené la lutte de libération nationale, bâti l'Etat moderne. Ils se projettent comme les premiers héritiers de la pensée bourguibienne. A leur tour, ils ont finalisé des opérations d'unions et de regroupement. La participation de Kamel Morjène et de Faouzi Elloumi et leurs interventions dans le meeting consacrent leur adhésion à l'initiative de Béji Caïd Essebsi. Il le considère comme l'homme de la situation.
Une chose est sûre, l'opposition a un besoin urgent d'un leader qui fédère dans un front large et ouvert les forces centristes et modérées. Béji Caïd Essebsi, dans la conjoncture actuelle est en train de réussir un rôle fédérateur que d'autres ne peuvent jouer étant marqués par leur appartenance partisane. L'arrogance des vainqueurs des élections du 23 octobre n'a fait que renforcer les chances de succès de l'initiative de Béji Caïd Essebsi. Il ne suffit pas de fédérer, il faut que les méthodes de travail et de communication changent.
D'ailleurs, le succès du meeting de Monastir, a encouragé les organisateurs à en programmer d'autres. Le prochain devra avoir lieu à Jendouba ou Gafsa. Enfin, pour nombreux observateurs, les noms de certaines figures du Rcd ne doivent pas occuper le devant de la scène.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.