Saïed, inflation, grève des pharmaciens grossistes… Les 5 infos de la journée    Les avocats et les experts comptables remontés contre la Loi de finances 2023    Kaïs Saïed au ministère de l'Intérieur    Photo du jour : Hajime Moriyasu s'incline pour remercier les supporters du Japon    Monde-Daily brief du 05 décembre 2022: Guerre en Ukraine : Des frappes russes provoquent de nouvelles coupures d'eau et d'électricité    La FIFA rejette la réclamation concernant le but de Griezmann contre la Tunisie    La ministre a cédé, les secrets des avocats et médecins seront bien gardés    Daghfous : « Le variant BQ1.1 n'est pas plus dangereux que les autres »    Tunisie: Découvrez notre nouvelle rubrique "Celebrities News" (Vidéo)    Panneaux solaires : Une technologie algérienne à renommée mondiale ?    L'Union Internationale de Banques : lauréate du Prix « Bank of the Year 2022 - Tunisia »    Fortnite Chapter 4 : Le trailer annonce du lourd    Cogiter le mal: l'expérience d'Augustin d'Hippone    Le film tunisien «Saffeh Nabel» remporte le prix du jury au Festival du film francophone du Caire    La vedette de Bollywood, Shahrukh Khan, a effectué la Omra    L'inflation...9.8% au mois de novembre    Soliman: Visite inopinée de Saied à l'usine de production de lait    Ces patrons qui n'ont pas de couilles    Mondial 2022 : Japon-Croatie, les compos    Envoi de jeunes aux foyers de tension : Audition de Abir Moussi en tant que témoin    Exclusif: Kais Saïed en visite inopinée à Nabeul    Béja: La Chambre régionale des boulangeries se prépare à la grève nationale    Hyundai Tunisie réélu pour la deuxième année consécutive « Service Client de l'année 2023 »    L'Ambassadeur de l'Ukraine à Tunis le confirme : Poutine a déjà perdu sa guerre…    Fraichement recruté dans une banque, il détourne de l'argent    Instrumentalisation des droits et des libertés | Manipulation des foules : Les armes pour déstabiliser les pays    Mondial Qatar 2022 : où regarder la match Brésil Corée du Sud de la coupe du monde?    Fatma Rekik, dirigeante d'un groupe de sociétés et reconnue parmi 100 jeunes leaders en Afrique par L'Institut Choiseul : « La Francophonie est une opportunité économique, mais aussi politique »    Imed Khemiri: Les élections du 17 décembre seront "drôles" (Vidéo)    Imed Khemiri: Saied impose son agenda politique et ne respecte pas l'autorité de la justice (Vidéo)    Mondial-2022: l'ombre de Pelé plane sur Brésil-Corée du Sud    Tunisie: 11 prix au concours international d'huile d'olive vierge extra Mario Solinas 2022    Les indiscrétions d'Elyssa    Arrêt de distribution de médicaments : Le CNOPT tire la sonnette d'alarme    Un mammifère carnivore au sein d'un lycée au Bardo    Journées théâtrales de Carthage 2022 : Une ouverture sobre et des hommages émouvants    Le Conseil de l'ordre des pharmaciens s'inquiète sur la suspension de la distribution des médicaments    Huitièmes de finale : France-Pologne (3-1) : Mbappé, bourreau des Polonais !    Huitièmes | Japon-Croatie (16H00) / Brésil-Cotée du sud (20H00) : La Seleção à l'assaut des Guerriers    Prévisions météo pour ce lundi 05 décembre    La donne a radicalement changé    41e championnat arabe de Golfe : Double consécration historique de la Tunisie    Le coup de gueule de Taoufik Jebali    L'Iran démantèle la police des mœurs    L'Iran exécute quatre individus accusés d'espionnage au profit d'Israël    Zarzis : Une initiative symbolique et louable    Exemption de visa Schengen pour les citoyens du Koweït, du Qatar, d'Oman et de l'Equateur    Israël fait tout pour éviter la comparution devant la cour internationale de justice de la Haye    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Hassan Nasr et le nouveau genre littéraire
Rencontre au Club Idhafet à Hammam-Lif
Publié dans Le Temps le 08 - 04 - 2012

C'était dans une ambiance chaleureuse et bon enfant que le Club Idhafet de la Maison de la Culture Ali Ben Ayed d'Hammam-Lif a organisé une rencontre littéraire avec le romancier et le nouvelliste tunisien Hassen Nasr autour de son dernier livre « Créatures ailées » qui a reçu la Mention Spéciale du Jury de Comar 2010.
Hassen Nasr qui a commencé à écrire depuis la fin des années cinquante a publié plusieurs nouvelles dans les revues littéraires de l'époque, puis il s'est fait distinguer par son fameux recueil de nouvelles « Layali Al Matar » paru en 1967. Il publia plus tard son roman « Dahalise Al lail » en 1977, qui eut également un succès aussi éclatant. En 1985, il publia un nouveau recueil de nouvelles, intitulé « Les 52 nuits », suivi par le roman « Khobz Al Ardh » (1985). Suivirent ensuite d'autres livres tels que : « Assahar wa Aljorh » (1989), « Khouyoul Al Fejr », « Dar Al Bacha » (1994) et « Sijillet Ra's Al Dik » (2001). Il s'arrêta d'écrire pendant plusieurs années pour revenir enfin en 2010 avec un nouveau roman «Créatures ailées ».
Etaient présents à cette rencontre, plusieurs écrivains et poètes tunisiens ainsi que des hommes de lettres et de culture. D'abord, une étude critique de l'œuvre de l'écrivain intitulée « Particularités dans l'écriture de Hassen Nasr à partir de son roman Créatures ailées » par Dr Ibtissem Oueslati. Elle présenta sommairement le parcours littéraire du romancier et enchaîna avec l'analyse de son dernier roman en soulignant que « le texte est venu sous forme de mosaïque, loin des règles classiques générales et strictes recommandées par les théoriciens du genre romanesque, dont l'auteur s'est complètement écarté pour adopter une nouvelle stratégie tout à fait différente en vue d'apporter une nouvelle forme d'écriture et une autre vision du roman… Aussi a-t-il eu recours à de nouveaux outils et d'autres formes d'expression pour rompre avec les anciennes approches devenues stériles.» Elle a mis en exergue les techniques d'écriture adoptées par le romancier qui a réussi à tisser admirablement la trame de son histoire. « Créatures ailées », a-t-elle conclu, est un grand projet de Hassan Nasr, c'est aussi un nouveau modèle d'écriture qui reflète la vision de son auteur. Ce roman vise à se libérer des contraintes imposées par les modèles traditionnels afin d'édifier un nouveau roman arabe authentique qui doit prendre des dimensions civilisationnelles universelles.
Quant à Hassen Nasr, il a répondu à toutes les questions posées par les assistants. Il a ainsi parlé de son parcours littéraire, notamment du nouveau genre dans lequel il s'est illustré en Tunisie et dans le monde arabe. Il a souligné le manque d'intérêt accordé aux écrivains en Tunisie et aux œuvres littéraires, à telle enseigne qu'il croyait toujours écrire pour soi-même ou pour ses amis passionnés de littérature, en l'absence d'un lectorat important et assidu. Pourquoi écrit-on ? Comment écrit-on ? Pour qui écrit-on ? Telles étaient les questions auxquelles a répondu Hassen Nasr qui voit dans l'écriture un acte existentiel par lequel il aspire à une vie meilleure, à un monde différent, un homme nouveau et moderne. « Mon rêve est de vivre dans un monde sain au sens large du terme, a-t-il déclaré, mais le grand malheur de l'écrivain est que ses écrits n'aient pas d'écho auprès des masses… Je n'aspire pas à un autre monde céleste : l'essentiel est de savoir vivre dans le présent, dans un monde sans cesse renouvelable qui place l'homme et les valeurs humaines au-dessus de tout.» Il a également démontré l'importance de l'espace et du temps, deux éléments essentiels dans la vie de l'homme. La notion du temps et de l'espace demeure, selon l'écrivain, encore mal conceptualisée par la majorité des gens, notamment chez les populations arabes. « Le temps et l'espace sont la conscience de l'Histoire, a-t-il indiqué, la valeur de ces deux notions réside dans l'existence de l'homme à tel temps et à tel espace et dans son évolution dans un cadre spatio-temporel bien déterminé » Hassen Nasr a enfin parlé d'un nouveau genre littéraire qu'est la « nouvelle très courte » dont il est le pionnier en Tunisie et dans le monde arabe dès les années soixante quand il réalisa un grand nombre de courtes nouvelles qu'il avait réunies dans un livre intitulé « 52 nuits ». Il a expliqué les caractéristiques de la nouvelle-flash qui pourrait surgir d'un état d'âme, d'un événement, d'un regard ou d'un sentiment. Ce genre littéraire est en expansion sur la scène arabe et internationale et occupe de plus en plus une place prépondérante parmi les autres genres classiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.