Le Ministère de l'Interieur dément les rumeurs sur le décès d'un individu lors des troubles    Par Jawhar Chatty : Kais Saïd est juif, un juif progressiste    Deux policiers et un citoyen tués dans une fusillade à Riyad    Au moins deux morts dans une forte explosion d'un immeuble au centre de Madrid    La présidence de la République dément les déclarations mensongères attribuées à Kais Saied au sujet des juifs    Ali Kooli : Le système de compensation, la masse salariale et les entreprises publiques, les chantiers de 2021    Tunisie – Ali Kooli : Le gouvernement n'a pas de baguette magique !    Dans une capitale sous haute surveillance, le nouveau président des Etats Unis Joe Biden prête sement    Dépréciation du dinar face aux principales devises étrangères    Le président algérien s'est fait opéré en Allemagne    AL Watad annonce son soutien inconditionnel aux manifestants    Coronavirus: La situation épidémiologique à Siliana    Tunisie: En images, marche dénonçant la dégradation de situation sociale à Sousse    L'Ordre des avocats dénonce l'usage ''excessif de la force'' lors des manifestations pacifiques    L'un des plus grands constructeurs de produits électroniques UMIDIGI arrive en Tunisie    The Voice Belgique: le chanteur Tunisien Youssef Ben Soltan impressionne le jury (vidéo)    Hand – Mondial 2021 : Mohamed Amine Darmoul 3e meilleur buteur du premier tour    Tunisie [Vidéo]: Reprise des entraînements de l'Olympique de Béja en préparation de la rencontre contre l'US Monastir    Foot – Marché des transferts : une baisse historique en 2020 (Fifa)    UE : le taux d'inflation annuel s'est établi à 0,3% (décembre 2020)    UTAP : Les agriculteurs menacés par la faillite et le pays par la famine    Le coordonnateur-résident de l'ONU en Tunisie suggère un partenariat avec les médias    Quand le swag de K2rym triomphe du sérieux de Mechichi    Afrique : Le Sénégal, foyer de mégaprojets gaziers ouest-africains, accueille un événement majeur sur la transition énergétique    Une manifestation contre le pouvoir à Sousse    Ce n'est pas une révolution    Spectacle Felliniana hommage au grand réalisateur Federico Fellini en streaming gratuit    BTE : Un PNB de 50,298 millions de dinars    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 20 Janvier 2021 à 11H00    Les films tunisiens "Un Fils" et "L'Homme qui a vendu sa peau" primés au festival des Lumières de la Presse Internationale    En direct et live streaming, chaîne tv : Juventus Turin – Naples, Super Coupe d'Italie, Finale    Foot-Europe: le programme du jour    REMERCIEMENTS ET FARK: M'Hamed Ben ALYA    Météo| Temps partiellement nuageux sur la plupart des régions    Biens et avoirs détournés: Un fiasco d'Etat ?    La crise accélératrice de changements : Les enseignements qui peuvent guider les orientations futures    NEWS: Le Sahel SC engage Hichem Dali    Programmes confinés: Savoir adapter le vivant au numérique    USA: Le message d'adieu de Melania Trump    Sonia Ben Cheikh rassure les Tunisiens    Tunisie-Ligue 1 : programme de la 9e journée    L'efficacité du 2ème vaccin russe anti-Covid est de 100%    Le ''patient zéro'' de l'épidémie pourrait ne jamais être retrouvé    Le comité directeur du Festival de la chanson tunisienne dévoile les grandes lignes de l'édition 2021    Anissa ben Hassine, universitaire, auteure de « C'était un 14 janvier 2011 à Tunis », paru chez Leaders à La Presse: «On ne met pas sa propre vie de côté quand on vit une révolution»    Quid de la culture    Contrepoint | Populisme, trumpisme : nul génie qui vaille...    Tunisie : Nouvelle session du programme "Octopus" de la FKL    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le témoin capital
Livres Feuilles d'automne, de Hédi Mabrouk
Publié dans Le Temps le 10 - 06 - 2012

Les mémoires des hommes d'Etat tunisiens se poursuivent sans se ressembler. Le dernier en date est celui de Hédi Mabrouk « un diplomate hors pair », comme le décrivait Chedly Klibi. Ils étaient des centaines à Beïet El Hikma, vendredi soir à assister à la séance de présentation du livre de Hédi Mabrouk Feuilles d'Automne, des membres de la famille, des amis, des diplomates, des hommes de lettres et de médias. C'est un monsieur qui a longtemps servi la Tunisie. Au cours de sa carrière, il a eu à assumer plusieurs charges dans la haute sphère économique et politique avec un long passage à l'ambassade de Tunisie en France et comme ministre des Affaires étrangères dans le dernier gouvernement de Bourguiba.
Samy, le fils précisera que le livre donne une certaine idée de la Tunisie. Le texte a été écrit par le père. Il a fallu attendre 12 ans pour publier l'ouvrage. « C'est grâce à la Révolution que le livre a pu être publié ». Mohamed Masmoudi de Sud Edition affirme que « ce beau livre fait partie d'une série qui met en relief la Tunisie des dernières années. Hédi Mabrouk était parmi les meilleurs de sa génération ». Ce livre propose une collection de photos qui ramène le lecteur à une époque heureuse « où l'amitié et la générosité étaient présentes ».

Chedly Ayari, ancien ministre de Bourguiba, présentera le livre dans un français impeccable qui témoigne de dons littéraires en plus de ses qualités d'économiste.

« Le livre de Si Hédi a un côté romancier sans être auto-biographique ». Ce sont des mémoires qui montrent que l'auteur avait un regard prospectif sur la scène. « C'est un carnet de voyage, quasiment un journal intime ». Les lecteurs peuvent y retrouver des choses connues, d'autres non connues et ce, grâce à « la densité de sa vie publique, sa grande accessibilité professionnelle et privée à l'information et sa discrétion ». Le livre regorge d'informations et de matière abondante. Des portraits et des révélations enrichissent le livre. Tout en restant discret sur sa propre personne et sa famille, il avait peint au vitriol certains personnages, comme Ben Ali sans les désigner. « Il manie bien l'humour beldi et tunisois », dit le conférencier.

L'auteur a parlé de l'époque coloniale, de Wassila Bourguiba qui a eu « le bonheur d'avoir fait le choix du camp de la Résistance ». Il a parlé de la gravité de son activisme politique et diplomatique.

« Les feuilles d'automne » ne manquent pas de révélations. Chedly Ayari en relève quatre. La première concerne la chronologie des étapes vers la démocratie. La culture politique de Bourguiba, n'autorisait pas d'espérer que le Père de la Nation s'accommoderait de la Démocratie. La deuxième révélation concerne l'épisode Ben Salah. Bourguiba avait soutenu l'expérience des coopératives juste comme manœuvre de diversion devant la montée du gauchisme. Il voulait montrer que les coopératives sont une utopie. Il a soutenu Ahmed Ben Salah de façon tactique et conjoncturelle. Il envisageait la chute de Ben Salah bien avant 1969. « On ne peut le dédouaner des erreurs économiques de cette époque », renchérit Chedly Ayari. Concernant l'assassinat de Salah Ben Youssef, Hédi Mabrouk, ne pense pas que Bourguiba ait été son instigateur désigné. La quatrième révélation concerne le mur de La Marsa. « Rompre les relations avec la France pour un mur de clôture, facilitera leur rétablissement ». « C'était un motif futile voulu ou provoqué en relation avec l'affaire de l'Algérie.

Ridha Mabrouk, le patriarche de la famille ne cachait pas son bonheur. La présentation du livre représente pour lui, un grand moment inespéré. « Il y a dans ce livre de quoi être fier en tant que Tunisien », dit-il.

L'éditeur Masmoudi, fait l'éloge de la grande simplicité et la grande intelligence des moments et des hommes de Hédi Mabrouk. « Le texte se suffit à lui-même. La documentation est très importante. Si Hédi cultivait le sens de l'amitié en gardant des photos de ses amis ». De longues séances ont été consacrées au choix des photos. Un véritable panorama est fait. « Un grand plaisir de partager l'itinéraire d'un homme exceptionnel », conclut-il.

Dans la préface du livre, Chedly Klibi écrivait : « Hédi Mabrouk était une des figures les plus brillantes de la société tunisienne. Ancien « Sadiki », il maîtrisait l'arabe et le français. Issu d'une famille à cheval sur Monastir et Tunis, il tenait des deux et connaissait aussi bien les us et coutumes de la capitale que ceux de la Tunisie profonde ».

Un document que les historiens sauront exploiter à bon escient.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.