Démantèlement d'un groupuscule terroriste à Kasserine    L'UIB réalise un résultat net de 117,1 millions de dinars en 2019    Enseignement à distance : Huawei soutient les étudiants tunisiens    Les impacts de la crise actuelle examinés par Fakhfakh    Sérieuses menaces contre Zouheir Maghzaoui    Aïda Caïd Essebsi Fourati    DERNIERE MINUTE – Coronavirus – Algérie : 20 nouveaux décès les dernières 24 heures    Coronavirus : 9 nouveaux cas à la Manouba    Tunisie – Coronavirus: Toutes les délégations de l'île de Djerba désinfectées    Confinement | Hichem Mechichi : la loi sera désormais appliquée dans toute sa rigueur    Angleterre – coronavirus : Liverpool renonce à mettre son personnel au chômage partiel    Coronavirus | Kasserine : Six personnes en voie de guérison    Mercato : pas de contact entre Farouk Ben Mustapha et l'Espérance de Tunis    Installation d'une caméra thermique au Marché de gros de Bir El Kassaa    Coronavirus : Un décès à Sousse    Découverte de failles de sécurité dans l'application de vidéoconférence Zoom: L'ANSI met garde    Coronavirus : les clubs italiens d'accord pour la baisse des salaires, les joueurs se révoltent    Etoile du Sahel : une réunion attendue entre Yassine Chikhaoui et Ridha Charfeddine    Funérailles de Bourguiba : choses vues et entendues…    Pandémie de COVID-19 : L'Agence Universitaire de la Francophonie adopte un plan spécial    OMS: L'Afrique ne sera pas un terrain d'essai pour les vaccins contre le COVID-19    Tennis : confinée à New York, Ons Jabeur passe du tennis à la danse    Météo | Prévisions pour aujourd'hui, mardi 07 avril 2020    Michèle Gazier : Il était une fois Leila Menchari    Les joueurs ont besoin de deux semaines pour être prêts    La FIFA recommande de reporter tous les matches internationaux de juin    "Allez vers les hauteurs…"    L'ONU appelle à la cessation des hostilités en Libye    La recette pour combler un dimanche de confinement    Des délégués et des Omdas se servent les premiers    Baisse dérisoire des prix de certains hydrocarbures    La BCT lance officiellement l'application "Flouss"    Les têtes de Jound Al Khilafa continuent de tomber    Des cours à distance pour les élèves !    Le TAS fixe au 29 mai l'audience de l'appel des Marocains    Wafa Gabsi (Archivart) : « J'essaie d'apprécier autrement les choses simples et… de méditer »    La culture, en arme puissante contre le Covid-19    La culture, un lien qui rapproche et réduit les distances    Elizabeth II aux britanniques: “C'est un temps de disruption dans la vie de notre pays”    Coronavirus : Le nombre de morts repart à la hausse en Italie    Beit El Hikma se dote d'une cellule de veille pour suivre les données relatives au Covid-19    La Fondation Kamel Lazaar lance l'appel à projets “Culture Solidaire”    Olivier Poivre d'Arvor: Leïla Menchari, ma reine de Carthage    Retour sur le décès de la célèbre décoratrice tunisienne Leïla Menchari, emportée par le Coronavirus    Sauvons la Libye : Covid-19, guerre civile, catastrophe humanitaire et désastre financier, face à un silence complice    Au grand bonheur des cinéphiles confinés !    Les USA ne négocient pas avec l'Arabie et la Russie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les pharmaciens d'officine menacent de suspendre l'application du mode du tiers payant !
Corps de métier: Retards de paiement, système informatique défectueux, mauvais accueil dans les bureaux de la CNAM...
Publié dans Le Temps le 13 - 06 - 2013

La contestation contre les ratés du système national d'assurance maladie reprend de plus belle dans les rangs des pharmaciens d'officine.
Six ans après la signature de la convention sectorielle entre le syndicat des pharmaciens d'officine de Tunisie (SPOT) et la Caisse Nationale d'Assurance-Maladie les «maux» du système s'accumulent et la pilule devient dure à avaler pour ces acteurs centraux de la chaîne de soins.
Lassés de voir leurs doléances tomber depuis plusieurs années dans l'oreille d'un sourd, les pharmaciens d'officine ont menacé, dans un communiqué publié hier, de suspendre l'application du mode du tiers payant qui leur donne du fil à retordre. « Le syndicat des pharmaciens d'officine informe les citoyens qu'il (…) pourrait bientôt être contraint à suspendre l'application du dispositif du tiers payant au cas où la CNAM continue à ignorer ses revendications », a averti le syndicat dans son communiqué au ton frondeur.
Le syndicat précise également qu'il ne compte pas renouveler la convention sectorielle le liant à la CNAM qui expire durant le mois de juin 2013.
La colère des pharmaciens d'officine trouve essentiellement son origine dans les failles apparues au niveau du mode du tiers payant (le pharmacien livre les médicaments au patient contre un ticket modérateur payé par le patient et représentant une petite partie de la facture, avant de se faire rembourser par la suite par la CNAM). Ces failles se rapportent au retard du paiement du solde de la facture par la CNAM.
La convention sectorielle stipule dans son article 42 que la caisse procède au paiement intégral du pharmacien dans un délai maximum de 7 jours et ajoute plus loin qu'en cas d'incident empêchant la caisse de respecter le délai conventionnel de 7 jours, le paiement s'effectue dans les 2 jours ouvrables suivants sur simple demande du pharmacien.» Dans la pratique, ces délais sont rarement respectés. Le retard varie souvent entre 40 et 20 jours.
Désagréments
Ce retard de paiement induit une perte financière aux pharmaciens. Il engendre des frais supplémentaires et une perte de temps pour les pharmaciens.
Pour se faire payer, ces professionnels de santé sont, en effet, obligés de se déplacer au centre de la CNAM le plus proche et de faire la queue pour récupérer leurs dûs.
Le retard de paiement cause aussi des désagréments d'un autre genre aux pharmaciens. « Nos confrères sont souvent victimes de mauvais traitements de la part des agents exerçant dans les centres régionaux et locaux de la CNAM », précise le syndicat dans son communiqué.
Autre doléance des pharmaciens d'officine : les défaillances dont souffre le système informatique servant à l'échange de données avec la CNAM. « Le système numérique d'échange de données sur les actes conventionnels est loin d'être fiable. Ce système très compliqué génère souvent des erreurs et cause une perte de temps énorme au pharmacien », martèle le syndicat, qui réclame le recours à la carte magnétique pour simplifier les procédures.
D'autre part, le syndicat des pharmaciens d'officine proteste contre la distribution de certains médicaments spécifiques par les polycliniques de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS). Cette distribution de médicaments pris en charge par la CNAM en dehors du circuit officinal pose deux problèmes. Primo, les cliniques de la CNSS ne sont implantées que dans six villes, ce qui oblige les patients à faire des km pour chercher ces médicaments. Secundo, les caisses de sécurité sociale ne doivent aucunement jouer un rôle de distributeur de médicaments. Ce rôle doit, en effet, rester le monopole des pharmaciens.
Dans son communiqué, le syndicat des pharmaciens d'officine réclame notamment le lancement de négociations avec le CNAM afin de résoudre le problème de retard du paiement, l'écoulement des médicaments dits spécifiques dans le circuit officinal, la modernisation du système numérique d'échange de données et l'amélioration de l'accueil réservé aux pharmaciens dans les centres régionaux et locaux de la CNAM.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.