Quatre partis créent le Front démocratique    Qalb Tounes appelle à l'union afin de lutter contre la dictature !    Tunisie- Daily brief du 23 septembre 2021: La présidence de la République annonce de nouvelles mesures    Opportunités : Une trentaine d'entreprises tunisiennes à EXPOLIVA'2021    Fédération camerounaise de football : Samuel Eto'o dépose sa candidature    Dernière minute-Coronavirus: 7 décès et 683 nouvelles contaminations, Bilan du 21 septembre 2021    Mohamed Abbou : « La Constitution protégeait les Tunisiens et ils doivent également la protéger ! »    Salsabil Klibi : Une constitution d'alcôve n'est pas la meilleure voie vers la paix sociale    Bilan Covid-19 : 683 nouveaux cas et 7 décès    Tunisie-Ministère de l'Energie et des Mines : Préparatifs de la première session du Conseil National de l'Energie    Bourse de Tunisie : 2ème séance consécutive dans le rouge pour le Tunindex    Monde- Daily brief du 22 septembre 2021: Le chef du gouvernement libyen rejette le retrait de confiance    Khalil Zaouia dénonce l'absence d'une feuille de route    FTAV: Le tourisme intérieur a sauvé la saison    Rentrée 2021-2022: Optimisez votre travail collaboratif grâce au vidéoprojecteur Epson EB-735FI    Deux femmes héroïnes d'un évènement qui unit l'art et la littérature: Azza Filali et Chiara Montenero    La Tunisie devient membre de la Fédération internationale de hockey sur glace    Metz – PSG : Où regarder le match du 22 septembre de ligue 1    Journées du Québec en Tunisie: 438 postes proposés par des entreprises canadiennes    Lyon OL vs Troyes : Liens streaming pour regarder le match    Enseignement supérieur privé / Paramédical : Pas d'équivalence pour les bacheliers non scientifiques    Ligue 1 : programme du tournoi barrage    Libye: Dbaïba rejette le retrait de confiance    Al Karama appelle ses partisans à protester contre la comparution des civils devant les tribunaux militaires    Les droits de douane ne dépassent pas 2,3% de la valeur des importations    Monaco – Saint-Etienne: où regarder le match du 22 septembre    Classement des 500 meilleures chansons de tous les temps (top 5 en vidéos)    Le projet tuniso-italien "EVE" été présenté à Nabeul    Réunion sur la gestion des 50 MDT destinés à l'entretien des écoles    Assemblée générale de l'ONU : Les entretiens de Jerandi à New York    Les annonces de Saïed sur les "dispositions transitoires" éloignent un peu plus Ennahdha du pouvoir    Art'cot organise une exposition grand format à la Médina de Tunis    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 22 Septembre 2021 à 11H00    Algérie: Les drapeaux en berne en hommage à Abdelkader Ben Salah    Tunisie – Météo: Températures en légère hausse, mercredi    Congrès mondial des écrivains de langue française les 25 à 26 septembre à Tunis (Programme)    75% des personnes convoquées ne se sont pas présenté à leur rendez-vous de vaccination    Egypte : Décès du maréchal Mohamed Hussein Tantaoui    Le photographe tunisien Habib Hmima n'est plus    Natation : La FTN retire sa plainte contre Oussama Mallouli    Abu al-Bara al-Tounsi tué dans un raid à Idleb    Le ministre des Affaires culturelles reçoit Noureddine et Nejia Ouerghi    Crise des sous-marins: Quelques leçons pour les Arabes    "Streams" de Mehdi Hmili en compétition officielle du FIFF de Namur et de La Mostra de Valencia en Espagne    30 auteurs au Congrès des écrivains de langue française à Tunis    Pêcheurs tunisiens interpellés par les garde-côtes libyens : Le ministère de la Défense rappelle la réglementation    Comment comprendre les prochaines élections en Allemagne et quel impact sur la Tunisie du départ d'Angela Merkel    Cinq enseignements à tirer de l'abominable gestion américaine de la tragédie afghane    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les promesses non tenues de la Suisse... Et la solution du pire...
Les jeunes émigrés auxquels on a fait miroiter un avenir sûr s'ils rentrent au pays
Publié dans Le Temps le 06 - 09 - 2013

Mourad, Najeh, Mohamed, Khaled, Wissem, Hamadi, Abdeljawad…des jeunes tunisiens originaires d'El Amra, une petite localité à vocation agricole, située à une trentaine de kilomètre de la ville de Sfax.
Agés entre 20 et 40 ans, ils étaient tous des émigrés en Italie. Si quelques-uns y ont travaillé depuis des années, d'autres ont profité de la révolution qui a eu lieu un 14 janvier 2011 pour s'y rendre de manière irrégulière. Leur rêve commun était d'améliorer leur condition de vie, d'autant plus que la zone d'où ils sont originaires est carrément démunie. El Amra a toujours été oubliée par les autorités au pouvoir, aussi bien le régime déchu que les gouvernements provisoires. La localité fait partie des zones d'ombre, où le taux de chômage est très élevé ce qui pousse ses jeunes à la fuir pour réaliser leur rêve dans d'autres pays. Mais le rêve s'est transformé avec la crise économique qui touche plusieurs pays européens dont, l'Italie, en un vrai cauchemar. Ils se sont heurtés à une réalité dramatique qui les a poussés à opter pour une autre solution pas très confortable également : le retour volontaire avec le soutien de la coopération suisse. La lenteur des procédures administratives, et les promesses non tenues par rapport au lancement des microprojets prévus dans ce cadre, donnent envie aux jeunes de la localité d'émigrer de nouveau de manière irrégulière. « Nous n'avons pas d'autres choix. Y en a marre d'attendre les promesses jusque là non tenues de l'OIM et de la Coopération Suisse » déclarent les interviewés en Tunisie depuis plus d'un an.
Offre
En fait, charmés par l'offre qu'a accordée la Suisse aux Tunisiens ayant émigré après le 14 janvier 2011 et qui se retrouvaient en situation irrégulière, presque 800 jeunes ont choisi de vivre l'expérience avec un espoir de lancer un micro projet dans leur ville natale pour y vivre dignement. Tout ce qu'ils avaient à faire, c'était de signer un papier où ils expriment qu'ils sont d'accord pour rentrer en Tunisie. En contrepartie, ils avaient droit à un billet d'avion et une petite somme d'argent. Une fois chez eux, ils devaient bénéficier de trois mille francs suisses, soit l'équivalent de huit mille dinars tunisiens pour lancer le micro projet. Ce n'est pas tout. La coopération a séduit les jeunes tunisiens par une autre offre alléchante. Elle leur a accordé, au début, la possibilité de lancer des projets communautaires ce qui a les poussés à faire des propositions dans ce sens. Nombreux sont ceux d'ailleurs, qui ont décidé de revenir au pays d'origine pour échapper à la misère dans laquelle ils vivaient surtout en Italie. Les chiffres annoncés par l'OIM, partenaire du projet précisent que 800 personnes ont signé des contrats dans ce sens. L'information a circulé de bouche à oreille surtout entre les jeunes de la ville d'El Amra et de Jbenyana ce qui a fait que « presque la moitié des demandes proviennent de ces deux villes », précise Hichem Roueg, représentant de l'OIM à Sfax qui a du mal à satisfaire rapidement les demandes en la matière. « Cela dépend de plusieurs facteurs. Il faut que l'idée du projet soit réalisable et rentable. Un business plan doit par ailleurs être présenté à la commission chargée de l'évaluation du projet, ce qui n'est pas le cas pour plusieurs », tenait à expliquer le représentant de l'OIM.
Procédures lourdes
Ce n'est pas tout. Les demandeurs de financement doivent indispensablement poursuivre une formation auprès de l'Agence Nationale pour l'Emploi et le Travail Indépendant (ANETI). « Cela nous fait perdre du temps ni plus ni moins », s'exclame Wissem qui n'arrive pas jusqu'à aujourd'hui à convaincre la commission de son projet. « Ils nous imposent plusieurs formalités administratives et exigent des paperasses rien que pour nous démotiver », ajoute-t-il. Même les plus tenaces commencent à désespérer. Ils pensent carrément à repartir de nouveau vers l'Italie de manière irrégulière. « Nous avons été piégés par les Suisses qui ont renoncé à leurs promesses », témoigne Khaled à qui on a refusé son projet communautaire. « J'ai proposé de lancer avec d'autres partenaires un projet d'élevage de cheptel ovin, mais vainement », se désole le jeune qui se retrouve sans emploi.
De son côté Mourad, âgé de 33 ans père de deux enfants, se retrouve presque dans la même situation. « Cela fait presqu'un an que j'attends. J'ai dû enchaîner les va et vient entre ma ville natale et Sfax, voire la capitale pour avoir l'accord final de la commission », affirme le jeune. « Et là j'attends toujours le versement d'argent pour démarrer le projet », enchaîne-t-il.
Des mois se sont écoulés depuis que les jeunes sont rentrés chez eux. Mais entretemps, ils se retrouvent sans sources de revenu ni emploi, ce qui a provoqué des problèmes familiaux. La Coopération Suisse qui a promis aux jeunes une aide financière ne tient pas sa promesse, cela passe au vu et au su du gouvernement provisoire lequel garde le silence sur ces pratiques. Il se désengage carrément pour ne pas résoudre la question et proposer des solutions à une jeunesse qui ne sait plus que faire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.