Kaïs Saïed, Abdelfatteh Al Sissi, Union européenne, FMI… Les 5 infos de la journée    Ooredoo Tunisie s'associe à Betacube pour être au service des startups tunisiennes    Le groupe BNA partenaire de la 5ème édition du forum de l'Officine du 29 septembre au 1er octobre 2022    Tunisie – Les crédits logements de plus de 20 mille dinars ne sont pas concernés par l'augmentation du taux d'intérêt    Un jour de congé à l'occasion du Mouled    Hand – Championnat d'Afrique des clubs : Le CA rejoint l'Espérance en demi-finale    Tennis | Jasmin Open Tunisia à Monastir : Ons Jabeur passe en quarts de finale facilement    Report du verdict sur l'annulation du congrès extraordinaire de l'UGTT    Jasmin Open Monastir 2022 : Ons Jabeur se qualifie aux quarts de finale    La Turquie désigne son nouvel ambassadeur à Tel Aviv    Ligue 1 : Désignations de la 1ère journée et du match barrage    Thaïlande : Un individu tue une trentaine de personnes dont des enfants, ainsi que sa famille puis se suicide    D'anciens de Nidaa surfent sur les nouvelles approches    Edition spéciale célébrant l'héritage des victoires au Mans, la Ford GT LM    Ali Hafsi : Hichem Mechichi a exprimé des remords    Tunisie: Le parti national tunisien annonce sa participation aux prochaines législatives    Des Arabes violemment attaqués alors qu'ils conduisaient durant Yom Kippour en Israël    Tunisie : Des élèves empoisonnés à...    Perturbation du trafic des trains de phosphate à Sfax, Gabès et Gafsa    Classement FIFA : La Tunisie 30e, l'Algérie double le Cameroun avant le Mondial    Législatives 2022 : Ouverture des demandes d'accréditation pour les observateurs et journalistes    La France se mobilise en faveur du développement municipal en Tunisie    Les réserves des barrages n'ont pas dépassé pas 32% de leur capacité, à fin septembre 2022    Slaheddine Dchicha: Un spectre hante l'Europe...    L'OIPEM lance une pétition électronique pour la révision du temps scolaire    Fête du Mouled: Ce dimanche, accès gratuit aux musées et monuments historiques    Annie Ernaux a décroché le prix Nobel de littérature    Le film Tunisien 'Saffeh Nabeul' en compétition officielle du Festival Maghrébin du Film Oujda    Kais Saied appelle Abdel Fattah Essisi    Monastir : Hausse des arrivées touristiques    Tunisie- Législatives : '' Achats'' de parrainages : Arrestation de ''futurs candidats ''    Mandat de dépôt contre le secrétaire général du Syndicat national des forces de sécurité intérieure    La Tunisie certifiée par l'OMS exempte de la poliomyélite    ISIE-Elections législatives: Date de dépôt des candidatures    Ben Salmane fait un cadeau royal à Poutine, un échec cuisant pour l'UE et les USA    JCC 2022 : Hommage au maitre du cinéma italien Federico Fellini    Tennis-WTA Monastir: Résultats des rencontres disputées mercredi 05 octobre 2022    Pourquoi | L'Octobre rose    37e édition du festival international du film francophone de Namur : L'épanouissement par l'art    EST | Départ ce soir pour le Nigeria : Bien dans leur élément !    Situation sportive générale et structures sportives : « Corruption, injustice, régionalisme et manipulation des résultats »    Aujourd'hui et demain à la Cité de la culture Chedly Klibi à Tunis : Patrimoine, livre et enfant    Météo en Tunisie : Averses isolées attendues sur les régions ouest l'après-midi    Le Conseil de la BCT préoccupé par les risques haussiers entourant la trajectoire future de l'inflation    Soutien aux femmes d'Iran : des artistes se coupent les cheveux en direct sur instagram    Vidéo : Un rappeur russe de 27 ans se suicide pour échapper à la mobilisation en Ukraine    Bientôt à la Galerie Kalysté : Hamda Dniden raconte Sidi Bou Saïd    Zarzis | Affluence des africains subsahariens : La situation risque de dégénérer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Riches et pauvres
Education: C'en est fini du slogan des temps héroïques : l'enseignement pour tous
Publié dans Le Temps le 02 - 10 - 2013

96,3 % des jeunes filles issues d'un milieu riche fréquentent les lycées, contre 52,6 % dans les milieux les plus pauvres. Idem pour les garçons.
«L'enseignement est un droit fondamental garanti à tous les Tunisiens sans discrimination fondée sur le sexe, l'origine sociale, la couleur ou la religion. C'est aussi un devoir qu'assument conjointement les individus et la collectivité », il s'agit là de l'esprit de la loi d'orientation de l'éducation et de l'enseignement scolaire. Un texte, certes idyllique, sauf que la réalité est très loin de ces jolis mots. La loi n'est pas appliquée de manière équitable d'où, un grand écart entre les régions. En Tunisie nous enregistrons un grand fossé entre les élèves issus d'un milieu socioéconomique riche et ceux originaires d'un milieu pauvre. En effet, le pourcentage d'enfants d'âge scolaire secondaire fréquentant l'enseignement secondaire varie selon les régions aussi bien pour les filles que pour les garçons. Les chiffres prouvés par l'enquête par grappes à indicateurs multiples dite (MICS4) pour l'an 2011-2012 donnent froid au dos. Le taux des jeunes filles issues d'une classe sociale plus riche qui fréquentent les lycées est de l'ordre de 96,3 % contre 52,6 % dans le milieu le plus pauvre. Idem pour les garçons. Pratiquement la totalité de ceux qui sont originaires des familles plus riches vont au lycée alors que presque la moitié de leurs homologues issus d'un milieu plus pauvre fréquente les établissements scolaires. Il est clair dès lors que l'inégalité sociale touche même les secteurs les plus élémentaires du peuple tunisien. Ceux qui ont les moyens peuvent assurer des études plus poussées à leur progéniture alors que les plus pauvres sont condamnés à vivre en bas de l'échelle à tous les niveaux, c'est ce qui explique entre autres le problème d'abandon scolaire, jusque là accepté comme une fatalité.
Filles alphabétisées
En Tunisie, 94 % des jeunes filles âgées entre 15-24 ans sont alphabétisées. Chez les filles vivant dans les ménages les plus pauvres, le taux d'alphabétisation a atteint 80 %. En revanche le taux est de l'ordre de 100% chez les filles issues d'un milieu plus riche. Jusque là les chiffres sont très rassurants voire très concurrentiels au niveau régional. Toutefois, une lecture plus approfondie des statistiques laisse à désirer car, les pourcentages chutent quand on décrypte les chiffres par milieu de résidence et/ ou niveau de bien être économique voire d'âge. Les filles vivant dans un milieu rural fréquentent moins les lycées que celles vivant dans le milieu urbain. Respectivement, 62,4 % des jeunes élèves vont aux établissements scolaires dans le milieu villageois contre 85,3 % dans les grandes villes. Cela s'explique entre autres par les conditions d'études, le moins que l'on puisse dire, défavorables et non appropriées. Un des problèmes auquel les jeunes lycéennes font face, l'éloignement des établissements de leurs résidences et le manque de moyens pour assurer les frais de transport ou d'hébergement dans les dortoirs dans les lycées. Le MICS 4 a démontré que la fréquentation scolaire chute de manière spectaculaire à partir de l'âge de 12 ans pour cette frange de la société. Un autre constat alarmant a été confirmé par l'enquête. 61, 3 % des filles âgées de 18 ans vont aux lycées alors que le taux est de l'ordre de 87,8 % quand elles ont 13 ans.
Abandon scolaire
Ces statistiques reflètent le phénomène d'abandon scolaire, lequel touche les filles tout comme les garçons. D'ailleurs, c'est auprès de ces jeunes adolescents qu'on enregistre le problème. L'enquête a prouvé ce constat certes, très inquiétant car il s'agit de notre capital humain qui est en péril. En effet, le pourcentage des lycéens qui fréquentent l'enseignement secondaire ou supérieur est de l'ordre de 48,7 % seulement chez les adolescents âgés de 18 ans. Le chiffre est presque divisé par deux, une fois que les jeunes avancent en âge, car le MICS 4 démontre que le pourcentage des élèves âgés de 13 ans et qui fréquentent un établissement scolaire est de 81,2 %.
Mais comment s'explique ce phénomène ? Pourquoi nos jeunes quittent les enceintes scolaires quand ils avancent en âge ? C'est un problème épineux qui date depuis des années, et qui s'est aggravé davantage ces deux dernières années à cause de l'absence d'une stratégie claire pour arrêter cette hémorragie. Malheureusement, le Pouvoir néglige la notion investissement dans le capital humain pour perdre ainsi des montants colossaux investis lors de la petite enfance. L'abandon scolaire coûte, incontestablement très cher à la communauté. Il est impératif, dès lors d'être conscient des dangers qui guettent notre jeunesse pour préparer ainsi de nouvelles générations, éduquées et éclairées. D'ailleurs, le Fonds des Nations Unies pour l'Enfance (UNICEF) est clair là-dessus. Il considère que « l'investissement dans l'adolescence est le moyen le plus efficace pour consolider les progrès réalisés chez les enfants en bas âge et les jeunes enfants ». « Investir dans les adolescents peut donner également, un élan supplémentaire à la lutte contre la pauvreté et l'inégalité et ce, parce que l'adolescence est la décennie pivot qui voit souvent la pauvreté et l'inégalité se transmettre à la génération suivante quand les adolescents démunis donnent naissance à des enfants pauvres ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.