Tunisie – L'inflation grimpe à 9.1%… Comme partout dans le monde    Analyse : La Tunisie parmi les pays exposés au risque d'insoutenabilité de la dette    Hand – Championnat d'Afrique des clubs : Le CA en force et qualifié devant le Zamalek    Hand – Championnat d'Afrique des clubs : Programme des quarts de finale    UEFA CL : Les résultats complets de la soirée de mercredi    Redmi A1+ : un smartphone des plus abordables de la marque Xiaomi    Kaïs Saïed, conseil supérieur des armées, André Parant… Les 5 infos de la journée    Le Groupe BNA signe des conventions de partenariat avec le SPOT    Football | La CAF suspend l'entraîneur tunisien Rafik M'hamdi    USA : Un mensonge d'Etat, Biden relance "le mur de la honte"    Tunisie : Création d'un tribunal pour la résolution des conflits sportifs    Crise énergétique et énergies renouvelables : la Tunisie rate encore une transition    Signature d'un accord de partenariat entre Mattel et Huawei    Rached Ghannouchi ou l'arnaque politique de la Tunisie    Béja: Négociations entre le ministère de l'Education et la fédération générale de l'éducation de base (Vidéo)    Ukraine : il n'aurait pas 6000 mais 9000 têtes nucléaires, le patron de la CIA avertit    Les journalistes organiseront un rassemblement à la place de La Kasbah    La Tunisie accueille le forum Africain du LIONS CLUBS International    La nouvelle Première ministre britannique: ''Je suis très sioniste''    Coronavirus – Vaccination : Plus de 69 mille personnes ont reçu quatre doses    OPPO dévoile les trois matchs les plus inspirants de la UEFA, tels que votés des fans    L'ambassadeur de France: Je suis optimiste pour l'avenir de la Tunisie    Soutien aux femmes d'Iran : des artistes se coupent les cheveux en direct sur instagram    Mali, Burkina Faso… : Poutine pactise avec Goïta, l'Occident a un problème de plus    Vidéo : Un rappeur russe de 27 ans se suicide pour échapper à la mobilisation en Ukraine    Crash d'un avion militaire au Mali: le bilan s'alourdit    Leila Hadded : Les parrainages se vendent à 10 dinars    L'Ugtt face à l'approche d'un imminent accord avec le FMI : Pas de chèque en blanc pour le gouvernement    Candidatez pour la 5ème saison d'Orange Fab, accélérateur corporate de start-up d'Orange Tunisie    Recette : Recette assida zgougou de maman    Kasserine : Deuxième taux d'analphabétisme le plus élevé sur le plan national    Pourquoi | Profiter du changement climatique    Bientôt à la Galerie Kalysté : Hamda Dniden raconte Sidi Bou Saïd    «The Transformation of Silence» de Héla Ammar et Souad Mani à la Chapelle de Saint-Monique à Carthage : Mémoires, archives et traces    37e édition du festival international du film francophone de Namur : Du réel à l'abstrait    Tennis- Open Jasmin Monastir : Résultats des rencontres disputées mardi 04 octobre 2022    Olfa Hamdi appelle au report des élections (Live)    WTA Open des Jasmins : Ons Jabeur qualifiée en 8e de finale, les moments forts (vidéo)    Saisie de 1900 kilos de pâte dissimulés dans une étable pour l'élevage des moutons    Danses lascives et tenues dénudées : le festival de la Fête du Mouled s'excuse    Tunisie: La production nationale de médicaments couvre 75% des besoins    1er forum Afrique-France de la transition écologique et énergétique | Des enjeux et des solutions    Météo en Tunisie : Des pluies attendues l'après-midi sur le centre, le sud et le nord ouest    L'UBCI Partenaire Officiel de l'extended sessions de Jazz à Carthage    JCC 2022 : Des films restaurés et inédits de la fin des années 60 dans le focus Palestine    L'Union islamique des avocats accuse la Faculté de Sciences juridiques de "propager" l'homosexualité    Zarzis | Affluence des africains subsahariens : La situation risque de dégénérer    L'insupportable arrogance des Occidentaux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Libre dans son corps ! Libre de danser ! Danser, c'est résister !»
Publié dans Le Temps le 25 - 04 - 2015

La14ème édition de «Tunis, capitale de la danse» qui démarrera le 29 avril et se poursuivra jusqu'au 3 mai 2015, commence sous les meilleures auspices. 100 danseurs professionnels mèneront la danse pour l'opération «Feux rouges».
C'est en partenariat avec la représentation du CID-UNESCO à Tunis (représenté par Imed Jemaa, Nawel Skandrani, Nejib Ben Khalfallah, Sihem Belkhodja ainsi que Nesrine Chaabouni).et à l'occasion de la journée Internationale de la danse que Ness El Fen (les gens de l'Art) et Al kalimat (les Mots) organisent le marathon des mots.
Un nouveau tremplin au profit
des talents émergents
Pour cette édition, on innove ! En effet, lors d'une conférence de presse tenue hier, vendredi 24 avril 2015, que Nes El Fen a annoncé que pour cette année, Tunis Capitale de la danse lance une Plateforme spécialement destinée à la jeune création tunisienne en danse contemporaine. La plateforme abritera trois spectacles où il s'agira de mettre sur scène, les créations chorégraphiques des jeunes chorégraphes-danseurs. Une sorte de tremplin pour les talents émergents. Nous citerons : Marouene Errouine, Belgacem Rochdi, Nour Mzoughi,Malek Zouidi, Boughnami Thouraya, Hichem Chebli,Wael Mansour, Wael Marghni, Hichem Chebli, Selim Ben Safia, Mohamed Cheniti, Karim Touwayma, Oumaima Manai, Kais Boulares, ou encore Seifeddine Manai.
D'autres chorégraphes profiteront de ce rendez-vous annuel de la danse pour présenter au grand public leurs œuvres, tels que Nawel Skandrani, Khalfallah et Imed Jemaa. Rappelons qu'Al Kalimat sera co-animé par la célèbre Sihem Belkhouja et la poétesse et dramaturge Amina Azouz.
Les chorégraphies seront présentées devant un jury national et étranger composé de professionnels du monde de la danse à l'instar d'Olivier Poivre d'Arvor, directeur de France Culture, Julie Gayet, actrice et productrice de cinéma, Plantu, dessinateur de presse et caricaturiste à Charlie Hebdo, Asli Erdogan, chroniqueuse turque, romancière et militante pour les droits de l'Homme, Atik Rahimi, romancier et réalisateur afghan, prix Goncourt de 2008 pour son roman Syngué Sabour, Abdennour Bidar, philosophe et écrivain français, FaouziaZouari, écrivaine et journaliste à Jeune Afrique ou encore Clotilde Courau, actrice française devenue son Altesse Royale la princesse Clotilde de Savoie.
Plusieurs prix sont proposés : les travaux pour la meilleure chorégraphie, la meilleure interprétation féminine et la meilleure interprétation masculine. Un prix du public est notamment prévu.
Une valse plus «in»
Cette 14ème édition de Tunis capitale de la danse, comme l'annoncent les organisateurs sera dédiée aux nouvelles technologies et à leur rapport-apport à la danse moderne. Il s'agit de «faire le point sur les enjeux artistiques, techniques et économiques de la création numérique et ses apports aux arts vivants et à l'art chorégraphique. La démarche devait nous aider à percevoir et comprendre où nous mènent ces évolutions, à positionner et interroger nos pratiques, à inventer des espaces d'échanges, oser s'approprier une part de ce vaste champ nouveau qui s'ouvre».
En ce nouveau contexte où tout n'est que reconstruction, chantier, changement, il fallait que la danse suive la vibe. Il est alors temps de mettre en exergue les compétences locales en termes de technologie et de danse : «On vibre avec toutes les pulsations d'un monde globalisé, où on compte de nombreux et brillants professionnels dans les nouvelles technologies, ce serait peut-être le moment de les associer à la création contemporaine.»
Ce désir qui a longtemps alimenté les esprits créateurs a été chambardé par une actualité tragique. La danse est devenue alors non seulement un moyen d'expression artistique mais une lutte permanente, l'expression d'un corps torturé par la route tortueuse qu'est le présent. Danser c'est désormais résister au terrorisme, résister à la déprime et résister à l'abattement qui gagna pendant un moment les Tunisiens. Pour cette année, la danse «ne peut se concevoir et s'exercer qu'en résonnance avec les clameurs et bouleversements des temps présents... Les engagements qui ont animé notre démarche et forgé l'identité du festival depuis sa création, dans le sillage troublé des attentats terroristes.
Face à la situation difficile qui est la nôtre, confrontés aux forces du mal qui redoublent de violence et de barbarie, nous n'avons d'autre alternative que de continuer à résister et à nous battre. Dès le départ, nous avions fait de la danse une arme. Nous persistons et signons dans cette voie, la danse, arme vivante, belle, rebelle, indestructible.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.